Navigation – Plan du site

Pascal Perrineau (dir.), Le vote normal. Les élections présidentielle et législatives d’avril-mai-juin 2012

Eric Keslassy
Le vote normal
Pascal Perrineau (dir.), Le vote normal. Les élections présidentielle et législatives d'avril-mai-juin 2012, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Chroniques électorales », 2013, 429 p., ISBN : 978-2-7246-1345-2.
Haut de page

Texte intégral

1François Hollande a eu l’intuition de se définir comme un « candidat normal ». Dans l’introduction de cette passionnante chronique électorale, Pascal Perrineau, le directeur du CEVIPOF, montre très bien comment le vote de 2012 se révèle… normal !

2Afin de se distinguer à la fois de l’« hyperprésident », Nicolas Sarkozy, et du candidat « exceptionnel » des socialistes incarné par Dominique Strauss-Kahn, François Hollande avait eu l’intelligence politique de se considérer comme un « candidat normal ». L’idée de la normalité devient très rapidement un thème de campagne, au point qu’une fois élu, François Hollande s’évertue à apparaitre comme un « président normal ». Cette notion, la normalité, s’est diffusée à l’ensemble du processus électoral d’avril, mai et juin 2012. Les élections présidentielles et législatives traduisent alors un « vote normal ».

3Les différentes et excellentes contributions de cet ouvrage collectif, rédigées par des politistes reconnus, démontrent presque toutes cette normalité de la séquence politique que traverse la France en 2012. À commencer par la campagne électorale de la présidentielle qui apparait comme relativement classique, ne bouleversant jamais les équilibres politiques préétablis. Il y a bien eu quelques événements extraordinaires comme l’« affaire DSK » ou les « primaires citoyennes », mais cela ne provoque que des reclassements d’électeurs, générant des incertitudes apparentes qui, en réalité, ne modifient jamais le scénario connu depuis le départ : la victoire socialiste. Par ailleurs, les moyens de faire campagne sont également analysés : si Internet monte en puissance, il ne remet pas encore en cause la puissance politique de la télévision. Elle reste l’outil de l’information politique par excellence.

4Mais le « vote normal » se retrouve aussi – et peut-être surtout ? – dans les résultats électoraux des scrutins présidentiels et législatifs. Tout d’abord, l’abstention se situe à un niveau « normal » lors de l’élection présidentielle – en tout cas, conforme à la moyenne abstentionniste des huit scrutins présidentiels précédents celui de 2012. Ensuite, il faut noter que l’écologie politique a rencontré des difficultés « habituelles » lors d’une élection qui correspond très peu à sa culture politique : sans doute que le choix d’Eva Joly comme candidate n’a pas aidé ! De même, Jean-Luc Mélanchon n’a jamais réellement été en mesure de faire passer la « gauche de la gauche » devant la gauche socialiste. La dynamique frontiste, quant à elle, reprend une progression seulement interrompue en 2007. Enfin, l’échec de Nicolas Sarkozy est « statistiquement normal » : après trois victoires de la droite, il aurait été vraiment surprenant de voir la gauche échouer une nouvelle fois.

5Au total, il est possible de dessiner les contours de ce « vote normal » : une gauche dominante, confirmant les sondages et les résultats des élections intermédiaires (n’oublions pas que pour la première fois sous la Ve République, le Sénat est passé à gauche, concrétisant des victoires successives au cours d’élections locales) ; une droite affaiblie par ses divisions – notamment sur la ligne politique à tenir – et par la confirmation de l’existence d’une troisième grande famille politique, celle du « frontisme électoral » ; un centre indépendant qui rentre dans le rangs…

6Normalement, les élections législatives donnent bien une majorité au Président et au gouvernement socialistes. Il est intéressant de constater qu’en dépit des promesses affichées par les partis politiques, la composition sociodémographique de l’Assemblée nationale ne se révèle pas en « rupture » avec ses devancières : la part des femmes progresse très lentement, le renouvellement générationnel n’a pas vraiment lieu, les « minorités visibles » sont toujours réduites à la portion congrue et les milieux supérieurs continuent de « truster » l’immense majorité des strapontins de la chambre des députés.

7Les deux dernières contributions s’attachent à décrypter le Président François Hollande. Et de démontrer que sa carrière politique est somme toute assez « normale » : diplômé des grandes écoles, dont l’ENA, le président de la République a dirigé le parti socialiste – ce qui paraît une condition forte pour accéder à l’Elysée – avant de connaitre une « traversée du désert » qui, néanmoins, ne l’empêche pas d’apparaître comme un « rassembleur » sur la ligne de départ de la présidentielle. La volonté de mettre en place une « présidence normale » est également auscultée, pour finalement conclure qu’elle est difficilement réaliste. Au fond, la normalité au pouvoir n’est pas encore actée. Elle reste à inventer.

8Le vote normal se lit très facilement. Il permet de renforcer sa culture politique, de l’actualiser, et nous offre les statistiques les plus récentes disponibles sur la séquence de 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Pascal Perrineau (dir.), Le vote normal. Les élections présidentielle et législatives d’avril-mai-juin 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11634

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page