Navigation – Plan du site

Nils Aguilar, Cultures en transition. La transition agro-écologique en cours

Maryvonne Dussaux
Cultures en transition
Nils Aguilar, Cultures en transition. La transition agroécologique en cours, Éditions Montparnasse, coll. « Docs citoyens », 2013, ISBN : 3346030025642.
Haut de page

Texte intégral

1Dans un documentaire d’une durée de 66 mn, ce jeune réalisateur nous propose de mieux comprendre la fragilité de nos sociétés au niveau du besoin essentiel des hommes : se nourrir. Il ne se contente pas, à la différence de beaucoup d’auteurs qui s’attardent à décrire des scénarios catastrophiques, de dresser des constats alarmants mais s’attache à décrire des alternatives visant à affronter le choc qui s’annonce avec la fin du pétrole bon marché. Tout au long du film, paroles d’experts, paroles de militants et paroles d’agriculteurs et de forestiers se tissent pour nous convaincre que des solutions, déjà mises en œuvre au niveau local, existent et pour nous inviter à changer de regard sur la réalité.

2Le film, découpé en quatre chapitres, part du constat de l’échec de la révolution verte et propose une réflexion sur l’agroforesterie, la résilience locale et la souveraineté alimentaire.

3Jusqu’à la fin, du XIXe siècle, l’agriculture fonctionnait sur le mode autarcique, le lien entre élevage et agriculture sur un même espace permettant la fertilisation des sols. À partir des années 20/30 et la mécanisation de la production, a commencé une spécialisation qui s’est accrue après la deuxième guerre mondiale avec l’introduction d’engrais et de pesticides dans la production. Après une période forte d’augmentation des rendements, l’agro-industrie montre aujourd’hui ses limites : pour produire une calorie alimentaire, elle dépense 10 à 20 calories d’énergie ; ce secteur est responsable de 40% des émissions de gaz à effet de serre. On constate également la disparition des petites fermes (une toutes les 23 minutes en France), une famine endémique dans les pays du Sud, la dégradation et la pollution des sols. Pour sortir de cette dépendance à l’industrie agro-alimentaire, il nous faut donc passer à un autre modèle et pour cela entrer dans une phase de transition au cours de laquelle nous devons inventer collectivement de nouvelles façons de produire et de vivre en consommant de moins en moins d’énergie fossile.

  • 1  Société spécialisée en matière d’agro-foresterie

4La première solution préconisée est de mieux utiliser les arbres qui ont une fonction essentielle à la fertilisation des sols. Martin Crawford, expert britannique du « jardin-forêt » explique l’intérêt qu’il y a à faire pousser, sur un même espace, des plantes à différents niveaux (arbres, buissons, plantes) pour créer un écosystème peu consommateur d’énergie. Chaque élément enrichit l’ensemble. Par exemple, les arbres fixent l’azote et les plantes aromatiques permettent la bonne santé du système. L’agroforesterie consiste à étendre le principe du jardin-forêt sur un espace plus grand, en cultivant par exemple des plantes au milieu de rangées d’arbres. L’arbre apporte fertilisation du sol, protection contre les vents chauds et les excès thermiques. La biodiversité est mieux préservée, certaines espèces consommant des nuisibles ce qui permet de réduire l’usage des pesticides. Pour Fabien Liagre, Directeur d’Agroof1 le reboisement des exploitations a un intérêt économique évident: la valeur du bien de l’exploitant augmente (c’est important au moment de la transmission par exemple), on pourrait relancer la filière-bois et les industries qui lui sont liées et ainsi réduire le déficit commercial et éviter le déboisement des forêts primaires.

5La deuxième solution est de construire collectivement dès maintenant la société post-carbone. Pour Rob Hopkins, fondateur du réseau des villes en transition, de nombreux aspects de la globalisation vont devenir impossibles et les jours du capitalisme sont comptés. Alors, plutôt que de lutter contre un système en déclin, il préfère construire des alternatives et s’engager dès maintenant dans la transition qui sera indispensable. Au concept de soutenabilité, il préfère celui de résilience. Il explique : « rendre un système résilient, c’est le rendre robuste et le protéger contre les chocs extérieurs pour ne pas risquer l’effondrement en cas de rupture d’approvisionnement ». Il s’interroge : « Comment insérer des brise-lames dans l’économie ? La rendre plus modulaire pour ne pas nous retrouver démunis en cas de crise ? » Depuis 2005, il expérimente dans la ville de Totnes en Grande-Bretagne, ce que peut être une communauté qui décide de s’inventer un autre avenir en répondant collectivement à la question : « Pouvez-vous vous imaginer Totnes après-pétrole ? ». Une dynamique s’est engagée pour explorer les solutions locales comme la création d’une monnaie ou un système de partage de fruits. Un plan de décroissance énergétique comprenant des alternatives au pic pétrolier et au changement climatique a été élaboré.

