Navigation – Plan du site

Pierre Bamony, Pourquoi l'Afrique si riche est pourtant si pauvre ?

Geoffroy Botoyiyé
Pourquoi l'Afrique si riche est pourtant si pauvre ?
Pierre Bamony, Pourquoi l'Afrique si riche est pourtant si pauvre ?, Le Manuscrit, coll. « Essais et Documents », 2010, EAN : 9782304029581.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Axelle Kabou, Et si l'Afrique refusait le développement?, L'Harmattan, 1991

1Le livre oriente définitivement la recherche sur les causes essentielles internes de la pauvreté en Afrique subsaharienne. A la suite de quelques auteurs africains qui ont déjà stigmatisé les mobiles endogènes 1 comme sources du refus du développement, Pierre Bamony prend position. Il apporte des éléments nouveaux et concrets d'explication qui justifient cette thèse internaliste. En cela le livre de Pierre Bamony n'exprime pas une thèse nouvelle. Son originalité se retrouve ailleurs. Le texte apporte la démonstration qui rend désormais irréfutable la thèse selon laquelle la source première de la misère en Afrique noire est à chercher chez ses propres fils. En enchaînant les événements récents survenus dans ces pays post-indépendants, l'auteur adosse solidement son argumentation sur les données de la presse écrite locale et internationale alimentée par les meilleurs spécialistes des questions abordées. Ceci n'enlève rien à l'objectivité du discours attendu d'un universitaire africain de la diaspora fort attaché à ses racines.

2L'analyse est prodigieuse qui situe définitivement la responsabilité de l'élite africaine intellectuelle et politique dans la production de la pauvreté et le maintien des peuples dans les conditions de misère les plus inimaginables. De toute évidence, il s'agit de la prise de parole d'un révolté en faveur des causes justes. Car le mobile de sa révolte prend racine dans l'irrationnel paradoxe de pauvreté des héritiers d'un continent aux immenses richesses. La lecture du texte amène sitôt le lecteur à percer ce qui fut jusque là insaisissable. En effet, Bamony nous révèle ce qu'il y a d'incompréhensible dans le comportement des dirigeants africains face à la grande indigence des peuples. Il donne les clés qui expliquent l'indifférence des élites politiques en Afrique noire.

3La gestion rentière de l'économie caractérise la manière dont les élites politiques et économiques des pays du Tiers-mondes en général et notamment des pays africains subsahariens conduisent les affaires dans leurs pays respectifs. Le pacte colonial accepté et pratiqué par les premiers Chefs d'Etats africains de ces pays dits indépendants, les scandales économiques et financiers liés au bradage des ressources minières, le gaspillage public, la gabegie et la corruption des hommes au pouvoir sans vision d'avenir pour leurs compatriotes et pour eux-mêmes, l'absence de gestion rationnelle de l'économie, l'extrême penchant à l'égoïsme des cadres intellectuels et le réel manque de volonté politique des gouvernants pour promouvoir la production et mettre en place une redistribution des fruits du travail sont successivement évoqués dans leurs manifestations diverses mettant toujours à nu la connivence des élites au pouvoir dans leur tragique avènement.

4Du Libéria à la République du Centrafrique, et au Mozambique, passant par la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso, le Nigéria, le Tchad, les deux Congo, l'Angola ; du Bénin au Mali, en Guinée, au Niger etc. les pratiques aboutissent au même résultat d'appauvrissement à l'extrême de la population par une junte d'intellectuels aux affaires. Ce ne sont pas les peuples qui manquent de courage et de volonté de changement insiste Bamony. Mais l'échec de ces pays dans la voie du développement à l'Occidental, tient essentiellement à la faiblesse de leurs élites. Mais comment des sociétés aux traditions hospitalières et solidaires réputées peuvent-elles secréter des élites politiques qui font preuve d'un égocentrisme sans comparaison, en livrant leur peuple à la mort certaine ?

