Navigation – Plan du site

David Dumoulin Kervran, Marielle Pépin-Lehalleur (dir.), Agir-en-réseau. Modèle d'action ou catégorie d'analyse ?

Sophie Louey
Agir-en-réseau
David Dumoulin Kervran, Marielle Pépin-Lehalleur (dir.), Agir-en-réseau. Modèle d'action ou catégorie d'analyse ?, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2012, 220 p., ISBN : 978-2-7535-2053-0.
Haut de page

Texte intégral

1Le mot « réseau » est devenu incontournable par sa présence dans le langage scientifique mais aussi commun. Il doit être entendu comme une relation de connectivité entre des acteurs. « L’agir en réseau » est une forme d’organisation collective. Les auteurs indiquent que ce modèle est souvent apprécié à l’aune de trois dimensions : horizontale, flexible et informelle. Selon cet angle, le réseau permettrait un accès (a priori) égal aux décisions qui y seraient prises et aux ressources qu’il pourrait fournir. Il ne serait pas fermé et les actants pourraient donc y entrer ou en sortir « librement ».Enfin il ne comporterait ni statuts, ni tâches fixées et normées (p. 21). Les contributions entendent complexifier cette approche.

  • 1  En raison de la densité et de la pluralité des approches nous n’évoquerons pas toutes les contribu (...)

2L’ouvrage se divise en trois parties articulées autour de différentes conceptions et utilisations du réseau. La première partie est consacrée au réseau comme modèle d’action : les enquêtés revendiquent l’usage du réseau pour se mobiliser. Dans la seconde partie le réseau est utilisé comme outil d’analyse de liens multiniveaux. En ce sens les réseaux peuvent ici être horizontaux et verticaux. Enfin la troisième partie se focalise sur des cas de réseaux en œuvre entre des organisations aux structures bureaucratiques avec un « agir-en-réseau » se caractérisant par une flexibilité des liens. Pour les différents auteurs1, qui adoptent tous une démarche compréhensive, considérer le réseau comme « catégorie d’analyse » ne suffirait plus. Nous serions en effet aujourd’hui dans un « tout réseau » nécessitant d’interroger les dimensions stratégiques à l’œuvre mais aussi les perceptions des acteurs (p. 12).

  • 2  Voir : DEGUENNE Alain et FORSE Michel, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin ; LAZEGA Emmanuel, (...)

3L’originalité de l’ouvrage est d’une part sa pluridisciplinarité (sociologie, linguistique, science politique, histoire) qui témoigne de l’extension de l’utilisation de la notion, et, d’autre part, la surreprésentation d’enquêtes en Amérique latine. La démarche vise à cartographier différentes conceptions du mot « réseau » sans prétendre à une définition précise. Cela pourrait dérouter le lecteur qui s’attendrait à comprendre ce qu’est « un réseau » tant l’ouvrage décrit une pluralité d’approches et que, par ailleurs, les auteurs ont sciemment écarté les enquêtes relatives aux « réseaux sociaux »2 du numérique.

4Dans la première partie les acteurs étudiés eux-mêmes perçoivent le réseau comme un mode d’action leur permettant d’agir dans un but collectif. Geoffrey Pleyers, sociologue, se questionne sur la place des réseaux dans les mouvements sociaux contemporains. Pour lui, de nombreux militants altermondialistes choisissent ce mode d’action afin d’échapper aux formes institutionnalisées de mobilisation qui pourraient pervertir leurs objectifs. Cette conception renvoie à une vision imagée du réseau qui selon Pleyers repose sur un malentendu opératoire (p. 46). En effet, les altermondialistes fonctionnent avec deux priorités distinctes du réseau : pour les uns elle se doit d’être efficace, pour les autres, horizontale. Ces deux conceptions se réfèrent pour l’auteur à des cultures politiques différentes. Le fonctionnement binaire de ces cultures a finalement permis l’émergence d’un idéal commun de fonctionnement. Ce dernier est aujourd’hui en pratique mais il n’en est pas moins traversé par des tensions. Diana Burgos-Vigna se focalise quant à elle sur les réseaux transnationaux et les transferts politiques du Brésil vers la France et plus particulièrement sur le budget participatif : un modèle économique qui a circulé des pays du sud vers ceux du nord (phénomène dit rare). Cette circulation a été permise par la mobilisation de deux types de réseaux qu’elle désigne comme « par le haut » (institutions internationales, gouvernements) et « par le bas » (militants). Ces deux réseaux sont cependant très proches car il existe des multi-positionnalités des acteurs (p. 64) qui se trouvent dans plusieurs groupes. Ces derniers sont amenés à se côtoyer dans des espaces communs abrogeant les distinctions (forums, etc.). Cela mène l’auteur à parler de « réseaux dans le réseau » (p. 65).

