Navigation – Plan du site

« Travail et action collective en temps de crise », Les Mondes du Travail, n°12, 2012

Corinne Delmas
Travail et action collective en temps de crise
« Travail et action collective en temps de crise », Les Mondes du Travail, n° 12, 2013, 162 p., ISBN : 9771778030001.
Haut de page

Texte intégral

1Cette livraison de la revue semestrielle Les Mondes du travail propose plusieurs éclairages stimulants sur la crise actuelle et ses effets.

  • 1  Anselm Jappe, Les Aventures de la marchandise, pour une nouvelle critique de la valeur, Paris, Édi (...)

2Elle s’ouvre sur un entretien réalisé par Gaëtan Flocco et Mélanie Guyonvarch avec le philosophe Anselm Jappe, entretien particulièrement éclairant sur le parcours d’un auteur atypique et sur la thèse principale qu’il défend, à savoir la « critique de la valeur » (« wertkritik ») théorisée par Robert Kurz. Radicale, cette critique est « une mise en discussion du fondement même des sociétés capitalistes », c’est-à-dire « pas simplement quelques nuisances particulières, mais notre mode de vie entier, notre manière d’être satisfaits de la vie ou pas » (p. 3-4). C’est ainsi le concept même de travail qui est mis en débat ; celui-ci « ne peut pas être la base de l’émancipation humaine » (p. 5) ; il s’agit « plutôt d’une « abstraction réelle » d’origine sociale : on y réduit toutes les activités possibles à leur seul dénominateur commun, celui d’être une « dépense de cerveau, de nerfs, de muscles » (Marx) » (p. 5). Le travail, loin d’être un simple moyen, est un but en soi dans le capitalisme ; plutôt que le défendre ou « le "libérer"», il faut « s’en libérer et organiser la production selon les besoins » (p. 5). Par ailleurs, à rebours de critiques populistes de « banquiers escrocs qui affament les travailleurs honnêtes » (p. 6), Anselm Jappe perçoit la financiarisation et la spéculation non comme des causes mais comme des symptômes de la crise. Reprenant la critique marxiste du fétichisme de la marchandise, l’auteur de Les aventures de la marchandise1 précise sa thèse de la « décomposition » du capitalisme due à la dynamique de ce dernier et apporte son propre éclairage d’une crise qui « en tant que telle, ne facilite […] pas l’émancipation humaine » (p. 10).

3Le dossier de ce numéro des Mondes du travail est pour sa part consacré au travail et à l’action collective en temps de crise. Les huit articles qui le composent appréhendent les effets de cette dernière sur le monde du travail et des relations professionnelles.

4Quatre contributions abordent les conséquences de la crise sur les relations collectives de travail dans plusieurs secteurs de l’économie. En s’appuyant sur une enquête auprès d’ouvriers, de représentants syndicaux et de médecins du travail dans une industrie automobile très touchée par la récession, René Mathieu et Armelle Gorgeu montrent l’ancienneté de l’utilisation de la crise au service d’une accélération du processus de détérioration des conditions de travail et d’emploi ; cette instrumentalisation est largement antérieure à 2007 et la crise n’a fait qu’aggraver la situation d’une filière dégradée en termes d’emploi. La récession, « occasion d’accroître la pression envers le personnel pour réduire les coûts » (p. 25), en provoquant des réorganisations et une intensification du travail, aurait contribué à une dégradation des conditions de travail. Avec les chantiers navals de Saint Nazaire, Pauline Seiller aborde un milieu en restructuration permanente depuis la fin des années 1970. La succession de crises, l’essor de situations de mises en concurrence des salariés et le recours massif à la sous-traitance nationale et étrangère dans ce secteur contribueraient à la montée en force de sentiments d’incertitude chez les salariés « stables » et à des tensions croissantes. Gaëtan Flocco et Mélanie Guyonvarch, sur la base d’une enquête réalisée auprès de travailleurs qualifiés entre 2001 et 2006 en France « censés être les mieux adaptés aux pratiques et discours innovants des entreprises » (p. 50), montrent la permanence de la rhétorique de la crise utilisée au service d’une injonction faite aux salariés de s’adapter aux « contraintes de la mondialisation ». Le discours permanent d’un état de crise, au cœur des stratégies d’entreprise et des discours managériaux, renforce les tensions et les sentiments de fatalisme économique, affectant ainsi la manière dont les salariés vivent leur travail et perçoivent ces transformations. Sans nier les effets durables et délétères de la crise de 2007, les auteurs remettent donc en cause l’idée d’une rupture entre celle-ci et la situation antérieure. « Cette thèse s’inscrit dans les analyses considérant la crise financière non pas comme une cause première, mais davantage comme le résultat d’une crise plus globale et profonde que traverse le capitalisme depuis la fin des années 1970 » (p. 61). Nicola Cianferoni oriente pour sa part le regard sur la grève des salariés de trois entreprises actives à l’aéroport de Genève en 2010. Loin d’être la conséquence directe de la crise économique de 2008, cette mobilisation s’inscrit dans l’histoire des relations collectives de ce site, attestant plus largement, selon l’auteur, la montée de la conflictualité dans l’industrie aéronautique suisse, dans un contexte de dégradation des conditions de travail et de baisse salariale.