6Pour Jacqui Hodgson, habitante de Totnes, s’engager dans la transition est pour les citoyens une façon de retrouver leur capacité à agir et à décider collectivement de la façon dont ils veulent vivre. Elle explique que les experts ne doivent pas être les décideurs mais se mettre au service du projet des citoyens. Pour ce mouvement, radicalement alternatif et non-violent, ce n’est qu’en regardant dans le même temps, la question du pétrole et celle du changement climatique que l’on peut envisager une relocalisation de l’économie et un renforcement de la résilience des communautés. La démarche de transition est aussi une démarche de cohésion sociale, de redécouverte du sens et d’épanouissement personnel. Rob  Hopkins affirme : « Je ne connais personne qui n’ait appris à faire pousser des légumes pour sa famille et qui se sente plus malheureux après l’avoir fait ».

7Cette utopie transformatrice a aussi ses partisans à Bristol. Le film montre comment au sein d’une grande ville, on peut aussi transformer les espaces en jardin, faire cohabiter l’homme et les animaux utiles (poules, canards), développer des actions de solidarité et produire et vendre en circuit court. Le film présente l’histoire de vie de Mike Feingold qui a grandi dans une ferme du Kenya où faire pousser des fraises pour les exporter au moment de Noël en Occident était vu comme le comble du progrès. Mais, prenant conscience des conséquences dramatiques de ce mode de production pour les agricultures locales et la santé, il émigre en Angleterre et devient permaculteur. Pour lui, la permaculture est une façon de prendre soin de la terre, des hommes et de partager équitablement : « On y considère ensemble l’écologie et le social et on valorise le partage équitable » explique-t-il.

  • 2  Organisation Mondiale du Commerce

8La troisième solution est d’assurer localement la souveraineté alimentaire. Pour Christian Dupraz, ingénieur agronome, vouloir, comme on le fait au travers de l’OMC2, mettre en compétition les exploitants des zones tempérées et ceux des zones tropicales, nous conduit à la catastrophe du fait de l’inégalité de la répartition des ressources. L’exemple de Cuba montre la fragilité d’un système économique dépendant des marchés extérieurs. Après la révolution et pour sortir du système colonial, elle a mis en place une agriculture fondée sur la mécanisation et les productions hyper spécialisées. Mais, la désintégration du bloc de l’Est lui a fait perdre brutalement ses soutiens financiers et son économie, dépendante à la fois des prix du marché global et de l’importation d’intrants, s’est effondrée dans les années 90. Pour éviter la famine, la voie de la souveraineté alimentaire s’est alors imposée : l’État a décidé de transférer l’agriculture vers des structures autonomes moins centralisées et des terres ont été données en usufruit pour bâtir des coopératives. Les produits chimiques manquant, un appel a été lancé pour cultiver sans engrais et sans pesticides. Les Cubains se sont mobilisés et, s’appuyant sur les savoirs des anciens agriculteurs, ont inventé une nouvelle façon de produire nommée l’agroécologie. Elle est basée sur l’hétérogénéité des plantes, la valorisation de la lumière, l’eau et les nutriments et un jeu sur les odeurs et les couleurs pour éloigner les insectes ravageurs. Aujourd’hui, La Havane produit elle-même 70% des légumes qu’elle consomme (la totalité en bio) et 500 000 cubains participent au maraîchage bio en milieu urbain. Même s’il reste encore des surfaces en friche à mobiliser, Cuba est aujourd’hui sur la voie de l’autosuffisance alimentaire et est donné en modèle par l’ONU dans la mise en œuvre du développement durable.

9Proposant d’inventer un modèle radicalement différent, le film de Nils Aguilar nous invite principalement à « bousculer notre imaginaire ». Comme l’explique Rob Hopkins : « Nous devons concevoir une nouvelle destinée de façon à répondre aux grands défis : choc pétrolier, réchauffement climatique, économies qui déclinent, sans quoi, nous sommes perdus. Si notre imaginaire se résigne face à l’état actuel du monde et si nous nous croyons au sommet de la civilisation, alors, il devient impossible de concevoir un monde meilleur ».

Haut de page

Notes

1  Société spécialisée en matière d’agro-foresterie

2  Organisation Mondiale du Commerce

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Dussaux, « Nils Aguilar, Cultures en transition. La transition agro-écologique en cours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 29 mai 2013, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11622

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page