Navigation – Plan du site

Gilles Perret, De mémoires d’ouvriers

Laure Célérier
De mémoires d'ouvriers
Gilles Perret, De mémoires d'ouvriers, Un Pas de côté, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Quoique représentant 23% de la population active, les ouvriers, grands invisibles, occupent 2% de l’espace médiatique. Parmi eux, les travailleurs de Savoie et Haute Savoie sont doublement occultés, puisque cachés derrière les images d’Epinal, qui entretiennent l’imaginaire collectif d’une bucolique région agricole et touristique. Et pourtant, les ouvriers de ces deux départements ont payé un lourd tribut au développement économique de leur pays, à coups de travaux aliénants et de constructions herculéennes. C’est à ces travailleurs que ce documentaire rend un vibrant hommage. Différents intervenants, historiens, ouvriers – voire les deux – apportent leurs réflexions, leurs émotions et leurs souvenirs. Ils racontent leur histoire de travailleurs, expliquent le passé de leur région, illustré par des images et des films, ainsi que leur devenir, qui, perçu dans cette perspective, nous semble follement absurde, insensé, grinçant.

2L’industrie est arrivée à la fin du XIXe siècle en Savoie et Haute Savoie, du fait de l’arrivée du train et de l’abondance de bras disponibles, avec le développement de l’hydro-électricité et l’exploitation de la silice. L’histoire ouvrière savoyarde et haute-savoyarde est une histoire de luttes et de fiertés : luttes contre des propriétaires de moyens de production et fierté d’une dignité, luttes contre une nature difficile, et fierté des travaux accomplis. C’est aussi une histoire collective et de solidarité. C’est enfin l’histoire d’un savoir-faire, d’un patrimoine détricotés, rongés par une mondialisation corrosive.

3Le passé savoyard et haut-savoyard est un passé de luttes ouvrières, marqué notamment par la tragédie de 1904. Lors de cette dernière, la famille Crettiez, propriétaire d’une usine, à Cluse, tira sur les ouvriers, au terme d’un long conflit ayant débuté par l’engagement pacifique des travailleurs dans la politique de leur ville. Les notables locaux ne devaient tolérer aucune incursion ouvrière contestataire dans l’espace démocratique local. « Ce qui s'est passé à cette époque-là... y'a que les patrons qui peuvent le dire », affirme un passant interrogé par Gilles Perret. Et les patrons en question n’ont jamais dit grand-chose de cette histoire enfouie. Ce sont les ouvriers qui nous la racontent avec révolte contre l’injustice et fierté de la dignité qui s’est alors exprimée. Ces sentiments de fierté et de révolte sont les leitmotive émotionnels de ce documentaire, exprimant le refus de se plier à une discipline autoritaire et tyrannique.

4L’histoire ouvrière en Savoie et Haute-Savoie est aussi une histoire de luttes contre la nature. D’une part, car les travailleurs devaient, pour transformer leurs pays, se livrer à des travaux titanesques, « de galériens ». Un ouvrier raconte ainsi que ses collègues et lui ont dû se battre, « parce que la première année, on n'avait même pas de ceinture, pas de filet, » pour construire le barrage de Roselend, perché en altitude. D’autres part, car ces travaux ouvriers se cumulaient avec des travaux agricoles dont ils assuraient la pérennité, et les travailleurs, autant ouvriers que paysans, ajoutaient aux revenus tirés des exploitations agricoles un salaire de l’usine. L’historien Michel Etiévent nous présente l’histoire de Louise, qui a fait 16 kilomètres par jour pendant 80 ans, pour sortir de sa vallée, si bien qu’elle a fait 3,5 fois le tour de la terre durant sa vie. Cette histoire de luttes est également une histoire de fiertés tirées des travaux réalisés, alors que les savoir-faire agricoles et industriels s’entremêlent et s’enrichissent mutuellement. Les éléments antagoniques que sont « le paysan et l’ouvrier, la terre et l’usine » se retrouvent finalement. Un ouvrier nous raconte ainsi qu’il existe « une proximité très grande entre fabriquer un beaufort et fabriquer un lingot d'acier. C'est une question de dosage, une question de température, une question de mélange. »

