Navigation – Plan du site

Sophie Alami, Dominique Desjeux, Isabelle Garabuau-Moussaoui, Les méthodes qualitatives

Jacques Le Bohec
Les méthodes qualitatives
Sophie Alami, Dominique Desjeux, Isabelle Garabuau-Moussaoui, Les méthodes qualitatives, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2009, 126 p., EAN : 9782130535270.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Note de la rédaction : Les auteurs de cette publication ont souhaité répondre à l'auteur de ce compte rendu. Vous pouvez découvrir cette réponse à l'adresse suivante : http://www.liens-socio.org/​article.php3?id_article=6747

2Autant l'admettre d'emblée, ce petit livre est décevant. Mais il l'est sans doute plus par le contrat de lecture que par son contenu en tant que tel. En d'autres mots, il y a un problème de titre et de collection (ou alors de dissonance cognitive du lecteur...). Il faut dire que la collection « Que sais-je ? », emblématique des Presses universitaires de France, se caractérise depuis une décennie environ par un changement éditorial drastique. Ainsi, les numéros apposés sur la tranche ont récemment été supprimés, ce qui désespère les libraires. Plus important, les contenus ont évolué dans une direction en partie dictée par le service de marketing et le critère de choix des auteurs a donc changé. Alors que le succès de la collection s'est fait sur une réputation d'exhaustivité, de rigueur et d'austérité, elle affiche désormais une proximité avec la pratique. Par exemple, le « Que sais-je ? » sur le journalisme a été confié à un ancien journaliste du Monde, Thomas Férenczi, plutôt qu'à Rémy Rieffel ou à Jean-Marie Charon. Signe des temps, l'expertise aux yeux des responsables de la collection n'est plus du ressort des spécialistes analysant froidement et objectivement, mais des acteurs engagés dans l'action, censés mieux savoir. Le risque est grand, dès lors, d'avoir des contenus qui livrent une vue enchantée, partielle et normative d'un domaine. À n'en point douter, le paradigme compréhensif, très en vogue malgré ses apories (et surtout une mauvaise lecture de Max Weber), rend intellectuellement possible cette nouvelle politique éditoriale. Après tout, n'est-ce pas la conséquence logique d'une posture qui valorise la parole des acteurs étudiés au détriment de l'analyse distanciée ?

3Malgré cela, la suite de cette note de lecture se réfère aux exigences (périmées ?) de sciences sociales qui ne renoncent pas à leur tâche, certes humble et mal récompensée mais si exaltante : le progrès du savoir. À cette aune, qui n'est peut-être pas la bonne, ce livre n'est pas à la hauteur. Son contenu apparaît comme un plaidoyer pro domo des auteurs en faveur de leur activité quasi commerciale de consultants, ce qu'ils ont le mérite de ne pas occulter ; les chapitres 2 et 3 s'appellent respectivement « La prospection » et « La rédaction de la proposition d'enquête ». Mais il faut avouer qu'on est fort loin des méthodes qualitatives en vue d'une amélioration désintéressée et convaincante de nos connaissances. Innombrables et agaçantes sont les formulations mentionnant leur expérience de consultants : ce que nous appelons, nous constatons, nos prestations, nous avons lancé, nous avons donc, notre position, nous postulons, etc. Tant et si bien qu'on a l'impression de lire un rapport interne d'activité (confidentiel, ethnocentré), voire une plaquette promotionnelle pour le « centre de recherches privé les Argonautes » (statut juridique : SARL). Dans ce contexte, sans doute aurait-il été plus opportun d'intituler le livre « Le protocole du consultant sociologue », ou bien « Nous, consultants sociologues ».

