Navigation – Plan du site

Cédric Lomba et Julian Mischi, « Usines. Ouvriers, militants, intellectuels », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 196-197, mars 2013

Maxime Quijoux
Usines
Cédric Lomba, Julian Mischi (dir.), « Usines. Ouvriers, militants, intellectuels », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 196-197, 2013, Seuil, ISBN : 978-2-02-109829-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Après l’agriculture, le secteur secondaire est le domaine d’activité qui a connu la plus forte dest (...)
  • 2  Pfefferkorn Roland, Inégalités et rapports sociaux, Paris, la dispute, 2007.
  • 3  Voir, entre autres, Terrail Jean-Pierre, Destins ouvriers, la fin d’une classe ? Paris, PUF, 1990  (...)

1Dans un contexte social marqué par la multiplication des restructurations et la destruction massive d’emplois industriels1, la dernière parution des Actes constitue non seulement une livraison bienvenue sur le monde ouvrier, mais judicieuse au regard de l’approche choisie. Bienvenue, car, si les mobilisations ouvrières suscitent aujourd’hui une intense couverture médiatique, l’usine et ses acteurs ont connu une relégation importante en tant qu’objet d’étude dans les sciences sociales2. Pertinente par ailleurs, car ce dossier ne vise pas à faire état d’une nouvelle anamnèse des formes de domination que subissent ces salariés, qui accompagne régulièrement depuis trente ans les contributions sur la classe ouvrière3. Si le dossier ne manque pas de tonalités nostalgiques et aborde ce groupe « sous l’angle des modes de domination culturelle », son objet reste néanmoins de saisir la façon dont les ouvriers s’approprient certaines connaissances « comme modalité de transformations de leurs conditions sociales, comme instrument de critique ou de mise à distance de l’ordre usinier » (p. 7). En d’autres termes, les coordinateurs s’intéressent à certaines formes de résistances, disons « savantes », pour mieux interroger la question de « l’autonomie ou de l’hétéronomie des classes populaires ». Pour ce faire, Lomba et Mischi proposent d’interroger non seulement les « rapports des classes populaires aux savoirs » mais aussi le rôle et les échanges que celles-ci entretiennent avec les « intellectuels », qu’ils soient issus de l’entreprise ou plus souvent du monde militant. Ce dossier nous invite donc à nous intéresser à des formes d’» économie cognitive » entre différents groupes sociaux et opère en ce sens un double décentrage : d’un côté, il s’écarte d’une lecture « autonomiste » des classes populaires en soulignant les interactions, parfois denses, avec les autres groupes sociaux dans leurs constructions culturelles ; de l’autre, si le numéro appréhende la question de la résistance ouvrière par le travail, il s’éloigne des approches classiques portant essentiellement sur le rapport à l’activité manuelle ou aux formes de protestations traditionnelles telles que le freinage, l’occupation ou la grève.

2Loin d’être évident, ce double décentrage prend ici une épaisseur singulière par le croisement de la sociologie et de l’histoire mais aussi de contributions sur l’international (Belgique, Angleterre, Brésil). Cette approche permet en l’occurrence de définir des dynamiques et caractéristiques spécifiques à la question posée, indépendamment des variables de temps, de pays ou de la diversité objective de la classe ouvrière. Nous retiendrons trois points qui nous semblent traverser les dix articles, choix évidemment réducteur au regard de la variété d’entrées qu’offre la qualité des textes en présence.

  • 4  Hoggart Richard, La culture du pauvre, Paris, Minuit, 1991.
  • 5  Corouge Christian et Pialoux Michel, « Engagement et désengagement militant aux usines Peugeot de (...)
  • 6  Marichalar Pascal et Pitti Laure, « Réinventer la médecine ouvrière ? », pp. 114-131.
  • 7  Lomba Cédric, « Restructurations industrielles : appropriations et expropriations des savoirs ouvr (...)
  • 8  Hayes Ingrid, « Les limites d'une médiation militante », pp. 84-101.
  • 9  Mischi Julian, « Savoirs militants et rapports aux intellectuels dans un syndicat cheminot », pp.  (...)
  • 10  Pochic Sophie, « Women on the Line de Miriam Glucksmann : quand un engagement féministe produit un (...)

