Navigation – Plan du site

Renaud Payre, Gillet Pollet, Socio-histoire de l’action publique

Samir Hadj Belgacem
Socio-histoire de l'action publique
Renaud Payre, Gilles Pollet, Socio-histoire de l'action publique, La Découverte, coll. « Repères », 2013, 125 p., ISBN : 978-2-7071-6024-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 François Buton, « Portrait du politiste en socio-historien : La « socio-histoire » dans les science (...)
  • 2 Les repères bibliographiques en fin d’ouvrage s’étendent de la page 109 à 122.

1Renaud Payre et Gilles Pollet avec leur « Repères » Socio-histoire de l’action publique livrent un travail original. Les auteurs font en effet plus que de proposer un simple bilan des résultats et des apports de ce programme de recherche pour un des grands domaines d’investigation de la science politique. L’ouvrage revient sur sa genèse pour comprendre ses filiations théoriques et académiques et également ses promoteurs et leurs objets de recherche. C’est ainsi les prémices de la socio-histoire comme « cause scientifique »1 qui sont esquissées par les auteurs. En cela, ce travail dense et très documenté2 s’adresse à un public déjà sensibilisé aux recherches sur l’action publique. Un des intérêts centraux de l’ouvrage est d’affirmer une « réelle exigence de science sociale dans l’analyse des politiques publiques » (p. 106). L’ouvrage se découpe en trois grands temps. Les deux premiers chapitres visent à présenter la démarche socio-historique dans ses liens avec l’action publique. Une seconde partie dresse le bilan des principaux apports de cette démarche concernant l’analyse des processus d’étatisation et de mise en administration de la société puis des sciences et dispositifs de gouvernement. Enfin, une dernière partie est consacrée aux chantiers émergents des processus de circulations transnationales des politiques publiques et de construction européenne.

  • 3 Renaud Payre et Gilles Pollet, « Analyse des politiques publiques et sciences historiques : quel(s) (...)
  • 4 Gilles Pollet, « Nul ne sait de quoi le passé sera fait », in François Buton et Nicolas Mariot (dir (...)
  • 5 Yves Déloye et Bernard Voutat (dirs.), Faire de la science politique : Pour une analyse socio-histo (...)
  • 6 Rosemary C. R. Taylor et Peter A. Hall, « La science politique et les trois néo-institutionnalismes (...)
  • 7 Pascale Laborier et Danny Trom (dirs.), Historicités de l’action publique, Paris, PUF-CURAPP, 2003, (...)

2La première partie est incontestablement la plus novatrice et apparait prolonger les réflexions déjà engagées par les auteurs concernant le tournant socio-historique de l’action politique3 et la « sociogenèse de la socio-histoire du politique »4. Elle donne l’occasion d’évoquer la genèse de l’action publique comme « spécialité académique et champ de recherche » dans le contexte américain, puis français. En rappelant son inscription parmi les sciences de gouvernement et des savoirs administratifs, les auteurs font également œuvre du point de vue d’une socio-histoire de la science politique5. Le développement de l’analyse des politiques publiques est ainsi contingent de celui des sciences sociales, qui, en tirant leur légitimité de la commande publique, sont originellement des « sciences de la réforme » (p. 64). La socio-histoire de l’action publique est réinscrite parmi ses multiples inspirations théoriques et disciplinaires qui nourrissent sa démarche comme sa méthode et ses objets. L’outillage conceptuel de la sociologie historique de l’État et le courant du néo institutionnalisme historique6 innerve plus particulièrement les recherches sur l’action publique, mais aussi les méthodes de la micro-histoire et de l’ethnographie sociologique. C’est notamment sous l’impulsion d’une volonté d’historicisation7 des faits sociaux notamment en sociologie et science politique que la socio-histoire va trouver le plus d’écho. L’avènement des travaux socio-historiques est ainsi situé dans le contexte académique français des années 1980 marqué par « un repli disciplinaire généralisé », une spécialisation plus grande et une clôture institutionnelle en lien avec une « pénurie de postes dans l’enseignement supérieur et la recherche publique » (p. 36). Ce tournant socio-historique s’explique aussi par le renouvellement d’une génération de chercheurs à la socialisation scientifique, plus ouverte aux sciences sociales et plus autonome des départements de droit public. Pour leurs auteurs, la socio-histoire ne se définit pas comme une « école », mais comme une pratique « des sciences sociales comme sciences historiques » au sens passeronien (p. 4). Les principes qui rassemblent l’ensemble des travaux présentés sont ainsi les dimensions « compréhensives, inductives et empiriquement fondées, faisant appel à des montées en généralité, et donc à des formes de problématisation, contrôlées, utilisant en particulier la comparaison de cas de types idéaux identifiés et constitués par le chercheur à partir de matériaux et de sources empiriques » (p. 5). Une attention toute particulière est accordée aux sources, à la réflexivité dans la conduite de l’enquête, qu’elle soit archivistique et/ou ethnographique. Cette optique permet aux auteurs de rattacher à la socio-histoire de l’action publique des travaux qui n’en revendiquent pas tous l’étiquette et appartiennent à des sous-champs disciplinaires différents.

