Navegación – Mapa del sitio

Chantal Rodet, Yves Grafmeyer, Généalogies. Le récit bourgeois XIXe et XXe siècles

Delphine Moraldo
Généalogies
Chantal Rodet, Généalogies. Le récit bourgeois XIXe et XXe siècles, Presses universitaires de Lyon, 2010, 503 p., @ean : 9782729708276.
Inicio de página

Texto completo

1C'est à un véritable travail de titan auquel s'est livré Chantal Rodet pour écrire cet ouvrage : elle s'est plongée dans les récits généalogiques (c'est-à-dire de véritables « récits » construits, organisés, relatant en les commentant les épisodes de l'histoire familiale) de la bourgeoisie lyonnaise et a réuni et analysé en profondeur 1060 pages de récits, soit onze généalogies, principalement écrites au XXème siècle, par une majorité d'hommes. Elle a en outre reconstitué le cycle de vie de 220 individus par famille étudiée, soit en tout plus de 2400 individus, réalisé des entretiens auprès d'auteurs de récits, de membres des familles étudiées, de dépositaires de documents, et étudié divers documents ayant trait à la généalogie (correspondance, notes, journaux, etc.). Le résultat est une étude minutieuse, à travers l'analyse microsociologique de ces différents récits généalogiques, des raisons qui ont poussé les généalogistes à parler d'eux-mêmes et à mettre en scène leur histoire familiale d'une façon qui leur est propre, dans un contexte particulier, mais également des « conditions dans lesquelles une conscience généalogique de soi peut émerger chez un individu dans une famille appartenant à la bourgeoisie » (p. 17).

2L'originalité de cette recherche tient sans doute à la formation scientifique de l'auteure, à la croisée de la psychologie, de la sociologie, de l'anthropologie et des sciences du langage... Et le résultat prouve que l'interdisciplinarité ne nuit pas à la qualité scientifique d'une recherche, et peut au contraire, en apportant des méthodes nouvelles et complémentaires aux méthodes traditionnellement usitées dans un champ scientifique donné, enrichir l'analyse. Ainsi, Chantal Rodet choisit-elle d'utiliser la méthode d'analyse sémiotique issue des travaux d'Algirdas Julien Greimas (à tendance structuraliste et formaliste, dans les années 1970 et 1980) pour dégager la « véritable » intentionnalité d'un discours écrit, quand bien même les déclarations des auteurs ne vont pas dans le même sens. On retrouve ici un principe cher à la sociologie structuraliste, considérant qu'il ne faut pas tant tenir compte des explications des individus que de leurs actions, censées en dire plus sur leurs véritables motivations (ou du moins sur le ressort de leurs actes).

  • 1 Cette analyse peut se lire en complément des paragraphes consacrés aux motivations explicites de l' (...)

3Dans le cadre du récit généalogique, il s'agit de dévoiler la « visée du monde avec laquelle leurs auteurs construisent leurs récits en tant qu'objets, tout en se construisant eux-mêmes » (p. 15). L'analyse des discours, que permet une telle méthode, fait d'ailleurs tout l'objet de la troisième partie, point central de l'ouvrage, portant sur les « fonctions des récits » 1. Elle permet de dégager quatre grandes fonctions du récit généalogique : « perpétuer » l'identité familiale, « enraciner » dans une position sociale et dans un lieu (il s'agit ici de prouver l'ancienneté de leur lignée, sa continuité, et de réaffirmer l'ancrage originel de leur lignée patronymique afin de fédérer la famille autour d'un même récit fondateur), « légitimer » l'appartenance à la grande bourgeoisie lyonnaise, et enfin « instituer » des héritiers dépositaires d'une mémoire, d'un imaginaire, et surtout de valeurs familiales (qui apparaissent de façon sous-jacente dans les récits). Sur ce point, Chantal Rodet montre bien que le récit généalogique à une fonction de socialisation anticipatrice. Les écrivains « désignent ainsi à leur famille des pôles d'identification pouvant exercer un tropisme sur leurs descendants. Leurs récits s'adressent donc à leurs descendants qui souhaitent une stabilité et une continuité, se définissant moins par l'observation d'une posture traditionaliste que par une capacité à résister à des oppositions venues de l'extérieur, à maintenir leur structure et à la modifier de façon ordonnée » (p.456). Le récit généalogique contribue ainsi à préserver et entretenir la stabilité de la famille bourgeoise.

