Navigation – Plan du site

François Dubet, Olivier Cousin, Sandrine Rui, Eric Macé, Pourquoi moi ? L’expérience des discriminations

Mireille Pradel
Pourquoi moi ? L'expérience des discriminations
François Dubet, Olivier Cousin, Éric Macé, Sandrine Rui, Pourquoi moi ? L'expérience des discriminations, Paris, Seuil, 2013, 384 p., ISBN : 978-2-02-109741-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pierre Bourdieu, La misère du monde, Seuil, « Points essais », Les sociologues s’effacent au profi (...)

1Cette étude propose une alternative aux courants de recherche quantitatifs ou analytiques sur la question des discriminations : on interroge ici le ressenti du discriminé. L’introduction, à l’instar du titre, revendique cette approche subjective. Cependant, que l’on n’espère pas une autre Misère du monde1: le mal-être y est interprété en symptômes lisibles, lesquels participent à la construction d’un objet sociologique. Le cadre et les conditions d’enquête sont clairement énoncés, comme la démarche : les chercheurs analysent les expériences puis l’influence du contexte pour valider le postulat initial. Ce travail, quoique recentré sur trois minorités, migrants, femmes, minorités sexuelles, s’avère considérable — 180 entretiens dont certains en groupe pour un panel varié — voire encyclopédique, car l’ancrage théorique met en perspective les recherches précédentes, adjacentes, nonobstant les statistiques et références à la littérature ou au cinéma. Selon la volonté des auteurs la parole recueillie est restituée dans la vérité d’un registre imagé, familier. Il ratifie l’authenticité d’un texte dont les emprunts au lexique de la psychanalyse ou du droit côtoient les concepts du sociologue. Le sujet enquêté contribue ainsi à l’écriture.

  • 2  Le mélodrame de Todd Haynes Loin du paradis (2002) illustre ce thème. En 1957, Franck Whitaker (De (...)
  • 3  Philip Roth, La tâche, 2002, Gallimard. Coleman, afro-américain, naît avec la peau très claire. Il (...)

2Pour introduire leur classification, les chercheurs analysent avec la minutie des pédagogues deux récits émouvants, détaillés, d’une expérience dite « totale » (p. 19), décrite comme affectant la perception du monde et l’image de soi. Ces exemples illustrent à l’évidence l’enfermement de l’individu, figé dans une émotion ou une posture : de la « colère » du fils de migrant inféodé au ghetto à l’ « écrasement » (p. 39) de la migrante, violentée, aliénée par la dépression jusqu’à une réclusion, statistiquement prouvée, qui protège l’homosexuel en le contraignant à dissimuler, voire abjurer parfois son identité sexuelle2. Dans les deux chapitres suivants, les auteurs dissèquent ces cas comme étant le produit d’une discrimination et stigmatisation très fortes. Ils dissocient ces critères, les transforment en variables, offrant à la problématique une typologie sous forme de tableau à double entrée. Dans un même but didactique, chacune des quatre classes obtenues est illustrée par un roman ou une minorité saisie à un moment de son histoire. Ainsi les juifs sous la IIIe République furent-ils peu discriminés, en même temps qu’objets d’une stigmatisation forte, à l’opposé des femmes aujourd’hui, fortement discriminées mais peu stigmatisées. Coleman Silk, le personnage de Philip Roth3 qui occulte ses origines ethniques, ne subit ni l’un ni l’autre. Cette nomenclature éclairera toute la suite de l’étude.

