Navigation – Plan du site

Laurent Bonelli, La France a peur. Une histoire sociale de "l'insécurité"

Camille Sutter
La France a peur
Laurent Bonelli, La France a peur. Une histoire sociale de "l'insécurité", La Découverte, coll. « La Découverte/Poche », 2010, 422 p., EAN : 9782707165039.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Laurent Bonelli est maître de conférence en Sciences Politiques à l'université de Paris-Ouest-Nante (...)
  • 2 « Nul n'est responsable d'une émergence, nul ne peut s'en faire la gloire; elle se produit toujours (...)

1Du début des années 1980 aux années 2000, le thème de l' « insécurité » connaît un succès croissant dans les champs politiques, médiatiques et scientifiques. Dans La France a peur. Une histoire sociale de l' « insécurité », Laurent Bonelli 1 s'intéresse à l'émergence « de ce “ça va de soi” (ou cette doxa) sécuritaire », au processus par lequel, de locale, la « déviance » est devenue « problème social ». Il propose ainsi une généalogie, au sens où l'entend Michel Foucault 2, de l'insécurité. Par cette perspective, il évite l'écueil d'une définition homogène de l'insécurité, dont l'énonciation même est un enjeu de lutte au sein de différents champs. L. Bonelli entend montrer ainsi le lien fort entre délitement de l'État social, précarisation de la population et montée de l'insécurité. La recherche présentée provient d'une étude menée dans le cadre des missions d'assistance aux villes entre juillet 1998 et juillet 1999.

  • 3 L. Bonelli reprend ici la terminologie développée par N. Elias et J-L. Scotson. in Logiques de l'ex (...)
  • 4 L. Bonelli se réfère par exemple au travail de S. Beaud 80% au Bac...et après ?.Les enfants de la d (...)
  • 5 Voir l'analyse menée par S. Beaud et M. Pialoux Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usine (...)

2La première partie de l'ouvrage est une analyse des mutations des quartiers et des milieux populaires au début des années 1980. D'emblée, L. Bonelli associe questions sociale et urbaine. En effet, après la Seconde Guerre mondiale, la France connaît des bouleversements géographiques et sociaux, qui se cristallisent dans la réflexion sur les « logements sociaux ». Le baby-boom et l'exode rural gonflent les effectifs urbains, tandis que la population active s'accroît : femmes et immigrés entrent sur le marché du travail. Alors que se dessine un fragile équilibre, lié à la proximité spatiale d'agents hétérogènes, les années 1970 marquent le début d'une recomposition sociale des quartiers populaires - les plus aisés quittant les ensembles - ainsi que l'avènement d'un nouveau rapport de production - le post-fordisme. Le vieillissement démographique et la précarisation des « établis » provoquent un « affaiblissement » de la domination des « établis » sur les « marginaux »3 au sein de ces quartiers. Par ailleurs, les années 1970 sont celles de la démocratisation scolaire, qui a généré nombre d' « illusions déçues »4 et accru le sentiment de précarisation. Enfin, la recomposition de l'emploi non qualifié et le recul de l'intégration professionnelle5 provoquent un repli sur la sphère domestique et un appel plus fréquent aux autorités traduisant une transformation des regards sur l'indiscipline.

  • 6 Voir à cet égard R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, chronique du salariat, Fayard (...)

3L. Bonelli s'intéresse alors à la généalogie des discours politiques sur l'insécurité. Ceux-ci revêtent d'emblée une dimension locale, inscrite dans la politique de la Ville - ainsi, la Commission des maires sur la sécurité, créée en 1982, fait office de précurseur dans la reconnaissance institutionnelle d'un « problème de sécurité ». Cette préoccupation se double d'une réforme de l'État, se manifestant dans le passage d'une politique d'intégration à une politique d'insertion6 qui renvoie d'avantage à la notion de responsabilité individuelle. Un « nouveau sens commun sécuritaire » émerge, suivant trois axes : une redéfinition politique des priorités policières, un partenariat local, une attention accrue aux victimes. Cette préoccupation sécuritaire transcende les clivages politiques, d'être au coeur de la campagne présidentielle de 2002.

