Navigation – Plan du site

Muriel Briançon, L’Altérité enseignante. D’un penser sur l’autre à l’Autre de la pensée

Arthur Mary
L'altérité enseignante
Muriel Briançon, L'altérité enseignante. D'un penser sur l'autre à l'Autre de la pensée, Paris, Éditions Publibook Université, coll. « Sciences Humaines et Sociales », 2012, 176 p., Préf. Michel Fabre, ISBN : 9782748382747.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Paris, L’Harmattan, 2011.
  • 2  Ibid., p. 14.
  • 3  « L’Altérité enseignante […] vise au contraire l’universalité » (p. 13-14).

1L’altérité enseignante. D’un penser sur l’autre à l’Autre de la pensée est un travail de recherche à travers des courants philosophiques (dont les principales références sont Hegel, Schopenhauer, Lévinas, Sartre, Martin Buber, Lacan) qui s’inscrit dans un champ de réflexion sur la pédagogie, l’éducation, la transmission du savoir. Ce livre de Muriel Briançon fait suite à un précédent ouvrage, Ces élèves en difficulté scolaire qui se disent d’abord curieux du maître1, qui s’intéressait au cas très particulier de ces « 8 % des élèves de cycle III, soit un à deux élèves par classe en moyenne, exprim [ant] une vive curiosité à l’égard de leur enseignant, d’après [son] enquête par questionnaire »2. Si ce premier travail semble avoir été une approche concrète d’un phénomène relativement singulier de la situation pédagogique, l’étude que nous avons lue, L’altérité enseignante, tente le pas de généralisation de son propos, afin d’appréhender l’enseignement suivant une perspective plus lointaine, abstraite peut-être, afin de pouvoir en dégager philosophiquement un invariant3 : l’« altérité épistémologique ». Disons-le tout de suite, le lecteur curieux de trouver le récit de situations concrètes ou d’outils conceptuels pratiques et utiles, sera sans doute déçu ; car heureusement, c’est autre chose que propose Muriel Briançon. En dépliant trois modalités de l’altérité (l’altérité dite extérieure, l’altérité que je suis pour moi-même, et l’altérité épistémologique articulée au désir d’une « pensée autre »), l’auteur fait valoir le mouvement dialectique propre qui conduit à ce qu’un non-su devienne un savoir. Évidemment, Muriel Briançon sait que son investigation philosophique se confronte à la limite de la connaissance et à ce qui se trouve au-delà de cette limite, et qu’elle désigne comme « altérité épistémologique ». Or, ainsi qu’elle le remarque justement, indiquer un impensé, c’est déjà le rapatrier dans le champ du pensé.

  • 4  En un sens, ce paradoxe est russellien (qui rase le barbier qui rase seulement les gens qui ne se (...)
  • 5  Il convient toutefois de nuancer un peu cette profondeur : faire converser des auteurs si spécifiq (...)

2Le paradoxe auquel se confronte cette étude est ancien et il consiste à vouloir penser l’impensé4. Autrement dit, son objet véritable se trouve inéluctablement hors des pages de ce livre. Nous nous sommes demandé ce qui constitue pour L’altérité enseignante un véritable point d’impensé, une extériorité authentique. L’érudition de l’auteur couvre un vaste champ et embrasse la phénoménologie dans ses diverses nuances (les nuances qu’y introduisent Sartre, Lévinas, Ricoeur, Buber…) ainsi que l’anti-philosophie psychanalytique de Lacan ; dans une moindre mesure elle recourt aux interrogations des philosophes grecs de l’Antiquité ayant inauguré l’intérêt pour l’ontologie. Force est de constater que ce vaste domaine parcouru avec méthode et profondeur5, délimite une « aire épistémique » qui a largement été discutée en France en marquant toute une époque de la philosophie.

  • 6  Le maître ignorant : Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle [1987], 10x18, 2004.

