Navigation – Plan du site

Christophe Charle, Homo historicus. Réflexions sur l’histoire, les historiens et les sciences sociales

Jérémy Guedj
Homo Historicus
Christophe Charle, Homo Historicus. Réflexion sur l'histoire, les historiens et les sciences sociales, Paris, Armand Colin, coll. « Le temps des idées », 2013, 319 p., ISBN : 978-2-200-28309-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Renvoyons, entre de nombreux autres exemples, à Daniel Roche, « Les historiens aujourd’hui, remarq (...)

1Que l’histoire connaisse une « crise », voilà un constat largement admis et, semble-t-il, incontestable1. Au point qu’il est permis de se demander si une situation diagnostiquée et persistant depuis deux décennies au moins ne mériterait pas d’être appelée différemment ; toujours est-il que la crise en question apparaît pour le moins tenace. Au-delà du simple constat de cet état de fait, l’historien Christophe Charle, dans son dernier ouvrage, dont le titre rappelle l’Homo academicus évoqué par Pierre Bourdieu, brosse un tableau riche et toujours nuancé tant de l’histoire que des historiens d’aujourd’hui et propose, exemples nombreux à l’appui, une réflexion approfondie sur leurs méthodes, assortie de pistes de recherches fertiles. Si bien que, comme l’écrit l’auteur en inaugurant son propos, il se propose de mêler deux types d’approche qui suivaient jusqu’alors des chemins bien souvent séparés : une réflexion globale sur les enjeux ou caractères du « métier » d’historien et la place de celui-ci dans le monde des sciences sociales d’une part ; de l’autre une exploration des discussions méthodologiques, sur des points plus précis, servie par des propositions fortes. En d’autres termes, réflexion théorique et discours de la méthode, dépouillé toutefois du caractère péremptoire et injonctif que peut parfois revêtir semblables travaux – l’auteur est très clair sur ce point – voisinent et offrent à l’ouvrage divers visées et publics possibles.

2Il faut dire que Christophe Charle, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Paris-I Panthéon-Sorbonne, est fort d’une œuvre aux objets variés arpentant des domaines de connaissance questionnés de manière novatrice (l’histoire des élites, des sociétés impériales, des intellectuels, des universités…). Cela lui permet ainsi de connaître, par l’exemple et la pratique, joints à des lectures théoriques ou empiriques – de l’intérieur en somme – les sujets qu’il porte à discussion. L’ouvrage rassemble en fait des articles ou contributions déjà publiés ou inédits qui constituent un tout solidement charpenté, témoin de la cohérence de la démarche intellectuelle de l’historien. Trois parties, qui constituent autant de points de vue et d’échelles d’observation, divisent l’ensemble : à une investigation portant sur les contours et enjeux de la profession historienne succède un florilège de réflexions sur des méthodes et problèmes qui se posent à la discipline historique ; écartant le risque d’une vision désincarnée, Christophe Charle consacre la dernière partie de son ouvrage à la trajectoire de plusieurs historiens. Il ne saurait s’agir d’entrer dans le détail de tous ces aspects ; retenons plutôt certains constats frappants et propositions marquantes qui font le cœur de ce livre.

  • 2  François Dosse, L’Histoire en miettes. Des « Annales » à la « nouvelle histoire », Paris, La Décou (...)

3L’auteur commence ainsi par dresser un état des lieux de l’histoire en France dans sa situation actuelle, caractérisée, depuis plusieurs décennies, par une incontestable massification. De la mutation quantitative naissent évidemment des bouleversements qualitatifs, en termes de missions, mais aussi de choix, dont on retiendra particulièrement « la dispersion croissante en sous-spécialités pour marquer son “territoire” » (p. 29), l’ « émiettement » dont parlait jadis François Dosse2. C’est justement par le menu que Christophe Charle explore ces « territoires » et leurs nombreuses parcelles : un constat principal réside d’ailleurs dans le repli géographique – et sans doute aussi thématique – qui caractérise les spécialités des historiens, étudiées pour les périodes moderne et contemporaine ; en témoignent avec clarté les sujets de thèse choisis, comme les indices bibliographiques. L’auteur rappelle cependant le « désir d’histoire » persistant au sein de la société comme des pouvoirs publics. Divers types d’histoire n’en voisinent pas moins, et celui qui se hisse en tête des ventes n’est pas toujours le plus novateur, ni le plus « scientifique ». Au vrai, le secteur de la vulgarisation historique, s’il contribue à donner visibilité à cette discipline, demeure souvent en marge des réflexions et renouvellements problématiques, porteurs d’autant d’enjeux épistémologiques cruciaux.

