Navigation – Plan du site

Tomjo, L’enfert vert. Un projet pavé de bonnes intentions

Maryvonne Dussaux
L'enfer vert. Un projet pavé de bonnes intentions
Tomjo, L'enfer vert. Un projet pavé de bonnes intentions. Suivi de Critique de la planification écologique, L'Échappée, 2013, 160 p., ISBN : 978-29158307-3-6.
Haut de page

Texte intégral

1Pour Tomjo, l’implication des élus écologistes dans les structures politiques favorise la transformation de l’agglomération lilloise en une technopole verte. L’auteur de cet ouvrage n’est pas un chercheur en sciences humaines, mais son court texte présente un corpus qui pourrait intéresser un politiste qui souhaite analyser l’entrée des écologistes dans les institutions politiques ou un économiste alternatif qui souhaite comprendre la marchandisation de la question environnementale. Certes le discours est parfois mordant en particulier contre certains anciens militants des Amis de la Terre dont les parcours sont retracés. Dominique Plancke, Vice-Président de la communauté urbaine est qualifié de « partisan du moindre mal techno-industriel » (p. 45) ; Pierre Radanne ancien directeur de l’ADEME est reconnu comme un éco-technicien et Eric Quiquet, Vice-Président du conseil régional est considéré comme un « professionnel de l’écologie de bureau» (p. 37). La désillusion de l’auteur vient de ce qu’il décrit comme une trahison de la part d’élus verts dont l’entrée dans le système politico-administratif (local puis national pour beaucoup d’entre eux) signe un renoncement envers leurs prises de positions initiales et un ralliement à la technocratie qu’ils n’ont, selon l’auteur, de cesse de rendre de plus en plus verte.

2L’auteur fondant ses observations sur la région de Lille, ouvre la réflexion sur la décision politique prise en 2010 et portée par deux élus écologistes lillois de doter chaque utilisateur des transports en commun d’une carte à puce RFID (Radio Frequency Identification) qui permet d’identifier, de contrôler et de suivre chaque voyageur. Ce dispositif est jugé d’autant plus liberticide qu’il complète un réseau de caméras de vidéo-surveillance et de dispositifs d’écoute dans le métro et les bus de Lille. Pour comprendre la situation, l’auteur revient aux sources de l’écologie politique et à l’histoire de la structuration du réseau de militants sur la région lilloise. La question environnementale émerge dans les années 70 et est exposée dans des travaux de recherche comme ceux d’André Gortz, disciple de Marx et d’Ivan Illich, et du club de Rome. Dans le sillage de mai 68, un mouvement écologique apparaît et l’association « les amis de la Terre » est fondée. À Lille, le groupe local s’installe dans le centre ville. Les écologistes lillois vont s’engager dans la vie politique et une première liste de candidats se présente aux élections municipales de 1977. Ils obtiennent du maire la création de la maison de la nature et de l’environnement qui sera un lieu de débats et de regroupements et qui permettra de diffuser les idées écologistes. Les élections de 1983 montrent des prises de positions radicales (contestation du métro par exemple) et le refus d’une alliance avec le PS local. Cette posture sera celle tenue par les militants jusque dans les années 90 puisqu’ils s’opposeront à la création du centre Euralille, (centre d’affaires européen qui s’étend sur 110 ha en centre ville), à la construction des autoroutes A16 et A1 bis.

31984 marque une rupture dans l’histoire de l’écologie politique avec la création d’un nouveau parti : les Verts. Deux tendances s’affrontent : les fondamentalistes et les réalistes favorables à l’infiltration dans les exécutifs locaux. Ce sera chose faite en 1989 avec l’entrée dans le conseil municipal de Lille de quatre élus verts. Cela aura pour effet de provoquer une scission dans le mouvement, les écologistes les plus radicaux n’acceptant pas de voter pour Pierre Mauroy. De fait, les positions des élus verts ne seront pas prises en compte. Euralille par exemple sera décidé en 1991 et en 1993, les élus décideront de quitter la majorité municipale. Mais, la volonté de s’engager dans les institutions est forte et en 1992, Marie Christine Blondin, tête de liste des verts, prend la présidence du Conseil régional. Elle s’attache à montrer qu’elle peut être réaliste dans la gestion et rigoureuse dans l’écologie. Elle déclare : « les gens verront que nous ne sommes pas des farfelus avec des projets rigolos mais des responsables avec des projets tenables. »