3Il nous a semblé que le projet de L’altérité enseignante de Muriel Briançon peut être entendu de deux façons. La première concernerait l’auteur : le chemin parcouru par celle-ci dans ce travail de recherche méticuleux a selon toute vraisemblance été une rencontre avec l’altérité enseignante de pensées philosophiques singulières dont parle son livre. C’est-à-dire que le processus de recherche et d’écriture a bien dû être l’épreuve répétée d’une altérité. Ainsi, elle ne rédigeait pas tant un travail sur l’altérité enseignante, qu’elle ne tirait un enseignement d’une altérité épistémique en menant cette recherche. En suivant son investigation, le lecteur peut espérer lui aussi faire l’épreuve de cette altérité de pensée qui enseigne. Une seconde façon de comprendre le projet de cette étude consisterait à éprouver par la lecture que l’altérité épistémique est par définition toujours ailleurs. Le lecteur risque alors d’apprendre quelque chose en même temps que son désir de savoir sera déçu et par-là alimenté. L’enseignement consisterait donc en l’épreuve de l’insatisfaction du désir de savoir, qui est toujours désir de savoir autre chose – et dans ce cas, nous sommes déjà curieux du prochain ouvrage de Muriel Briançon. Ne serait-ce pas un procédé assez proche de celui du Maître ignorant6 de Jacques Rancière ?

  • 7  De la certitude, §.88.
  • 8  Cf. par exemple Bion, La preuve & autres textes, Paris, Ithaque, 2007 (suivi de la postface de Pie (...)

4Depuis le point d’extériorité où nous écrivons – ce compte rendu –, nous suggérons deux voix susceptibles de retentir en qualité d’altérité épistémique enseignante (altérité à l’ouvrage de Muriel Briançon), non point pour saturer le savoir, mais pour le décompléter par son ailleurs : celle de Wittgenstein, qui eut tant de mal à assurer la fonction d’instituteur et dont la philosophie a des prétentions plus thérapeutiques que pédagogiques et qui affirmait : « Il se peut par exemple que toutes nos recherches soient constituées de sorte que certaines propositions, fussent-elles jamais formulées, sont hors de portée du doute. Elles se trouvent hors du chemin emprunté par nos recherches »7. Et la voix du psychanalyste anglais Wilfred Bion, sans doute autant soucieux que Lacan des questions d’épistémologie et de logique, mais posées en des termes assez éloignés8.

Haut de page

Notes

1  Paris, L’Harmattan, 2011.

2  Ibid., p. 14.

3  « L’Altérité enseignante […] vise au contraire l’universalité » (p. 13-14).

4  En un sens, ce paradoxe est russellien (qui rase le barbier qui rase seulement les gens qui ne se rasent pas eux-mêmes ?) : qui pense les pensées qui ne sont pas pensées ? C’est une question que le psychanalyste Wilfred Bion posait déjà quand il parlait de « thoughts without a thinker » (par exemple dans Cogitations, Londres, Karnac, 1992).

5  Il convient toutefois de nuancer un peu cette profondeur : faire converser des auteurs si spécifiques et appartenant à des traditions philosophiques parfois très éloignées implique une difficulté. Le risque, pas toujours évité, est de survoler les pensées respectives de ces auteurs en manquant le noyau radical de leur philosophie (à la fois traversée et point aveugle).

6  Le maître ignorant : Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle [1987], 10x18, 2004.

7  De la certitude, §.88.

8  Cf. par exemple Bion, La preuve & autres textes, Paris, Ithaque, 2007 (suivi de la postface de Pierre-Henri Castel, « Bion épistémologue »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Mary, « Muriel Briançon, L’Altérité enseignante. D’un penser sur l’autre à l’Autre de la pensée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 28 mai 2013, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11601

Haut de page

Rédacteur

Arthur Mary

Psychologue clinicien, docteur en psychologie clinique et psychopathologie (Laboratoire Interdisciplinaire Récits, Cultures et Sociétés, EA-3159, Université de Nice-Sophia Antipolis), attaché temporaire d’enseignement et de recherche (Laboratoire des Cliniques Psychopathologiques et Interculturelles, Université de Toulouse-Le Mirail)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page