5Trois contributions, portant respectivement sur la Grèce, l’Espagne et l’Allemagne, insistent pour leur part sur la dimension nationale. Christiana Karakioulafis montre l’impact de la crise sur les syndicats grecs et leurs difficultés à résister et à proposer des alternatives à la politique d’austérité. Antonio Moron revient sur la grève espagnole du 29 mars 2012 tandis que Meike Brodersen et Jean Vandewattyne nuancent, à partir de leur enquête auprès de syndicalistes de l’IG Metal, le diagnostic d’un « miracle allemand », en montrant les conséquences sur les salariés des politiques mises en œuvre et les effets délétères de la crise sur l’ensemble des travailleurs, actifs ou non.

6Le dossier se conclut par un article de Stephen Bouquin analysant les politiques européennes de réforme du marché du travail menées depuis 2002. Mettant en perspective ces différentes mesures réduisant les protections de l’emploi au nom d’une plus grande efficacité, l’auteur montre combien l’accroissement de l’insécurité socio-professionnelle en est le principal résultat. Loin d’être limité à quelques directions de ressources humaines, le « management par la peur » toucherait progressivement l’ensemble du salariat. Selon l’auteur, ce « management par l’insécurité professionnelle ne vise pas seulement à discipliner le « travail vivant » mais permet aussi d‘agir en faveur de sa dévalorisation sur le plan monétaire (la rémunération) » (p. 135).

7Succède au dossier, dans la rubrique « Contre-champs », un article de Daniel Bachet intitulé « Résistance, autonomie et implication des salariés. Quelle sociologie pour le travail ? » La sociologie du travail, trop circonscrite à l’analyse des rapports directs dans l’usine ou l’atelier et ne cherchant pas à remonter vers les déterminants de ces rapports – qu’ils soient économiques ou financiers- méconnaîtrait, selon l’auteur, le poids des structures et la finalité des entreprises. De plus, centrée sur la mise en évidence de l’ « autonomie » et de la « résistance » des salariés, elle ne pourrait offrir qu’une analyse très partielle des mobilisations à l’œuvre. L’objectif est en effet « de réhabiliter la « créativité » des individus qui parviendraient ainsi à se soustraire au moins en partie aux contraintes objectives (sociotechniques et économiques) et subjectives (ordre symbolique imposé) » ; or, « la liberté octroyée d’emblée aux individus n’entame pas vraiment l’ordre social » et « ces actions ne parviennent pas non plus à le subvertir en profondeur », le « rapport capital/travail demeur(ant) constitutivement défavorable au travail salarié et à la condition salariée, surtout dans la période récente dite néo-libérale » (p. 140). Pour pallier ces limites, l’auteur propose d’articuler l’analyse microéconomique de la production de valeur et l’étude sociologique des rapports de domination, de résistance et d’implication. « L’activité laborieuse ne se déroule nullement dans une sphère étroite, celle des interactions immédiates ou du décalage entre réel et prescrit ; elle est également déterminée par des logiques qui se jouent à des niveaux supérieurs, dans les sphères de la stratégie et de la gestion en particulier » (p. 146).

8Il s’agit de décloisonner les problématiques de recherche sur le travail, l’emploi et les relations professionnelles, conformément au projet éditorial de cette revue selon lequel « les relations de travail ne sauraient être abordées sans prendre en compte l’action collective et les relations professionnelles tout comme l’action publique ou celle des entreprises ». Cette approche interdisciplinaire, comparative et volontairement critique à l’égard des réalités contemporaines, permet ici d’éclairer les conséquences durables de la crise économique et financière de 2007 sur le monde du travail et l’action collective, en la replaçant dans une crise plus large et plus profonde affectant le capitalisme.

Haut de page

Notes

1  Anselm Jappe, Les Aventures de la marchandise, pour une nouvelle critique de la valeur, Paris, Éditions Denoël, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « « Travail et action collective en temps de crise », Les Mondes du Travail, n°12, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 14 mai 2013, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11470

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page