Navigation – Plan du site

Olivier Martin, Emmanuelle Brun, Alexandre Mathieu-Fritz, Je réussis en socio

Coralie Murati
Je réussis en socio
Olivier Martin, Emmanuelle Brun, Alexandre Mathieu-Fritz, Je réussis en socio, Paris, Armand Colin, coll. « Licence », 2012, 198 p., ISBN : 978-2-200-27478-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Nous faisons ici référence d’une part, aux théories de l’énonciation qui définissent l’énonciation (...)

1Avant de tourner les pages, regardons le titre : « Je réussis en socio », en adoptant un point de vue linguistique et en plaçant cet énoncé dans une perspective pragmatiste1, nous pouvons voir dans ce titre – pris comme trace de l’énonciation – une action : celle de réussir, et un acte de langage expressif indiquant une attitude dans une situation, ici une discipline universitaire. Nous pouvons également inférer de l’emploi, par les auteurs, de la préposition « en » qu’il s’agit d’un processus, c’est-à-dire que pour rendre cette assertion efficiente cela va nécessiter la mise en pratique d’activités spécifiques. Comment fait-on, alors, pour réussir en sociologie ? Les auteurs prennent le parti d’avancer une réponse dans une forme particulière, ni manuel scolaire, au sens où il n’est pas la mise en œuvre de contenus curriculaires, ni ouvrage scientifique. Il prend la forme d’un « guide », tel un ouvrage à caractère didactique dirigeant et orientant le profane en territoire peu ou méconnu. Il s’adresse ainsi à un public étudiant : « ceux qui s’apprêtent à quitter le lycée et qui sont tentés par des études de socio » ; « ceux qui ont commencé la socio » ; « ceux qui ne savent pas ce qu’est la socio ». Et bien suivons le guide et voyons où cela emmène le lecteur que nous sommes.

2En suivant le découpage linéaire et tripartite de l’ouvrage, « réussir en socio » consisterait premièrement à savoir répondre à la question : qu’est-ce que la sociologie ? Deuxièmement, à comprendre et adopter les « bonnes » manières de travailler, c’est-à-dire les activités studieuses – scolairement valorisées – qu’il est nécessaire de mettre en œuvre. Troisièmement, cela consisterait à connaître les différents cycles de formation et les débouchés professionnels accessibles à la suite d’un cursus universitaire en sociologie.

3Dans la première partie, les auteurs élaborent une réponse en articulant trois sous-parties. Tout d’abord, il s’agit de dresser un panorama de la sociologie et du métier de sociologue dans une perspective de « publicisation ». Ainsi, la sociologie est une science qui analyse les sociétés contemporaines et non un discours relevant du sens commun. Mais, étonnamment, les auteurs substituent au terme « objet » sociologique le terme « sujets », l’approche devient alors moins disciplinaire que thématique. Cette inflexion ne produirait-elle pas un effet contradictoire ? Celui de diluer et d’atomiser « l’objet » sociologique justement. La sociologie est également présentée comme une discipline en évolution permanente : « les démarches, méthodes et façons de faire ne sont pas figées pour toujours » et le sociologue agit tel un créateur, c’est-à-dire sans « appliquer aveuglément des recettes toutes faites, répéter sans réfléchir des démarches normalisées ». Si l’imagination sociologique ne saurait être remise en cause, il résulte de cette focalisation sur sa variabilité méthodologique une marginalisation de la cumulativité – tant des connaissances produites que des démarches méthodologiques elles-mêmes. Les auteurs inscrivent la sociologie dans quatre dimensions, desquelles émergent quatre figures du sociologue : une dimension épistémologique car elle permet « d’acquérir des connaissances » incarnées par le « sociologue savant » ; une dimension critique car elle « dévoile les mécanismes » à travers la figure du « sociologue critique » ; une dimension à la fois pragmatique et thérapeutique puisqu’elle vise à « accompagner les transformations de la société et aide les individus » où le sociologue devient « intervenant » ; une perspective politique et marchande lorsqu’elle « répond aux interrogations des responsables » et dans laquelle le sociologue devient conseiller.

4Dans la seconde sous-partie, les auteurs bornent le territoire épistémologique et méthodologique de la sociologie de manière dichotomique, c’est-à-dire que la sociologie est simultanément complémentaire et différente (de par son angle d’approche, ses questionnements et sa méthodologie) par rapport aux autres sciences situées à la périphérie (psychologie, histoire, économie, philosophie). Cette manière abstraite de définir la sociologie peut être doublée par une définition plus pratique.