5Le mal serait dans le fruit : l'observation anthropologique du fonctionnement des familles polygamiques dans une communauté Lyéla au Burkina Faso apporte une réponse. Selon Bamony dans les structures familiales polygamiques fort répandues en Afrique noire, les antagonismes entre demi-frères sont l'unes des raisons fondamentales du déséquilibre des liens interhumains. Le processus psychologique individuel et la structuration des mentalités familiales et communautaires conduisent, comme par nécessité, du conflit à la guerre des demi-frères. Ces conflits lèvent le voile sur le cercle vicieux de haine que ce type de foyer conjugal engendre entre les enfants d'un même père et de mères différentes. Bamony établit une analogie fort intéressante entre les conduites quotidiennes intra familiales et le comportement des individus, présidents, ministres, et autres grands commis au niveau de l'Etat. En effet, et d'une façon générale, la conduite des hommes politiques se manifeste également par une méfiance rédhibitoire par rapport à tout entourage étranger à leur propre famille. Ces derniers ne peuvent faire confiance qu'aux seuls membres de leur propre famille, de leur tribu ou de leur clan ; ce qui conduit à une politique du ventre plein, de l'exigence des satisfactions immédiates au mépris de l'intérêt des autres citoyens, et à l'élimination systématique des adversaires politiques. Comme ces élites ne peuvent souffrir de la concurrence des opposants issus d'autres groupes ethniques, ni les critiques, à l'instar des demi-frères, elles ont tendance à les éliminer par la violence physique ou par la sorcellerie. Comme chez les demi-frères ces comportements au niveau de l'Etat génèrent une situation politique, économique, civile et sociale stérile.

6L'absence depuis les années 1960 d'une réforme du système éducatif explique la persistance des pratiques obscurantistes qui rendent difficile la révolution des mentalités. Cette absence peut être ressentie comme l'une des marques du maintien volontaire des peuples dans l'ignorance sans doute pour mieux dissimuler les formes de corruption au sommet des Etats. Ainsi au lieu de libérer leur peuple des conditions de la pauvreté et de l'ignorance, les élites se complaisent à les enfermer dans les cycles de régression. Voilà enfin un livre dont l'auteur affirme clairement que les générations successives de gestionnaires des pays africains n'en avaient pas les ressources nécessaires. Une génération de leaders sans ambitions qui attend tout de l'aide étrangère ou qui engage des politiques d'endettement, alors que leur pays regorge de ressources qui constituent une manne pour les donateurs. Ce qui fait dire à Bamony que le défaut majeur des élites politiques africaines réside dans un manque de vision et de sens de l'avenir. Elles n'agissent pas, elles ne construisent pas, mais elles restent limitées essentiellement dans la sphère des réalités et des urgences quotidiennes. En réalité écrit-il, le fond du problème tient davantage à leur incapacité d'accéder au sens de l'intérêt général.

7On voit bien qu'en Afrique subsaharienne rien n'a fondamentalement changé dans les relations interhumaines depuis la soi-disant indépendance de ces pays. L'Occident continue d'y être roi et de se comporter en maître nostalgique d'un passé récent avec la complicité des Africains eux-mêmes. Le manque de confiance et de respect notoires des africains en eux-mêmes, y compris chez eux, est entretenu par les autorités politiques. Quel que soit le secteur considéré du développement (culture, éducation, santé, agriculture, économie), on assiste partout à l'incurie notoire des élites des peuples africains noirs du continent, absolument aveuglés par la course au pouvoir, la recherche des prestiges du palais, et très enclins à s'approprier les richesses publiques pour une consommation immédiate incontrôlée. Les Africains sont donc les propres fossoyeurs de leurs richesses en l'absence de véritables contrats de développement entre les gouvernants et les administrés. Il en résulte l'extrême misère qui se répand parmi les habitants de l'Afrique noire malgré la richesse de la terre africaine. Pourtant cette misère est due à des accidents de l'histoire qui ont pour nom l'esclavage, la colonisation, et le règne contemporain des « Hérodiens », races de traitres africains qui n'aiment ni leur pays ni leurs frères. L'Afrique a manqué de dirigeants capables d'opérer les réformes, l'autonomisation politique et économique vis-à-vis des métropoles comme on en a connu en Asie, avec la Chine et l'Inde. Sur ce point le livre exprime un profond sentiment de désenchantement vis-à-vis de l'intelligentsia africaine de démission. La qualité de l'élite africaine et spécifiquement politique est mise à rude épreuve. L'extrême indifférence des élites politique au sud du Sahara face à l'extrême pauvreté de leurs peuples annule tout espoir de voir un pays africain émergé à l'exception de l'Afrique du Sud. Comment sortir de cette situation funeste qui accélère la régression continue de l'espoir de vie des hommes et de leurs cultures ? Peut-on espérer que les jeunes élites politiques des pays africains subsahariens feraient autrement les choses que leurs aînés qui n'ont aucun sens de l'intérêt public, du bien général ? Selon Bamony on peut identifier sur ce sombre tableau quelques exceptions parmi les élites politiques ayant innové par leur modèle au pouvoir, tels les présidents Jerry John Rawlings au Ghana, Amadou Toumani Touré au Mali, Thomas Sankara au Burkina Faso, Alpha Oumar Konaré à la tête de l'Union Africaine. La liste est courte de personnalités politiques pouvant faire école.

