Navigation – Plan du site

Marie-France Labrecque, Féminicides et impunité. Le cas de Ciudad Juárez

Lionel Francou
Féminicides et impunité
Marie-France Labrecque, Féminicides et impunité. Le cas de Ciudad Juarez, Editions Ecosociété, 2012, 194 p., Préf. Diane Lamoureux, ISBN : 978-2-923165-82-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  En 2011, le taux d’homicide était de 148 personnes sur 100.000 Juarenses d’après E. O’Connor, « Me (...)

1Ciudad Juárez, ville d’à peine 1,3 million d’habitants, est connue à travers le monde pour la violence qui y fait rage1, et qui s’est encore aggravée depuis 2007 et le début de la guerre menée aux narcotrafiquants par l’État mexicain. L’avalanche de victimes dans ce conflit tend à masquer un autre phénomène étroitement associé à Ciudad Juárez. Il s’agit du féminicide, c’est-à-dire l’assassinat de femmes parce qu’elles sont des femmes, victimes de leur genre donc. Bien que les meurtres d’hommes, en hausse, soient bien plus nombreux dans la ville que ceux de femmes, Marie-France Labrecque explique que les données relatives aux assassinats de celles-ci sont alarmantes : même si ces données sont parcellaires et parfois contradictoires, le nombre de femmes assassinées a augmenté deux fois plus vite que celui des hommes entre 1993 et 2001. En outre, ces féminicides ont lieu dans un climat d’impunité entretenu tant par l’inaction des responsables politiques mexicains que par leurs prises de positions publiques, dans lesquelles ils rejettent sur la moralité des victimes qualifiée de douteuse la responsabilité de ces crimes. L’auteure souligne ainsi la thèse partagée par un grand nombre de chercheurs et de militants selon laquelle « c’est un système d’impunité qui tue les femmes de Ciudad Juárez », en articulant trois dimensions. En premier lieu, les autorités ne sont pas en mesure d’appliquer la loi du fait de la corruption pratiquée par les narcotrafiquants. Ensuite, elles minimisent l’importance de ces meurtres pour protéger l’image de la ville. Et enfin, les relations entre les autorités et les organisations de droits humains se font sur le mode de la confrontation, tout dialogue est devenu impossible.

  • 2  L’auteure est membre depuis 2004 de la Commission québécoise de solidarité avec les femmes de Ciud (...)

2Marie-France Labrecque, professeure émérite associée d’anthropologie à l’Université Laval, ne rend pas compte ici d’un terrain dont elle tire de première main ses analyses. Elle réalise un travail d’analyse dans une perspective résolument féministe et militante visant à faire connaitre ce phénomène qui l’a profondément marquée lorsqu’elle effectuait des recherches sur l’économie de Juárez, entrelaçant tout au long de son texte son propre témoignage et une analyse engagée2 construite à partir de « documents de seconde main recueillis de façon systématique depuis 1999 », dont elle précise la nature et évoque les limites. Dans cet ouvrage, elle cherche à sensibiliser un large public à cette problématique en présentant la situation que connaît cette ville, et en proposant sa propre analyse des causes de ce phénomène au travers du prisme du patriarcat qui comme les autres interprétations des féminicides à Ciudad Juárez a lieu « sur le terrain idéologique ». Le patriarcat subsisterait ainsi dans la société mexicaine, justifiant la domination de l’homme sur la femme au sein d’un « État patriarcal » en perte de pouvoir du fait de la globalisation de l’économie.

  • 3  Voyez notamment Bordertown, un long métrage dont le titre a été traduit par Les oubliées de Juarez(...)

3Tout d’abord, elle rappelle utilement le contexte dans lequel ont lieu les féminicides étudiés. Le choix de centrer son analyse sur cette ville en particulier s’explique par le fait que de nombreuses données étaient déjà disponibles et qu’il aurait été plus délicat de trouver des matériaux suffisants à la fois en quantité et en qualité pour s’attaquer à d’autres villes ou pour réaliser une analyse à plus grande échelle. De plus, cette ville est emblématique de ce phénomène et le terme « féminicide » a été popularisé au travers de ce cas particulier3 qui a véhiculé autant d’interprétations que de personnes exprimant leur avis. L’auteure propose ici sa propre analyse à travers le prisme du cumul de différents facteurs structuraux, tels que les inégalités de genre, de classe, de race, etc., qui expliquent le caractère extrême du phénomène dans cette ville située à la frontière avec les États-Unis, et qui accueille de nombreux migrants et toutes sortes d’activités économiques légales ou clandestines. Cette région serait inextricablement liée au patriarcat, à savoir « le pouvoir intime des hommes sur les femmes, un pouvoir historiquement exercé au sein de la famille par le mâle. » L’économie est fortement dépendante des États-Unis puisque les maquiladoras, en quelque sorte des usines d’assemblage dont l’activité est exemptée de taxes, drainent une grande partie des travailleurs. La stigmatisation des étrangers et des femmes, et surtout des femmes étrangères, s’ajoute aux mauvaises conditions de travail. Il s’agit également d’un contexte où les syndicats ne s’intéressent que peu à leur cause, tandis que le développement anarchique de la ville et l’absence d’infrastructures dans certains quartiers ont parachevé leur marginalisation. Il est avéré que ce sont les quartiers les plus défavorisés et leurs populations qui sont les plus exposés à ces violences.