3Les chapitres 5 et 6 définissent les blessures psychiques inhérentes à la discrimination afin de présenter des stratégies susceptibles de s’en protéger. Ces solutions sont exposées de façon exhaustive, dans leurs implications interactives comme dans leurs dangers et conséquences pour le discriminé comme pour son groupe d’appartenance. Réitérant la logique précédente, les auteurs s’appuient sur des exemples pour expliquer la « dissociation » (p. 82), schizoïde, qui met le discriminé en « situation de non coïncidence à soi-même » (id.) ou l’assignation qui le « dissout dans une identité préfabriquée » (p. 100) fixée par les dominants. De pareille manière, ils énoncent les tactiques pratiquées pour résister à ces violences : le lutteur s’affirme par l’humour, la pédagogie ou la demande d’explication alors que celui qui esquive, labellisé écologiste, évite, contourne jusqu’au repli, voire s’exile devant l’hostilité. Les auteurs insistent sur l’aspect relationnel : d’abord bénéficiaire, le pacifiste risque le conformisme et le rebelle encourt la disqualification. À terme, cette attitude provoque des tensions et de façon perverse la stigmatisation du groupe. Ceci prouve qu’en matière de défense, la subjectivité prévaut : la posture idoine est bien celle adaptée à la situation, au moment, à la personnalité du discriminé mais aussi … au contexte.

  • 4  Les individus soumis à ce processus « éprouvent une distance, voire une contradiction entre leur a (...)

4La seconde partie traite de l’influence des cadres sociaux sur le ressenti du discriminé. En premier lieu, l’enquête menée auprès de migrants tend à établir un rapport de proportionnalité entre le préjudice subi et les parcours et statuts. Ainsi elle semble moindre, banalisée, aux plus défavorisés, qui en sont objectivement plus affectés, tandis que les plus qualifiés, déçus dans leur légitime aspiration aux postes de prestige, évoquent un sentiment d’humiliation face à une société méritocratique compétitive. Les chercheurs, en intégrant une dimension économique aux données, décryptent la perte de statut comme une déchéance sociale. En ce qui concerne la seconde génération, culturellement assimilée, donc imprégnée de valeurs républicaines, elle souffre d’autant plus du déni d’égalité qu’elle est soumise aux emplois déqualifiés. Elle subit par ailleurs l’intégration « segmentée »4, dont les auteurs pointent le protectionnisme insidieux masqué par l’intégration structurelle et qui repose sur la stigmatisation, au mépris du principe de fraternité. Le procédé, attesté ici dans deux secteurs, dont celui de la culture, vise à offrir, au dire des minorités culturelles entendues ensuite, des rôle et place stéréotypés voire caricaturaux, adaptés au goût du public. Quant au secteur de l’intérim, tous les acteurs, prônant l’efficacité, agences, chasseurs de tête, jusqu’aux discriminés, avouent obéir aux règles d’un système d’emploi casté. Selon les auteurs, en dépit de (ou grâce à ?) cette « segmentation », l’intégration par le travail perdure. Ils dénoncent dans ces deux chapitres une nouvelle forme de ségrégation, entérinée par un marché omnipotent.

  • 5  Annie Maguer, Jean-Marc Berthet, Les agents des services publics dans les quartiers difficiles, Pa (...)

5Seul le chapitre 7, qui explore l’impact du marché sur le vécu du discriminé, suscite quelques réserves. Si les administrations de la santé et de l’éducation constituent des marchés fermés, le rapprochement paraît discutable — temporalité, représentations, usage, diffèrent radicalement. D’autre part, à l’hôpital, les enquêtés, exclusivement soignants, livrent leur propre analyse : les injustices procèdent d’inégalités sociales plutôt que de discriminations, alors que des critiques virulentes envers une école sélective, inégalitaire, impuissante émanent des usagers comme des acteurs. Maguer et Berthet5 nuancent ce triste constat. En revanche, au chapitre 8, la comparaison du monde politique avec celui des cultures et des médias, en tant qu’avatars des marchés ouverts, s’avère judicieuse. En effet, les politiques décrivent un réseau coopté, avide de suffrages, qui instrumentalise ou détourne en toute impunité diversité ou parité. À l’inverse la représentativité des médias conditionne leur succès comme leur pérennité. Ceci montre, de façon redondante, que le marché est déterminant, et qu’il prime sur tout y compris, sur les lois.