8Dans ce Tome 1 nous assistons aux propos objectifs d'un révolté qui, prenant position dans un débat, renonce volontairement de verser dans l'argumentation au moyen des idées spéculatives, mais agite des faits concrets pour être entendu. C'est aussi un appel de conversion des cœurs que porte le livre ; car pour son auteur, si les Noirs s'aimaient réellement, se respectaient suffisamment les uns les autres, ils pourraient ébranler l'adversité internationale, influencer l'ordre économique et politique contraignant pour enfin prendre leur place de nation riche. La lecture rationnelle et objective que propose le philosophe Pierre Bamony se situe dans la double perspective de clarifier la notion illusoire d'une Afrique traditionnelle mystérieuse digne d'intelligibilité, puis de donner du sens à ce qu'il convient d'appeler Afrique moderne et contemporaine par rapport au devenir de ce continent. Ce que vise l'auteur dans ce premier Tome du livre est évidemment le réveil des peuples africains de leur état d'aliénation perpétuelle pour s'affranchir de leur infortune présente, de leur tutelle intérieure et extérieure puis à tendre vers le progrès et le simple bien-être humain. Le discours malgré son tempérament scientifique vire par moment dans une posture défensive de la race noire, sans toutefois entamer l'objectivité des conclusions ; au contraire l'expression des fibres affectives montre bien que le philosophe Bamony comme tous ses grands prédécesseurs philosophes a aussi du nerf et de la passion pour son sujet.

9Ici encore, au plan philosophique, le rôle des intellectuels reste central sur la voie qui conduit au bien être des populations. Les hommes éclairés ont un rôle de premier plan pour promouvoir l'homme essentiellement par l'acquisition de la culture savante ; même si dans les pays africains subsahariens on empêche très souvent de telle individualité de s'exprimer. Les système de pouvoir s'appliquent bien régulièrement à réduire au silence les universitaires les plus brillants comme le fut Cheikh Anta Diop au Sénégal du président Senghor. Puisque les responsables de ce système sans vision du futur sont toujours parmi les hommes, le temps serait venu selon Bamony de donner le pouvoir politique aux femmes. Il faudra qu'elles se mobilisent davantage lors des échéances électorales pour porter les femmes aux affaires systématiquement. Par là l'auteur pêche par principe ; car la question du genre n'épuise sûrement pas le problème si l'on sait que toute personne qui a du pouvoir a naturellement tendance à en abuser. Les femmes ne partagent-elles pas la condition humaine ? La nature féminine passe-t-elle pour divine et incorruptible ? La plaidoirie en faveur des femmes s'arrête cependant là pour en venir à des considérations moins platoniciennes :

10- La nouvelle conception de l'alternance politique: l'alternance au pouvoir ne saurait se réduire dit-il, à une pratique d'abrutissement qui érige en règle le principe du ôte-toi que je m'y mette. Au contraire, elle doit s'entendre comme une prescription pour les nouveaux dirigeants d'agir toujours pour accroître l'intérêt général des citoyens et viser le bien public.

11- La démocratie active et participative comme cadre de consultation des citoyens favorables aux décisions qui engagent le destin immédiat et lointain des peuples

12- Le projet de l'invention du futur par la participation active des jeunes à la vie politique et à la conduite du destin de leur pays au détriment des hérodiens qui veulent mourir au pouvoir.

13- La formation et l'instruction des journalistes sans inclination politique tendancieuse offriraient une aide.

14A travers des mots de tous les jours le philosophe et anthropologue Pierre Bamony conduit le lecteur à comprendre ce qui paraissait inexplicable de la réalité africaine. On est en droit d'attendre du Tome 2 qu'il pose les jalons théoriques et morales dont les nouvelles générations d'élites s'inspireront pour édifier une condition humaine heureuse dans leur pays.

Haut de page

Notes

1 Axelle Kabou, Et si l'Afrique refusait le développement?, L'Harmattan, 1991

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geoffroy Botoyiyé, « Pierre Bamony, Pourquoi l'Afrique si riche est pourtant si pauvre ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 18 octobre 2010, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1159

Haut de page

Rédacteur

Geoffroy Botoyiyé

Docteur en sociologie-anthropologie du développement

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page