4Ensuite, l’auteure précise les différentes significations données au terme « féminicide ». Alors que pour certains auteurs le féminicide consiste en la mort de femmes survenant à la suite de manquements de l’État, incapable de garantir la sécurité, la démocratie et la justice, d’autres élargissent l’emploi du terme. C’est le cas de J. Monarrez qui distingue différentes catégories de féminicides : l’intime (en famille), le sexuel systémique (crime sexuel), et celui commis en raison d’occupations stigmatisées, les autres violences n’étant dès lors pas englobées dans cette définition. Il s’agirait donc d’une « forme de violence extrême de genre » pouvant prendre différents aspects. Contrairement à ce qui a pu être dit, toutes les femmes assassinées à Juárez n’ont pas été victimes d’un « féminicide systémique sexuel ». Les données relatives à cette question sont incertaines et il n’existe pas une liste unique et officielle permettant de savoir exactement combien de femmes ont été assassinées dans la ville et quels étaient leurs profils. Le seul point commun de toutes ces victimes semble être leur pauvreté, qui permet d’autant plus facilement au système d’impunité de perdurer.

5Dans un troisième chapitre intitulé « Défendre les droits des femmes et interpeller l’État », l’auteure présente un jugement rendu par la CoIDH (Cour interaméricaine des droits de l’homme) en 2009 reconnaissant l’État mexicain responsable de n’avoir pas fait le nécessaire pour protéger trois jeunes femmes décédées. A cela s’ajoute l’inefficacité de l’État à rechercher et poursuivre les auteurs de ces crimes, les politiciens attaquant la moralité des victimes tandis que la société civile et les familles des victimes se mobilisent face à l’injustice et à l’incurie des autorités.

6Enfin, l’auteure cherche à répondre à la question du « pourquoi ? » dans la quatrième et dernière partie de l’ouvrage, en nous présentant sa propre analyse de ce phénomène. Elle nous invite à prendre en compte « l’ordre social de genre » spécifique qui a pris forme « à l’intersection de processus d’industrialisation, d’urbanisation et de globalisation », et souligne que l’État mexicain, dont un certain nombre d’acteurs sont corrompus, reste animé par une idéologie patriarcale laissant libre cours à la violence de genre. De plus, les multinationales exploitant les populations les plus pauvres véhiculent également cette idéologie et tirent profit des inégalités de genre pour exploiter plus encore les femmes. Dans ce contexte, l’identité masculine est exaltée comme moyen de défense face à « l’expansion du néolibéralisme », ce qui participe au façonnement « d’un continuum de la violence qui se nourrit tout autant du contexte néolibéral global que du patriarcat tel qu’il s’exprime au sein des familles, dans la société en général et dans l’État. »

  • 4  On lira avec intérêt l’ouvrage recensé par J. Falquet, « R.-L. Fregoso, C. Bejarano (dir.), Terror (...)

7Dans un effort de généralisation, l’auteure rappelle que des féminicides ont également lieu dans d’autres pays. Ainsi, au Canada, 500 femmes autochtones auraient disparu ces vingt dernières années « à cause de leur genre et de leur identité autochtone ». Comme celles de Juárez, ces femmes appartiennent à des populations pauvres et discriminées, ce qui facilite leur escamotage. L’auteure décrit une série d’actions de solidarité menées dans les pays occidentaux, ce qui pourra donner des idées aux lectrices et lecteurs désireux de rejoindre la lutte, mais ne présente pas vraiment de pistes de travaux de recherche à entreprendre par la suite pour améliorer la compréhension de ce phénomène. Cette publication a le mérite de diffuser en langue française un sujet de recherche intéressant déjà de nombreuses chercheuses et militantes4 dans les pays hispanophones et anglo-saxons. La réalisation d’un terrain anthropologique sur ces questions permettrait probablement d’en saisir les soubassements et d’approfondir la compréhension de ces meurtres.

Haut de page

Notes

1  En 2011, le taux d’homicide était de 148 personnes sur 100.000 Juarenses d’après E. O’Connor, « Mexico’s Ciudad Juárez Is No Longer the Most Violent City in the World », Time.com, mis en ligne le 15/10/2012, consulté le 18/05/2013. URL : http://newsfeed.time.com/2012/10/15/mexicos-ciudad-juarez-is-no-longer-the-most-violent-city-in-the-world.

2  L’auteure est membre depuis 2004 de la Commission québécoise de solidarité avec les femmes de Ciudad Juárez.

3  Voyez notamment Bordertown, un long métrage dont le titre a été traduit par Les oubliées de Juarez, et dans lequel Jennifer Lopez investigue les féminicides qui se passent dans la ville-frontière. On peut également renvoyer à l’enquête des journalistes M. Fernandez et J.-C. Rampal, La ville qui tue les femmes. Enquête à Ciudad Juárez, Hachette, 2005.

4  On lira avec intérêt l’ouvrage recensé par J. Falquet, « R.-L. Fregoso, C. Bejarano (dir.), Terrorizing Women. Feminicide in the Americas », Genre, sexualité & société [En ligne], mis en ligne le 01/06/2010, consulté le 20/05/2013. URL : http://gss.revues.org/index1914.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Marie-France Labrecque, Féminicides et impunité. Le cas de Ciudad Juárez », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 28 mai 2013, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11592

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page