3Dans la seconde partie, les auteurs proposent de dresser un bilan des principaux travaux en distinguant deux grands axes thématiques. Ces programmes de recherche développés depuis une trentaine d’années concernent d’une part, les processus d’étatisation, de mise en administration de la société ou encore la sociogenèse des catégories de l’action publique et d’autre par les sciences et dispositifs de gouvernement. Les auteurs s’attachent principalement à rendre compte des apports des travaux participant d’une démarche socio-historique. Ils ont ainsi contribué à sortir du postulat d’un État omnipotent où le pouvoir local est perçu « essentiellement dans sa dépendance à l’égard de l’acteur étatique » (p. 57). La démarche socio-historique se distingue également selon les auteurs par sa « volonté de saisir l’État ou les institutions par les acteurs qui les font exister, les acteurs étant replacés dans leur environnement matériel, en postulant l’encastrement du politique dans le social » (p. 40). Elle enrichit ainsi la connaissance des agents de l’État, des streets-levels bureaucrats aux hauts fonctionnaires, en passant le personnel communal ou les élus locaux. L’importance accordée aux réseaux d’acteurs et à la sociologie des groupes d’intérêts comme des élites réformatrices (associations, clubs politiques, syndicats, philanthropes, etc.) vient éclairer la coproduction de l’action publique. Les instances non étatiques sont aussi prises en compte autour de revues, de réseaux d’intellectuels et d’experts. Les réformes et transformations de l’action publique sont ainsi analysées comme le produit de luttes d’institution et ancrées dans les configurations d’acteurs qui les portent. La socio-histoire de l’action publique considère également les savoirs mobilisés par les agents (savoirs extérieurs, indigènes aux administrations, expériences), leurs productions institutionnelles (littérature grise, documents administratifs) ainsi que les outils utilisés. Elle s’intéresse de fait aux institutions et cursus de formation des cadres de l’action publique. Les chantiers émergents de la socio-histoire de l’action publique se situent pour les auteurs, « au-delà de l’État et des institutions nationales », dans l’étude des processus circulatoires et transnationaux, de transferts de politiques publiques, d’adaptation, d’hybridation des savoirs, des outils, de programmes politiques. Sortir d’une vision stato-centrée peut ainsi se réaliser en prenant pour objet les processus d’européanisation ou de mondialisation. L’approche socio-historique propose de nouvelles échelles en critiquant les oppositions binaires, les dimensions normatives et les analyses comparatives évoquant l’influence, les principes d’imitation ou encore de simples transferts. Elle s’intéresse aux agents intermédiaires, à leurs positions, à leurs carrières et permet d’envisager une typologie de régimes circulatoires renvoyant autant à des groupes sociaux qu’à des institutions. La construction européenne offre un nouveau moyen d’observer l’intérêt de l’approche socio-historique pour sortir du mythe d’une intégration irrésistible et naturelle. Ce sont ainsi les modes de fabrication « des représentations légitimes de l’Europe communautaire » autour d’une mémoire partagée, d’institutionnalisation (d’entité administrative, de directions générales, de professions), d’incorporation et de retraduction de politiques européennes, qui sont ainsi questionnés.

