Navigation – Plan du site

José-Luis Diaz (dir.), « Les choses », Le Magasin du XIXe siècle, n°2, 2012

Caroline Muller
Les choses
José-Luis Diaz (dir.), « Les choses », Le Magasin du XIXe siècle, n° 2, 2012, Champ Vallon.
Haut de page

Texte intégral

1La vitrine de ce « Magasin du XIXe siècle » attire l’œil du passant, qui pousse la porte et entre dans le deuxième numéro de cette nouvelle revue proposée par la Société des études romantiques et dix-neuviémistes. « Les choses » présentées semblent d’abord hétéroclites : plusieurs entretiens, un dossier pluridisciplinaire sur les objets du XIXe siècle, une série d’articles autour de la façon dont les contemporains se représentent cette époque (expositions, arts scéniques). Une rubrique « archives », véritable ode à la sérenpidité, offre des documents inédits. Enfin, « Le XIXe siècle intime » propose une réflexion sur les papiers personnels comme sources de l’histoire. Ce numéro, bien achalandé, trouve sa cohérence dans une question, véritable fil rouge qui nous guide dans les rayons : que peuvent bien nous apprendre les objets du XIXe siècle ?

  • 1  Manuel Charpy, « La place des choses. Economie de l’ordre et du désordre domestiques en bourgeoisi (...)
  • 2  Jean-Didier Wagneur, « Hotte, crochet et lanterne. Les tribulations d’Alexandre Privat d’Anglemont (...)
  • 3  Nicolas Wanlin, « Les caves du Muséum. Echantillons, spécimens, leçons de choses » pp 53-59.
  • 4  Dominique Pety, « Objets domestiques, objets en chambres » pp 60-66.
  • 5  Philippe Berthier, « Stendhal : l’inventaire après-décès », pp 81-85.
  • 6  Henri Scepi, « Le parfum des choses », pp 94-100.
  • 7  José-Luis Diaz et Didier Wagneur, « Florilège », pp 110-133.

2La revue s’organise autour d’un dossier, le « siècle des choses ». Nous sommes invités à entrer dans le grand appartement du XIXe siècle, à en explorer chaque pièce. Nous découvrons d’abord comment la bourgeoisie range et arrange son intérieur1, avant de rencontrer Alexandre Privat d’Anglemont, fin observateur des objets de Paris2. Un passage dans les caves du Muséum3 nous aide à comprendre le regard que les hommes du XIXe siècle posaient sur leurs objets, qu’ils soient jugés curieux ou familiers, comme ceux placés dans la chambre, que les lecteurs de Goncourt ou Balzac regardent comme « un espace intime doté d’une vie propre »4. Nous en profitons pour faire un détour par la chambre de Stendhal, que nous découvrons sous un autre jour, par le biais de son inventaire après décès5. Nous terminons notre visite par une halte en poésie, car les poètes du XIXe siècle ont aimé les objets, comme des « signes ou des médiations »6 . Nous refermons la porte sur un florilège de textes7, offrant au regard toutes les facettes des « choses » du XIXe siècle : réglementées, poétiques, coûteuses, (f)utiles, objets de science, collectionnées, exposées. Les historiens seront sensibles à l’effort de réflexion mené autour de ces objets comme sources de l’histoire.

  • 8  Brigitte Diaz, « Le XIXe siècle intime. Présentation », pp 281-283.
  • 9  Brigitte Diaz, « Entretien avec Philippe Lejeune. Aux origines du journal personnel (1750-1815) », (...)
  • 10  Brigitte Diaz, « Editer les archives de l’intime. Les points de vue de Michel Braud et de Catherin (...)

3Cet intérêt se retrouve dans plusieurs rubriques. Le dossier « archives » s’attache à présenter la transcription de documents particulièrement rares qui intéresseront les recherches en littérature, en histoire et histoire de l’art du XIXe siècle. Dans la même perspective, le dossier « le XIXe siècle intime » fait découvrir les archives de l’intime et notamment le journal personnel. Le journal intime apparaît à l’interface entre l’objet et l’intime, « produit nouveau voué à rester indémodable »8. Philippe Lejeune revient, dans un long entretien9, sur plusieurs décennies de travaux sur cette histoire du journal personnel. Sont ainsi abordés les aspects concrets de la recherche : où trouver ces documents de l’intime ? La réflexion se poursuit autour du statut de journal et des modalités de l’écriture diaristique. L’édition de ce type de documents pose des problèmes spécifiques : quels textes choisir parmi la multitude d’écrits privés du XIXe siècle ? Par ailleurs, le journal personnel reste peu reconnu à l’université, en dépit de la masse documentaire existante10.

