Navigation – Plan du site

Pascal Lardellier, Nos modes, nos mythes, nos rites. Le social, entre sens et sensible

Christophe Dargère
Nos modes, nos mythes, nos rites
Pascal Lardellier, Nos modes, nos mythes, nos rites. Le social, entre sens et sensible, EMS Editions, coll. « Societing », 2013, 271 p., ISBN : 978-2-84769-472-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir page 13.
  • 2  Voir page 259.

1« Nous passons notre vie à passer dans des rites, qui sont tout à la fois des écrins pour nos relations et une architecture pour notre société »1. Notre quotidien est insidieusement rythmé, doucement bercé, considérablement pollué, subtilement agrémenté de pratiques rituelles de toutes sortes. Comment ces dernières s’immiscent-elles dans notre vie sociale, qui de prime abord, serait inéluctablement soumise à un ordre rationnel démystificateur ? L’ouvrage de Pascal Lardellier repose ainsi sur une démonstration (la civilisation occidentale, et plus précisément la société française, fourmille de rites bien plus influents qu’on ne le suppose) et une déconstruction (l’idée selon laquelle nous serions soumis au rouleau compresseur d’un rationalisme désenchanteur et destructeur de rites). Tiré d’une compilation de chroniques, l’ouvrage se remarque en premier lieu par la qualité de son écriture, comme le confirme Claude Javeau qui a rédigé la postface : « Ses chroniques se dégustent comme des zakouskis, ces hors-d’œuvre russes dont on sait qu’ils sont parfois la meilleure partie du repas »2. La mise en forme particulière du livre, assumée par l’auteur, est destinée à rendre la lecture la plus fluide possible. Elle permet un habile et constant croisement, entre le matériau et son interprétation. L’auteur convoque la sémiologie, la sociologie, l’histoire, l’anthropologie pour argumenter un propos d’ensemble clairement affilié aux sciences de l’information et de la communication.

  • 3  Voir page 16.

2La première partie montre comment les rites sont ancrés dans la réalité sociale qui se décline « au jour le jour », c’est-à-dire en fonction du calendrier. En reprenant scrupuleusement la chronologie d’une année, l’auteur nous démontre que notre quotidien est fréquemment, pour ne pas dire perpétuellement, soumis à des traditions, des habitudes récurrentes qui, par leurs répétitions, cristallisent nos modes de vie et inscrivent nos comportements dans une inéluctable logique sémantique. De ce fait, les rites donnent du sens à notre expérimentation du monde, ils inscrivent nos actes dans une réalité « qui ne serait rien sans eux »3. Pour ce faire, Pascal Lardellier balaie un champ considérable de pratiques. On peut se demander, de prime abord, ce qui peut bien relier l’arrivée du Beaujolais nouveau avec la rentrée scolaire ou Halloween. On peut s’interroger sur la pertinence de placer sur un seuil analytique similaire les fêtes de Noël avec les soldes d’hiver, la Saint Valentin ou les bonnes résolutions de janvier. Pourquoi placer sur une même grille interprétative le premier mai, la fête des mères, le baccalauréat, la fête de la musique ou celle des voisins ? La réponse vient peu à peu et l’ensemble se tient : notre vie quotidienne est effectivement, et quoi qu’on en dise, soumise à d’incessantes pratiques rituelles. Profondément ancrées dans notre culture depuis des millénaires, insidieusement amenées pour des raisons mercantiles, malicieusement entretenues pour créer du lien, le constat de Pascal Lardellier est parfaitement lucide. Nos fêtes, nos célébrations, ces comportements collectifs qui nous relient, sont soumis à un ordre social, pour faire en sorte que les hommes vivent ensemble et qu’ils donnent sens à ce « vivre ensemble ». Mais ne soyons pas dupes, prévient en creux l’auteur. Cet ordre social est lui-même engagé dans un rapport de lutte, de domination et de soumission, avec un ordre économique qui, peu à peu, tend à fournir la texture et la teinture de ces rites.

3Les pratiques médiatiques constituent le deuxième axe dans la démarche d’ensemble de l’ouvrage. Nous venons de voir que notre vie quotidienne est régulée par des événements issus de la tradition religieuse (Noël), laïque (rentrée scolaire), culturelle (fête de la musique). Ces formes de célébration, plus ou moins suivies, en fonction des idéaux et des aspirations de chacun, engagent malgré tout les individus dans des pratiques collectives marquées dans le temps, ponctuées à des instants donnés (dates précises, périodes, saisons). Dans cette seconde partie, Pascal Lardellier s’attache à montrer que l’émergence des nouvelles technologies constitue le support et le prétexte qui va permettre à notre société de poursuivre son introspection identitaire en fabriquant de nouveaux rites. Inéluctablement soumise à la modernité technique, la civilisation occidentale poursuit sa quête de sens en parsemant son chemin aléatoire des nouvelles pratiques qu’elle fabrique. Ce peut être par l’intermédiaire du pouvoir médiatique, qui « crée l’événement », c'est-à-dire des manifestations devenues incontournables (Miss France, festival de Cannes…). Ce peut être aussi par l’influence de la télévision, et de ses programmes cultes, que l’on regarde désormais religieusement, et qui entrent, à tort ou à raison, dans le patrimoine « culturalisé » du téléspectateur. Enfin, il y a la mainmise des écrans, et ici l’auteur est à son aise car il nous emmène sur un terrain qu’il maîtrise parfaitement, à savoir les TIC (Technologies d’Information et de Communication). Son approche objectivée, tantôt critique, tantôt réaliste, tantôt constructive, cerne les dérives de pratiques émergentes, tout en pointant les avantages que d’autres procurent, notamment dans la fabrication des nouvelles formes de liens sociaux et dans le balisage de l’évolution « civilisationnelle ».

