Navigation – Plan du site

Ranuccio Bianchi Bandinelli, Quelques jours avec Hitler et Mussolini

Gérard Creux
Quelques jours avec Hitler et Mussolini
Ranuccio Bianchi Bandinelli, Quelques jours avec Hitler et Mussolini, Paris, Carnets Nord, 2011, 96 p., Traduit de l'italien par Dominique Vittoz, ISBN : 9782355360503.
Haut de page

Texte intégral

1Ce texte d’une soixantaine de pages, publié pour la première fois en 1948 relate la visite officielle d’Hitler dans l’Italie de Mussolini en 1938. Son auteur n’est autre que celui qui a accompagné et guidé, à travers un parcours culturel (expositions, musées et monuments), les deux dictateurs dans les villes de Rome et de Florence.

2Il est nécessaire de préciser d’emblée que cet ouvrage n’est, pas, au sens scientifique du terme, une œuvre d’histoire ou de sociologie. L’auteur ne fait que décrire, non sans un certain jugement, les manières d’être, de penser et d’agir des deux hommes lors de ces visites artistiques et c’est cet aspect qui est particulièrement pertinent. L’ouvrage ne présente pas de problématique particulière, encore moins de méthodologie, bien qu’il puisse être considéré comme un carnet de bord personnel.

  • 1 Inspiré de cet ouvrage, il a réalisé un documentaire intitulé Un homme médiocre en cette époque de (...)

3Le livre comporte trois parties : la première relative au récit de la visite d’Hitler en compagnie de dignitaires nazis (parmi lesquels Goebbels, Himmler, Ribbentrop, « Seul Göring était resté à Berlin où il gardait la boutique ») une seconde sur l’auteur lui-même et une postface d’Angelo Caperna1 portant sur l’histoire de ce récit et de son auteur.

4Ranuccio Bianchi Bandinelli (1900-1975) qui perdit sa mère à cinq ans est d’origine aristocratique. Il a été archéologue et spécialiste de l’art classique. Après la seconde guerre mondiale, il jouera un rôle important dans la culture italienne et européenne, et dirigea « Les antiquités et les Beaux-arts ». Il fonda plusieurs revues d’art et écrivit de nombreux ouvrages. Le présent récit est tiré de son livre Journal d’un bourgeois dans lequel il relate des épisodes de sa vie, ses intérêts culturels, son engagement politique depuis ses origines aristocratiques jusqu’à son antifascisme et son adhésion au parti communiste en 1944.

5Son parcours interroge cette apparente contradiction entre ses opinions politiques et le fait qu’il devienne le guide des deux dictateurs dans les villes de Rome et de Florence. Convoqué par le Direction Générale des arts, Ranuccio Bianchi Bandinelli, fut désigné pour cet accompagnement au regard de ses connaissances du monde de l’art et de l’allemand, mais aussi pour sa « désinvolture mondaine » (p. 11). Malgré ses objections, il s’exécute, car il est lui est rappelé qu’il est fonctionnaire et que, de fait, ça devient un ordre. Néanmoins, il ne cache pas sa curiosité et son envie de voir de près les deux dictateurs, les deux « surhommes » pour reprendre ses termes, qu’il nomme dans son recueil Mario (Mussolini) et Silla (Hitler).

6Faisant part de ses états d’âme mêlant le doute et la peur, de par sa position, l’idée d’un attentat lui traverse l’esprit d’autant qu’il a entre les mains la planification du parcours, tâche d’autant plus facile que la police n’effectue sur lui aucun contrôle. S’il estime être un « antifasciste théorique, sans directive politique, sans conviction précise, sans programme » (p. 20), il se demande si le jeu en vaut la chandelle, car il pense inévitable la guerre « depuis longtemps, la Seconde Mondiale m’apparaît comme une nécessité historique » (p. 22) et assassiner les deux dictateurs ne changerait pas, selon lui, le cours de l’histoire.

7Ainsi, durant quelques jours, Ranuccio Bianchi Bandinelli va prendre note des attitudes tant corporelles qu’intellectuelles de Mussolini et de Hitler tout au long des visites, faisant part de leurs goûts respectifs en matière d’art que de leurs réflexions sur la situation historique de l’époque. Les deux hommes sont décrits de manière incisive. Le premier est « grotesque et très laid […] avec une démarche de pantin […] le résultat est aussi gauche que sinistre ». Le second est moins « repoussant », avec une personnalité « à l’aspect subalterne, type contrôleur de tram ».

8Au-delà de ces traits physiques, Bandinelli montre, à travers les différentes visites des lieux, ce qui les caractérise. Il voit à travers Hitler, et selon ses mots, un sentimental, un romantique ou encore un fanatique, « mais sûrement pas un homme d’action rusé » (p. 40-41). À l’inverse, Mussolini est vu comme un histrion. Leur réception des œuvres témoigne aussi de leur obsession politique, le dictateur allemand notant régulièrement que si le bolchevisme avait vaincu, « tout ceci serait détruit ».

9Mais à travers, ce récit, l’auteur met également en avant la concurrence que se livrent les deux hommes sur fond de connaissance artistique (mais que l’on peut imaginer aussi sur le plan politique) car ils ne se plaisent pas : « Quand Hitler prend le dessus, Mussolini renchérit maladroitement ».

10Ce qu’il est intéressant de noter, c’est la posture de l’auteur qui passe pour Mussolini comme le « sauveur, l’homme qui sait tout ». Il montre qu’il usera de cette position de domination culturelle pour faire « quelques expériences » et inventer des explications à propos des œuvres, montrant ainsi l’inculture des deux protagonistes. On notera cette anecdote : quand Mussolini chercha à connaître la profondeur de l’Arno, 1,75 m selon Bandinelli, ce dernier pensant que le chiffre était « trop maigre » ajouta qu’« en période haute, il atteint quatre ou cinq mètres », ce qu’on trouva adapté à la grandeur historique de cette rivière » (p. 56)

11Si à la suite de la visite d’Hitler Ranuccio Bianchi Bandinelli se fit oublier des ministères italiens, les Allemands le sollicitèrent de nouveau. Néanmoins, il n’accepta plus de faire ce type de visite : « Ma curiosité était satisfaite et trop de sang avait déjà coulé : il ne me restait qu’aversion et dégoût » (p. 68).

12Ce petit livre est à lire comme un témoignage. À partir d’un point de vue personnel et une analyse tragique de la situation, il met en avant la personnalité des deux dictateurs et leur faible consistance intellectuelle. Par exemple, lorsqu’Hitler confie lui-même à Bandinelli, en descendant « l’escalier en colimaçon de la villa Borghese », ses regrets de s’être consacré à la politique !

Haut de page

Notes

1 Inspiré de cet ouvrage, il a réalisé un documentaire intitulé Un homme médiocre en cette époque de prétendus surhommes mais diffusé sous le titre : Hitler, Mussolini et moi, (Arte le 24/02/2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Creux, « Ranuccio Bianchi Bandinelli, Quelques jours avec Hitler et Mussolini », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11479

Haut de page

Rédacteur

Gérard Creux

Docteur en sociologie, attaché de recherche à l’IRTS de Franche-Comté.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page