4Enfin, la revue s’intéresse à l’actualité du XIXe siècle, par le biais d’un bulletin des événements culturels et de deux entretiens. Quel regard portons-nous sur ce siècle ?

  • 11 Denis Podalydès, Voix off, Paris, Mercure de France, 2008.
  • 12  Marcel Cohen, Faits, Paris, Gallimard, 2007.
  • 13  Philippe Hamon, Entretien avec Marcel Cohen, pp 140-147.
  • 14  pp 138-203.

5Denis Podalydès partage avec le lecteur ses expériences littéraires et son goût du roman XIXe siècle. Il revient sur la publication de Voix off11, un ouvrage irrigué par ces expériences littéraires, truffé de références  à Chateaubriand, Stendhal, Musset (…) L’entretien nous livre également les réflexions du comédien sur l’adaptation des pièces du XIXe siècle aujourd’hui, dont il regrette le manque d’innovation. C’est une autre publication, celle de Marcel Cohen12, qui donne lieu au second entretien13. Comme Denis Podalydès, l’écrivain trace un portrait de lui en lecteur du XIXe siècle, et cherche les filiations entre ses romanciers et son œuvre, notamment du point de vue du réalisme-naturalisme. Il voit en Stendhal et Flaubert une modernité qui les attache au présent plutôt qu’au passé. L’intérêt des contemporains pour le XIXe siècle se confirme au vu de la multiplicité des événements culturels qui lui sont consacrés, dont plusieurs sont présentés dans « Le XIXe siècle s’affiche »14.

  • 15  José-Luis Diaz, « Balzac bric-à-brac », p. 89

6Arrivés au terme de notre promenade dans le Magasin du XIXe siècle, nous proposons deux visites possibles. Un premier chemin, rectiligne, mènera le promeneur vers des outils pour penser le XIXe siècle, grâce à la mise en présence, extrêmement stimulante, de documents de l’époque et de contributions plus théoriques qui les mettent en perspective. C’est « la revanche des babioles »15 : une étude historique fouillée ne peut plus, au regard de ce numéro, se passer d’une réflexion sur l’univers matériel du siècle. Un autre sentier, celui qui a été privilégié dans ce compte-rendu, est propice à la flânerie : le numéro, richement illustré se prête volontiers à une lecture vagabonde, au gré des intérêts de chacun pour le XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1  Manuel Charpy, « La place des choses. Economie de l’ordre et du désordre domestiques en bourgeoisie », pp 38-47.

2  Jean-Didier Wagneur, « Hotte, crochet et lanterne. Les tribulations d’Alexandre Privat d’Anglemont » pp 48-52.

3  Nicolas Wanlin, « Les caves du Muséum. Echantillons, spécimens, leçons de choses » pp 53-59.

4  Dominique Pety, « Objets domestiques, objets en chambres » pp 60-66.

5  Philippe Berthier, « Stendhal : l’inventaire après-décès », pp 81-85.

6  Henri Scepi, « Le parfum des choses », pp 94-100.

7  José-Luis Diaz et Didier Wagneur, « Florilège », pp 110-133.

8  Brigitte Diaz, « Le XIXe siècle intime. Présentation », pp 281-283.

9  Brigitte Diaz, « Entretien avec Philippe Lejeune. Aux origines du journal personnel (1750-1815) », pp 285-295.

10  Brigitte Diaz, « Editer les archives de l’intime. Les points de vue de Michel Braud et de Catherine Mariette Clot. » pp 296-299.

11 Denis Podalydès, Voix off, Paris, Mercure de France, 2008.

12  Marcel Cohen, Faits, Paris, Gallimard, 2007.

13  Philippe Hamon, Entretien avec Marcel Cohen, pp 140-147.

14  pp 138-203.

15  José-Luis Diaz, « Balzac bric-à-brac », p. 89

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Muller, « José-Luis Diaz (dir.), « Les choses », Le Magasin du XIXe siècle, n°2, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 mai 2013, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11526

Haut de page

Rédacteur

Caroline Muller

Doctorante en histoire contemporaine et professeur agrégé, université Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page