5La troisième sous-partie explicite alors ce que « faire » de la sociologie signifie. Ainsi, l’étudiant qui veut faire de la sociologie va devoir, en suivant la recette proposée, se « familiariser » avec des écoles de pensées, des auteurs, des concepts et un ensemble de notions ; prendre en considération les « résultats déjà obtenus » dans le but de développer un esprit critique ; apprendre à mettre en œuvre les techniques d’enquêtes de terrain (entretien, questionnaire etc.) ; apprendre à analyser des données d’enquête (analyse de contenu, statistique etc.) ; enfin connaître les grands domaines (famille, éducation, culture etc.) dans lesquels la sociologie s’est spécialisée.

6Dans la seconde partie, qui occupe 22 % de l’ouvrage, un étudiant/lecteur pourra trouver des « conseils pratiques et des astuces » pour réussir son parcours universitaire. Les auteurs mettent la focale sur les méthodes de travail universitaire. L’organisation de ce type de travail y est appréhendée sous une forme gestionnaire et quantitative : « à l’étudiant de : « gérer son calendrier » ; « gérer son emploi du temps » ; « gérer l’acquisition des connaissances » ; « le travail personnel : 10 à 15 heures hebdomadaires ». Les étudiants sont ici placés dans une posture de responsable tant de leur apprentissage que de la bonne gestion de leur travail et temps studieux. L’assiduité et le travail réguliers deviennent ainsi les conditions de la réussite. La mise en avant, dans le discours, de la responsabilité des étudiants semble permettre à l’institution de se désengager de ses propres responsabilités. En outre, ces règles de réussite semblent pensées de manière décontextualisée, c’est-à-dire déracinées des conditions pratiques de leur réalisation. Il s’en suit des conseils pratiques sur la prise de note (se détacher du style oral, suivre le plan, être actif etc.) ; sur la préparation des examens (réviser en temps limité, anticiper, se méfier du par cœur etc.) ce paragraphe se concluant par un encart intitulé « se rattraper après un échec »…

  • 2  Comme nous le montre une étude réalisée par le Céreq en 2011 : « Comme le tutorat est facultatif, (...)
  • 3  Pour ceux que cette question intéresse nous renvoyons les lecteurs vers un numéro de la revue Éduc (...)

7Si pertinents et applicables que puissent être ces conseils, ils n’en demeurent pas moins rédigés du point de vue de l’enseignant et non du point de vue de l’étudiant. Ce que l’étudiant est en droit d’attendre de l’institution est passé sous silence ; seul un encart est consacré au tutorat en tant que dispositif d’aide aux étudiants en difficulté, sachant que ce n’est pas ceux qui en ont le plus besoin qui en profitent le plus2. De plus, ces conseils ont été élaborés à partir d’un modèle d’étudiant virtuel, au sens de décontextualisé des situations concrètes masquant alors la diversité du public étudiant (ceux qui ne parviennent pas à opérationnaliser les conseils prodigués, ceux qui sont obligés d’avoir un travail rémunéré…). Et à partir d’un modèle d’enseignant du supérieur virtuel dont ni les pratiques pédagogiques ni la « qualité »3 de l’enseignement se sont questionnées.

8In fine, les auteurs placent la focale sur les principaux modes d’évaluation en sociologie tels que la dissertation dont l’objectif explicite serait de vérifier « l’appropriation personnelle des connaissances » ; le commentaire de données chiffrées accompagné des règles de bases à respecter et des erreurs à éviter ; l’exposé oral à travers des conseils pratiques (tenir compte de l’auditoire, du temps imparti, de sa posture corporelle etc.). Ici, il est question des règles explicites et visibles, mais les règles implicites et invisibles semblent demeurer voilées, quelles sont les fonctions sociales des examens ? Qu’est-ce qui est effectivement évalué dans une dissertation, dans un exposé oral ?

  • 4  Cette approche par « projet » peut faire référence à une doxa pédagogique, dans l’air du temps, ce (...)

9La troisième partie, qui se déploie sur 50 pages, traite des cursus sociologiques et des débouchés. Les auteurs accentuent l’importance du « projet »4 dans la poursuite d’un cursus universitaire. Seulement, dans ce cadre, le projet ne s’inscrit que dans une perspective professionnalisante. Ainsi, le premier argument que les auteurs vont développer vise à instituer un fait : un cursus de sociologie conduit vers l’emploi, ce fait a d’autant plus de force qu’il est quantitativement mesurable : « La proportion de détenteurs d’un master de sciences humaines qui connaissent un « accès rapide et durable à l’emploi » est comprise entre 61 % et 64 % » (p. 132). Il s’en suit une présentation des différents cursus possibles en partant de la licence jusqu’au doctorat. Chaque niveau fait l’objet d’une description d’un point de vue du contenu curriculaire ; explicitant les jeux d’options et les spécialisations disciplinaires. La mise en avant, par la typographie, de témoignages d’étudiants produit des effets de vérité, d’authenticité en direction des lecteurs. Ces témoignages viennent confirmer les arguments apportés par les auteurs, ils en constituent une « preuve ». Puis, la « valeur » de chaque niveau est appréciée en fonction d’une projection dans le champ professionnel : « détenir une licence de sociologie…passer différents concours de la fonction publique » ; « le doctorat, désormais, peut mener à l’emploi en entreprise, cabinet d’études… ».

