Navigation – Plan du site

Lionel Larqué, Dominique Pestre (dir.), Les sciences, ça nous regarde. Histoires surprenantes de nos rapports aux sciences et aux techniques

Kim Hendrickx
Les sciences, ça nous regarde
Lionel Larqué, Dominique Pestre (dir.), Les sciences, ça nous regarde. Histoires surprenantes de nos rapports aux sciences et aux techniques, Paris, La Découverte, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 2013, 292 p., ISBN : 9782359250695.
Haut de page

Texte intégral

1Lionel Larqué et Dominique Pestre dirigent un très bel ouvrage sur les sciences en société. L'un vient de la société civile et des milieux de l'éducation populaire, l'autre est un historien des sciences chevronné. C'est donc à la croisée entre les enjeux portés par les milieux associatifs, dont il porte les questionnements et les problématiques, et les instruments de la réflexion académique, qui en font la rigueur et la clarté analytique, que se situe cet ouvrage très foisonnant. Ce dernier doit être mis sans hésitation entre les mains de tous ceux qui sont intéressés par les enjeux politiques liés aux développements des sciences et des techniques en société.

2Au total, ce n’est rien moins que 53 courts chapitres que trouvera le lecteur, longs de quelques pages tout au plus, qui se concentrent le plus souvent sur une histoire située, une anecdote précise qui met en récit une articulation entre notre monde et une théorie scientifique, une pratique scientifique ou encore une innovation technologique. Ce parti pris quant à la forme de cette collection d’essais n'est pas sans risque, car une telle forme emprunte certains de ses codes à des ouvrages de vulgarisation scientifique qui sont plutôt positivistes et parfois linéaires, comme par exemple « Pourquoi les manchots n'ont pas froid au pied » (Paris : Le Seuil, coll. Sciences ouvertes). Bien sûr, miser sur la didactique n'est pas répréhensible en soi, mais une telle démarche peut s'avérer parfois un peu lisse et offrir peu de prises critiques au lecteur, lorsqu’elles proposent de jolies histoires enchantées de la science.

3Dans le cas de Les sciences, ça nous regarde, ce risque est évité avec brio, précisément parce que chacune des histoires qui y sont présentées serre au plus près les enjeux politiques qu'elle contient ou qu'elle révèle Tous les chapitres, à leur manière, remettent sur le métier la question de la pertinence d'une science ou d'une technique particulières, en lien avec les collectifs qui sont concernés par ces innovations. En d'autres termes, l'ouvrage est solide parce qu'il insiste, avec une belle cohérence d'ensemble, sur la mise en démocratie des sciences et technologies. La constante qui anime la réflexion est celle de la pertinence politique des questions posées par ces développements.

4À ce compte-là, tout y passe : le nucléaire, les algorithmes financiers, l'agriculture, les SMS, les compétences des animaux, les savoirs experts et profanes, ou encore les nouvelles technologies (nanotechnologies ou biologie de synthèse), etc. Loin d'être un obstacle rédhibitoire, cette diversité offre une extraordinaire richesse heuristique. En effet, les problèmes sont chaque fois ré-articulés sur la manière dont il est possible, ou difficile, de composer et de recomposer des mondes, à partir de ces sciences et technologies qui nous environnent, passées, présentes et à venir. À ce titre, certaines contributions touchent plus particulièrement au rôle problématique des sciences sociales dans le processus d’élaboration des nouvelles technologies, dorénavant chargées de prévenir les controverses, d’aplanir les conflits (chapitre 37), de mettre en œuvre une « participation » (chapitre 42), ou d’agir comme médiateur (chapitre 47). Certains chapitres sont également consacrés aux conditions de possibilité de l’activité scientifique, et problématisent la soumission croissante de la recherche à des intérêts économiques qui la dépassent (en particulier le chapitre 53).

5De la même manière, l'ouvrage repose sur la mobilisation d'un très large spectre disciplinaire, puisqu'on y côtoie des philosophes, des sociologues, des politistes, des historiens et même des journalistes. Une fois encore, le format « bref » des textes permet une relative homogénéité des contributions ; les heureuses consignes manifestement données aux auteurs d'éviter la tentation du jargon font que tous les chapitres, sans exception, sont écrits dans une langue agréable à lire, claire, et parfois ludique. Donc, par-delà les questionnements disciplinaires, chaque chapitre essaye de s’en tenir à la question de « ce qui compte » autour des questions liées aux sciences ou aux techniques.

6Enfin, cerise sur le gâteau, les histoires abordées tout au long de l'ouvrage sont souvent méconnues et sont pourtant toutes diablement intéressantes, et méritent vraiment que l'on s'y attarde. Ainsi, on apprend avec stupéfaction l'histoire ambiguë des mouvements de revendications autochtones en Amérique latine (chapitre 6), la nature foncièrement militaire des « déchets » nucléaires (chapitre 17), les affaires publiques autour de la « bonne élaboration » d’un sondage (chapitre 21) ; on en apprend encore sur les mécanismes par lesquels une catastrophe peut être dite « naturelle » (chapitre 30), ou encore sur les expérimentations démocratiques concrètes qui ont lieu actuellement en Islande (chapitre 51). Ces histoires sont lourdes de sens et tout à la fois extrêmement instructives. Elles ont la capacité d’interpeller le lecteur, d’éveiller chez lui des interrogations et des étonnements, qui sont la base d’un authentique questionnement.

7En bref, l'ouvrage édité par Larqué et Pestre propose une belle introduction au domaine des « Etudes de sciences et technologies en société » (mieux connu sous son acronyme anglais de STS — Science and Technology Studies), notamment via les contributions d'auteurs tels que Brian Wynne, Bernadette Bensaude-Vincent, Alain Desrosières, Pierre-Benoît Joly, Vinciane Despret ou Jean-Baptiste Fressoz. Il est à conseiller à tous ceux qui souhaitent mieux appréhender l'emprise croissante d'un certain rationalisme et du productivisme techno-industriel sur nos sociétés et/ou qui se demandent comment faire des sciences et des techniques autant d’enjeux de démocratie(s).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kim Hendrickx, « Lionel Larqué, Dominique Pestre (dir.), Les sciences, ça nous regarde. Histoires surprenantes de nos rapports aux sciences et aux techniques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 mai 2013, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11486

Haut de page

Rédacteur

Kim Hendrickx

Anthropologue et chargé de recherches à l’Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page