  • 4  Berger Peter & Luckmann Thomas, La construction de la réalité sociale, 1966, Paris, Armand Colin, (...)
  • 5  Javeau Claude, Le bricolage du social, un traité de sociologie, Paris, PUF, 2001.

4Le troisième point développé par Pascal Lardellier met en évidence l’émergence de pratiques, qui font référence, valident un courant, entérinent une idéologie, de manière éphémère, épisodique ou construite et définitive. Comment ce qui est tendance s’inscrit dans les cadres structurels et structurants qui régulent notre quotidien ? Quel processus conduit ce qui est « à la mode » à ce qui est « mode de vie » ? L’auteur nous livre des exemples variés, d’ordres économique (notamment l’émergence de nouveaux modes de vie en réaction à crise), linguistique (les nouvelles formes de régulation langagières), culturel (les tatouages), social (le dictat du jeunisme), voire mystique (le vendredi 13). Là encore, on peut se demander quels peuvent être les liens entre le poker, le catch, les modes d’alimentation ou le jardinage. Comment s’y retrouver dans ce grand fourre-tout semblable aux vide-greniers que l’auteur décrit par ailleurs ? De manière surprenante, Pascal Lardellier a su identifier et analyser ce qui fait sens, ce qui prend forme en tant que lien social, ce qui impulse une pratique culturelle. Ici la réalité sociale prend corps et consistance. Ce n’est plus un concept abstrait et stérile. Elle se manifeste concrètement dans le quotidien des individus qui la fabriquent, la subissent, font avec, bon an mal an, volontairement ou inconsciemment. Le développement intitulé « Vive la crise » est une bonne illustration de « la construction de la réalité sociale »4. Soumis à la dimension macroéconomique de la crise, les individus « bricolent le social »5, tricotent avec leur quotidien pour l’améliorer, le rendre supportable, tout en faisant émerger une nouvelle forme de réalité sociale.

  • 6  Javeau Claude, Sociologie de la vie quotidienne, Paris, PUF, 2003.
  • 7  Javeau Claude, Prendre le futile au sérieux, Paris, Le Cerf, 1998.
  • 8  Voir page 250.
  • 9  Merleau-Ponty Maurice, Signes, 1960, Paris, Gallimard, 1996, p. 285.

5Cet ouvrage marque une nouvelle fois la pertinence des études qui se penchent sur les fondements de la vie quotidienne6, qui consiste à « prendre le futile au sérieux »7. L’auteur nous livre ici une fine analyse du virage que prend notre civilisation, qui ne peut se passer de rites pour agrémenter le mode de vie des hommes, lui donner du sens, symboliquement et socialement. La contribution de Pascal Lardellier, peu ambitieuse de prime abord, s’engage néanmoins dans une analyse de fond, macrosociologique8, qui s’avère prépondérante. Elle permet de saisir la corrélation entre les avancées technologiques, les productions de nouveaux processus culturels, qui sont d’inévitables sources de mutations anthropologiques et d’évolutions sociologiques. En cela, il prolonge les réflexions de Roland Barthes, et nous inspire Maurice Merleau-Ponty : « Si l’homme est l’être qui ne se contente pas de coïncider avec soi, comme une chose, mais qui se représente à lui-même, se voit, s’imagine, se donne lui-même des symboles, rigoureux ou fantastiques, il est bien clair qu’en retour tout changement dans la représentation de l’homme traduit un changement de l’homme même »9.

Haut de page

Notes

1  Voir page 13.

2  Voir page 259.

3  Voir page 16.

4  Berger Peter & Luckmann Thomas, La construction de la réalité sociale, 1966, Paris, Armand Colin, 2003.

5  Javeau Claude, Le bricolage du social, un traité de sociologie, Paris, PUF, 2001.

6  Javeau Claude, Sociologie de la vie quotidienne, Paris, PUF, 2003.

7  Javeau Claude, Prendre le futile au sérieux, Paris, Le Cerf, 1998.

8  Voir page 250.

9  Merleau-Ponty Maurice, Signes, 1960, Paris, Gallimard, 1996, p. 285.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Dargère, « Pascal Lardellier, Nos modes, nos mythes, nos rites. Le social, entre sens et sensible », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11608

Haut de page

Rédacteur

Christophe Dargère

Docteur en sociologie, chargé de cours au Centre Universitaire Roannais (Université Jean Monnet), post-doctorant au Centre Max Weber et chercheur associé au VIPS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page