10À la question à quoi mène un diplôme de socio ? Les auteurs répondent, en suivant l’ordre d’énonciation – ce qui instaure subrepticement une hiérarchisation entre les différents métiers possibles – un cursus en sociologie mène : aux métiers de l’entreprise (domaines de la communication, des ressources humaines etc.) ; de la ville (domaines du transport, logement etc.) ; des métiers de l’enseignement (professeur des écoles, de lycée) ; les métiers du social, de l’intervention sociale et de la santé (assistant de service social, éducateur etc.) ; métiers de l’économie sociale et solidaire (emplois au sein des mutuelles, coopérative etc.) ; métiers appartenant au domaine culturel (médiations culturelles, politique culturelle etc.) ; métiers liés aux TIC (chargé d’études informatiques, chef de projet web etc.) ; enfin, les métiers de la recherche et des études en sciences humaines et sociales (dans le secteur public et privé dans les grandes entreprises). Après avoir illustré la grande variété des débouchés offerts aux étudiants, les auteurs orientent le regard sur ce que pensent les étudiants de leurs études en sociologie. Selon leurs discours elles permettent : « une meilleure compréhension du monde social » et offrent : « une formation en prise avec la réalité », ici, elles confèrent un bénéfice cognitif. Mais elles peuvent aussi conférer un bénéfice économique comme le montrent les témoignages de « ceux qui en vivent ».

11En guise de conclusion les auteurs dressent une bibliographie qui vise à faciliter l’insertion dans l’université et en sociologie.

  • 5  Selon les termes de L. Tanguy, « De l’éducation à la formation : quelles réformes ? » in Éducation (...)

12En suivant le guide nous en arrivons à la conclusion que réussir en socio rime avec réussir son insertion sur le marché de l’emploi. Certes ce guide offre des informations et des conseils judicieux, mais cette connexion entre l’enseignement universitaire et le marché de l’emploi devient un lien qui, ici, n’est pas questionné, il est présenté comme naturel. La formation devient un produit et la performance des « produits humains » de l’enseignement : le placement des individus sur le marché du travail. Il en ressort une certaine rationalisation socio-économique progressive du rôle de l’enseignement supérieur ; une rationalisation qui signalerait le passage « d’un système d’éducation à un système de formation »5. La mission générale républicaine d’accès à la culture, ne fût-elle que sociologique, serait mise au second plan dans ce guide. Ceci se fait au profit d’impératifs tels que la performance de la sociologie projetée dans des champs qui lui sont extérieurs, et pour laquelle l’insertion professionnelle des diplômés constitue une pierre angulaire.

13Ne pourrait-on pas mettre l’accent aussi sur un lien entre démocratie et finalité cognitive de l’éducation ?

Haut de page

Notes

1  Nous faisons ici référence d’une part, aux théories de l’énonciation qui définissent l’énonciation comme cadre théorique et descriptif de la subjectivité dans le langage (Kerbrat-Orecchioni ; Benveniste) et d’autre part, à la théorie des actes de langage (Austin ; Searle) pour qui le discours ne fait pas que représenter le monde, il accomplit des actes, le discours est une forme d’action.

2  Comme nous le montre une étude réalisée par le Céreq en 2011 : « Comme le tutorat est facultatif, les élèves en grandes difficultés ne viennent pas, cela n’empêche donc pas vraiment les échecs mais favorise les bons et moyens élèves ». Isabelle Borras, « Le tutorat à l’université. Peut-on forcer les étudiants à la réussite ? » in Bref du Céreq, n°290, août  2011

3  Pour ceux que cette question intéresse nous renvoyons les lecteurs vers un numéro de la revue Éducation et sociétés n°18, 2006/2

4  Cette approche par « projet » peut faire référence à une doxa pédagogique, dans l’air du temps, celle de la : « pédagogie par projet », en tant que méthode susceptible de motiver les étudiants. Pour une présentation générale nous signalons le n°82 des Dossiers d’actualité. Veille et analyses de l’Institut Français de l’Education « Des projets pour mieux apprendre ? » de février 2013.

5  Selon les termes de L. Tanguy, « De l’éducation à la formation : quelles réformes ? » in Éducation et sociétés, n°16, 2005/2

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coralie Murati, « Olivier Martin, Emmanuelle Brun, Alexandre Mathieu-Fritz, Je réussis en socio », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 31 mai 2013, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11632

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page