Navigation – Plan du site

Geneviève Vidal (dir.), La sociologie des usages, continuités et transformations

Philippe Chavernac
La sociologie des usages
Geneviève Vidal (dir.), La sociologie des usages. Continuités et transformations, Lavoisier, coll. « Environnement et services numériques d'information », 2012, 251 p., ISBN : 9782746225770.
Haut de page

Texte intégral

1La sociologie des usages, continuités et transformations, sous la direction de Geneviève Vidal, fait le point sur les études menées depuis quelques décennies sur les connaissances sociologiques des usages. Le terme même d’usage recouvre une polysémie de pratiques. De l’appropriation à l’invention de nouveaux usages en passant par les détournements, l’usager évolue de l’état simple de récepteur à celui d’« hyperacteur de technologies interactives ». Ce collectif souhaite ainsi réfléchir à une épistémologie de la sociologie des usages. Par la qualité de sa réflexion, l’ouvrage se veut une analyse critique des méthodologies utilisées dans la sociologie des usages. Le livre est divisé en trois parties : la première consacrée aux « enjeux des continuités », la deuxième à l’interactivité, la dernière « confirme et étend la réflexion ».

  • 1  Éric George, GRICIS Université du Québec à Montréal Canada. Voir « Le processus d’appropriation so (...)
  • 2  Cette théorie développée, en particulier, par Jean-Guy Lacroix, Bernard Miège, Pierre Moeglin, Pat (...)

2Éric George1 aborde la question des usages du point de vue de la « pensée critique » en communication et se distancie d’une démarche descriptive et fonctionnaliste, au profit d’une approche constructiviste. Trois verbes peuvent résumer sa méthode : observer, analyser et interpréter, dans une société marquée par un capitalisme qualifié de « globalisé et financier ». À une analyse quantitative, s’appuyant sur des données statistiques, il préfère l’approche qualitative et la question de l’appropriation sociale. L’approche se veut constructiviste, permettant ainsi de saisir la « profondeur » de l’appropriation des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication). La théorie des industries culturelles2 semble la plus apte à montrer que les usages sont dominés par l’offre capitalistique. Éric George propose l’ « apport de la dialectique », notant que la vie quotidienne « se trouve à la fois porteuse de reproduction sociale mais aussi des productions nouvelles ». C’est pourquoi, il s’intéresse à la « dialectique entre émancipation d’une part et domination de l’autre ». En d’autres termes, les technologies nouvelles effacent les frontières entre le monde du travail et la vie privée.

  • 3  Dominique Carré, LabSic-MSH Paris Nord Université Paris 13.

3Dans le deuxième chapitre, Dominique Carré3 pose la question de l’utilité de l’étude des usages aujourd’hui, à l’aune d’un désintérêt des pouvoirs politiques et économiques. Dans les années 2000, c’est avec le développement de la téléphonie mobile qu’un « marketing de l’usage » s’est développé. Nous avons assisté à un basculement de l’ « universalité » de la téléphonie « conventionnelle » à une offre beaucoup plus personnalisée, segmentée, diversifiée. L’auteur détaille dans un second temps le désintérêt pour les études d’usage en prenant en compte différents paramètres : la complexité technique, la multitude des fonctions offertes par ces nouveaux appareils, le basculement d’un seul opérateur (PTT) à de nombreux acteurs privés se souciant peu des études d’usage, préférant l’augmentation du chiffre d’affaires à la réflexion sur les pratiques des utilisateurs.

4À cela s’ajoutent des « considérations d’ordre culturel ». Internet touche, de plus en plus, toutes les populations de la société. « Il n’y a plus l’informatique et les réseaux d’un côté et la société de l’autre ». Et l’auteur de reprendre la terminologie de Marcel Mauss pour qualifier ces techniques numériques de « fait social total ». Dominique Carré propose différentes perspectives. Pour lui, il faudrait se rapprocher des industriels de la culture et voir comment les études d’usage peuvent « nourrir » leur entreprise et explorer d’autres voies comme le handicap ou des zones géographiques non encore explorées pour enrichir les analyses.

  • 4  Christian Papilloud, Pôle Risque/MRSH/CNRS, Université de Caen Basse-Normandie.
  • 5  TICs pour Technologies de l’Information et de la Communication.

