Navigation – Plan du site

Mireille Delmas-Marty, Le travail à l’heure de la mondialisation

Camille Dorignon
Le travail à l'heure de la mondialisation
Mireille Delmas-Marty, Le travail à l'heure de la mondialisation, Paris, Bayard, coll. « Collège de France », 2013, 117 p., ISBN : 9782227486249.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Si l’on excepte la brève présentation de Jack Ralite, alors sénateur de la Seine-Saint-Denis.
  • 2  Fournier Emmanuel, « Rencontre avec Mireille Delmas-Marty : L’universel à l’épreuve du droit », Sc (...)

1Mireille Delmas-Marty se consacre depuis de nombreuses années à ce qu’elle semble considérer à la fois comme une proposition doctrinale, et presque comme une espérance : l’humanisme juridique. C’est dans cet esprit qu’il faut lire le petit livre Le travail à l’heure de la mondialisation qui doit faire l’objet d’une courte présentation, nécessaire pour appréhender l’ouvrage. En effet, ce dernier consiste principalement en une quasi-retranscription en quarante pages d’une conférence prononcée par Mireille Delmas-Marty et de deux annexes1 consacrées à l’humanisme juridique, thématique de recherche dans laquelle elle inscrit cette conférence. La juriste appelle de ses vœux une communauté non seulement « internationale, qui est une communauté des États, mais une communauté véritablement humaine »2.

2Mireille Delmas-Marty est une juriste éminemment reconnue : professeure honoraire au Collège de France, elle a derrière elle une longue carrière comme spécialiste, d’abord du droit pénal, mais aussi du droit comparé, du droit international public et enfin des droits de l’homme. Pour la conférence qui nous occupe, femme de conviction, elle s’était pliée à l’exercice de la délocalisation de certains enseignements du Collège de France à Aubervilliers, dans le cadre des « lundis du Collège de France », et ce le 23 mai 2011 au Lycée Le Corbusier.

  • 3  Voir par exemple : Delmas-Marty Mireille, « Ordre juridique et paix positive », Le Monde Diplomati (...)

3Replaçant rapidement le contexte d’une mondialisation qui loin d’être l’héritière des grandes migrations ou des déplacements décrits par Braudel doit se penser en lien avec la fin de la Seconde Guerre Mondiale, elle arrive spontanément à la discordance entre travail et mondialisation : le travail à l’heure de la mondialisation, c’est le travail à l’épreuve de la mondialisation… Discordance a priori étrange puisque circulation accrue des marchandises, intensification du commerce international et main invisible sont, on le sait, censées mener tout un chacun sur la route d’un travail gratifiant et d’un bonheur prospère. Toute ironie mise à part, il est à ce stade surprenant que l’auteure ne cite pas, comme par le passé3 — mais il est vrai que l’exercice de la conférence ne permet pas l’exhaustivité — la critique économiste de cette convergence entre progrès technique et bonheur humain, en citant l’existence de travaux comme ceux d’Amartya Sen, prix Nobel d’économie (1998).

4Selon Mireille Delmas-Marty, si les textes, si les instruments juridiques vont toujours plus loin dans la facilitation de la libéralisation des échanges, un « paradoxe des frontières » existe néanmoins bel et bien : cette libéralisation est unilatérale. Quand il s’agit des hommes, les barrières se reforment et la Déclaration des droits de l’homme de 1948 est impuissante à contrer les puissantes réglementations de l’OMC. Les traités économiques et commerciaux sont appliqués avec fermeté, mais il n’en est pas de même des instruments dédiés au « droit des gens ».

5À cette problématique de la discordance elle répond, en juriste, en deux temps. En premier lieu elle pose la question des causes de cette discordance, pointant notamment le triomphe du libéralisme, une cause profonde sans doute politique (p. 35). Elle dénonce la séparation entre droits du marché et droits sociaux. En second lieu, des éléments de conciliation entre travail et mondialisation sont proposés, dans la mondialisation elle-même ou dans la responsabilisation des entreprises transnationales. Néanmoins, on reste dans un univers de réflexion assez théorique.

  • 4  Supiot Alain, Homo juridicus, Essai sur la fonction anthropologique du droit, Paris, Points « Essa (...)
  • 5  Alexandre Laurent, « Google et les transhumanistes », Le Monde, n° 21229, 20 avril 2013.
  • 6  Delmas-Marty Mireille, Résister, responsabiliser, anticiper — Ou comment humaniser la mondialisati (...)

6Ainsi, membre de l’Académie des Sciences morales et politiques, Mireille Delmas-Marty a depuis longtemps cessé d’être uniquement une pénaliste, et à l’instar d’Alain Supiot, à l’origine juriste travailliste, et qu’elle cite d’ailleurs, elle s’est muée en conscience de son temps ; elle puise pour les deux textes qui figurent en annexe parmi les réflexions que lui ont inspirées ceux qui l’ont accompagnée et questionnée tout au long de son parcours d’intellectuelle, de Kant à Carl Schmitt et de Foucault à Ricœur. Cependant, c’est un peu désarçonné que le lecteur passe du ton oral et accessible de la conférence à l’expression d’une pensée virevoltante, qui se déploie tout autant dans la première annexe, « Le mythe de l’humanisme juridique », que dans la seconde, « Une utopie réaliste : humaniser la mondialisation ». Mireille Delmas-Marty y déploie la même virtuosité qu’Alain Supiot dans Homo juridicus4 pour évoquer des questions extrêmement diverses. De cette diversité on retiendra avec attention un passage d’actualité fort préoccupante, celui consacré à la critique qu’elle fait des courants trans- ou post-humanistes, qui promeuvent l’humain « augmenté ». Ainsi un scientifique mettait récemment en garde contre cet homme du futur, « à tout jamais une version bêta »5. Assurément, ces pages stimulent la réflexion et proposent de la prolonger par la lecture de l’ouvrage que l’auteure a publié en début d’année au Seuil, Résister, responsabiliser, anticiper. Ou comment humaniser la mondialisation6.

Haut de page

Notes

1  Si l’on excepte la brève présentation de Jack Ralite, alors sénateur de la Seine-Saint-Denis.

2  Fournier Emmanuel, « Rencontre avec Mireille Delmas-Marty : L’universel à l’épreuve du droit », Sciences humaines, n° 227, juin 2011 pp. 28-31.

3  Voir par exemple : Delmas-Marty Mireille, « Ordre juridique et paix positive », Le Monde Diplomatique, n° 592, juillet 2003, pp. 4-5.

4  Supiot Alain, Homo juridicus, Essai sur la fonction anthropologique du droit, Paris, Points « Essais », 2009.

5  Alexandre Laurent, « Google et les transhumanistes », Le Monde, n° 21229, 20 avril 2013.

6  Delmas-Marty Mireille, Résister, responsabiliser, anticiper — Ou comment humaniser la mondialisation, Paris, Seuil « Débats », 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dorignon, « Mireille Delmas-Marty, Le travail à l’heure de la mondialisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 09 mai 2013, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11441

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page