  • 7 E. Neveu, « Métier politique : d'une institutionnalisation à une autre », in J. Lagroye La Politisa (...)

4L'auteur s'intéresse alors aux mécanismes par lesquels une gestion locale de la sécurité est devenue « problème de sécurité ». L'universalisation de ces situations particulières se produit d'une part par une codification unissant des évènements hétérogènes, d'autre part par le développement de savoir-faire pratiques relayés par une nouvelle classe d'agents spécialisés dans la sécurité urbaine. La sécurité devient alors un nouvel investissement possible dans le champ politique. L. Bonelli étudie cette transformation concomitante aux évolutions des partis politiques. D'une part, le poids croissant du Front National impose ses thématiques à l'ensemble du champ politique, craignant une désaffection des classes populaires pour les partis traditionnels. D'autre part, les partis connaissent des mutations internes, dont une transformation du métier politique7 qui se traduit par des logiques de recrutement différentes et une importance accrue du discours médiatique dans la définition des objets politiques. Dans ce cadre, la sécurité est devenue entre les années 1970 et les années 2000 un « bien politique » (« projets, programmes, discours ») au sein des partis.

  • 8 A. Collovald, “Violence et délinquance dans la presse. Politisation d'un malaise social et technici (...)
  • 9 L. Bonelli La France a peur p221 - 246

5Cette évolution politique s'accompagne d'une transformation du discours médiatique sur la sécurité. Les médias généralistes relaient de plus en plus les faits de « violences urbaines », le terme étant devenu une grille de lecture reconnue et homogénéisée8. Sur ce sujet, les agendas politiques et médiatiques semblent particulièrement harmonisés. L. Bonelli illustre le traitement médiatique de l'information par une analyse précise de l'émission La Marche du Siècle du 19 janvier 2000, consacrée au quartier du Mirail à Toulouse9.

6L'analyse glisse alors des débats politiques et médiatiques aux savoirs, issus de disciplines hétérogènes. L. Bonelli insiste sur la fragmentation de ce champ d'études et ses conséquences sur le développement d'une science d'État. Jusqu'aux années 1990, la criminologie est une discipline faiblement institutionnalisée, peu autonome et dont les productions scientifiques sont le plus souvent partielles, omettant d'une part le « non-savant », d'autre part les discours médicaux. La création en 1989 de l'Institut des Hautes Études sur la sécurité intérieure change la donne et manifeste un intérêt croissant pour la spécialité. Cet institut a pour objectif la production et la diffusion de savoirs à visée pratiques, inspirant par exemple l'élaboration des Contrats Locaux de Sécurité (CLS) en 1997. Ceux-ci reposent sur un diagnostic sécuritaire sur un territoire donné, et proposent des solutions en matière de prévention et de traitement de la délinquance.

7Si la majorité des communes françaises ont participé à l'élaboration de ces CLS, L. Bonelli montre que ces derniers témoignent d'une « confluence de perspectives et de préoccupations hétérogènes » et qu'ils font l'objet de « réinterprétation à l'échelon local ». Par ailleurs, les enjeux de sécurité impulsent leur propre dynamique et provoquent une recomposition des équilibres de pouvoir à l'échelon local. Deux champs particuliers voient leur structure interne modifiée par la mise en place des CLS : la Justice d'une part, l'Éducation Nationale d'autre part. Ainsi, le traitement pénal de la délinquance a fait l'objet de réformes définies selon trois axes: l'accélération de la procédure visant à un traitement en temps réel, la recherche d'alternatives aux poursuites, l'accroissement de l'aide aux victimes.

  • 10 ministre de l'Intérieur de 1984 à 1986 puis de 1988 à 1991
  • 11 Par exemple au cours de l'affaire Doucé en 1990, lors de laquelle un pasteur soupçonné de protéger (...)

