Navigation – Plan du site

Johanne Charbonneau, Nathalie Tran (dir.), Les enjeux du don de sang dans le monde. Entre altruisme et solidarités, universalisme et gestion des risques

Jocelyne Sfez
Les enjeux du don de sang dans le monde
Johanne Charbonneau, Nathalie Tran (dir.), Les enjeux du don de sang dans le monde. Entre altruisme et solidarités, universalisme et gestion des risques, Rennes, EHESP, coll. « Lien social et politiques », 2012, 360 p., ISBN : 978-2-8109-0076-3.
Haut de page

Texte intégral

1Inscrit dans le cadre des travaux de la Chaire de recherche sur  les aspects sociaux du don de sang, cet ouvrage rend compte des travaux de chercheurs en sciences sociales du monde entier, financés par l’agence d’approvisionnement de sang Héma-Québec. Il analyse les enjeux des changements au cours des dernières décennies dans les systèmes d’approvisionnement en sang dans le monde. Alors que ceux-ci s’uniformisent, sous l’égide de l’OMS, le sang est associé à des représentations extrêmement variées, dépendant fortement de la diversité sociale et culturelle, et conditionnant son don. Quelles sont alors les conséquences de cette uniformisation institutionnelle, rendue nécessaire par la mondialisation de l’approvisionnement et sa sécurisation ?

2Cette question oblige dans un premier temps à effectuer un bilan historique des modèles de promotion du don de sang depuis plus d’un siècle. Ce bilan est effectué aux États-Unis (J.-P. Lallemand-Stempak), en France (S. Chauveau), en Afrique (W.-H. Schneider). Depuis les années 1970, c’est un don de sang altruiste (volontaire, libre, gratuit, individuel et anonyme, au profit d’un inconnu) qui a été promu, conformément aux analyses fondamentales de Titmuss (1971), en Occident et dans les instances internationales. Cette approche, dans un esprit humaniste et universaliste inspiré des Lumières, reprenait le modèle (anglais) de la Croix-rouge, et s’opposait à un autre modèle (américain), mercantiliste, qui faisait du don de sang une source directe de revenu pour une population pauvre, mais sanitairement fragile et plus sujettes aux maladies transmissibles (syphilis, Hépatite B et C, VIH). Mais le modèle altruiste de Titmuss, pour idéal qu’il soit, pose question. S’il s’est heurté dans un premier temps aux questions raciales, notamment aux États-Unis, il ne rend pas compte d’autres pratiques, d’abord non-occidentales, du don de sang, comme celle, fréquente, du don de remplacement, et il est mis à mal par de grandes crises sanitaires, comme celle du sang contaminé à l’échelle mondiale. Le principe de précaution conduit à exclure a priori certains donneurs, soit sur des critères territoriaux collectifs, soit en raison de pratiques individuelles à risque, compromettant l’approvisionnement nécessaire à la satisfaction de besoins médicaux croissants, et produisant potentiellement a contrario une stigmatisation de certains groupes. La multiplication des produits dérivés sanguins, leur stabilisation et leur sécurisation impliquent par ailleurs une technicisation coûteuse, qui transforme le sang gratuit en objet commercial et génère des résistances idéologiques du côté même des donneurs.  

3Sur la base d’une analyse maussienne, les auteurs montrent progressivement que le don de sang est en réalité un fait social total, qui ne saurait en tant que tel être anonyme et individuel. Cela les conduit à remettre en cause la conception purement altruiste défendue par Titmuss, mais aussi à analyser plus finement le rôle fondamental que jouent les structures sociales intermédiaires entre le don et la réception du don, ainsi que les solidarités qu’ils dessinent entre des individus socialement et culturellement déterminés. L’ensemble de l’ouvrage reconnaît l’effectivité des solidarités restreintes dans le cadre d’espaces d’approvisionnement toujours captifs, car mettant en jeu des normes et des obligations sociales dont les représentations sont culturelles. Compte tenu de l’enjeu sanitaire, il semble dès lors impossible de se contenter, comme le fait Titmuss, de les ignorer.

4La deuxième partie de l’ouvrage considère la question de la pluralité des motivations au don de sang. Les quatre articles qui la composent explorent la situation au Canada (A. Smith, R. Matthews, J. Fiddler), en Italie (M. Aria, F. Dei), et s’intéressent plus spécifiquement aux cas des immigrés dans leur société d’accueil, sur deux exemples très différent : celui des communautés migrantes africaines en Australie (B. Brijnath, M. J. Polonsky et A. M. N. Renzaho) et celui de la communauté marocaine en Italie (A. Fantauzzi). Dans tous les cas, il apparaît  que la justification altruiste est insuffisante pour rendre compte du don de sang ou de son absence. Après avoir systématiquement détaillé leur méthodologie, tant dans la collecte des données que dans leur traitement, les chercheurs mettent clairement en évidence que, malgré la diversité des populations concernées, le don de sang est partout un phénomène hautement social qui met en jeu des relations interpersonnelles au sein de communautés concrètes, elles-mêmes culturellement reconnues, qu’il s’agisse du milieu de travail, de l’école, d’associations ou de groupes ethniques ou religieux. C’est à reconnaître cette dimension de « fait social total », y compris dans sa dimension de reconnaissance symbolique, que les acteurs institutionnels du collectage du sang peuvent espérer élargir l’assiette de la collecte et fidéliser les donneurs potentiels. Les modèles associatifs s’avèrent ici efficaces, qui, par leur proximité même, rendent visible aux donneurs leur engagement civique, renforce leur sentiment d’appartenance et les gratifient d’une reconnaissance publique. Cela est particulièrement sensible dans les milieux issus de l’immigration, plutôt demandeurs d’une telle reconnaissance qui traduirait leur intégration à la société d’accueil, alors même qu’un déficit chronique d’informations peut nuire à une mobilisation plus générale et que la recherche d’une innocuité sanitaire des prélèvements sanguins peut reconduire des dynamiques d’exclusion qui sont alors très douloureusement vécues.