6La solution (chapitre 9) résiderait dans une lutte dont le cadre juridique reste à définir car la difficulté de prouver le délit effraie, comme la lourdeur procédurale. De plus les avis divergent : égalité républicaine ou revendication identitaire ? Le tissu associatif comme l’action politique ou sociale en pâtissent faute de solidarité. Actuellement, contre la stigmatisation des minorités, émerge la tentation d’un communautarisme à l’américaine, mâtiné du principe de fraternité. La société française, traversée par ces mouvements, s’en trouve modifiée, en attente de dispositifs ou de perspectives. La conclusion explore ainsi quelques pistes hors frontières. La sociologie reflète aussi ce changement, qui place le sujet étudié au centre de sa recherche.

7Le choix de catégories politiquement et socialement visibles, largement médiatisées, éveille l’intérêt d’un lectorat curieux de questions de société. L’ouvrage, accessible à l’amateur en raison de la place dévolue à des témoignages prenants demeure exigeant de par son érudition Pour l’étudiant, la rigueur d’une démonstration où le récit s’intègre à l’analyse, la variété des exemples illustrant un raisonnement clair, le style vif, la gradation argumentative, redondante et didactique, figurent un modèle de méthodologie. Entre narration subjective et démonstration scientifique, du témoignage de l’enquêté aux références du théoricien, il s’établit une subtile dialectique, qui confère au texte son attrait original. Cette étude, élaborée par des chercheurs d’horizons différents, réalise de la sorte une brillante défense et illustration de la subjectivité.

Haut de page

Notes

1  Pierre Bourdieu, La misère du monde, Seuil, « Points essais », Les sociologues s’effacent au profit du lecteur, à qui ils laissent le soin (quelques pistes) et la liberté d’interpréter les faits relatés lors d’une enquête sociologique.

2  Le mélodrame de Todd Haynes Loin du paradis (2002) illustre ce thème. En 1957, Franck Whitaker (Dennis Quaid) incarne le rêve américain : un poste prestigieux, une épouse ravissante (Julianne Moore), deux enfants, une superbe villa. Dans une Amérique puritaine et raciste (un autre thème du film), la belle réussite de Franck dissimule ses étreintes furtives avec des hommes d’un soir… Les années Clinton - American Beauty, Sam Mendes, 2000 - semblent s’être affranchies mais l’homosexualité trop longtemps refoulée du colonel le mène au meurtre, métaphore de vies étouffées par les convenances et l’hypocrisie.

3  Philip Roth, La tâche, 2002, Gallimard. Coleman, afro-américain, naît avec la peau très claire. Il en profite pour renier ses origines, rompant tout contact avec les siens, afin d’atteindre la réussite à laquelle il aspire et qu’il obtient. Robert Benton a réalisé, en 2003, une adaptation cinématographique : La couleur du mensonge avec Nicole Kidman et Anthony Hopkins dans le rôle de Coleman Silk.

4  Les individus soumis à ce processus « éprouvent une distance, voire une contradiction entre leur assimilation culturelle et leur intégration structurelle » (p. 154). Il en existe deux actualisations en France : ainsi les jeunes issus de migrants Africains ou Maghrébins, culturellement assimilés, sont-ils souvent réduits à des emplois déqualifiés, alors que les communautés turques ou asiatiques, économiquement intégrées, constituent de véritables « enclaves », peu assimilées.

5  Annie Maguer, Jean-Marc Berthet, Les agents des services publics dans les quartiers difficiles, Paris, La Documentation française, 1997. Les auteurs y décrivent l’implication des acteurs, solidaires par nécessité, la pérennité des équipes, leur enthousiasme, les initiatives innovantes qui y éclosent, et même leur efficacité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireille Pradel, « François Dubet, Olivier Cousin, Sandrine Rui, Eric Macé, Pourquoi moi ? L’expérience des discriminations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 03 juin 2013, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11640

Haut de page

Rédacteur

Mireille Pradel

Professeure des écoles, doctorante en sociolinguistique

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page