Navigation – Plan du site

Irène Pereira, Les grammaires de la contestation. Un guide de la gauche radicale

Jacques Ghiloni
Les grammaires de la contestation
Irène Pereira, Les grammaires de la contestation. Un guide de la gauche radicale, Les Empêcheurs de penser en rond, coll. « La découverte », 2010, 225 p., EAN : 9782359250114.
Haut de page

Texte intégral

1La grille d'analyse des courants politiques et idéologiques de la gauche radicale utilisée par Irène Pereira est inspirée par la sociologie pragmatique créée par Boltanski et Thévenot. La notion de grammaire permet, selon Pereira, d'analyser la cohérence des discours et les pratiques des acteurs. C'est à partir de trois types de grammaires principales qu'Irène Pereira organise son livre : la grammaire républicaine sociale, la grammaire socialiste et la grammaire nietzschéenne. Chaque grammaire s'apparente à un idéal-type : la première s'appuie sur les notions de citoyen, de démocratie économique, politique et sociale, de démocratie participative, d'universalisme humaniste, c'est celle qui caractérise par exemple Attac ou le Parti de Gauche ; la seconde fait référence au travailleur, au prolétaire, à la révolution, à la collectivisation, elle est celle des organisations léninistes comme LO, la CNT ou fédéralistes comme la CGT ; enfin, la troisième grammaire privilégie les minorités (trans, prostituées, prisonniers, femmes...) et leurs revendications. L'ouvrage est découpé en 3 parties : la 1re partie est consacrée aux grammaires et références théoriques, la seconde aux grammaires et organisations et la dernière aux possibilités de compromis entre ces différentes grammaires.

2Irène Pereira s'attache à exposer les auteurs et évènements auxquels se réfèrent les militants des différentes grammaires. Pour ceux appartenant au républicanisme social, il y a une opposition au néo-libéralisme économique et au social-libéralisme, opposition que l'on trouve par exemple à Attac ou à la Fondation Copernic. On y trouve des références à Owen, Fourier, Proudhon, Marx, Engels, Jean-Jaurès (où les grammaires socialiste et républicaine cohabitent). On voit également que dans la revue du Mauss, par exemple, l'associationnisme est mis en avant avec Léon Bourgeois ou Charles Gide. Le Conseil National de la Résistance est aussi souvent cité comme modèle de programme républicain social. L'auteur montre que des éléments de la philosophie de Kant ont été mobilisés par les républicains, même s'il n'est pas une référence directe de cette grammaire.

3Les organisations se situant dans la grammaire socialiste se caractérisent par leur anticapitalisme et par leur discours révolutionnaire. On y trouve un courant dont les références sont Marx, Lénine et Trotski (Lutte ouvrière) ayant comme caractéristiques des tendances jacobines et autoritaires ; et un autre courant, celui des communistes libertaires - ou encore syndicalisme d'action directe - avec comme références Proudhon, Bakounine, Pelloutier (Confédération nationale du travail française). La grammaire nietzschéenne met en avant l'individu ou les minorités avec une place particulière accordée à la culture. On trouve dans les organisations se rattachant à cette grammaire la mouvance autonome post-situationniste, avec des références à l'anarchisme individualiste (Jacob, Armand), à l'ultragauche conseilliste (Pannekoek, Mattick) et au situationnisme (Debord, Vaneigem) ; ou encore le mouvement alternatif avec des références à Ivan Illich, Morin, Castoriadis, à la contre-culture américaine ; et enfin des associations antiracistes, féministes, écologistes, avec des références aux théories postmodernes (Lyotard), postmarxistes (Negri), écosophie (Guattari) queer (Butler), postcoloniales (Bouamama)...

4Dans la seconde partie de l'ouvrage, Irène Pereira s'intéresse à la grammaire des organisations depuis le renouveau contestataire des années 90 et la recomposition actuelle de la gauche radicale. On peut relier la grammaire républicaine sociale avec le développement au cours des années 90 des luttes des « sans » (papier, logement, emploi). Ces mouvements s'appuient sur des travaux traitant de l'exclusion (Paugam, Bourdieu, Castel). À ces mouvements succèdent à partir de 1995 des luttes contre le néolibéralisme et ses méfaits (Attac), des mouvements féministes laïques et républicains (Ni Putes Ni Soumises), de défense des droits des enfants d'origine étrangère (RESF)... La caractéristique commune de ces mouvements est de reposer sur des associations. Les répertoires d'actions utilisés par ces mouvements sont principalement les manifestations, la désobéissance civique. Le Parti de gauche fondé par Jean-Luc Mélenchon en 2009 relève de cette grammaire républicaine sociale, bien que résolument anticapitaliste.

