Navigation – Plan du site

« Émancipations plurielles », Raison présente, n° 185, 2013

Quidora Morales La Mura
Emancipations plurielles
« Emancipations plurielles », Raison présente, n° 185, 2013, Nouvelles éditions rationalistes.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro thématique de Raison présente propose d’interroger la notion d’émancipation envisagée dans sa polymorphie à travers un dossier pluridisciplinaire réunissant neuf contributions. Dans l’éditorial, Christian Ruby définit l’objectif de ce dossier, celui d’esquisser « l’essentiel de ce que nous pouvons envisager désormais autour de cette notion » et « proposer de nouvelles dimensions de l’émancipation et de donner un nouveau statut à son objet et à son sujet. » (p. 8)

2Trois articles offrent une approche socio-historique du concept d’émancipation. Patrick Cingolani, interroge l’évolution des rapports au travail salarié du mouvement ouvrier. Il rappelle que si au XIXe siècle l’abolition du salariat constituait l’objectif révolutionnaire d’émancipation de la classe ouvrière, cela ne semble plus être autant d’actualité aujourd’hui. En effet, selon l’auteur, l’institutionnalisation du salariat est globalement perçue comme une « neutralisation des effets assujettissants du marché » (p. 15). Il convient donc de centrer les analyses sur l’émancipation des travailleurs de toutes les formes de domination et non pas seulement celles liées au travail. Mathieu Léonard quant à lui revient sur les fondements historiques de l’Association internationale des travailleurs (AIT) tout en mettant en lumière la vive controverse entre Marx et Proudhon qui marquait les clivages existants alors sur les moyens d’émancipation des travailleurs. Mathieu Grégoire analyse d’un point de vue matérialiste et historique, la lutte des intermittents du spectacle de 1919 à 2003. Il montre que la défense du salaire socialisé des intermittents conduit à penser l’émancipation fondée sur une « déconnexion forte entre emploi, salaire et salaire » (p. 67). L’article d’Irène Pereira vient compléter ces réflexions en discutant le concept d’émancipation dans l’analyse marxiste. Par une lecture originale de Marx, elle montre que pour celui-ci l’émancipation repose sur une « spontanéité vitale » et non sur « un sujet idéaliste ni sur les lois objectives de l’histoire » (p. 57). Cette spontanéité vitale se développe aussi bien dans le « travail ouvrier » que dans le « travail militant » (p. 57).

3Deux articles font état d’une analyse intersectionnelle des rapports sociaux et des formes d’émancipation qui peuvent en émerger. Le premier est un entretien mené par Irène Pereira auprès de Roland Pfefferkorn dans lequel il revient sur l’ensemble de ses travaux qui articulent les rapports sociaux de classe, de sexe, de « race » et de génération. Se dégage notamment de cet entretien, l’idée selon laquelle l’émancipation peut être entendue comme le résultat d’un processus d’individuation, mais que la libération du joug des différents rapports de domination passe avant tout par des luttes collectives. Natacha Chetcuti, quant à elle, ouvre le débat sur un point de clivage fort au sein du mouvement féministe à savoir la laïcité. En déconstruisant l’usage de la catégorie « femme » et en démontrant son hétérogénéité par une réflexion sur l’intersection entre classe, « race » et sexualité, elle montre avec perspicacité la nécessaire articulation des luttes pour l’émancipation des femmes avec la critique du colonialisme et la prise en compte du processus de racisation des groupes minorisés pour envisager la dialectique entre féminisme et antiracisme.

  • 1  Rancière Jacques, Le spectateur émancipé, Paris La Fabrique, 2008.

4Enfin, les trois derniers articles du dossier thématique engagent une approche esthétique de l’émancipation. Christian Ruby présente une réflexion autour de l’analyse de Jacques Rancière, en s’appuyant notamment sur le spectateur émancipé1. Il ouvre le débat sur une théorie de l’émancipation qui ne devrait pas être envisagé comme la réalisation d’un processus en construction continue et non comme l’exact opposé d’une théorie de l’aliénation ni une nouvelle utopie. Jean-Marc Lachaud, s’appuie également sur Jacques Rancière et montre que l’art est émancipateur de par « ses dimensions critiques et anticipatrices » (p. 81). À l’instar d’Adorno, et a contrario des réflexions de Sartre et Brecht, il dénonce cependant les « limites d’un art volontariste se substituant à l’action politique ». Ce que vient discuter le texte d’Olivier Neveu qui clôt ce dossier par une analyse de l’œuvre de Brecht.

5Deux textes hors-dossier viennent clore ce numéro de Raison Pratique. Le premier, de Jacqueline Chabbi, porte sur une analyse historique de l’islam qui expose avec finesse la manière dont se sont constitués les mouvements idéologiques en son sein. Le second est un hommage rendu à Georges Condominas par Michel Paty.

6Pour conclure, ce numéro de Raison présente présente pour principal intérêt la discussion du concept d’émancipation rendue possible grâce à l’hétérogénéité des approches ici présentées et par la richesse théorique des contributions.

Haut de page

Notes

1  Rancière Jacques, Le spectateur émancipé, Paris La Fabrique, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quidora Morales La Mura, « « Émancipations plurielles », Raison présente, n° 185, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 27 mai 2013, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11587

Haut de page

Rédacteur

Quidora Morales La Mura

Docteure en Sociologie, Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (EA 3478), Université de Lorraine

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page