  • 3  Ce système rappelle les différentes formes de rétributions décrites par Max Weber voir : WEBER Max (...)
  • 4  Sur le recours au modèle des réseaux en histoire voir : LEMERCIER Claire, «  Analyse de réseaux et (...)

5La seconde partie est consacrée aux réseaux vus comme « modèle d’analyse ». Maria Guadalupe Rodriguez Moog se penche sur les réseaux transnationaux en pointant des points d’ombre de la littérature à expliciter : la place et le rôle occupés par les ONG et les acteurs locaux dans les réseaux. À un niveau structurel les ONG seraient des catalyseurs de ces réseaux (p. 103). Elle nuance cela à partir de son enquête menée au Brésil sur les activités du réseau Rondania (développement durable international). Ses enquêtés, bien que partageant les mêmes valeurs, peinent à s’entendre sur les moyens d’actions. Dans des moments de tension ce ne sont pas ces ONG, décrites comme canalisatrices dans la littérature, mais les acteurs locaux qui jouent ce rôle. Il s’agit d’un réseau hiérarchique qui fonctionne à force de travail de composition. Carlos Agudelo analyse les logiques de clientèle dans les réseaux politiques dans le Pacifique noir colombien. Le clientélisme, ici décrit, repose ainsi sur un «échange électoral » (p. 124) entre l’électeur et le candidat. Ce réseau comprend donc des individus de statuts hétérogènes nourris par des motivations individuelles : être élu (ou réélu) pour les candidats politiques, obtenir des biens matériels ou autres « avantages »3 pour les électeurs. Charles Fonlupt étudie pour sa part l’histoire4 de l’anarchisme en Argentine. Le chercheur présente un programme d’études visant à dépasser les difficultés historiographiques à fixer un mouvement à différents niveaux d’analyses (macro et micro) que l’analyse des réseaux pourrait résoudre.

  • 5  Dans son cas il se base sur une prosopographie et l’étude de nombreuses lettres de membres de cell (...)

6La troisième partie interroge des cas où le réseau se constitue au(x) niveau(x) d’organisation de type bureaucratique par une approche du réseau en « catégorie d’analyse ». Malik Tahar Caouch explore les réseaux religieux catholiques en Amérique latine et plus précisément celui de la théologie de la libération (TL) qui est une institution influente. Elle démontre que les réseaux, bien que se positionnant en marge de celle-ci, peuvent en adopter les fonctionnements se transformant ainsi. Daniel Iglesias insiste sur la place des configurations relationnelles dans l’engagement politique. Les réseaux permettent l’émergence de nouvelles sortes d’engagements politiques en dehors des espaces classiques5. Anne Philippe se focalise sur les transformations des réseaux clandestins à l’aune d’une certaine permanence. Le passage d’un réseau de guérilla, c’est-à-dire non institutionnalisé et clandestin, en un parti politique avec une existence légale, et par là affichée, n’entraine pas pour autant une rupture avec les modes de fonctionnement antérieurs. C’est en ce sens que l’auteure approche le réseau comme une « catégorie d’analyse ». Maria Dolores démontre les « contre-effets » pouvant être produits par les réseaux  chez les indiens triquis de Californie. Les réseaux migratoires y ont paradoxalement augmenté l’exploitation  dans des zones agricoles et la croissance des inégalités économiques.

  • 6  Il s’agit du titre du chapitre.