3Le premier point concerne la question de l’ambivalence des liens entre ouvriers et intellectuels et par extension du rapport populaire au savoir. Comme le présentent largement Lomba et Mischi au cours de l’introduction, si travailleurs manuels et intellectuels sont amenés à régulièrement se côtoyer dans l’atelier ou dans le syndicat, les principes de séparation entre « eux » et « nous » demeurent de puissantes sources d’identification, l’anti-intellectualisme notamment4. Ces limites rendent les interactions souvent difficiles entre différents groupes et éloignent durablement ce salariat des domaines de connaissances et des positions supérieures qui lui sont associées. Ainsi, si la plupart des contributions reviennent sur des collaborations  exemplaires, comme celles de Pialoux et Corouge5 ou entre médecins du travail et ouvriers6, toutes témoignent des tensions qui traversent la rencontre entre membres des classes populaires et de la (petite) bourgeoisie, fut-elle éclairée et politisée. Qu’ils se retrouvent pour empêcher la fermeture d’une usine7, animer une radio de soutien à des travailleurs sidérurgistes8 ou plus simplement dans des espaces militants communs9, ouvriers et intellectuels semblent suivre un script sociologique où l’utilité et la dextérité du travail manuel s’opposent à un verbe facile et une hexis corporelle, expressions irréductibles d’un rapport spécifique à la culture légitime. En revenant sur le parcours ouvrier de la féministe Miriam Glucksmann — universitaire ayant abandonné le « confort » de la fac pour l’usine, Pochic10 donne à voir la dimension profondément heuristique d’une immersion en usine pour l’intelligibilité des conduites populaires, notamment dans leur rapport au politique ; mais l’auteure montre aussi les tensions et décalages d’habitus entre l’intellectuelle et ce milieu dont elle n’est pas issue et qu’elle quittera pour mieux revenir à l’université, illustrant au passage l’impossible permutation culturelle dont faisait état Bourdieu dans la Distinction (1979).

  • 11  Grignon Claude, Passeron Jean-Claude, Le savant et le populaire, misérabilisme et populisme en soc (...)
  • 12  Voir en particulier Comarmond (de) Leïla, Les vingt ans qui ont changé la CGT, Paris, éditions Den (...)
  • 13  Gaxie Daniel, Le cens caché, Paris, le Seuil, 1978.
  • 14  Voir Lomba, op.cit. et Tomizaki, op.cit.
  • 15  Mischi, op.cit.
  • 16  Lomba op.cit.
  • 17  Boulland, op.cit.
  • 18  Marichalar, Pitti, op.cit.
  • 19  Hayes, op.cit.

4L’intelligence du dossier et des contributions réside dans le refus de dénégation des rapports de domination sans pour autant s’enfermer dans ses écueils récurrents11. Ainsi, si tous soulignent les effets contraignants de l’homologie dans les échanges entre ouvriers et intellectuels, la conjugaison de contextes sociopolitiques particuliers et de trajectoires singulières concoure à l’acquisition de savoirs auxquels correspondent généralement à l’accès à de nouvelles positions. Deux institutions constituent des espaces sociaux privilégiés pour ces échanges et mobilités, en favorisant notamment les « conditions de félicité » des interactions entre membres de classes sociales divergentes : le Parti Communiste mais surtout la CGT. C’est le deuxième apport que nous aimerions souligner ici. En dépit de leurs déclins respectifs et de leurs mues contemporaines souvent conflictuelles12, le dossier montre que ces organisations ont toujours créé les conditions d’un continuum social entre différents pôles du monde militant, entre salariés, artistes et intellectuels. Parti et syndicat contribuent non seulement à fluidifier les échanges entre différentes catégories sociales mais aussi à rattraper pour les membres des classes populaires un capital culturel et un sentiment de compétence souvent malmenés par l’institution scolaire. Ainsi, comme l’a bien identifié Gaxie en son temps13, la CGT et le PCF ‑  tout comme leurs homologues belges et brésiliens14 ‑ participent à l’acquisition de compétences intellectuelles de base (écrire un compte-rendu15) mais aussi plus élaborées et plus politiques, comme en témoignent la complexification progressive des plans de restructurations16, l’encadrement militant17, l’expertise médicale18 ou bien encore l’accès à la culture légitime19.