4Qui plus est, les références théoriques et empiriques s'avèrent insuffisantes et approximatives. Au prime abord, elles sonnent comme un alibi académique pour impressionner les clients potentiels. La pauvreté conceptuelle est immense : qu'est-ce que le « champ des méthodes en sciences sociales » (p. 115) ? Les auteurs négligent la complémentarité des techniques et les travaux de leurs collègues ; à cet égard, la bibliographie est éloquente (à 28% celle des auteurs). Aussi une analyse secondaire du livre s'impose-t-elle : prendre le propos, non comme une analyse, mais comme un témoignage subjectif. En l'occurrence, il confirme les pires craintes formulées envers la recherche contractuelle et appliquée : le « chercheur » est sous la coupe des « clients » ; il doit raisonner comme un entrepreneur privé ; il est contraint par des clauses étrangères à la démarche scientifique. Certes, de bons réflexes subsistent, visibles dans certains mots (hypothèse, problématique, construction de l'objet), mais leur rôle effectif devient ténu, réduits à l'état de reliques. Le lexique scientifique doit laisser la place au jargon gestionnaire des études de marché. Les « chercheurs » sont contraints par une visée thérapeutique : ils doivent proposer des solutions (aide à la décision). Les auteurs admettent qu'ils doivent trouver des compromis bancals entre but scientifique et visée pragmatique tout en se présentant comme courageux (« risques intellectuels » p. 7-8), sous-entendant que ceux qui ne suivent pas leur voie ne le sont pas. Certains passages laissent penser qu'ils conservent intacts les idéaux d'indépendance intellectuelle et de qualité scientifique, mais l'illusio semble bien prégnante. Comment croire qu'ils se sont contentés de répondre à une « demande d'enquêtes apparue en France à la fin des années 1980 » ? Pourquoi ne trouve-t-on pas d'analyse réflexive sur les propriétés sociales des chercheurs qui se sont investis dans ce genre d'activités en marge ? Ne se rendent-ils pas compte qu'il est clair que leur dévalorisation de l'édition en SHS (p. 23-24) et leur condescendance envers la recherche « pure » (donc vaine, voir p. 51) vise surtout à niveler les valeurs pour se ménager un créneau rentable et légitime ?

5En conséquence, il est maladroit de prétendre que leur livre s'adresse aux étudiants, aux enseignants et aux chercheurs : la maîtrise conceptuelle (floue, partielle) et linguistique (mal écrit) fait souvent défaut ; ils ne savent pas que la dichotomie scolaire entre quantitativistes et qualitativistes est obsolète (mais commercialement utile face à la force sociale des sondeurs) ; ils se paient de mots avec des généralités vides (« La force des approches qualitatives, c'est également de pouvoir montrer l'ambivalence de la plupart des relations sociales... ») ; ils ne montrent aucun recul critique vis-à-vis de leur propre pratique ; nombreuses sont les tautologies, les redondances, les naïvetés, les bêtises (la recherche qualitative serait par nature exploratoire et inductive... p. 54) et les contradictions (souplesse vs. standardisation) ; les « méthodes qualitatives » sont principalement évaluées et évoquées au prisme de leur intérêt commercial ; l'absence de connaissance préalable du sujet - chronophage dans leur logique - est érigée en précepte heuristique (p. 55) ; la problématique est présentée comme devant être influencée par les techniques d'enquête choisies et non l'inverse (p. 56) ; la prise de notes, pourtant approximative, est préférée à l'enregistrement ; le temps ne peut être perdu et se trouve précisément comptabilisé dans un budget prévisionnel ; les déterminants sociaux classiques sont par principe écartés car jugés inadéquats au niveau « méso », ce qui économise du temps et du jus de crâne (p. 64) ; la contractualisation est posée comme l'horizon indépassable pour toute recherche, ce qui est une simple projection de la pratique des auteurs (p. 76) ; l'observation participante incognito est passée sous silence (sans doute trop coûteuse en temps) ; les enquêtés sont indemnisés (p. 83) ; paradoxalement, les grilles d'analyse sont posées a priori, à rebours de la profession de foi inductive et compréhensive initiale (p. 116) ; etc.

6En peu de pages, tout est étalonné en fonction de la « prestation » et de la satisfaction du client (les enquêtés sont « recrutés »). Certaines affirmations des auteurs sont pertinentes, mais elles ne sont pas le fruit de leur credo et ne compensent pas l'impression d'ensemble. Au final, le propos confine à des rationalisations a posteriori tirées par les cheveux (méthodes quantitatives peintes en noir). Avec la foi du charbonnier, on dirait qu'ils ambitionnent que chacun partage leur credo. Mais ce travail symbolique d'auto-héroïsation se révèle laborieux et cousu de fil blanc. Les auteurs semblent abusés par le nombre de contrats signés un peu partout, qui leur laisse croire en leur autosuffisance scientifique (« l'expérience montre que... »), d'où leur conclusion grandiloquente et hors sujet. Ce besoin provient sans doute de la frustration de ne pouvoir publier les résultats mirobolants de leurs enquêtes menées tambour battant, clauses de confidentialité obligent. Tout se passe comme si, malgré les profits matériels retirés, ils ressentaient le besoin de se rasséréner, de plaider leur cause face à leurs concurrents (sondeurs) et de restaurer leur image ternie de chercheurs. Las ! Le propos de ce petit livre est loin de suffire pour leur octroyer ce label scientifique tant courtisé, confirmant le malentendu éditorial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Le Bohec, « Sophie Alami, Dominique Desjeux, Isabelle Garabuau-Moussaoui, Les méthodes qualitatives », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 05 octobre 2010, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1146

Haut de page

Rédacteur

Jacques Le Bohec

Professeur en Sciences de l'information et de la communication à l'université Lumière Lyon-2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page