Navigation – Plan du site

Maria Puig de la Bellacasa, Politiques féministes et construction des savoirs

Damien Simonin
Politiques féministes et construction des savoirs
Maria Puig de la Bellacasa, Politiques féministes et construction des savoirs. "Penser nous devons" !, Paris, L'Harmattan, coll. « Ouverture philosophique », 2013, 258 p., ISBN : 978-2-336-00892-9.
Haut de page

Texte intégral

1« Think we must ! » est le sous-titre de ce livre de Maria Puig de la Bellacasa, sur la politisation des savoirs et de l'épistémologie par les mouvements féministes. C'était déjà le titre de la recherche dont il est issu, une thèse de philosophie qu'elle a soutenue en 2004 à l'Université Libre de Bruxelles. C'était aussi un appel de Virginia Woolf, en réaction à l'absence des femmes des universités et des sciences. Dans Une chambre à soi (1929), elle évoque notamment les conditions matérielles de production des savoirs et les effets d'autorité de la science dans la société, le rôle des passions dans les discours scientifiques contre la conception du désintéressement comme garantie de l'objectivité. Ces thèmes, présents chez V. Woolf, traversent le livre de M. Puig de la Bellacasa, au croisement de l'histoire politique et des théories féministes, des science studies et de l'épistémologie critique. Science et politique sont ainsi considérées comme des notions en (re)construction, des processus interdépendants : les savoirs, leurs modalités de production, les rapports dans lesquels ils s'inscrivent et qu'ils contribuent à transformer.

2L'auteure propose de montrer le rôle particulier des mouvements féministes sur les conceptions de la science et les productions scientifiques, depuis les années 1970 et surtout dans les pays anglo-saxons. Si les approches féministes ne sont pas homogènes, si d'autres approches se sont engagées dans ce processus, ces mouvements ont considéré d'une manière particulière la science et les savoirs pour transformer la société. Dans un double mouvement, il s'agit de replacer cette politisation des sciences dans l'histoire du féminisme et d'interroger les conceptions de la science et de la politique qui s'en dégagent. Les approches féministes proposent notamment une critique de l'objectivité conçue comme distanciation et neutralité, à laquelle elles opposent diverses modalités de prise en compte des conditions de la recherche et des subjectivités des chercheuses, en particulier la proposition du standpoint feminism (féminisme du positionnement).

3La première partie du livre présente des propositions théoriques inscrites dans des histoires collectives. Le féminisme de la seconde vague se caractérise notamment par la politisation radicale de toutes les sphères de l'expérience des femmes. Ce projet se déploie selon trois axes : une critique des savoirs établis et de leur contribution historique à la construction des « femmes » et de leur discrimination ; une revalorisation des savoirs des femmes, qui ne sont pas considérés comme tels ; et la production de théories pour comprendre, analyser et transformer l'existence des femmes. Il donne aussi lieu à des tensions, entre la valorisation d'une identité féminine et la critique de la catégorie « femme », entre la correction des connaissances scientifiques (intégration) et la critique du projet scientifique (autonomie). Pour interroger les distinctions entre féminin et masculin et entre privé et public, la division sociale et politique du travail, l'articulation entre autorité politique et scientifique, les militantes et chercheuses féministes mettent donc en relation le plus subjectif (l'expérience personnelle) avec le plus objectif (les savoirs scientifiques).

  • 1 Isabelle Stengers, L'invention des sciences modernes, Paris, La Découverte, 1993.

4La deuxième partie porte plus particulièrement sur les feminist science studies qui émergent dans les années 1990. Ce courant de critique des sciences et d'épistémologie féministe, lié notamment aux études post-coloniales ou à l'éco-féminisme, se caractérise par sa transdisciplinarité et une pluralité de problématiques. Il porte principalement sur la question de la place des femmes dans les sciences, sur l'analyse des contenus des sciences et sur la critique des critères de scientificité. La biologie y joue un rôle particulier, pour son rôle historique de justification de l'oppression des femmes et comme domaine social des sciences de la nature. L'historicisation des recherches et savoirs sur la vie animale et humaine donne ainsi lieu à des discussions et des tensions autour des formes de politisation de la science, de la réalité des constructions, des oppositions entre pratiques et discours, du statut de la « vérité ». Mais les chercheuses féministes tentent de concilier ces tensions, pour « continuer à faire de la science dans leurs pratiques spécifiques sans acquiescer à son modèle apolitique » (p. 145). Elles montrent notamment la constitution de l'objectivité comme fondement de la scientificité, sur le modèle du protocole expérimental dans les sciences physico-mathématiques modernes1. Politiser la science signifie alors visibiliser ces processus pour ne pas reproduire l'autorité scientifique, au sens de pouvoir au nom de la science sur la société.

  • 2 Sandra G. Harding, Whose science ? Whose knowledge ? Thinking from women's lives, New York, Cornell (...)