  • 20  Audrey Mariette « De la fabrique d'une génération à la fabrique de la reproduction », pp. 152-157.
  • 21  Beaud Stéphane et Pialoux Michel, Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard, 1999.
  • 22  Schwartz Olivier, Le monde privé des ouvriers, Paris, PUF, 2002.

5Mais une fois de plus, les articles ne cèdent pas à la facilité du déterminisme, même lorsqu’il s’agit d’évoquer des périodes où la puissance de ces institutions, sur les individus et sur la société, semblait incontestable. Ainsi, le choix d’une entrée presque systématique par les trajectoires sociales ‑ c’est là le troisième apport du dossier ‑ illustre à quel point l’accès aux savoirs et les mobilités qui les sous-tendent, sont tributaires de dispositions particulières. Particulières non pas en tant qu’appartenance de classe, mais dans la position que tous ces différents agents occupent à l’intérieur de leur classe. Boulland montre bien que les cadres du Parti Communiste proviennent des fractions dominantes du monde ouvrier, notamment par la possession d’un capital scolaire. De même, Marichalar et Pitti soulignent que les médecins engagés dans la lutte pour la santé ouvrière appartiennent à des positions marginales au sein de leur profession. Mais les exemples les plus éclairants demeurent sans conteste ceux de Christian Corouge et de Georges Valero20 : la description, parfois intime, de leur biographie, met en lumière la complexité psychosociologique d’agents pris en étau entre des dispositions « improbables » à la culture légitime et une position invariablement subalterne, autant voulue que subie. Ainsi, dans les propos de Corouge, la culture apparaît comme un moyen de salvation d’un ordre usinier non seulement aliénant mais mortifère. L’article met alors en bien en évidence l’importance de Pialoux dans l’itinéraire intellectuel de cet opérateur. Mais inversement, il donne à voir la centralité de Corouge dans ce qu’on peut considérer comme l’une des plus grandes contributions à la sociologie du travail ces trente dernières années21. Car le dossier ne donne pas seulement une lecture des mobilités ouvrières par l’intermédiaire de l’appropriation de compétences scolaires et politiques ; il constitue aussi un exercice réflexif en interrogeant la construction de la connaissance scientifique de « l’ordre usinier ». Pialoux nous livre alors ici une introspection unique, proche de ce qu’Olivier Schwartz propose dans le monde privé des ouvriers22 : un retour pudique et heuristique qui permet de saisir les tensions entre dimension humaine, politique et scientifique du travail de chercheur.

  • 23  De Certeau Michel, L’invention du quotidien, Paris, Folio, 1990.
  • 24  Willis Paul, L’école des ouvriers, Marseille, Agone, 2011.

6En somme, on peut considérer que ce dossier atteint un double objectif : offrir une analyse rétrospective critique ‑ donc riche d’enseignements ‑ sur des expériences issues d’époques où la proximité entre ouvriers et intellectuels semblait plus favorable ; proposer ensuite des pistes d’analyses sur ces échanges au regard des transformations qu’a subi la classe ouvrière depuis trente ans. Ainsi Lomba et Muschi nous invitent, entre autres, à nous intéresser à ce que de Certeau appelait « l’invention du quotidien »23, c’est-à-dire aux savoir-faire issus des pratiques et divertissements populaires, ou bien encore, à l’instar de Paul Willis24, à rapprocher sociologie du travail et de l’éducation pour appréhender les sociabilités ouvrières. En ce sens, on aurait peut-être souhaité plus de contributions sur l’état actuel des échanges entre prolétaires et intellectuels, connaissant leurs intrications toujours très fortes, notamment dans certains milieux militants, associatifs ou universitaires. Mais il faut prendre cet excellent dossier comme ce qu’il est avant tout : une invitation critique à renouer avec une tradition intellectuelle et politique à l’heure où les inégalités et clivages ne cessent de nous diviser.

