Navigation – Plan du site

Pascal Combemale (dir.), Les grandes questions économiques et sociales

Benoît Ladouceur
Les grandes questions économiques et sociales
Pascal Combemale (dir.), Les grandes questions économiques et sociales, Paris, La Découverte, coll. « Grands repères », 2013, 470 p., ISBN : 9782707175748.
Haut de page

Texte intégral

1La qualité des ouvrages de la collection Repères de la Découverte n’est plus à démontrer. Le présent ouvrage ne déroge pas à la règle proposant vingt contributions de spécialistes afin de faire le point sur les enjeux économiques et sociaux du monde contemporain. Sont ici convoqués les principaux auteurs des Repères thématiques de la même collection, plus quelques autres, afin de donner à lire un état des lieux actualisé des grandes questions : la croissance, le travail et l’emploi, les fractures de la société française… Ces contributions sont regroupées en quatre parties, dont cependant une seule est consacrée spécifiquement aux travaux de sociologues. Ce compte rendu se propose non pas de rendre compte de manière exhaustive de l’ensemble des contributions, mais de donner un aperçu de l’ouvrage en prenant appui sur plusieurs contributions.

2Sans rentrer dans une description mathématisée, Dominique Guellec présente avec précision et clarté la fonction de production néoclassique ainsi que la loi des rendements décroissants. Les données économétriques ont mis en évidence une différence entre l’apport de travail et du capital dans la croissance économique. Cette différence a longtemps été expliquée par le rôle du progrès technique, qui correspond globalement à tout ce qui permet une meilleure efficacité productive. Les économistes s’étaient peu attachés à en comprendre les causes et s’est seulement à partir des années 1980 qu’ils vont l’aborder non plus comme une donnée exogène mais comme le résultat d’un contexte macroéconomique. Dès lors l’action de l’État s’en trouve renforcée notamment en assurant la protection des entreprises innovantes et en finançant lui-même la recherche ou la formation de personnels hautement qualifiés, autant de dépenses clés pour la compétitivité d’une économie. La contribution de Dominique Foray sur l’économie de la connaissance permet de prolonger cette analyse en approfondissant cette dimension centrale des économies.

3Dans sa contribution Bernard Gazier retrace l’histoire de la rationalisation du travail, depuis le passage d’une économie majoritairement agraire à une économie industrialisée. Il reprend la distinction de Bernard Gazier concernant les évolutions récentes de cette rationalisation. Tout d’abord on constate une extension de la « rationalisation industrielle », notamment dans le secteur des services. Comme son nom l’indique elle reprend en les adaptant les grands principes de l’organisation scientifique du travail : standardisation, spécialisation et contrôle accru des actions des salariés. La « rationalisation professionnelle » repose quant à elle sur une «formalisation des procédures et des routines ». Cette évolution s’accompagne du passage d’une évaluation par les moyens à une évaluation par les résultats.

4Jérôme Gautié et Yannick L’Horty présentent les grandes évolutions de l’emploi (salarisation, tertirisation, précarisation et flexibilisation) ainsi que les principales théories macroéconomiques du chômage (chômage classique, keynésien, d’équilibre). Enfin ils décrivent l’action des pouvoirs publics sur le marché du travail (mesures de protection de l’emploi, salaire minimum, indemnisation du chômage, allègement des cotisations sociales et incitations au retour à l’emploi).

5La deuxième partie intitulée « Mutations et fractures de la société française » s’arrête sur la mobilité sociale. Dominique Merllié distingue tout d’abord la mobilité sociale qui correspond à un changement de statut social (au cours d’une vie ou entre deux générations) des autres formes de mobilité (professionnelle, géographique, politique, religieuse, etc.). Les facteurs de la mobilité sociale sont ensuite présentés, parmi lesquels l’école. S’en suit logiquement une présentation de la dynamique de la structure sociale par Louis Chauvel. Il présente rapidement les principales conceptions de la structure sociale, puis les grandes évolutions depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale à savoir une moyennisation accompagnée d’un « glissement vers le haut » de la structure sociale. Il nuance cette analyse pour la période plus récente, insistant au contraire sur le maintient des inégalités tant sociales qu’économiques.

6Thomas Piketty présente pour sa part l’évolution des inégalités économiques depuis le début du XXe siècle. Il démontre, graphiques à l’appui, que la part des très hauts revenus dans le revenu total des Français a considérablement baissé, et cela en grande partie grâce à la mise en place d’un impôt progressif. Il revient ensuite sur les inégalités salariales et la forte hausse des très hauts salaires dans les années 2000, puis propose une réflexion sur la fixation d’un niveau d’égalité efficient d’un point de vue économique.