4Outre cette analyse centrale des fonctions du récit, l'auteure, dans les deux chapitres précédents, aborde l'histoire de la généalogie bourgeoise, et le contexte de production des récits généalogiques analysés. Après avoir rappelé l'histoire du genre depuis l'Antiquité, elle revient notamment dans le premier chapitre sur les caractéristiques de la bourgeoisie aux XIXe et XXe siècles, et en particulier de la bourgeoisie lyonnaise, en mobilisant les travaux d'auteurs spécialistes de la question comme B. LeWita ou encore Y. Grafmeyer (qui d'ailleurs signe la préface de l'ouvrage). On y apprend entre autres qu'être (grand) bourgeois est une condition héritée et reconnue, et qu'il est vital pour la bourgeoisie ancienne de transmettre aux générations futures les valeurs des précédentes, qui ont contribué à l'identité (au « nom ») et à la cohésion familiale ; que les familles de la bourgeoisie étudiée forment un milieu social structuré par une sociabilité essentiellement familiale et un mode de vie ritualisé, qu'elles possèdent en outre une « culture de la mémoire » généalogique qui structure l'univers familial autour de la parenté plus que de la famille. Tous ces éléments, nous dit Chantal Rodet, sont essentiels pour mettre en relation les caractéristiques de la bourgeoisie lyonnaise des XIXe et XXe siècles avec la présence d'une « conscience généalogique de soi » (p. 48) dans cette couche sociale.

5Dans la deuxième partie de l'ouvrage, Chantal Rodet s'attache aux « conditions de production des récits ». Par là, elle entend inscrire les auteurs étudiés dans l'espace social, voire en resserrant la focale l'espace social bourgeois lyonnais, et plus précisément encore, l'espace social « familial ». On découvre ainsi que les auteurs de ces récits sont principalement des hommes (9 sur 11) mariés, vieux, cadets de leur fratrie et aussi descendants de cadets (caractéristique intéressante que Chantal Rodet explique aux pages 101-102 par la trajectoire sociale et géographique instable des branches cadettes qui ont besoin de réaffirmer symboliquement leur attachement à la famille), à fort capital culturel. Mais elle ne s'en tient pas à une analyse statique et interroge aussi la trajectoire de vie des différents auteurs, montrant par exemple que ces derniers appartiennent à des familles qui ont connu une ascension sociale de leur lignée patrilinéaire.

6En conclusion, cet ouvrage résultant d'une somme de travail sur des documents généalogiques (entre autres) présente, comme on pourrait s'y attendre, une analyse extrêmement détaillée du contexte et des motivations qui poussent ces bourgeois à écrire sur eux et sur leur famille. Cette recherche très poussée nécessite peut-être une certaine maitrise du vocabulaire de la parenté, sous peine de ne plus s'y retrouver entre les branches cadettes, maternels, patrilinéaires, etc. Cependant, c'est ce même souci du détail et de la précision qui permet une analyse vraiment en profondeur du récit généalogique bourgeois, illustrée abondamment par les cas étudiés

Inicio de página

Notas

1 Cette analyse peut se lire en complément des paragraphes consacrés aux motivations explicites de l'écriture généalogiques dans la deuxième partie de l'ouvrage (p. 134-146). Chantal Rodet y montre que les différents auteurs se présentent comme des « acteurs tournés vers leur descendance », des « instructeurs de la mémoire familiale », des « restaurateur de l'héritage paternel » et des « rédacteurs de la tradition ». Il est intéressant dans cette perspective de comparer les motivations explicites et les fonctions implicites du récit.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Delphine Moraldo, « Chantal Rodet, Yves Grafmeyer, Généalogies. Le récit bourgeois XIXe et XXe siècles », Lectures [En línea], Reseñas, 2010, Publicado el 23 septiembre 2010, consultado el 21 octubre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1141

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página