5Sandra Harding propose par exemple une cartographie de ces travaux, opposant un « empirisme conventionnel » (fondé sur le primat des données et des faits) à un « empirisme féministe » (le standpoint feminism)2. Le féminisme du positionnement désigne un ensemble de chercheuses et de travaux qui analysent et théorisent l'apport des recherches féministes pour les savoirs en général. Ils s'accordent notamment sur une idée politique et non essentialiste du positionnement féministe, sur une critique de l'idéal moderne d'objectivité et sur une démarche de transformation. « Ce qui caractérise la plupart des approches (…), ce serait l'engagement à penser à partir de l'expérience des femmes et plus généralement des vies matérielles non dominantes – voire minoritaires –, et donc à réhabiliter ces ressources (données empiriques y compris) rendues invisibles ou dévalorisées, pour enrichir, voire transformer, certaines théories. » (p. 113)

6Dans la troisième partie, M. Puig de la Bellacasa propose alors une lecture de quatre formulations du standpoint feminism, présentées par Nancy Hartsock3, Hilary Rose4, Dorothy Smith5 et Patricia Hill Collins6. Ces différentes formulations se rejoignent autour d'éléments comme la problématisation des dichotomies impliquées dans ce qui a été théorisé comme le système sexe/genre, d'un ancrage dans la théorie marxiste et d'une critique féministe de la théorie de la division du travail et du concept de production, du rejet d'un modèle de scientificité qui identifie l'objectivité au désintéressement et à l'anhistoricité, ou encore de la perspective de l'objectivité comme processus de transformation et d'avancement du savoir.

7P. Collins propose par exemple la figure de l'« outsider within » pour représenter la position singulière des chercheuses « à la marge » (notamment les intellectuelles féministes noires), qui produit des décalages de perception et permet de pointer les limites des théories sociologiques dominantes. N. Hartsock confère aux standpoints féministes un « privilège politique et épistémologique », du fait d'expériences spécifiques des groupes subordonnés dans des sociétés marquées par des rapports sociaux hiérarchisés, qui fondent aussi des perspectives spécifiques sur le « réel ». Au sein même du mouvement féministe, le standpoint feminism est toutefois contesté à partir de trois problématiques en particulier : le risque d'un essentialisme du fait de l'insistance sur les aspects matériels et notamment corporels de l'expérience ; une tendance à postuler l'unicité de l'expérience des femmes, critiquée notamment par des féministes noires ou lesbiennes ; et la valeur épistémologique de l'expérience comme fondement d'un savoir privilégié.

  • 7 Avec notamment Manifeste cyborg et autres essais : sciences, fictions, féminismes (éd. Laurence All (...)

8C'est l'un des points forts de ce livre : décrire un mouvement pluriel, en changement permanent, traversé par des tensions, travaillé par ses critiques. En inscrivant ces propositions théoriques dans une histoire politique, l'auteure parvient à dégager quelques problématiques sans figer les mouvements ou réduire la pluralité du féminisme. Elle présente ainsi un courant et un corpus, encore relativement peu traduits et diffusés dans l'espace francophone : parmi les auteures étudiées par M. Puig de la Bellacasa, seule Donna Haraway semble accessible en français7. C'est aussi parfois une difficulté du livre, qui peut être lu comme une introduction au standpoint feminism et propose en même temps une lecture originale de ces textes. L'auteure insiste en particulier sur la recherche abordée comme une pratique pour ces chercheuses et sur leur perspective de transformation sociale dans et par la recherche. Par là-même, elles questionnent et problématisent les conceptions de la science détachée d'intérêts particuliers, pour sortir de l'alternative entre relativisme et universalisme et d'une conception abstraite de l'objectivité. C'est finalement un autre point fort du livre, qui participe à faire ce dont il parle : M. Puig de la Bellacasa, comme le type de théorie féministe qu'elle analyse, « vise à produire des effets transformateurs en tentant de communiquer non pas uniquement un état de fait mais le processus de sa transformation. » (p. 213-214).

Haut de page

Notes

1 Isabelle Stengers, L'invention des sciences modernes, Paris, La Découverte, 1993.

2 Sandra G. Harding, Whose science ? Whose knowledge ? Thinking from women's lives, New York, Cornell University Press, 1991.

3 Nancy Hartsock, « The Feminist Standpoint : Developing the Ground for a Specifically Feminist Historical Materialism », in Sandra Harding and Merrill B. Hintikka (eds.), Discovering Reality. Feminist Perspectives on Epistemology, Metaphysics, Methodology, and Philosophy of Science, pp. 283-310.

4 Hilary Rose, « Hand, Brain, and Heart: A Feminist Epistemology for the Natural Sciences », Signs Vol. 9, No. 1, Autumn 1983, pp. 73-90.

5 Dorothy Smith, « Women's Perspective as a Radical Critique of Sociology », Sociological Inquiry Vol. 44, No. 1, January 1974, pp. 7–13.

6 Patricia Hill Collins, « Learning from the outsider within : The Sociological Significance of Black Feminist Thought », Social Problems, Vol. 33, No. 6, December 1986, pp. 14-32.

7 Avec notamment Manifeste cyborg et autres essais : sciences, fictions, féminismes (éd. Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan), Paris, Exils, 2007 ; Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature. (trad. Oristelle Bonis, préf. Marie-Hélène Bourcier), Nîmes, Jacqueline Chambon, 2009 ; Manifeste des espèces de compagnie : chiens, humains et autres partenaires (trad. Jérôme Hansen), Paris, Éditions de l'Éclat, 2010. Et dernièrement : Elsa Dorlin et Eva Rodriguez (dir.), Penser avec Donna Haraway, Paris, PUF, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Simonin, « Maria Puig de la Bellacasa, Politiques féministes et construction des savoirs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 30 avril 2013, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11397

Haut de page

Rédacteur

Damien Simonin

Doctorant en sociologie à l'Ens de Lyon, membre du Centre Max Weber, équipe "Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations", Allocataire de l'Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales (ANRS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page