4L’année 2001 signe la professionnalisation des verts qui deviennent des adeptes de la culture gestionnaire et technicienne. Avec un score de 15,52% ils obtiennent de Martine Aubry, nouvelle maire de Lille, des postes à responsabilité et ils vont s’engager dans la politique d’aménagement du territoire. « Moi aussi, je veux une métropole vitrine» déclare Eric Quiquet, auteur de Lille, vert avenir au moment des élections de 2008, montrant ainsi son attachement au projet politique porté par le PS.

5Depuis les années 90, Lille est entrée dans une logique de concurrence avec les autres métropoles. Des infrastructures telles que la gare TGV et le tunnel sous la Manche ont été conçues pour de raccourcir les distances et s’inscrire dans une politique de développement économique mondialisée. De métropole, Lille devient une technopole que l’auteur décrit comme une alliance entre les groupes financiers, la recherche et les élus qui se rassemblent dans le pôle d’excellence logistique nommé I-trans. Ce dernier a pour but de promouvoir des chaînes de déplacement et de transport durables. Pour Tomjo, en mettant en œuvre ce projet, les élus verts « ne se contentent plus de gérer les nuisances, ils les produisent » (p. 45).

6L’auteur analyse finement la politique des transports et montre que les conditions de vie des habitants ne sont pas prises en compte, que rien n’est fait pour réduire les distances mais au contraire que la politique est basée sur une augmentation du trafic. Ainsi le schéma directeur de 2009 prévoit un passage de 100 à 200 millions de voyageurs à l’horizon 2015. Contrairement à la revendication initiale des écologistes, la voiture ne disparaît pas mais reste un maillon dans une chaîne de mobilité. Le modèle d’aménagement qui s’impose sans débat démocratique  et qui est porté par les élus verts est celui de la ville compact, dense et intense. Il entraîne une surenchère dans la création de grandes infrastructures comme le canal Seine Nord Europe défendu ardemment par les élus verts. Ayant pour but de faciliter les transports de marchandise du Nord de l’Europe vers son centre, il est présenté comme un mode de circulation doux alors que son impact environnemental et financier est énorme : saignée de 100 km de long et de 100 mètres de large qui prévoit la construction de 57 ponts, 7 écluses, 4 plateforme d’activités, cinq quais céréalier et cinq ports de plaisance.

7Pour l’auteur, c’est l’enfer vert qui se prépare c’est à dire « la fuite en avant technocratique, plus rationnelle, plus efficiente, plus destructrice » et « l’intensification du contrôle, imposée par la survie dans un environnement pathogène sans atteinte aux bases de la production industrielle » (p. 91). Après cette analyse, certes passionnante mais se situant dans une perspective catastrophiste, le lecteur aimerait connaître les solutions proposées pour résister à cette voie qualifiée de technofasciste sur laquelle nous serions engagés. Mais, il ne semble pas y en avoir. L’auteur balaie dans le même mouvement toute action citoyenne s’emparant de façon la question environnementale. Ainsi, les théories de Jérémy Rifkin et le mouvement naissant des villes en transition sont rejetés en bloc et sévèrement jugés sans argumentation.

8L’ouvrage est complété par une réflexion générale sur la planification dans l’action publique et en particulier lorsqu’elle est présentée comme la solution à la crise environnementale. Dans un texte court, mais dense et riche, intitulé « Critique de la planification écologique », l’auteur porte une sévère critique au programme du front de gauche qui voit dans la planification écologique une réponse à la crise. Tomjo montre de façon très documentée que cette planification existe déjà pilotée et mise en œuvre par le Ministère de l’écologie et du développement durable. Il montre que ce programme est encore un programme de défense de la société industrielle, modèle qu’il faut pour lui radicalement abandonner car il est la cause de la crise écologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Tomjo, L’enfert vert. Un projet pavé de bonnes intentions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11409

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page