Navigation – Plan du site

Jean-Louis Le Tacon, Cochon qui s'en dédit

Charles H. Gerbet
Cochon qui s'en dédit
Jean-Louis Le Tacon, Cochon qui s'en dédit, Éditions Montparnasse, coll. « Le geste cinématographique », 2011.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Franju Georges, Le sang des bêtes, Paris, 1949. Ce moyen-métrage rend compte du travail des employ (...)

1Avant d'en venir à ce film véritablement non-identifié, asphyxiant, seul en sa forme – non loin cependant du « sang des bêtes » de Franju1–, au poids qui après le visionnage pèse sur nos épaules, il faut dire quelques mots des éditeurs (Éditions Montparnasse) et des directeurs (Patrick Leboutte/Vianney Delourme) de l'importante collection « Le geste cinématographique » qui l’accueille. Collection cinéphilique qui a entrepris la publication du corpus complet de Jean Rouch (à qui le film est dédié, lui, le penseur du cinéma anthropologique, du cinéma-vérité ou dit du « réel »), des Straub, tout en diffusant, de plus, des cinéastes majeurs tels que Marker, Le Masson, Kramer ou encore Deligny.

2Filmé en super 8 – appareil très souvent utilisé dans cette manière de faire du cinéma, et précisément par Le Tacon –, il s'agit d'un moyen-métrage de 37 minutes tourné en Bretagne où nous est révélé un élevage intensif (hors-sol), quasi-industriel, de porcs. Entre fiction et documentaire, poésie et document scientifique (anthropologique), machine de guerre politique, le film, par sa forme, les idées qu'il transporte, met en image l'impensable vie d'un éleveur, de sa famille et du « troupeau » (on dira plutôt de la « matière première ») qui occupent ce lieu d'horreur, l’exploitation (on dira plutôt l'usine à viande) composée de deux grands bâtiments en béton où sont concentrés plus de mille bêtes, soit seule et accrochée par des lanières sans possibilité de se mouvoir (truie en gestation ou qui allaitent), ou soit en enclos surchargés. Précisons de suite que le « hors-sol » est une technique inventée par les zootechniciens et qui consiste en un élevage confiné, sans possibilité de sortie à l'air libre – le sol se trouvant être en « dur » et la nourriture composée de farine animale. Un corps-machine sous une peau de porcs souillée par le Capital : voilà ce qui apparaît. Nous sommes en 1979, l’éleveur vient de se lancer sans le savoir dans cette mortifère aventure tout en devant rembourser aux banques un immense crédit qui résulte de l'achat ce lourd matériel. Nous sommes aux prémisses de l'horreur des configurations actuelles, pour les animaux, surtout, mais aussi pour les hommes.

  • 2  Les passages entre guillemets suivants, sauf indications, seront les paroles de l’éleveur extraite (...)

3Dès son commencement, le film marque corporellement : on est heurté de plein fouet par les images – il s'agit de l'arrivée de l’éleveur dans l'un des deux grands hangars écrasés de porcs. Nous regardons une séance de nourrissage infernale, selon les cris stridents, des bruits assourdissants, l'agitation extrême d'animaux cloîtrés et devenus fous du fait l’extrême proximité ; devenus aliénés à cause du traitement infligé et sur-alimentés. L'homme a des gestes mécaniques et travaille sans prêter attentions à « ses » bêtes : il jette la farine au hasard dans les box, parfois sur le dos des animaux, ou par terre sur les excréments. Après la besogne l'homme sort soulagé de cet enfer, vivre un peu, respirer à l'air libre, car sauvé un temps de ce cauchemar – mais cauchemar qui le rattrapera inexorablement. La situation est en effet d'une rudesse difficilement supportable (les bêtes n'ont, elles, pas cette chance...). Voici, au bout de longues et éprouvantes minutes, la première parole de l’éleveur - nous la rapportons car elle appert significative : « là-dedans, je ne me sens pas du tout concerné »2.

4La propreté devient la hantise de l'éleveur contrôlé constamment par des techniciens minutieux, car les animaux issus de filiations génétiquement contrôlées, sélectionnées pour cette manière de produire, ne possèdent aucunes protections naturelles ou défenses immunitaires. Tout est maîtrisé, scientifiquement, un cahier des charges mécanique doit être suivi à la ligne près, même les accouplements sont organisés par l'éleveur (telle cette scène incroyable où l'homme assiste le mâle derrière la femelle... l’éleveur nous rapportant qu'il fait sans cesse des mauvais rêves liés à cette scène quotidienne). C'est à ce moment que les premières images de fictions apparaissent et où l'on voit l'homme nu derrière la truie en lieu et place du vérin. Le montage fait d'images presque subliminales, d'un assemblage très rapide, découpés, et d'une musique stridente et déstabilisatrice : « on se demande dans les conditions d'élevage, qui c'est qui baise, si c'est l’éleveur qui baise la truie ». Le film est cru, dur, cinglant, sanglant, à l'image du lieu et de son fonctionnement incompréhensible.