Haut de page

Notes

1 Après l’agriculture, le secteur secondaire est le domaine d’activité qui a connu la plus forte destruction d’emplois ces trente dernières années, avoisinant le nombre de deux millions à la fin des années 2000 (Demmou Lilas, « La désindustrialisation en France », Les Cahiers de la DG Trésor, n° 2010-01-Juin 2010). Depuis, la situation s’est encore fortement dégradée, avec la fermeture supplémentaire de plus de 1000 usines (« Comment la désindustrialisation de la France s’accélère », L’Expansion, le 05/02/2013).

2  Pfefferkorn Roland, Inégalités et rapports sociaux, Paris, la dispute, 2007.

3  Voir, entre autres, Terrail Jean-Pierre, Destins ouvriers, la fin d’une classe ? Paris, PUF, 1990 ; Dubet François, La sociologie de l'expérience, Paris, Seuil, 1994 ; Balazs Gabrielle, Pialoux Michel. « Crise du travail et crise du politique », Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 114, septembre 1996. Les nouvelles formes de domination dans le travail (1). pp. 3-4 ; Linhart Danièle, Perte d’emploi, perte de soi, Toulouse, Erès, 1998.

4  Hoggart Richard, La culture du pauvre, Paris, Minuit, 1991.

5  Corouge Christian et Pialoux Michel, « Engagement et désengagement militant aux usines Peugeot de Sochaux dans les années 1980 et 1990 », pp. 20-33. 

6  Marichalar Pascal et Pitti Laure, « Réinventer la médecine ouvrière ? », pp. 114-131.

7  Lomba Cédric, « Restructurations industrielles : appropriations et expropriations des savoirs ouvriers », pp. 34-53.

8  Hayes Ingrid, « Les limites d'une médiation militante », pp. 84-101.

9  Mischi Julian, « Savoirs militants et rapports aux intellectuels dans un syndicat cheminot », pp. 132-151 ; Boulland Paul, « Sortir du rang ? », pp. 54-71 ; voir aussi Tomizaki Kimi, « Deux générations de syndicalistes au Brésil : pratiques quotidiennes et formation politique », pp. 102-113.

10  Pochic Sophie, « Women on the Line de Miriam Glucksmann : quand un engagement féministe produit un classique d'ethnographie ouvrière », pp. 72-83.

11  Grignon Claude, Passeron Jean-Claude, Le savant et le populaire, misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Seuil, 1989.

12  Voir en particulier Comarmond (de) Leïla, Les vingt ans qui ont changé la CGT, Paris, éditions Denoël, 2013.

13  Gaxie Daniel, Le cens caché, Paris, le Seuil, 1978.

14  Voir Lomba, op.cit. et Tomizaki, op.cit.

15  Mischi, op.cit.

16  Lomba op.cit.

17  Boulland, op.cit.

18  Marichalar, Pitti, op.cit.

19  Hayes, op.cit.

20  Audrey Mariette « De la fabrique d'une génération à la fabrique de la reproduction », pp. 152-157.

21  Beaud Stéphane et Pialoux Michel, Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard, 1999.

22  Schwartz Olivier, Le monde privé des ouvriers, Paris, PUF, 2002.

23  De Certeau Michel, L’invention du quotidien, Paris, Folio, 1990.

24  Willis Paul, L’école des ouvriers, Marseille, Agone, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Quijoux, « Cédric Lomba et Julian Mischi, « Usines. Ouvriers, militants, intellectuels », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 196-197, mars 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 13 mai 2013, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11468

Haut de page

Rédacteur

Maxime Quijoux

Post-doctorant à l’IDHE-ENS Cachan, auteur de Néolibéralisme et autogestion. L’expérience Argentine (Paris, Editions de l’IHEAL, 2011) et de Cultures et Inégalités. Enquêtes sur les dimensions culturelles des rapports sociaux avec Gildas de Séchelles, Flaviene Lanna, Raul Matta et Julien Rebotier (Paris, L’Harmattan, 2011.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page