7Françoise Milewski s’arrête sur les inégalités de sexe. La première concerne l’emploi. Comme elle le rappelle, si la norme n’est plus celle de la femme au foyer, reste que les femmes occupent 82 % des emplois à temps partiel. Une des causes de ces inégalités repose sur des choix d’orientation différenciés selon les sexes. Plus largement les stéréotypes de genre expliquent ces inégalités et leur permanence. Elle présente ensuite les débats sur les moyens disponibles pour aller contre ces inégalités. Comme pour d’autres discriminations l’incitation des agents économiques bute bien souvent sur des mécanismes profondément ancrés.

8Anne Lambert propose une stimulante analyse des « nouvelles fractures » dans ce qu’elle appelle la « spatialisation et racialisation de la question sociale ». En France les travaux portant sur ces thématiques sont restés, et le restent encore sous certains aspects, peu prisés par les sciences sociales. Depuis la fin des années 1990, ils ont cependant regagné du terrain à mesure que déclinaient les approches structuralistes des inégalités et que les espaces périurbains se développaient, notamment sous l’effet de la bulle immobilière. La question des discriminations raciales a suivi un peu la même chronologie. Anne Lambert revient sur les débats très complexes de la prise en compte de la « diversité » ethnique ou religieuse dans les enquêtes statistiques. Elle rappelle à ce propos qu’il doit plus s’agir d’un nouveau regard sur les inégalités raciales ou spatiales porteur d’avancée heuristique plutôt que d’une remise en cause des autres formes d’inégalités socioéconomiques.

9Erik Neveu propose une analyse des conflits sociaux et de l’action collective. Analyse difficile tant la perception qu’on peut en avoir est brouillée par de nombreuses causes. Les conflits sont-il la simple expression d’inégalités, d’injustices ? La réponse est évidemment plus complexe. Erik Neveu mobilise les analyses classiques d’Olson et de son passager clandestin, ou d’Hirschman avec sa typologie des formes possibles de réaction à une insatisfaction. Il présente ensuite la distinction entre les « nouveaux » et « anciens » mouvements sociaux, lui préférant celle d’institutionnalisation de ces derniers. Enfin il propose une réflexion sur les liens entre l’existence de mouvements sociaux et le fonctionnement de la démocratie.

10La contribution posthume de Robert Castel porte sur les débats et l’évolution de la cohésion sociale en lien avec le passage à une société plus individualisée. C’est dans ce contexte de « désaffiliation » des liens de solidarité mécaniques, la famille, les communautés locales, que l’État va prendre un rôle croissant dans le maintien de la cohésion sociale. La solidarité est organisée par l’État-providence, l’intégration des individus passe par l’école qui socialise les jeunes Français aux valeurs républicaines. Le monde du travail en favorisant le développement du salariat qui va lui-même être la base de droits et de protections nouvelles, contribue à renforcer la cohésion sociale. Robert Castel termine sa présentation en clarifiant ce qu’il faut entendre par le « déclin des institutions ». L’État-providence fonctionne toujours mais il « s’effrite » sous le coup d’un individualisme exacerbé. Cette évolution se manifeste pleinement dans l’organisation du travail qui avait permis justement le développement de droits sociaux complets. Robert Castel parle d’un « double processus d’individualisation-décollectivisation » à l’œuvre dans les principaux supports de cohésion sociale, et qui remet en question le rôle de l’État social. Il va plus loin que la simple analyse et évoque le fonctionnement du capitalisme et les choix de société qui s’y rapportent comme autant de remises en causes d’une « société de semblable, solidaire, dont les membres sont unis par des relations de réciprocité » au profit d’une « société clivée menacée par la concurrence économique entre les gagnants et les perdants ». Son constat est réaliste, tant « l’hégémonie du capital financier international » est forte et installée, un nouveau compromis social reste donc à inventer.

11Au total, l’ouvrage sous la direction de Pascal Combemale est de facture classique pour tout habitué des ouvrages de la collection Repères : chacun des chapitres vise à présenter en une quinzaine de pages des synthèses de l’état des connaissances scientifiques sur un domaine donné. Il constitue un outil de travail incontestable pour un public large, des lycéens aux étudiants, en passant bien sûr par les professeurs de sciences économiques et sociales, ou pourquoi pas des personnes désireuses d’en savoir un peu plus sur les aspects économiques et sociaux qui régissent le monde actuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Ladouceur, « Pascal Combemale (dir.), Les grandes questions économiques et sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 27 avril 2013, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11407

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page