Navigation – Plan du site

Florent Schepens (dir.), Les soignants et la mort

Martin Julier-Costes
Les soignants et la mort
Florent Schepens (dir.), Les soignants et la mort, Erès, coll. « Clinique du travail », 2013, 262 p., ISBN : 978-2-7492-3616-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  On peut notamment distinguer : Bernard Julien, Croquemort. Une anthropologie des émotions, Métaill (...)

1À l’heure où la médecine ne cesse de redéfinir les contours du vivant et de la mort, F. Shepens entreprend de réunir, au sein d’un ouvrage collectif, des contributions de philosophes, sociologues, psychologues, historiens et soignants avec pour ambition de « poser d’une nouvelle manière le problème du rapport du soignant à la mort ». La démarche de F. Schepens est clairement compréhensive : comment des soignants (médecins, infirmières, aides-soignantes, etc.) agissent-ils aujourd’hui avec la mort ? Quelles sont leurs stratégies, individuelles et collectives, pour assumer cette violence ? Comment les équipes tiennent-elles dans un contexte où beaucoup de patients meurent ? Qu’implique, pour eux et les familles, le passage du curatif au palliatif ? Et, finalement, comment « bien » faire son travail, comment accorder du sens à son activité là où l’irreprésentable et l’impensable font partie du quotidien et où l’incertitude fait loi ? Par cette démarche, F. Schepens s’inscrit pleinement dans un renouvellement récent des approches en sciences humaines au sujet des professionnels de la mort, du mourir, des rites funéraires et du deuil1.

2L’ouvrage se présente en quatre parties. La première questionne les frontières du vivant et de la mort. Au sein d’un service de réanimation, N. Kentish-Barnes et J. Valy observent un basculement du statut du patient lorsqu’il est en fin de vie : d’un patient objet de soins, on passe à un « patient-sujet ». Ici, « la fin de vie redonne une place au patient en tant que sujet » mais c’est au détriment d’une certaine qualité de travail puisque le turn-over des soignants est plus important que dans les autres services. Dans sa contribution, E. Cretin fait état d’une recherche en cours sur les soignants et les familles au contact d’une personne en état végétatif chronique, considérée ici « à la fois morte et vivante ». L’auteure s’attache notamment à décrire les stratégies des proches qui aboutissent à la création d’un personnage qui « vit mais qui n’existe que par l’existence que nous lui construisons par imagination et projection ». E. Hamraoui rappelle l’héritage de l’actuel régime de la mort qui fait la part belle à la mort encéphalique, comme si le cerveau était le seul siège de la vie et donc de l’identité, permettant habilement de séparer à nouveau corps et conscience. Enfin, D. Le Breton réaffirme que quelque soit la culture et l’époque, « l’ambivalence est au cœur de nos relations avec le cadavre » qui a toujours fait l’objet de traitements particuliers par les vivants. Et l’auteur de conclure que le cadavre reste une énigme posée aux vivants.

3La seconde partie interroge les pratiques et les opérations symboliques effectuées par les soignants et l’hôpital pour assumer le délicat passage du défunt d’un statut de personne à celui de cadavre. E. Godeau porte le regard sur les aides d’anatomie et les étudiants en médecine pour qui il s’agit de mettre à distance le cadavre par une déshumanisation progressive afin de pouvoir ensuite intervenir dessus. Pour les premiers, ceci s’observe notamment à travers le champ sémantique utilisé pour décrire leur activité et qui se rapproche de celui des bouchers et de l’abattage. Quant aux seconds, la dissection est un rite initiatique et ils apprennent à réifier les corps tout en les ré-humanisant par la suite. Reste une différence notable entre les deux professions : les uns bénéficient de la reconnaissance de leurs pairs et de l’extérieur en devenant médecins, les autres demeurent par contre dans les sous-sols et sans reconnaissance institutionnelle. E. Zolesio étudie les chirurgiens qui mobilisent l’humour noir lors de charges émotionnelles fortes comme les « morts sur table » et où leur responsabilité est en cause. L’humour noir est alors interprété comme une stratégie de défense qui révèle un mode de gestion individuelle et collective de la mort. Outre le cynisme, c’est aussi une manière de « garder la face » qui leur permet ensuite de se « lâcher » en privé. Enfin, S. Nonnis Vigilante s’attache à décrire les politiques d’humanisation de la mort à l’hôpital du XIXe au XXe siècles avec notamment la création de l’Assistance Publique (AP). Dès sa création, l’AP a cherché à mettre fin à des traitements du cadavre jugés de plus en plus dégradants par l’opinion publique. Si l’article nous en apprend beaucoup sur le XIXième siècle, le lecteur restera cependant frustré de ne pas trouver autant de précisions sur le siècle suivant.