7Dans la conclusion générale David Dumoulin Kervran compare l’utilisation scientifique de « l’agir en réseau » à « une autoroute en terrain miné »6. Le sociologue lance plusieurs pistes appelant à un approfondissement du réseau : l’analyse des rapports de pouvoir et la globalisation du réseau au sens où il s’est diffusé à l’international. La perspective des réseaux comme structure horizontale nie les rapports de pouvoir en refusant l’idée d’une hiérarchisation alors même que des tensions de pouvoir sont présentes. S’ils sont décrits comme des espaces ouverts avec une entrée libre, les réseaux semblent en réalité assez fermés. Pour l’auteur il s’agit alors de considérer le réseau à la fois comme « modèle d’action » et à la fois comme « catégorie d’analyse » (cela dépendant des terrains). Le panorama des modèles théoriques et les cas de terrain développés font finalement figure d’une sorte de boîte à outils.

  • 7  Il aurait pu être apprécié que davantage de schémas ou tableau (comme celui présenté par Mario Dan (...)
  • 8  Voir VAN CAMPENHOUDT Luc, « Réseau ou champ ? Deux concepts à l’épreuve du pouvoir dans le travail (...)

8Selon nous l’ouvrage fait preuve d’un important déploiement de recadrement théorique permettant un état des lieux complet sur l’analyse des réseaux. Cependant, la complexité de l’enchevêtrement des approches rend parfois difficile la compréhension des nuances entre ces différentes approches7. On pourra regretter l’absence de posture à l’égard des différences entre « réseau » et « champ » bourdieusien8 bien que l’expression « champ de luttes » soit utilisée en début d’ouvrage (p. 28). Elle pourrait  pourtant servir les enquêtes qui interrogent la place du pouvoir ou les tensions au sein des réseaux. Les « champs » — à l’inverse de la façon dont sont pensés les réseaux — sont des espaces de luttes avec des conflits entre eux mais aussi en leur sein. A contrario les réseaux pèchent à expliquer comment ces relations s’organisent structurellement.

9Insistons sur l’originalité des terrains qui permet d’étayer et de démontrer que les réseaux sont omniprésents et dans divers domaines. L’interdisciplinarité, ici largement mise en avant, est une force d’éclairage et un appel à se saisir de cette notion.

Haut de page

Notes

1  En raison de la densité et de la pluralité des approches nous n’évoquerons pas toutes les contributions mais tenons à signaler les autres contributions : Iréne Pereira sur les réseaux libertaires ; Kathryn Sikkink sur l’action collective transationale ; Ignacio Zubizarreta sur les réseaux politiques argentins au XIXè siècle ; Mario Diani sur l’utilisation des réseaux dans la compréhension des mobilisations collectives ; Leonardo Jiménez Loza et Rocio Grediaga Kuri sur les réseaux académiques.

2  Voir : DEGUENNE Alain et FORSE Michel, Les réseaux sociaux, Paris, Armand Colin ; LAZEGA Emmanuel, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Puf, 1998 ; LEMIEUX Vincent, Les réseaux d’acteurs sociaux, Puf, 1999 ; MERCKLE Pierre, Sociologie des réseaux sociaux, La Découverte, 2004.

3  Ce système rappelle les différentes formes de rétributions décrites par Max Weber voir : WEBER Max, Le Savant et le Politique, Plon, 1959.

4  Sur le recours au modèle des réseaux en histoire voir : LEMERCIER Claire, «  Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°52-2, 2005, pp.88-112.

5  Dans son cas il se base sur une prosopographie et l’étude de nombreuses lettres de membres de cellules anti- impérialistes au Vénézuela et au Pérou.

6  Il s’agit du titre du chapitre.

7  Il aurait pu être apprécié que davantage de schémas ou tableau (comme celui présenté par Mario Dani) soient présents.

8  Voir VAN CAMPENHOUDT Luc, « Réseau ou champ ? Deux concepts à l’épreuve du pouvoir dans le travail en réseau », Cité, n°51, 2012, pp.47-63.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Louey, « David Dumoulin Kervran, Marielle Pépin-Lehalleur (dir.), Agir-en-réseau. Modèle d'action ou catégorie d'analyse ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11623

Haut de page

Rédacteur

Sophie Louey

Doctorante en sociologie (allocataire de recherche) à l'Université Picardie Jules Verne (membre du CURAPP UMR 7319 et du GRIP.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page