5Dans le troisième chapitre de la deuxième partie (« L’interactivité et les Sciences Technology studies »), Christian Papilloud4 s’intéresse au « défi d’une sociologie des usages ». Il reprend les différences entre interactivité et interaction en s’appuyant sur certains auteurs. Pour lui, l’interactivité « mobilise non seulement des usagers des TICs5, mais également ces TICs, les logiciels qui en émulent les fonctionnalités ». Les caractéristiques de l’interactivité sont son intensité, sa durée, le contrôle possible sur elle et sa réactivité. L’approche cognitive peut être une solution pour cerner les usages des utilisateurs, mais c’est aussi dans l’immédiateté de l’échange que l’interactivité peut prendre tout sens. La rapidité de l’ordinateur devient une aide pour les transmissions radiophoniques. Au-delà de l’immédiateté, c’est la question de l’appropriation des contenus qui est posée. Quant à Christian Papilloud, il ajoute : « peut-on concevoir un échange sans médiation ? ». Cependant, pour lui, l’interactivité « ne fait pas lien ». Les contacts sont possibles, c’est une condition nécessaire mais non suffisante à de véritables échanges. Autrement dit, « l’usage des TICs interactives se structure sur la base de ces contacts ». Cette « contactualité » permet de regrouper les conditions et les modalités de l’interactivité des usages. Mais elle ne se fait qu’au prix d’une « triple vulnérabilité (…) relationnelle (…) spatiale et temporelle ».

  • 6  Guillaume Latzko-Toth Université Laval (UQAM) CIRST/LabCMO Canada. À lire « Les SIC aux lisières d (...)
  • 7  Florence Millerand, CIRST/LabCMO Université du Québec à Montréal Canada. Voir « Usages des NTIC : (...)
  • 8  Michel de Certeau, L’invention du quotidien. I. Arts de faire, Gallimard, Paris, 1990.

6Guillaume Latzko-Toth6 et Florence Millerand7 analysent par la suite les points communs entre la sociologie des usages et les Sciences Technology Studies (STS). Ces deux approches refusent de « considérer la technique et la société comme deux sphères indépendantes dont l’une surdéterminerait l’autre ». La sociologie des usages pourrait bénéficier des apports des STS, surtout en « dénaturalisant les catégories ». De même, la sociologie des usages, en centrant sa réflexion sur l’usager pourrait contribuer aux STS en permettant de « comprendre de façon fine comment des significations sociales et culturelles émergent dans des contextes d’usages particuliers, et comment elles contribuent à façonner les dispositifs sociotechniques ». S’appuyant sur les écrits de Michel de Certeau8, les auteurs soulignent que la sociologie des usages dévoile comment l’usage se construit et participe de « l’invention du quotidien ». Pour que les deux disciplines s’enrichissent de l’une et l’autre, il serait bon, concluent les deux auteurs, de dépasser la « vision séquentielle » : étude de la phase de conception pour les STS et analyse de la phase d’utilisation pour la sociologie des usages.

  • 9  Françoise Massit-Follea, Vox Internet II Fondation Maison des Sciences de l’Homme Paris.

7Françoise Massit-Folléa9 dans le chapitre intitulé : « usages et gouvernance de l’Internet : pour une convergence socio-politique » s’interroge sur le rôle des usages dans la gouvernance de l’Internet, en basant son étude sur les technologies de l’information et de la communication. Ces usages sont très nombreux et proviennent de multiples acteurs (États, entreprises, particuliers). Par sa nature même, le réseau Internet est un produit « socio-technique complexe d’une architecture informatique originale et d’une multitude de co-producteurs à l’échelle mondiale ». Françoise Massit-Folléa conclut son chapitre sur la nécessité de passer à une nouvelle ère. En effet, le réseau ayant atteint une certaine importance, nous sommes passés d’une « culture professionnelle et sectorielle à une expérience continue vécue par le plus grand nombre ». Il faudrait donc une nouvelle orientation politique qui consisterait en la « construction de liens entre les acteurs de l’Internet vers la construction de l’intérêt collectif ».

  • 10  Françoise Paquienséguy, CEMTI/MSHPN Université Paris 8. À lire « De la convergence technique à la (...)

8Dans le chapitre six intitulé : « l’usager et le consommateur à l’ère numérique », Françoise Paquienséguy10 retrace une partie de l’historique du développement du numérique qui correspond aux nouvelles pratiques des usagers dans le web collaboratif. La participation de ce binôme (usager, consommateur) aux sites dénommés Web 2.0 change la relation entre usagers, consommateurs et professionnels. L’acte « connexionnel » permet d’établir la connexion technique et sociale des individus entre eux. C’est pour eux une présence qui doit toujours être apparente, le dispositif « communicationnel d’un usager est le gardien de sa connexion continue (…) être présent, être actif, en relation, et le prouver en laissant des traces qui prolongeraient la participation ». La permanence d’une connexion active devient l’objectif principal. Cette notion de dispositif est essentielle pour comprendre les évolutions des réseaux numériques. La figure de l’usager des technologies de l’information et de la communication numérique (TICN) et celle du consommateur « se rencontrent et se mêlent » et l’expérience de la consommation devient « partagée et exposée via les actions de communication relayées par les TICN ». La consommation devient un enjeu identitaire et son expérience « alimente » les réseaux numériques, elle fait partie intégrante de la sociologie des usages. Ainsi, « la figure du consommateur paraît fonctionner comme une extension de celle de l’usager ».

