Navigation – Plan du site

« Le CAP : regards croisés sur un diplôme centenaire », Revue française de pédagogie, n° 180, juillet-août-septembre 2012

Didier Bastide
Le CAP : regards croisés sur un diplôme centenaire
Guy Brucy, Fabienne Maillard, Gilles Moreau (dir.), « Le CAP : regards croisés sur un diplôme centenaire », Revue française de pédagogie. Recherches en éducation, n° 180, juillet-août 2012, 164 p., ENS Éditions, ISBN : 978-2-84788-388-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Centenaire du CAP. Apprentissages professionnels, certifications scolaires et société », 18-20 o (...)
  • 2  Mathias Millet, Gilles Moreau (dir.), La société des diplômes, Paris, La Dispute, 2011 : http://le (...)

1« Malgré une notoriété moins grande que celle du Baccalauréat, le CAP [Certificat d’aptitude professionnelle] est devenu un diplôme familier, dont l’acronyme est passé dans le langage commun… Longtemps rare, par deux fois au moins condamné par les politiques publiques, il a survécu, est toujours fortement implanté dans les Centres de formation d’apprentis et revient aujourd’hui dans les Lycées professionnels ». Extraite de la plaquette du colloque consacré au CAP, lors de son centenaire en 20111, cette présentation est développée en introduction du n° 180 de la Revue française de pédagogie. Guy Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau qui coordonnent le dossier, pointent les principales scansions institutionnelles et politiques de ce diplôme. Destiné initialement aux seuls apprentis, le CAP devient jusqu’au milieu des années 1960, « emblématique de la qualification ouvrière et employée ». Il connaît plusieurs changements « de curriculum, de fonctions et de publics », notamment avec la mise en place du BEP (Brevet d’études professionnelles) et plus récemment avec la création du baccalauréat professionnel. Ces évolutions rapidement brossées, le postulat retenu est présenté. Le CAP est saisi comme diplôme « premier », bien qu’étant classé dernier dans la nomenclature des niveaux de formation, ceci afin de rendre compte à la fois, de sa longévité, de sa polymorphie et de sa place dans la société française. Ce renversement de perspective, permet à travers six contributions d’articuler les questions de l’apprentissage professionnel et des certifications dans une « société des diplômes »2, où une frange importante de la population accède au seul CAP.

2Dans un premier article, le retour historique opéré par Guy Brucy, depuis la création du CAP jusqu’au début des années 1990, a pour fil conducteur heuristique, la construction de la légitimité de ce diplôme. En quelques pages, à l’aide de quelques faits précis, le double mouvement de conquête et de mise à mal de cette légitimité est restitué. Il rend compte à la fois de la diversité des acteurs (ici, d’abord le « seul monde de l’atelier » et progressivement celui de l’école), des influences, des compromis, des enjeux à l’œuvre en matière de certification, bref de la complexité de l’histoire du CAP. Il en va de même avec la contribution de Fabienne Maillard, dont l’analyse de la politique de « refondation », impulsée par le ministère Allègre, prolonge le regard jusqu’à la période actuelle. Ceci afin de cerner les ambitions et les limites, mais aussi les obstacles de cette politique volontariste.

3Sur l’ensemble de la période, l’étude des variations chiffrées des deux voies d’accès traditionnelles au CAP (dans le cadre de l’apprentissage et par la formation scolaire) fournit à Gilles Moreau un angle d’approche singulier, qui éclaire encore différemment la « plasticité » du CAP. Il rend également visible l’essor d’autres types accès au CAP, par des « chemins de traverse », que sont la formation continue, les candidatures libres, la validation des acquis de l’expérience etc.

4Autre forme de lente évolution, mise à jour grâce aux archives d’une chambre des métiers et à l’analyse de revues professionnelles, celle concernant les relations de l’artisanat avec le CAP, qu’observe Marc Suteau. La perception par les artisans du CAP, de son intérêt, passe progressivement de l’hostilité à la reconnaissance et à la défense du diplôme.

5Toujours à partir d’une approche sociohistorique, le dossier sur le CAP proprement dit se clôt par l’analyse d’un secteur professionnel en particulier, celui de l’habillement. Nicolas Divert décrit les débuts de ces CAP, dans le prolongement de formations de couture réservées aux filles, leur attrait grandissant en lien étroit avec l’emploi jusqu’aux années 1960, puis leur désaffection jusqu’à leur relégation actuelle.

6Enfin une table ronde présentée par Fabienne Maillard et animée par Christian Baudelot à laquelle participent trois autres chercheurs suisses et allemands ouvre le débat sur les diplômes professionnels « de base » à l’échelle de l’Europe.

  • 3  Guy Brucy, Fabienne Maillard, Gilles Moreau (dir.), Le CAP. Un diplôme du peuple, 1911-2011, Renne (...)

7Plus qu’une série de regards croisés - pour reprendre l’intitulé du dossier -, c’est une vue d’ensemble synthétique concernant le CAP, ses maintes évolutions et son avenir que livre ce numéro de La Revue française de pédagogie, en même temps qu’il offre une forme de reconnaissance, à ce « diplôme du peuple »3 érigé en objet scientifique.

Haut de page

Notes

1  « Centenaire du CAP. Apprentissages professionnels, certifications scolaires et société », 18-20 octobre 2011, GRESC0-Université de Poitiers.

2  Mathias Millet, Gilles Moreau (dir.), La société des diplômes, Paris, La Dispute, 2011 : http://lectures.revues.org/7069.

3  Guy Brucy, Fabienne Maillard, Gilles Moreau (dir.), Le CAP. Un diplôme du peuple, 1911-2011, Rennes, PUR, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Bastide, « « Le CAP : regards croisés sur un diplôme centenaire », Revue française de pédagogie, n° 180, juillet-août-septembre 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11605

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page