5La grammaire socialiste, représentée par Lutte ouvrière ou la LCR, et plus récemment le NPA, connaît également un renouveau au cours des années 90 et 2000, avec notamment des résultats significatifs aux différentes élections, ou au travers des syndicats, avec le Parti des travailleurs à FO, le développement de SUD et la présence de la CNT dans les universités. Cette grammaire se caractérise par l'engagement total du militant au sein des partis, par un engagement distancié, par exemple dans le syndicat SUD ou par un militantisme pragmatique au NPA. Le répertoire d'actions fait appel surtout à la grève et à l'action directe. Les organisations relevant de la grammaire nietzschéenne sont représentées par certaines tendances de l'écologie politique, comme les Alternatifs, ou la fusion de plusieurs organisations en 2008 au sein de la Fédération pour une alternative sociale et écologique, l'Association d'objecteurs de croissance, et des associations de défenses des minorités comme Act Up, les Indigènes de la République. Leur répertoire d'action est novateur : squat, die-in, zap...

6La troisième partie de l'ouvrage est consacrée aux critiques et aux compromis entre les grammaires. Les tenants de la grammaire républicaine reprochent à la grammaire socialiste sa remise en cause de la défense des droits de l'homme universels ainsi que la prépondérance accordée aux facteurs économiques et à la grammaire nietzschéenne sa défense de droits spécifiques des minorités et leur logique communautarienne. Les défenseurs de la grammaire socialiste critiquent la grammaire républicaine sur la priorité qu'elle accorde aux droits politiques plutôt qu'au système capitaliste et la grammaire nietzschéenne sur l'importance qu'elle donne aux questions sociétales ou culturelles et aux pratiques individuelles.

7Enfin, les tenants de la grammaire nietzschéenne reprochent à la grammaire républicaine sa foi dans la science, le progrès et la raison, et à la grammaire socialiste sa hiérarchisation des luttes sociales et sa négation de la singularité individuelle. Irène Pereira montre ensuite comment les militants peuvent rechercher des compromis : défense des droits des minorités et des droits universels, pratique de la simplicité volontaire et objectifs humanistes... Cette recherche de compromis est refusée par certains intellectuels de la gauche radicale (Alain Badiou fidèle à la grammaire socialiste léniniste, Judith Butler et les théories queer, Arjun Appadurai et les théories postcoloniales), et au contraire recherchée par d'autres (Jürgen Habermas et le renouvellement de la grammaire républicaine, Antonio Negri et le passage de la grammaire socialiste à la grammaire nietzschéenne, Yann Moulier-Boutang et le concept de multitude, les théories de l'intersectionnalité représentées en France par Elsa Dorlin et Jules Flaquet). Irène Pereira propose ensuite ses propres réflexions sur la constitution d'un compromis au travers de l'idée de socialisme radical. Il s'agit d'une approche pragmatique s'appuyant sur la revendication d'autonomie des divers groupes s'estimant opprimés. Cela conduit à définir plusieurs systèmes d'oppression (système capitaliste, système théologico-étatique, système de la rationalité technique, système patriarcal, système raciste) et à étudier leurs interactions, puis à les unir dans le cadre d'une lutte contre les rapports sociaux d'oppressions, ce qui est au cœur du socialisme radical.

8Ce livre d'Irène Pereira comporte donc plusieurs dimensions. La volonté tout d'abord d'établir une typologie des grammaires et des organisations de la gauche radicale. Le résultat est plutôt réussi, même si le format et la cible de l'ouvrage (un public non universitaire, sans que cela soit péjoratif) conduisent parfois à des simplifications. Mais l'auteur le revendique, et souligne l'aspect idéal-typique de ces grammaires. D'ailleurs tout au long du livre, Irène Pereira montre les chevauchements (à Attac on y trouve aussi des personnes se rattachant plutôt à la grammaire socialiste comme Harribey ou Löwy, Jean-Jaurès est mobilisé par les socialistes et les républicains, le situationnisme ou le NPA est un compromis entre les grammaires nietzschéenne et socialiste, la mouvance alternative est un compromis entre les grammaires nietzschéenne et républicaine, l'esprit de 68 se caractérise par l'association des 3 grammaires, le Parti de Gauche emprunte à la grammaire républicaine et socialiste...). La volonté ensuite de donner des pistes pour fonder de nouvelles organisations permettant de fusionner différentes grammaires. C'est ce que l'on trouve en fin d'ouvrage avec l'idée de socialisme radical. Pour cela, c'est donc aussi un livre militant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Ghiloni, « Irène Pereira, Les grammaires de la contestation. Un guide de la gauche radicale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 11 octobre 2010, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1152

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page