Navigation – Plan du site

Michel Naepels, Conjurer la guerre. Violence et pouvoir à Houaïlou (Nouvelle-Calédonie)

Jonathan Chibois
Conjurer la guerre
Michel Naepels, Conjurer la guerre. Violence et pouvoir à Houaïlou (Nouvelle-Calédonie), Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2013, 287 p., ISBN : 978-2-7132-2376-1.
Haut de page

Texte intégral

1Au début des années 1990, quand Michel Naepels arrive pour la première fois à Houaïlou, petite ville côtière de Nouvelle-Calédonie, l'archipel sort d'une crise politique majeure. Émeutes, prises d'otages et assassinats ont rythmé quatre années de violente opposition entre le gouvernement français et les partisans indépendantistes kanaks. La signature des Accords de Matignon, qui entérinent le principe d'un référendum pour le droit à l'autodétermination de la population autochtone, a officiellement mis un terme à ce conflit civil. Lors de ses premiers travaux ethnographiques, l'auteur expliquait que toutes les tensions n'étaient pas pour autant résolues, et se renouvelaient au contraire. Dans cet ouvrage, Michel Naepels, aujourd'hui directeur d'étude à l'EHESS, montre en quoi les rapports sociaux et politiques kanaks contemporains s'ancrent dans une histoire d'un siècle et demi de violence coloniale.

2Pour ce projet d'anthropologie politique, la méthodologie déployée se revendique pragmatique, c'est-à-dire qui tient compte des pratiques effectives, des mécanismes infinitésimaux, de relations de pouvoir diverses, hétérogènes et complexes (p. 11). Organisé en six chapitres, l'ouvrage se présente comme une série de coupes dans l'histoire coloniale et postcoloniale, avec comme fil conducteur « l'examen des moments indécis de changement, où se réarticulent les modalités de gouvernement de soi et de gouvernement des autres » (p. 14). Discorde, division, querelle, violence et compromis, en tant que conventions d'usage de la violence, y sont les leviers d'une analyse minutieuse, de laquelle apparaît progressivement la continuité des logiques d'actions et de relations entre les intérêts de l'administration et les intérêts kanaks.

3Les trois premiers chapitres s'attardent particulièrement sur la période coloniale et précoloniale. Le premier entame logiquement la chronologie de l'ouvrage à la prise de possession militaire de l’archipel en 1856, dans une époque où Houaïlou se définissait déjà dans un ensemble de flux commerciaux et politiques d'envergure, initialement océaniens puis de plus en plus mondialisés. Pour en démêler les différents enjeux, Naepels a commencé par un travail important sur des archives administratives qu'il a dû, pour en mesurer la fiabilité, contextualiser en tant que sources coloniales. Déconstruire la catégorie de « chefferie » a été ensuite nécessaire pour mettre au jour les dynamiques de pouvoirs proprement kanakes, sur la base de sources généalogiques. De fait, au travers de la petite histoire de la doctrine répressive et des techniques militaires employées entre 1841 et 1881, et de la constitution des chefferies, il apparaît progressivement que la guerre coloniale fut aussi et pour beaucoup une guerre kanake.

4Dans le second chapitre l'auteur examine la répression de 1867, en s'appuyant à la fois sur les récits de guerre qu'il a recueilli en entretien pour en constituer une version locale actuelle, et la fois sur un texte classique de Maurice Leenhardt pour en reconstituer une version locale ancienne. En analysant les formes locales de préparation de la guerre conjointement aux enjeux politiques de l'engagement auxiliaire et de la conversion religieuse, l'auteur montre combien le motif et les formes des intérêts européens à Houaïlou s'inscrivent dans une histoire conflictuelle plus large qui court jusqu'au au début du XXe siècle. En somme, ces deux premiers chapitres montrent selon quelles logiques se s’est nouée une relation privilégiée entre le pouvoir militaire français et les chefferies littorales de Houaïlou.

5Le chapitre suivant approfondit ce point, en mettant en évidence l'ambiguïté de la posture des chefs kanaks. On apprend comment depuis 1897 l'organisation de la vie sociale en chefferies est construite de toutes pièces par l'administration française. Jusqu'à la vaste réforme du cadre législatif et foncier de 1912, le pouvoir colonial institue en effet successivement le principe de « conseil des anciens » et nomme lui-même quatre grands chefs sur le territoire de la commune, chargé d'une autorité politique, de prérogatives économiques, d'une veille sanitaire et de la responsabilité de l'application des règlements. Que les chefs kanaks tiennent désormais leur légitimité du pouvoir colonial a été source de fortes tensions, en transformant profondément la vie sociale locale par la mise en place d'un ordre ségrégué et policier. En guise d'exemple, Naepels montre comment les épidémies de lèpre et de peste, dont la gestion a été confiée aux chefs locaux, sont apparues aux habitants kanaks comme partie intégrante d'une forme de guerre coloniale.