  • 3  Cf. les bonus du coffret (« L'homme-cochon, vingt ans après ») où le réalisateur retrouve l'éleveu (...)
  • 4  Cf., parmi plusieurs autres intéressants, le beau livre « Être bête » de Vinciane Despret/Jocelyne (...)

5Il y a quelque chose de véritablement glauque, horrible de part les scènes de cinéma qui défilent sous nos yeux – images-mouvements que l'on pourrait attribuer au genre dystopique. On se retrouve sensiblement très déstabilisé tout en se rendant compte de l'atrocité de ce terrain pour les animaux, qu'ils soient humain ou non : « ce qui me marque le plus, c'est la peur de voir, au niveau global, de m'imaginer qu'un jour que nous aussi on pourrait être embrigadé dans un élevage comme ça pour produire autre chose. Le croquis serait le même ». Le film alterne alors entre des passages de vie, des scènes de vie où la femme explique son obligation de travailler à côté afin de subvenir aux besoins de la famille – l’exploitation ne produisant pas de bénéfices. Le jeune éleveur, déjà devenu un technicien mécanique, une marionnette capitaliste malgré lui (ce qui le fera arrêter peu de temps après et choisir un tout autre métier3), et selon la norme des règles économiques, de gestions mises en place, ne peut développer aucun rapport affectif, philosophique, avec les animaux4.

6La photographie alterne entre le gris, la grisaille des moments de travail, de parole de l'homme, et le rouge lumineux des instants plus poétiques. La caméra se met ainsi à bouger par des mouvements presque cinétiques et vertigineux. Viennent ensuite à l'image les hantises de l'éleveur, l’extrême stress de la profession et ses angoisses qui sont rendues à l'écran d'une manière folle et très belle : « la machine est immaculée par ses propres merdes (…) l'odeur, c'est comme le bleu de travail : on devrait pouvoir l'enlever (…) ça devient un problème quand tu te retrouves dans le « plumard » et que tu retrouves cette odeur-là – ça te ramène à tes problèmes de porcherie ».

  • 5  Cf. à ce sujet le beau petit livre de Patrick Llored « Jacques Derrida, politique et éthique de l' (...)
  • 6  « De l'art et du cochon », supplément qui fait partie du coffret (39 minutes). Lors d'un atelier à (...)

7Le labeur consiste aussi en des interventions chirurgicales : tranchage des dents et castrations brutales des porcelets car sinon, du fait de la concentration, un cannibalisme s'instaure entre les bêtes : « tu t'adresses plus du tout à un animal, poursuit l'éleveur, c'est un petit cube que tu prends, que tu opères et que tu remets à sa place ». Concentration alliée à l’extermination qui rappelle, sans exagérer, quelque chose. Puis, vers la fin du film, le problème des maladies est abordé et où l'on voit un grand nombre de cadavres dont l'éleveur veut se débarrasser en les jetant par-dessus la clôture, mais les corps reviennent tout le temps (images de fictions métaphore visuelle très parlantes). Il se termine selon un nouveau drame que nous vous laissons découvrir par vous-même et qui appelle à la révolte, à une nécessaire pensée autour de l’animalité. Par conséquent, à des pensées politiques nouvelles, à une éthique de l’engagement infinie et à une zoopolitique inventive5. C'est donc un film militant, véritablement précurseur et fidèle à l’événement-Rouch et ses conséquences. Patrick Leboutte : « c'est un film de complicité, ce que l'on appelle après Jean Rouch, l'anthropologie partagée (…) c'est l’éleveur qui va écrire le film, qui va produire les dialogues (…) on est là dans la logique de mort du capital »6...

Haut de page

Notes

1  Franju Georges, Le sang des bêtes, Paris, 1949. Ce moyen-métrage rend compte du travail des employés d'un abattoir de la ville de Paris durant les années 40 et du sort réservé aux bêtes abattues violemment. Un film assez insoutenable, interdit de diffusion pendant plusieurs années, mais véritablement avant-gardiste en ce qui concerne le traitement des problématiques liées à la pensée de l'animalité (et ce, du point de vue de l'art cinématographique).

2  Les passages entre guillemets suivants, sauf indications, seront les paroles de l’éleveur extraites du film.

3  Cf. les bonus du coffret (« L'homme-cochon, vingt ans après ») où le réalisateur retrouve l'éleveur vingt ans après et échange avec lui sur son nouveau et son ancien métier, sur sa nouvelle et son ancienne vie.

4  Cf., parmi plusieurs autres intéressants, le beau livre « Être bête » de Vinciane Despret/Jocelyne Porcher où les éleveurs rencontrés sont d'un tout autre calibre, pensent différemment et travaillent d'une toute autre manière

5  Cf. à ce sujet le beau petit livre de Patrick Llored « Jacques Derrida, politique et éthique de l'animalité » publié aux éditions Sils Maria, Paris, en 2012.

6  « De l'art et du cochon », supplément qui fait partie du coffret (39 minutes). Lors d'un atelier à l'EESI de Poitiers, Le Tacon invite Leboutte à commenter avec lui le film après une projection en compagnie des élèves de l'école.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles H. Gerbet, « Jean-Louis Le Tacon, Cochon qui s'en dédit », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11619

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page