4Une importe fraction de l’ouvrage consiste justement à les discuter, mais aussi – on retrouve là la double portée du projet annoncé par l’auteur – à les nourrir. Les directions de recherche apparaissent plus que variées ; toutes visent à abolir les grilles de lecture préconçues et éculées, à dépasser les cloisons artificielles de la connaissance et à favoriser la dialogue interdisciplinaire. Concernant les questions faisant l’objet de débats actuels, Christophe Charle souligne ainsi que certaines oppositions rapidement opérées n’ont pas ou plus lieu d’être ; citons-en un exemple : « ce qu’on appelle aujourd’hui l’histoire culturelle a toujours existé parallèlement à l’histoire sociale, écrit-il, même si on la désignait parfois avec d’autres étiquettes : histoire des mentalités, histoire de la civilisation, histoire du livre, histoire de l’éducation, histoire religieuse, histoire des idées, histoire littéraire, etc. » (p. 123). Et l’auteur de s’interroger sur le contenu de ce que l’on nomme « tournant culturel » (ch. 8). De la même manière, l’ouvrage revient sur les relations entre méthodes historiques et littéraires, en réalité liées – au-delà des constats d’apparente étanchéité ou des appels non suivis d’effets au dialogue – par des « transferts conscients et inconscients » (ch. 6). Ce qui offre à l’auteur l’occasion d’une belle réflexion sur les sources. Autre exemple, très actuel : le débat sur le transnationalisme, abordé à travers la question des modes de circulation et d’internationalisation culturels, où des illustrations comme celles des circulations théâtrales, des revues savantes ou de l’opéra succèdent à un exposé des enjeux sémantiques et scientifiques du sujet (ch. 9).

5Ces manières de faire de l’histoire sont mises en contexte – et en abyme – lorsque Christophe Charle retrace les cohérences et aspérités marquant la trajectoire scientifique de plusieurs figures d’historiens. Tout autant qu’elle explore et rappelle leurs apports, cette dernière section de l’ouvrage revient, par l’exemple, sur certaines images que le temps a contribué à figer comme celle de Seignobos en dilettante, qui masque beaucoup trop les engagements forts de cet historien accomplissant avec constance sa mission. Également, lorsqu’il s’agit du parcours d’Éric Hobsbawm, se pose la question du décalage entre une œuvre importante et les choix éditoriaux réducteurs qui peuvent empêcher des travaux cruciaux de traverser les frontières…

6Homo historicus propose donc un dialogue constant ; c’est d’ailleurs sous cette forme que se présente la conclusion. Ce livre constituera assurément une pièce maîtresse de la formation des étudiants et de la réflexion des praticiens de l’histoire, chercheurs ou non. Qu’on le lise in extenso ou en glanant ses problématiques de façon plus aléatoire, l’ouvrage ne laisse pas indifférent : il s’agit d’une œuvre ouverte qui adresse une invitation à la recherche de nouvelles voies ou à la redéfinition si l’on s’en tient à des chemins plus balisés mais tout aussi dignes d’intérêt. Plusieurs constats sonnent l’alerte, mais ils sont contrebalancés par des notes d’espoir bienvenues en ces temps de profondes interrogations. C’est par elles que l’on conclura : « la demande générale d’histoire reste forte. […] Les situations de crise ou de défaite de la pensée peuvent être aussi l’occasion d’un sursaut et d’un regroupement sur l’essentiel » (p. 146-147).

Haut de page

Notes

1  Renvoyons, entre de nombreux autres exemples, à Daniel Roche, « Les historiens aujourd’hui, remarques pour un débat », Vingtième Siècle, n° 12, octobre-décembre 1986, p. 3-20 et bien sûr également à Gérard Noiriel, Sur la « crise » de l’histoire, Paris, Belin, 1996.

2  François Dosse, L’Histoire en miettes. Des « Annales » à la « nouvelle histoire », Paris, La Découverte, 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Guedj, « Christophe Charle, Homo historicus. Réflexions sur l’histoire, les historiens et les sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 03 juin 2013, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11642

Haut de page

Rédacteur

Jérémy Guedj

ATER en histoire contemporaine à l’Université de Nice Sophia Antipolis, membre du Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine (CMMC)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page