Navigation – Plan du site

Serge Latouche, Jacques Ellul contre le totalitarisme technicien

Éric David
Jacques Ellul contre le totalitarisme technicien
Serge Latouche, Jacques Ellul contre le totalitarisme technicien, Neuvy-en-Champagne, Le Passager Clandestin, coll. « Les précurseurs de la décroissance », 2013, 112 p., ISBN : 978-2-916952-86-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Il est des thèmes d’actualité qui, malgré leur formulation répétée, laissent persister dans leur e (...)

1« Un penseur du XXIe siècle égaré dans le XXe », telle est la formule du philosophe Frédéric Rognon à propos de Jacques Ellul (1912-1994). Cette formule est éclairante. Car si la pensée du grand juriste bordelais a embrassé des domaines variés (la théologie, la politique, l’écologie), la formule utilisée ici vise surtout à accréditer l’idée que sa pensée fut visionnaire, notamment sur le thème de la technique et de sa démesure. C’est sur ce dernier point que l’économiste Serge Latouche a axé son travail de relecture et de présentation. Dans un court essai, à la fois vif, engagé et pédagogique, celui qui est aussi un militant de la décroissance1 a d’abord entrepris de valoriser les perspectives elluliennes. Néanmoins, tout en s’appropriant avec force nombre d’entre elles, il revient aussi de manière critique sur les analyses de « cette figure du monde intellectuel, américain plus que français au demeurant ». En dernier lieu, des extraits significatifs de l’œuvre – imposante – d’Ellul viennent conclure ce petit ouvrage roboratif.

2Dans la pensée de Jacques Ellul, Serge Latouche relève cinq thèmes décroissants. La critique de la raison géométrique pointe d’abord l’obsession quantitative et déraisonnable de la société de croissance. Est-il ainsi possible d’avoir une croissance illimitée dans un monde limité, notamment en matière démographique ? Face à cette irresponsabilité, des notions comme l’aménité (Jouvenel), la sagesse (Friedman) ou encore la convivialité (Illich) sont des voies à (ré)explorer. L’évocation d’une réduction (drastique) de la durée de travail incite à revenir aux questions fondamentales, en particulier celle du sens de la vie. Avec du temps libre, de nouvelles perspectives se profilent. Il est vrai qu’en phase avec des idéaux plus anciens, Ellul ne va certes pas jusqu’à vouloir abolir le travail mais évoque tout de même la suppression de l’idée de salaire.

3Pour ce qui est du « progrès technique », Ellul estime qu’il engendre en fait une « disvaleur » (Illich) dans la mesure où, notamment, le remplacement des produits anciens par de nouveaux produits plus séduisants fait sous-estimer la qualité réelle des produits disparus au profit d’une logique purement comptable nuisible. Un autre point, relatif à une promesse de la modernité, fait le constat d’une faillite : celle de l’idéologie du bonheur qui, en favorisant une croissance de la consommation de bien-être, a en réalité offert un terrain favorable à l’éclosion de nouveaux besoins à la nécessité finalement fort … incertaine ! C’est d’ailleurs l’une des conséquences majeures de la colonisation de l’imaginaire par la technique : la « toxicodépendance à la consommation ». Car il est un élément crucial du système technicien : la création artificielle de besoins. « On produit parce que la technique est là ». Devant cette absurdité, les citoyens sont donc amenés à subir une consommation forcée. Là réside toute la force de la propagande publicitaire : savoir transformer des objets inutiles en objets nécessaires.

4La critique d’Ellul sur l’auto-dynamisme technicien est consonante avec la critique de la croissance. Mais en se consacrant à la critique de la société technicienne, Serge Latouche note qu’Ellul n’a finalement pas développé de contrepartie constructive ou de vision alternative optimiste. Ces analyses sur le « totalitarisme technicien » comportent donc deslimites. Nous savons qu’aux yeux d’Ellul, la technique, devenue une fin en soi, n’est plus un moyen mais une valeur. Animé par une sorte de force interne englobant la totalité de l’espace de vie, le système technicien implique une logique dont on ne peut sortir : cette logique, c’est celle du « totalitarisme technicien ». La conclusion est pessimiste, peut-être excessive. Mais selon Serge Latouche, Ellul se laisse abuser par le culte de la rationalité du système tout en sous-estimant, par ailleurs, le rôle de l’économie et de sa logique de profit. Cette idée d’un déterminisme de la technique est certes souvent retenue, mais selon l’auteur, la logique technique n’est jamais totalement émancipée de la loi suprême du système : l’économie. Sans doute trop imprégné par le contexte particulier de son époque, celle des «  Trente Glorieuses », Ellul escamoterait un problème : celui de ce que Latouche nomme « l’oligarchie ploutocratique ».

  • 2  Alors que « l’espoir » est une notion d’application purement immanente et horizontale, « l’espéran (...)

5Sa dénonciation de L’illusion politique (1965) a amené certains à voir en Ellul un penseur de l’anarchisme: démythifier le politique pour mieux penser et agir. Sceptique, pessimiste, parfois désabusé, Ellul ne porte pas « l’espoir » du militant mais plutôt « l’espérance » du croyant2. Regrettant que les spécialistes des valeurs (théologiens, philosophes) n’aient aucune influence sur les spécialistes de la technique, « l’homme qui avait presque tout prévu » n’attend au fond rien d’un changement politique : déçu des révolutions et dubitatif sur la possibilité d’une vraie démocratie, la politique ne permet pas, selon ce « Kierkegaard de la pensée sociale » (Jean-Paul Willaime), de répondre aux problèmes personnels (existentiels) de l’homme. Mais « en bon chrétien », le complice de B. Charbonneau ne désespère pas totalement de l’homme. Son espérance, éthique, se niche dans un idéal : celui de « l’autonomie spirituelle de la personne », source de résistance à la croissance de la technique. Et pour s’en libérer c’est, selon Serge Latouche, à une « éthique de la non-puissance » que nous convie Ellul.

Haut de page

Notes

1  Il est des thèmes d’actualité qui, malgré leur formulation répétée, laissent persister dans leur expression un flou sur leur signification exacte : la « décroissance » est de ceux-là. Hostile à l’idéologie productiviste, ce courant de pensée entend s’opposer à « l’imposture du développement durable » et dessiner les contours de ce que Serge Latouche nomme une « société d’abondance frugale ».

2  Alors que « l’espoir » est une notion d’application purement immanente et horizontale, « l’espérance » procéderait, elle, d’une dimension verticale liée à la promesse divine (M. Weyemberg). Précisons qu’Ellul, né d’un père grec-orthodoxe et d’une mère protestante, s’est converti au christianisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « Serge Latouche, Jacques Ellul contre le totalitarisme technicien », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 23 mai 2013, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11542

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en Sociologie politique (Université Paris-Ouest Nanterre), Ministère de l’Education nationale (Paris).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page