  • 8 Le séminaire « Sciences Sociales et Immigration » initié par Gérard Noiriel et poursuivi par Choukr (...)
  • 9 Thibault Tellier, « Les jeunes des ZUP : nouvelle catégorie sociale de l’action publique durant les (...)
  • 10 Sylvie Tissot, L’Etat et les quartiers : Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil, (...)
  • 11 Olivier Le Noé, Socio-histoire des politiques sportives (1940-1975), Thèse de doctorat, Université (...)

4Au final, ce travail pourra intéresser autant les politistes que les historiens et sociologues ouverts sur les sciences sociales. Les auteurs offrent un aperçu stimulant des perspectives ouvertes par la socio-histoire dans plusieurs domaines essentiels de l’action publique en passant en revue un vaste ensemble de travaux. Il est cependant possible de constater que l’analyse ne porte que sur les pans les plus consacrés de l’action publique. Les politiques publiques en direction des migrants8, de la jeunesse9, les politiques urbaines10 ou encore sportives11 font également l’objet de travaux contribuant à la démarche socio-historique. Pour autant, l’initiative reste à saluer et appelle à être poursuivie dans d’autres domaines ou pour de nouveaux objets d’étude.

Haut de page

Notes

1 François Buton, « Portrait du politiste en socio-historien : La « socio-histoire » dans les sciences politiques », in François Buton et Nicolas Mariot (dirs.), Pratiques et méthodes de la socio-histoire, Paris, PUF-CURAPP, 2009, pp. 24‑44.

2 Les repères bibliographiques en fin d’ouvrage s’étendent de la page 109 à 122.

3 Renaud Payre et Gilles Pollet, « Analyse des politiques publiques et sciences historiques : quel(s) tournant(s) socio-historique(s) ? », Revue française de science politique, 2005, vol. 55

4 Gilles Pollet, « Nul ne sait de quoi le passé sera fait », in François Buton et Nicolas Mariot (dirs.), Pratiques et méthodes de la socio-histoire, Paris, PUF-CURAPP, 2009, pp. 191‑206.

5 Yves Déloye et Bernard Voutat (dirs.), Faire de la science politique : Pour une analyse socio-historique du politique, Belin, 2002, 327 p.

6 Rosemary C. R. Taylor et Peter A. Hall, « La science politique et les trois néo-institutionnalismes », Revue française de science politique, 1997, vol. 47, no 3.

7 Pascale Laborier et Danny Trom (dirs.), Historicités de l’action publique, Paris, PUF-CURAPP, 2003, 540 p.

8 Le séminaire « Sciences Sociales et Immigration » initié par Gérard Noiriel et poursuivi par Choukri Hmed, Alexis Spire et Claire Zalc a largement contribué à promouvoir la démarche socio-historique auprès des étudiants et des doctorants travaillant sur les phénomènes migratoires.

9 Thibault Tellier, « Les jeunes des ZUP : nouvelle catégorie sociale de l’action publique durant les Trente Glorieuses ? », Histoire@Politique, 2008, n° 04 ; Patricia Loncle-Moriceau, « Les politiques locales de jeunesse : laboratoire d’expérimentations territoriales ou politiques publiques transversales ? », Politiques et management public, 1998, vol. 16, no 3.

10 Sylvie Tissot, L’Etat et les quartiers : Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil, coll. « Liber », 2007, 299 p.

11 Olivier Le Noé, Socio-histoire des politiques sportives (1940-1975), Thèse de doctorat, Université Panthéon-Sorbonne, Paris, 2000 ; Nadine Noé Estela, Contribution à l’analyse socio-historique des politiques sportives municipales: émergence, transformations et différenciation. Le cas du val d’Yerres en région parisienne (1965-1995), Thèse de doctorat, Université de Paris Sud Orsay, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samir Hadj Belgacem, « Renaud Payre, Gillet Pollet, Socio-histoire de l’action publique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 02 juin 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11636

Haut de page

Rédacteur

Samir Hadj Belgacem

Doctorant en sociologie à l’ENS et à l’EHESS, rattaché à l’équipe ETT du CMH (ENS-EHESS-CNRS), ATER à la Faculté de Droit et de Science Politique de l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page