8La redéfinition du travail policier constitue le dernier volet de cette généalogie de la doxa sécuritaire. Au cours des années 1980 - notamment sous l'impulsion de Pierre Joxe10, la police fait l'objet de réformes visant à accroître son efficacité et à réorienter son activité vers le traitement de la petite délinquance. La police de proximité voit sa reconnaissance médiatique et politique croître ; cependant, les unités de lutte anti-criminalité restent très présentes sur le terrain, privilégiant un mode d'intervention « musclé » et une certaine rivalité avec les groupes sociaux, menant à une détérioration des relations entre institutions policières et population des quartiers dits sensibles. L'autre pan de la réorganisation du travail policier est la conversion des Renseignements Généraux aux problématiques des quartiers. Cette conversion provient en partie de la crise de légitimité qu'a connu le service au cours des années 198011, et se manifeste par la création d'une section dévouée aux violences urbaines en 1990. La mesure des violences par une échelle graduée des petits délits aux émeutes constitue un cadre d'analyse au succès croissant, malgré le lien controversé qu'elle instaure entre des évènements incommensurables. L. Bonelli montre enfin que cette implication des RG dans le traitement des violences urbaines se manifeste aussi dans des pratiques, notamment par l'importation de méthodes de lutte anti-terroristes comme l'identification de groupes à risque. Ainsi, les RG participent à la définition de la doxa sécuritaire.

9L'intérêt d'une réédition en 2010 de cet ouvrage est double. D'une part, il demeure une riche synthèse éclairant les enjeux des débats actuels : l'ouvrage est ponctuée d'illustrations pertinentes, de matériaux d'enquête divers - entretiens, notes d'observation, statistiques. D'autre part, alors même que le discours sécuritaire semble avoir perdu son élan de 2002 à 2007, la période contemporaine peut s'analyser en terme de continuité : les logiques d'action mises en place depuis 2007 sont semblables aux précédentes : renforcement de l'échelon local, durcissement de la répression, développement des technologies de surveillance. L. Bonelli conclut son propos en soulignant une différence majeure de ce contrôle étatique avec les périodes précédentes : il s'opère désormais sans contrepartie « à la précarité et aux incertitudes actuelles des milieux populaires ». Ainsi, conclut l'auteur, « qu'on le veuille ou non, sécurité et sécurité individuelle sont indissociables. Résoudre cette équation demeure un enjeu prioritaire si l'on souhaite instaurer un ordre social plus harmonieux, c'est-à-dire capable et soucieux d'assurer le bien-être de tous et pas seulement la discipline de quelques-uns ».

Haut de page

Notes

1 Laurent Bonelli est maître de conférence en Sciences Politiques à l'université de Paris-Ouest-Nanterre

2 « Nul n'est responsable d'une émergence, nul ne peut s'en faire la gloire; elle se produit toujours dans l'interstice » M. Foucault « Nietzsche, la généalogie et l'histoire », in Dits et écrits 1, Gallimard, 2001

3 L. Bonelli reprend ici la terminologie développée par N. Elias et J-L. Scotson. in Logiques de l'exclusion. Enquête sociologique au coeur des problèmes d'une communauté (1965)

4 L. Bonelli se réfère par exemple au travail de S. Beaud 80% au Bac...et après ?.Les enfants de la démocratisation scolaire, La Découverte, 2003

5 Voir l'analyse menée par S. Beaud et M. Pialoux Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Fayard, 1999

6 Voir à cet égard R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, chronique du salariat, Fayard, 1995

7 E. Neveu, « Métier politique : d'une institutionnalisation à une autre », in J. Lagroye La Politisation, Belin, 2003

8 A. Collovald, “Violence et délinquance dans la presse. Politisation d'un malaise social et technicisation de son traitement”, in Vers un nouvel ordre social ?, Ed. de la DIV , 2000

9 L. Bonelli La France a peur p221 - 246

10 ministre de l'Intérieur de 1984 à 1986 puis de 1988 à 1991

11 Par exemple au cours de l'affaire Doucé en 1990, lors de laquelle un pasteur soupçonné de protéger un réseau pédophile est mort dans des circonstance mal élucidées, au terme d'une enquête aux méthodes controversées

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Sutter, « Laurent Bonelli, La France a peur. Une histoire sociale de "l'insécurité" », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 23 octobre 2010, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1167

Haut de page

Rédacteur

Camille Sutter

Elève de l'Ecole Normale Supérieure de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page