  • 11  Geneviève Vidal, LabSic Université Paris 13. À consulter : AISLF-Interroger la « société de l’info (...)

9Geneviève Vidal11 est l’auteure du dernier chapitre intitulé : « de l’analyse des usages à la dialectique technique et société ». Sa posture est dialectique et englobe toute cette totalité des abonnements complexes entre technique et société. Elle démontre, dans ce chapitre, que des évolutions techniques plus ouvertes sur la participation des usagers ne font que renforcer les pouvoirs économiques et politiques. Face à cette situation, l’usager s’adapte, renonçant « à certaines libertés pour en négocier d’autres ». Geneviève Vidal parle de « renoncement négocié » des usagers envers les nouvelles technologies pour « résister et inventer, reproduisant les rapports de pouvoir en apparence modifiables grâce à l’interactivité ».

10Elle identifie trois étapes historiques de la sociologie des usages. Une première phase qui s’appuie sur les travaux de Michel de Certeau où celui-ci détaille les « détournements » des auteurs dans leurs actes les plus simples. Une deuxième phase qui date du début des années quatre-vingt-dix et qui voit l’émergence de nouvelles publications dont la revue Réseaux et le développement des analyses des cabinets d’études. C’est aussi une période où les internautes affichent leurs données personnelles. La troisième phase marque « une pensée de moins en moins critique », c’est pour elle l’occasion de s’interroger sur les rapports de pouvoir qui se jouent dans notre société contemporaine. Il s’agit de cette « instrumentalisation des relations sociales à des fins marchandes ». Les usages des technologies numériques ne permettraient pas de s’émanciper et de réduire les inégalités sociales, bien au contraire, d’après l’auteure la société serait toujours dans un rapport de domination tel que décrit dans les ouvrages de Pierre Bourdieu, d’autant plus que nous sommes dans une « temporalité accélérée ». L’interactivité « assurerait le maintien du système capitaliste, en faisant croire à un idéal de réussite, de facilité et de plaisir ». C’est pourquoi, la volonté de l’auteure et son engagement sont de poursuivre les études sur la sociologie des usages pour dénoncer « la mise en valeur du capital dans une socio-économie du numérique ». Cela fait du présent ouvrage une production majeure qui fait le point et invite à poursuivre la réflexion dans le domaine de la sociologie des usages des technologies de l’information et de la communication.

Haut de page

Notes

1  Éric George, GRICIS Université du Québec à Montréal Canada. Voir « Le processus d’appropriation sociale de l’Internet en formation : le cas d’attac » :

http://www.lecreis.org/colloques%20creis/2001/is01_actes_colloque/ericgeorge.

2  Cette théorie développée, en particulier, par Jean-Guy Lacroix, Bernard Miège, Pierre Moeglin, Patrick Pajon et Gaëtan Tremblay tente de montrer la prégnance de l’offre des producteurs de biens culturels et la relative difficulté des usagers à s’extirper des produits qui leur sont imposés.

3  Dominique Carré, LabSic-MSH Paris Nord Université Paris 13.

4  Christian Papilloud, Pôle Risque/MRSH/CNRS, Université de Caen Basse-Normandie.

5  TICs pour Technologies de l’Information et de la Communication.

6  Guillaume Latzko-Toth Université Laval (UQAM) CIRST/LabCMO Canada. À lire « Les SIC aux lisières des Science and Technology Studies : la co-construction de “l'usage” et de “l'usager” d'un dispositif de communication ».
http://tabarqa.u-bourgogne.fr/outils/OconfS/index.php/SIC/SFSIC17/paper/view/122.

7  Florence Millerand, CIRST/LabCMO Université du Québec à Montréal Canada. Voir « Usages des NTIC : les approches de la diffusion, de l'innovation et de l'appropriation » :

http://www.commposite.org/index.php/revue/article/view/17

8  Michel de Certeau, L’invention du quotidien. I. Arts de faire, Gallimard, Paris, 1990.

9  Françoise Massit-Follea, Vox Internet II Fondation Maison des Sciences de l’Homme Paris.

10  Françoise Paquienséguy, CEMTI/MSHPN Université Paris 8. À lire « De la convergence technique à la migration des fonctions de communication » :

http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/10/43/51/PDF/DelaconvergencetechniqueGDRV2.pdf

11  Geneviève Vidal, LabSic Université Paris 13. À consulter : AISLF-Interroger la « société de l’information » surhttp://w3.aislf.univ-tlse2.fr/spip/spip.php?article24.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Chavernac, « Geneviève Vidal (dir.), La sociologie des usages, continuités et transformations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11547

Haut de page

Rédacteur

Philippe Chavernac

Professeur documentaliste, LP Gustave Ferrié Paris.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page