Navigation – Plan du site

Jacques Le Bohec, Dictionnaire du journalisme et des médias

Guillaume Goasdoué
Dictionnaire du journalisme et des médias
Jacques Le Bohec, Dictionnaire du journalisme et des médias, Presses universitaires de Rennes, coll. « Didact Communication », 2010, 633 p., EAN : 9782753511477.
Haut de page

Texte intégral

1Ce vade mecum qui démystifie largement le monde du journalisme n'est pas un ouvrage insipide et aseptisé comme l'explique Jacques Le Bohec, mais plutôt un dictionnaire critique et vivant à la « patine assumée ». L'auteur est un ancien journaliste localier, titulaire d'un doctorat en science politique et actuellement professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Université Lyon II. Il est spécialisé dans les relations entre les journalistes et les politiques (Élections et télévision (2007) ; Les rapports presse-politique (1997) ; L'implication des journalistes dans le phénomène Le Pen (2004) ; ...). Dans un avant propos l'auteur détaille sa position et son ambition pour les quelques 6700 entrées que compte ce dictionnaire. Il s'agit pour lui de retranscrire une réalité conjoncturelle sans opérer de sélection entre « le noble et l'ingrat », à l'aide de citations et d'anecdotes qui puisent dans la culture française des dernières décennies jusqu'au début de l'année 2010. Se croisent des concepts théoriques (sciences sociales, science politique, ...), des définitions pratiques liées à la fabrication technique des médias (informatique, typographie, outils, métiers, ...), du jargon professionnel, des expressions et divers sigles, des références culturelles (romans, films, séries, ...), un sociolecte, ... bref de nombreuses ressources qui permettent à un large public de se familiariser avec l'univers médiatique et journalistique.

2Cet ouvrage qui ne se lit pas (comme un livre) mais se consulte (comme un dictionnaire) devra connaître de prochaines éditions selon les vœux de l'auteur. L'objectif est de tenir à jour le contenu et de l'améliorer en fonction des remarques des lecteurs et des évolutions médiatiques à venir. On ne peut s'empêcher de penser (en mettant de côté les considérations économiques du modèle) que son équivalent sur internet pourrait le rendre plus pratique et plus pertinent pour d'une part s'adapter aux usages du public ciblé mais aussi d'autre part pour intégrer avec plus de réactivité, et pourquoi pas de façon collaborative, de nouvelles entrées et des amendements à cette première édition.

3Afin d'illustrer la teneur de ce dictionnaire nous pouvons proposer quelques exemples de mots et à travers eux de registres qui appartiennent à cet objet. Précisons que l'auteur mentionne pour quasiment chaque définition des mots connexes vers lesquels le lecteur peut se reporter pour compléter ses recherches. De façon pêle-mêle : « Abracadabrantesque », « droit à l'image », « marbre », « Timisoara », « sardon », « rainage », « La dernière cible (The Dead Pool, 1988) », « éthos », « La France a peur », « morgue », « motodidacte », « bâtonner », « CADA », « déko », « hémérothèque », « matricer », « propaganda-abteilung », « syndrome Jacquet », « coût pour mille », « FCA », « meuporg », « pataphar », « graisse », « portage », « panier », « carré blanc », « Madame Michu », ... Ces termes sont souvent illustrés par des exemples concrets provenant de l'ensemble de la gamme des médias (« pure player », blogs de journalistes, parutions à grand tirage, émissions audiovisuelles, ...).

4Ce type d'ouvrage qui manquait à l'espace français n'échappera pas aux critiques propres à ce genre de publication - l'auteur anticipe d'ailleurs les remarques auxquelles il apporte des éléments de réponses dans les premières pages. Chacun y trouvera, selon son profil, matière à découvertes et matière à frustrations (trop exhaustif, trop technique, trop orienté, imprécisions, oublis, ...). L'avant propos est donc particulièrement opportun pour comprendre le fondement de ce projet et la position de l'auteur par rapport au milieu d'où il vient et sur lequel il travaille désormais. La franchise et le souci de transparence déployés par ce dernier peuvent être en ce sens salués. Au travers de la première partie celui-ci explique la démarche, les arbitrages opérés, la liberté de ton assumée et la posture critique empruntée.

5En définitive ce dictionnaire des médias et du journalisme met en exergue au moins deux idées directrices. Premièrement l'univers médiatique et journalistique n'est pas plus intelligible qu'un autre univers particulier ; cet ouvrage est donc salutaire puisqu'il fournit une partie des clés nécessaires à la compréhension de ce milieu. Deuxièmement, les 6700 définitions sont autant d'occasions pour développer une réflexion critique sur les médias et le journalisme. La sélection (en partie subjective) des mots et les réalités auxquelles ils renvoient fournissent de multiples prises pour réactiver les mémoires et susciter de nombreuses questions sur les pratiques anciennes et actuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Goasdoué, « Jacques Le Bohec, Dictionnaire du journalisme et des médias », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 05 octobre 2010, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1151

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page