6Les trois derniers chapitres s'inscrivent pour leur part dans une histoire récente, postcoloniale, où les conflits violents en Nouvelle-Calédonie tiennent de moins en moins aux guerres, et davantage à des mobilisations populaires. Le quatrième chapitre s’arrête sur une chasse aux sorciers menée à la fin de l'année 1955, une époque marquée par la progressive intégration des Kanaks dans la communauté des citoyens de l'archipel. Cette chasse aux sorciers est choisie comme lieu d'observation des transformations massives qui se jouent dans la gouvernementalité coloniale au sortir de la Seconde Guerre mondiale. En suivant la mobilisation d'un groupe d'acteur, l'auteur détaille l'imbrication des enjeux politiques, économiques, religieux, scolaires, villageois, tout au long d'une large période qui va de l'ouverture du droit de vote à quelques Kanaks en 1945 jusqu’aux années 1960 où Houaïlou quitte le devant de la scène politique.

7Le cinquième chapitre couvre la période des événements liés à la forte mobilisation indépendantiste entre 1984 et 1988 qui a précédé de peu l'ethnographie de Naepels. Les données d'enquête particulières que constituent les récits de ces événements lui permettent ici d'explorer la question de la subjectivation de l'action violente, dont il semble exister une spécificité kanake. En effet, « il apparaît que la durée de tension et de la crainte comme explosion de la colère apparaissent alors comme des modalités récurrentes des affects mis en branle par l'engagement de soi dans la vie politique locale, surdéterminés par les récits d'agression en sorcellerie et encouragées par les échanges de paroles de défi et d'insultes » (p. 212). Finalement, en s'attachant à en décrire les modalités, il met alors en évidence la rupture récente avec plus d'un siècle de relations privilégiées entre les Kanaks et la puissance coloniale française, qui a été localement perçue comme une guerre de décolonisation.

8Le dernier chapitre tire les conclusions de ce parcours effectué dans l'histoire des conflits à Houaïlou, pour décrypter la situation des années 2000, marquée par une pacification trompeuse des rapports sociaux. Plutôt que l'envers ou la fin de la violence, l'auteur montre au contraire que les habitants entretiennent aujourd'hui cette histoire de conflits, au travers d'investissements cérémoniels, politiques, claniques, institutionnels et culturels. Le geste collectif de « conjurer la guerre » (qui donne à l'ouvrage son titre) apparaît alors avoir comme principal enjeu celui de la réorganisation de l'espace villageois dans un contexte où l'ordre colonial est affaibli.

  • 1   Cité par l'auteur (p. 11). Michel Foucault, « Il faut défendre la société ». Cours au Collège de (...)

9À l'issue de ce parcours, le lecteur dispose d'un tableau remarquablement limpide sur la complexité des multiples enjeux constitutifs d'une violence pourrait-on dire ordinaire. Si ce type d'analyse constitue un indéniable apport pour la compréhension de la réalité sociale contemporaine de Nouvelle-Calédonie, elle illustre plus globalement la fécondité de faire de la violence un objet anthropologique, non pas conçue comme catégorie ontologique mais comme « levier heuristique pour aborder les rapports sociaux dans leur singularité en même temps que dans leur banalité » (p. 12). En ce sens, Michel Naepels apporte une réponse tout à fait convaincante à la question de Foucault : « La guerre peut-elle valoir comme analyseur des rapports de pouvoir ?1».

10Enfin, si l'ouvrage mérite aussi une grande attention c'est sur un plan méthodologique, concernant le traitement que l'auteur impose aux sources à sa disposition, qu'elles soient orales ou archivistiques. La démarche ici déployée n'hésite pas à s'engager sur les traces de la micro-histoire et de la linguistique pour questionner chaque fois ce que disent les documents comme ce qu'ils ne disent pas. Ainsi, en se positionnant en rupture avec les grands dogmes qui ont pu marquer les formes de compte-rendu ethnographiques, l'auteur revendique une intéressante épistémologie où l'objectif n'est pas « de proposer des explications aux faits sociaux observés, mais plutôt d'articuler une question (celle du rapport entre conflit, violence et pouvoir) à une certaine façon de décrire la réalité » (p. 16).

Haut de page

Notes

1   Cité par l'auteur (p. 11). Michel Foucault, « Il faut défendre la société ». Cours au Collège de France (1975-1976), Paris, Gallimard-Seuil-Éditions de l'EHESS, Collections « Hautes Étuds », 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jonathan Chibois, « Michel Naepels, Conjurer la guerre. Violence et pouvoir à Houaïlou (Nouvelle-Calédonie) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11673

Haut de page

Rédacteur

Jonathan Chibois

Doctorant en anthropologie politique (IIAC-LAIOS/EHESS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page