4Les contributions de la troisième partie se concentrent sur la relation soigné/soignant en la considérant comme une pratique soignante, c’est-à-dire un travail qui nécessite des compétences et où la « bonne distance » est constamment repensée. M. Castra rappelle combien, en France, la relation d’aide médecin/patient a évolué. Basée auparavant sur le silence et le mensonge, elle est dorénavant fondée sur le patient comme acteur de sa maladie. Ce mouvement d’individualisation, particulièrement visible au sein des services de soins palliatifs (SP), pousse les soignants à développer de réelles compétences d’écoute auprès d’un patient pris dans un modèle normatif où il doit travailler sur sa biographie et son propre vécu de la mort. En cela, le service des SP est donc « un espace symbolique propice à l’expression contrôlée et socialisée des sentiments et à la maîtrise des affects, tant pour les soignés que pour les soignants ». M. Vinet-Couchevellou s’attache elle à comprendre comment se vit la mort « ordinaire » dans un établissement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). À travers deux vignettes cliniques, l’auteure nous rappelle que ces lieux sont surtout des espaces de vie dans lesquels il est nécessaire de réinstaurer la dignité des résidents tout en offrant un cadre réflexif aux soignants. M. Bungener reprend les résultats d’une enquête statistique et qualitative au sujet de la prise en charge par les médecins généralistes (français et norvégiens) de personnes atteintes de cancer. Très investis dans cette phase de la maladie, ces médecins ont développé un savoir-faire particulier à travers le soulagement de la douleur et le suivi administratif et social que ces situations impliquent. Enfin, des chercheuses suisses (R-A. Foley, A. Anchisi, C. Palazzo-Crettol) se sont intéressées aux implications relationnelles d’une administration orale des médicaments lors de chimiothérapies. Ceci permet aux patients de rester plus longtemps autonomes et souvent à domicile, mais implique de leur part une bonne maîtrise de la maladie puisque les médicaments, même « légers », restent toutefois très dangereux s’il y a négligence.

5La quatrième et dernière partie concerne l’élaboration de la mort et du mourir. E. Fiat propose une réflexion philosophique en distinguant le soignant d’une personne lambda pour qui la mort est un événement en soi puisqu’elle est un fait rare, surprenant et toujours singulier. C’est effectivement tout l’opposé pour le soignant qui doit trouver la « juste présence » afin de respecter l’événement qu’est le décès pour la famille tout en se protégeant d’une mort trop proche. C. Le Grand-Sébille reprend les résultats d’une enquête auprès des professionnels confrontés à la mort de grands adolescents et de jeunes adultes. L’auteure constate que ces morts exceptionnelles sont difficiles à vivre et révèlent très souvent un manque de communication au sein des équipes pour qui des espaces de parole et d’élaboration seraient essentiels. F. Schepens rend compte d’une enquête réalisée auprès d’unités de soins palliatifs (USP) dans lesquelles le travail en équipe se structure sur le laisser mourir et l’acceptation des limites de tous les soignants et s’articule autour de l’incertitude et l’éthique de conviction comme fondements de leur activité. Cette démarche professionnelle les construit en tant que soignants en USP et les protège contre les effets néfastes d’une mort non socialisée à travers notamment le staff (réunion d’équipe), véritable lieu d’élaboration symbolique et de mise en sens de la mort. Dans le même esprit, M. H. Guerra Gomes Pereira cherche à mettre en lumière, à travers deux terrains d’observation (pavillon mère-enfant et équipe mobile de SP), « les ressources symboliques (qui sont) susceptibles de subvertir le “sale boulot” en “bel ouvrage” ». L’auteure tire alors la conclusion suivante : accorder du sens à son travail ne peut se faire qu’en collectif, seul espace d’élaboration symbolique efficace, et particulièrement adapté aux soignants confrontés à la mort. Enfin, la parole est donnée à un soignant (R. Aubry) dont le discours met au cœur du questionnement sur la fin de vie la place des sciences humaines et de l’éthique, cette dernière étant bien mise à mal par les contraintes budgétaires actuelles.

6Par la direction de cet ouvrage, F. Schepens réussit pleinement son pari de contribuer au renouvellement des connaissances quant aux questionnements exposés ci-dessus. Néanmoins, et puisqu’il faut une note critique, le lecteur regrettera de ne pas trouver d’article(s) traitant directement des conséquences/impacts des réformes hospitalières de la dernière décennie sur les relations entre les soignants et la mort. Dans une démarche compréhensive similaire, interroger la place du religieux et plus largement de l’interculturel vis-à-vis des relations entre les patients en fin de vie, leurs proches et les soignants pourrait également être un point à développer.

Haut de page

Notes

1  On peut notamment distinguer : Bernard Julien, Croquemort. Une anthropologie des émotions, Métaillié, Paris, 2009 ; Castra Michel, Bien mourir. Sociologie des soins palliatifs, PUF, coll. « Le lien social », Paris, 2003 ; Clavandier Gaëlle, Sociologie de la mort. Vivre et mourir dans la société contemporaine, Armand Colin, coll. « U Sociologie », Paris, 2009 ; Esquerre Arnaux, Les os, les cendres et l’Etat, Fayard, coll. « Histoire de la pensée », Paris, 2011 ; Molinié Magali, Soigner les morts pour guérir les vivants, Le Seuil/Les empêcheurs de penser en rond, Paris, 2006 ; Roudaut Karine, Ceux qui restent. Une sociologie du deuil, PUR, coll. « Le sens social », Rennes, 2012

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Julier-Costes, « Florent Schepens (dir.), Les soignants et la mort », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11624

Haut de page

Rédacteur

Martin Julier-Costes

Docteur en sociologie (Université de Strasbourg), actuellement formateur à l’Institut de Formation de Travailleurs Sociaux d’Échirolles (Isère). Codirecteur, avec J. Lachance, d’un ouvrage collectif : Séries cultes et culte de la série chez les jeunes (PUL, Québec, à paraître).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page