Navigation – Plan du site

Ismaël Sory Maïga, Djoliba, le grand fleuve Niger. Visions de l'eau, culture de l'autre

Elieth P. Eyebiyi
Djoliba, le grand fleuve Niger
Ismaël Sory Maïga (dir.), Djoliba, le grand fleuve Niger. Visions de l'eau, culture de l'autre, La Dispute, coll. « Tout autour de l'eau », 2010, 206 p., EAN : 9782843031717.
Haut de page

Texte intégral

1Visions et cultures autour du fleuve Niger Douze auteurs de plusieurs disciplines, dirigés par Sory Maïga, qui se relaient le long de 206 pages pour une quasi anthropologie plurielle du fleuve Niger, dans Djoliba, le grand fleuve Niger. Visions de l'eau, culture de l'autre. L'ouvrage analyse le rapport des peuples à l'eau, principalement en ce qui concerne le Djoliba, ou fleuve Niger.

2Le texte de Youssouf Tata Cissé (p.31-46) s'intéresse à la dimension mythique en traitant de Faro, la déesse de l'eau. Le rapprochement de l'eau avec la femme, ère de la famille, est saisissant et illustre l'interrelation entre les humains et la nature. Le fleuve Niger, avec les 25 millions de personnes vivant à son bord du Fouta Djalon sa source en Guinée, à son delta final au Nigéria, est au cœur de l'histoire sociale, cultuelle et culturelle de l'Afrique de l'Ouest (p.63). Il procure une activité (agriculture, pêche) à ses riverains (mandingues, peuls, bozo, malinké, bamanan, songhay, bella et autres haoussa) et leur fournit ses produits.

3Désireux de montrer la relation des peuples vivant autour du Niger avec leur relation au voyage, Sory Maïga révèle que le fleuve était considéré comme un lieu mythique aux limites inconnues, voire infinies. Bamako tirerait d'ailleurs son nom d'une allégorie relative au fleuve et résumée par la phrase « a bè taga donsoya kè bama kò la » (p.70) ce qui signifie « il va faire la chasse sur le dos du caïman », sachant que ba ma kò signifie le dos du caïman. Encore une histoire de chasseur (comme un peu partout en Afrique subsaharienne), mais cette fois-ci avec le fleuve comme référent central.

4Interrogeant les enjeux écologiques et démocratiques qui sont ceux de la gestion de l'eau aujourd'hui, Sékou Diarra montre les liens entre l'eau, la terre et les êtres vivants. L'interdépendance qui existe entre ces différents éléments qui se complètent dans une sorte de chaîne immuable de la survie, illustre le caractère symbolique de l'eau comme source de vie. Or, la surexploitation agricole et l'activité humaine en général, compromettent la disponibilité et la qualité de l'eau, une eau soumise aux diverses pollutions. Le sort de l'eau ne semble pas du tout enviable dans la région du Niger, et ceux des hommes avec, déjà que seuls 58% de la population accèdent à une source d'eau potable (p.125). Diarra conclut d'ailleurs sa réflexion en dégageant trois défis relatifs à la gestion de l'eau : les systèmes d'appauvrissements imposés aux pays de la région, la logique des dépendances et la pression de la corruption (p.138).

5Ce sont finalement trois maux qui handicapent au niveau macrosociologique comme microsociologique, les actions des populations locales obligées de cohabiter avec 6000 m^3 d'eau/habitant en Afrique subsaharienne tout en se retrouvant dans une réalité de pénurie physique et économique de l'eau, et de l'eau potable. Sékou Diarra justifie cet état de choses par le manque de capital humain, institutionnel et financier pour assurer un droit humain équitable à l'eau, mais il faille ajouter en sus, que la volonté des Etats ouest africains est largement à questionner. En effet, la tradition colonisatrice a semble t-il inscrit les pays francophones d'Afrique subsaharienne dans un certain attentisme qui le suspend aux priorités des partenaires technique set financiers. Or, il est possible d'initier de microprojets autour de l'eau, sans besoin de moyens financiers énormes, afin de faire progressivement changer la donne. L'attentisme et l'inefficacité institutionnels des Etats est donc à questionner. Par exemple, le cas de la pollution de l'eau est illustratif de ces considérations : le défaut d'assainissement du cadre de vie et la non mise en place de moyens alternatifs adéquats et peu coûteux influent directement sur le rapport comportemental des populations à l'eau en général et en particulier au fleuve Niger. Ainsi, elles continuent de faire la lessive et la vaisselle dans ses eaux, de s'y laver et d'y prélever l'eau de consommation, etc. Il en vient que l'eau, source de vie, devient de fait source de maladies et vecteur de bactéries diverses qui nuisent à la santé.

6La question de l'eau devient de plus en plus prégnante et sera sans doute dans les décennies à venir au centre de conflits insoupçonnés, si l'on n'y prend garde, en gardant à l'œil notamment les multinationales en embuscade. Entre coopération et conflits, les pays riverains du Niger devront anticiper et consolider un cadre de coopération pour une meilleure gestion de l'eau du Niger, de peur de la voir livrée aux mains des multinationales à la calculatrice facile. Le service public de l'eau est au centre d'enjeux multiformes et pas seulement en Afrique, pas seulement autour du fleuve Niger. Des problèmes semblables se posent autour du Jourdain, du fleuve Congo, du Yang-Tseu-Kiang, du Lac Tchad ou encore du Mékong. L'Afrique de l'Ouest doit comprendre l'enjeu que représente l'eau dans un contexte quasi apocalyptique de changement climatique, de fin annoncée de l'ère du pétrole et de la non autosuffisance alimentaire. Elle doit rompre avec l'inertie fonctionnelle des structures mises en place pour la gouvernance de l'eau du Niger en particulier, et de l'eau en général. Dans le cas contraire, les efforts des associations internationales qui appuient les populations se révèleront vaines et les ressources englouties ne produiront pas un impact durable.

7Prenant le prétexte tout trouvé de l'eau, dénominateur commun à des populations vivant dans le bassin du fleuve Niger, les auteurs procèdent à une lecture anthropologique des cultures et des conceptions des peuples riverains de ce fleuve. Ainsi, des traditions multiséculaires aux réalités contemporaines, du voyage initiatique à la migration économique, de la mythologie au peuplement, de l'identité à l'altérité, ils dévoilent des dynamiques insoupçonnées que laisse lire le Djoliba, mythique fleuve auquel est arrimée la vie de millions de populations ouest africaines depuis des siècles.

8Je ne finirai pas la lecture critique de cet ouvrage très intéressant sans rappeler ce proverbe dogon invoqué par Sékou Diarra à la page 119 de l'ouvrage : « Sans eau, pas de village » et celui mossi qui affirme que « Si la rivière change de cours, le caïman doit changer de sens de circulation ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elieth P. Eyebiyi, « Ismaël Sory Maïga, Djoliba, le grand fleuve Niger. Visions de l'eau, culture de l'autre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 22 septembre 2010, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1139

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page