5L’histoire ouvrière savoyarde et haute-savoyarde est aussi une histoire collective. C’est l’histoire d’une solidarité entre travailleurs mis dans un même panier de douloureuses conditions de travail, comme « dans les ateliers à chaux, où c'était difficile, où l'homme se mariait plus ou moins avec la chaleur, l'acier, le feu, l'eau et le bruit » et où régnait « esprit d'entraide particulier », nous explique l’ouvrier Roger Loyet. C’est aussi l’histoire de villages ouvriers, construits autour d’usines et dans lesquels on pouvait passer une vie entière sans en sortir, parce qu’un avenir était assuré dans l’usine. Un avenir était aussi possible hors de l’usine, pour les « enfants de comités d’entreprises », pour les chanceux auprès desquels le paternalisme a pu signifier des possibilités d’ascension sociale, tel Etiévent. C’est enfin une histoire liée à l’immigration, alors que les immigrés italiens ont largement contribué à l’essor du syndicalisme dans les usines et que les cités ouvrières réunissaient « toutes les blessures du monde » dans un « métissage fabuleux », pour reprendre les mots d’Etiévent.

6Un ouvrier date des années 1990-2000 la perte de solidarité, de convivialité à l’usine, sur fond d’évolutions sociales et économiques certes, mais aussi d’introduction de nouveaux dispositifs managériaux. Les grandes usines cèdent le pas à de plus petites unités, les ateliers se vident à mesure que les machines s'automatisent et les dynamiques collectives s’affaiblissent ; les consciences politiques s’étiolent, le management divise pour mieux discipliner : « quand ils ont instauré les primes personnelles, il n'y a plus personne qui faisait voir la fiche de paie, » dit un ouvrier ; Bernard Anxionnaz, prêtre ouvrier ajoute : « on a réduit le temps de travail et en même temps, on a accélérée les cadences, puis on a supprimé le casse-croûte. » Finalement, la solidarité ouvrière se dilue en même temps que la fierté d’un travail ouvrier s’amenuise, à mesure aussi que s’accélèrent les fermetures d’usines, chacune devenant « une ligne sur un bilan comptable. »

7C’est une histoire largement masculine, à laquelle les femmes n’appartiennent pas : on comprend qu’elles ont eu un rôle à jouer, dans ou hors de l’usine ; quelques-unes apparaissent sporadiquement, leur évocation est parcimonieuse. On leur tend peu le micro, elles n’appartiennent pas au récit. Malgré cela, le visionnage de ce documentaire est salutaire. Salutaire, car il donne – une fois n’est pas coutume – la parole aux ouvriers ; ce faisant, il offre un récit émouvant et révoltant qui déconstruit une représentation solidement ancrée de la Savoie et de la Haute-Savoie, celle qui invisibilise les ouvriers et leurs usines, qui ont contribué à transformer leur région et à en façonner la culture. Salutaire, car il illustre bien, en partant de la Savoie et de la Haute-Savoie, les conséquences désastreuses des évolutions économiques des dernières années : où va-t-on, lorsque les usines agonisent, et que les ouvriers restants composent tant bien que mal avec un management et des actionnaires absents, indifférents aux productions et étrangers aux processus de fabrication ? Quel est le sens de ce grand déversement de la main d’œuvre ouvrière vers la construction de chalets pour milliardaires et de parcs d’attraction – qui poussent comme des champignons dans les régions dévastées par la désindustrialisation ? À quoi, qui servent ces ouvriers ? Si l’on retient, avec Michel Etiévent, que le salut ne peut qu’être politique, on se demande tout de même jusqu’où faudra-t-il aller pour que ce salut s’éveille, pour mettre un terme aux errements d’un capitalisme destructeur, pour enfin, réencastrer l’économie dans la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Gilles Perret, De mémoires d’ouvriers », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 mai 2013, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11529

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page