5La troisième partie de l’ouvrage réfléchit à la capacité du modèle universel de don altruiste, libre et volontaire à s’étendre aux pays non occidentaux, dans des contextes sociaux, politiques et culturels très différents. Est ainsi examinée la réalité du don de sang en Chine postsocialiste (K. Erwin, V. Adams et P. Le), en Inde (J. Coperman), au Sri-Lanka (R. Simpson), et à Trinité-et-Tobago (V. Parmasad). Celle-ci s’avère étonnamment variée et indique par conséquent qu’il est extrêmement difficile d’envisager de subsumer ces différents usages du don de sang sous le modèle éthique prôné par Titmuss. En Chine, la pratique du don de sang relève d’une forme nouvelle de contrat social, où le geste, prétendument individuel, est encadré et encouragé concrètement par les unités de travail socialistes (par le biais de compensations matérielles), permettant dans un même geste de cristalliser un sentiment d’appartenance sociale, de renforcer l’accession par la consommation au marché capitaliste et de répondre aux besoins médicaux croissants de la population.  En Inde, le don de sang, d’abord organisé au sein de sectes sant à des fins de protestation non violentes, se développe progressivement comme le moyen de protestation alternatif au jeûne gandhien : antithèse de la désobéissance civile, le don de sang permet de protester tout en étant socialement constructif et productif.  Au Sri Lanka, des publicités « éthiques » — épithète évidemment provocateur et discutable — font la promotion du don de sang selon des rhétoriques très diverses, allant de l’internationalisme, au bouddhisme, en passant par le familiarisme et le nationalisme militariste, jusqu’à une forme de résistancialisme à la marchandisation du sang. Ces cinq rhétoriques contribuent à la production d’un imaginaire social créant des obligations et des interdépendances imaginées, déclenchant le don de sang. La standardisation des pratiques d’approvisionnement en sang en fonction de normes internationales établies, conformes aux vœux des organismes internationaux et de l’OMS, ont conduit la République de Trinité-et-Tobago à vouloir substituer au don par remplacement le don volontaire, ce qui a conduit à un terrible échec, non seulement en raison de problèmes organisationnels mais surtout parce que cette nouvelle pratique ne prend pas en compte le sens attribué au sang, dans une histoire fortement marquée par la migration et la colonisation.  

6La quatrième et dernière partie, avec les articles de R. Crespin et B. Danic, de K. Valentine, de F. Sutterlüty ainsi que de N. Tran et de J. Charbonneau, examine enfin les effets critiques que connaît un système de don de sang basé sur l’idéologie universaliste lorsque, pour des raisons sanitaires évidentes, certaines populations déterminées, toujours plus nombreuses, sont exclues a priori du don. Si donner son sang n’est pas, comme tendent à le montrer l’ensemble des précédent articles, un geste de pure abnégation altruiste, mais bien un engagement à forte valeur symbolique dans la vie sociale, au point de générer une sorte de parenté symbolique, le refus du don, même pour des raisons objectivement médicales, peut être très difficile à vivre et associé à être interdit en quelque façon d’appartenir à la société. N’est-ce pas là la remise en cause la plus grave de la prétention universaliste du don de sang, puisqu’elle reconduit dans les faits la ségrégation de personnes en raison de leur appartenance à des groupes (homosexuels, migrants, pauvres etc.) souvent discriminés politiquement ? Les auteurs abordent la question d’un point de vue théorique mais aussi pratique (par exemple avec le cas des Turcs en Allemagne, des Haïtiens au Québec).

7C’est, au final, un collectif très riche qui fait le point sur les enjeux du don de sang dans le monde entier, ou presque. On regrettera à cet égard l’absence d’article concernant les pratiques sud-américaines, le cas de Trinité-et-Tobago n’étant pas représentatif. Il apparaît en tout cas clairement que si le modèle mercantiliste de collecte du sang est généralement mal reçu des populations, l’idéal altruiste et universaliste est loin de susciter des dons de sang suffisants pour subvenir à des besoins toujours accrus. Il s’articule en outre difficilement avec des pratiques marchandisées allant de pair avec le développement des produits dérivés sanguins, et avec des impératifs biopolitiques de gestion des risques sanitaires. Pour toutes ces raisons, il est urgent de reconsidérer le don de sang comme un fait social total, mettant en œuvre des représentations imaginaires et symboliques réelles. Comment les prendre en compte sans faire le jeu de particularismes communautaires contraires à la visée universelle du don de sang ? La question, pour être maintenant posée, mérite réponse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jocelyne Sfez, « Johanne Charbonneau, Nathalie Tran (dir.), Les enjeux du don de sang dans le monde. Entre altruisme et solidarités, universalisme et gestion des risques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11538

Haut de page

Rédacteur

Jocelyne Sfez

Docteur en philosophie de l’ENS-Lyon. Lauréate de la bourse Gustave Monod de l’IFHA en 2011 et de la bourse Fernand Braudel de la FMSH en 2012 pour un projet post-doctoral portant sur « la bibliothèque médicale de Nicolas de Cues ».

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page