Navigation – Plan du site

Hervé Terral, Figures(s) de l'Occitanie. XIXe-XXe siècles

Béatrice Mabilon-Bonfils
Figures(s) de l'Occitanie
Hervé Terral, Figures(s) de l'Occitanie. XIXe-XXe siècles, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2013, 260 p., ISBN : 978-2-336-29366-0.
Haut de page

Texte intégral

1À l’heure de la mondialisation, s'interroger sur les figures de l’Occitanie pourrait sembler anachronique. Nous soutenons au contraire que loin d’être un paradoxe les formes régionales replacent les appartenances dans le présent et ce d’autant plus -paradoxalement - dans un contexte mondialisé, au sens où l'implantation identitaire locale est aujourd'hui non pas en opposition mais participe, en un sens, de cette mondialisation. L’ouvrage du sociologue Hervé Terral vient à point nommé nous le rappeler. Il y questionne un espace cultuel et mental, l’Occitanie dans une toile complexe allant du local immédiat à l’espace-monde, à partir de ce que Claude Levistrauss nomme « le regard éloigné », « ce regard qui nécessite de se regarder soi-même de la façon dont les spectateurs vous regardent » (p. 11).

  • 1  Bruno Etienne, Suzuki Masaaki, Le retour du voyage en Orient, Paris, Entrelacs, 2007

2Anthropologue des religions et provençal, Bruno Etienne, avait de même montré dans Le Retour du voyage en Orient1 co-écrit avec un professeur japonais Suzuki Massaki, dans un regard croisé entre deux anthropologues, en quoi, pourquoi et comment, il est nécessaire d’appréhender de l’intérieur une autre civilisation pour mieux comprendre sa propre culture-civilisation. La question épistémologique posée par Hervé Terral dans son introduction repose sur deux assertions emboitées : rien n’est aussi près que ce qui est loin, mais rien n’est aussi loin que ce qui est près. Il faut s'interroger, bien que cela semble peu légitime à l’heure de la mondialisation et du triomphe apparent de l’universalisme planétaire, sur la question du relativisme culturel. L’universalisme est une sorte de prophétie auto-réalisatrice. N’a-t-il pas délégitimé, à travers l’uniformisation culturelle, l’objet même de la discussion et le sujet de la réflexion relativiste : l’existence de la différence et de l’Autre ? À quoi sert le relativisme culturel si le monde est devenu mondial ? Hervé Terral, revendique dans son introduction « de près et de loin » une décentration cognitive et la démarche « hétéro-réflexive » utiles aux sciences sociales… Car les régionalismes tout comme d’ailleurs aujourd'hui l’irruption du multiculturalisme sont politiquement peu légitimes, du fait de l’universalisme particulier de la nation française, dans une société multiconfessionnelle et pluriculturelle. « Les résistances des autres cultures ne sont pas perçues comme une forme de conflit entre des identités et des cultures particulières, mais comme les éléments d’un gigantesque conflit historique entre l’universel et les particularismes, dans lequel l’idée de peuples sans Histoire exprimerait justement leur incapacité à représenter l’universel » écrit-il.

3S’il existe une identité occitane, non au sens d’une construction figée et essentialiste, mais au sens où elle se définit précisément par son indétermination, son ouverture, son incomplétude constitutives, ce qui implique l’absence de tout fondement ultime définissable, réduit à des traits culturels figés – cette identité s’est nourrie des figures successives et des pensées diverses dont l’ouvrage passionnant d’Hervé Terral nous transmet les linéaments.

4Le livre est écrit dans une perspective socio-historique principalement, mais aussi interdisciplinaire. Les communications ou textes qui le constituent ont été donnés dans des contextes très divers : histoire littéraire, socio-linguistique, ethnologique - même si la plupart relèvent des « études occitanes » et peuvent s'inscrire dans les travaux de l'association internationale d'études occitanes (composée à 50% de chercheurs non-français). D'où par exemple des références assez fréquentes à la Catalogne, qui n'excluent pas, cela va de soi, la prégnance de Paris (comme le montre le texte « Pierre Patient (1860) : initiation révolutionnaire et névrose courtoise chez Léon Cladel) » (pp. 45-58).

5L’auteur se propose d'étudier un objet, cerné dans les années 1970 : en attestent les travaux de Le Roy Ladurie ou des sociologues comme Lebebvre et, moins connu, Yvon Bourdet, spécialiste de l'autogestion et auteur de L'éloge du patois ou l'itinéraire d'un occitan (Galilée, 1977), ou encore le numéro des Temps modernes sur « Les Minorités nationales » de 1972, conçu par Pierre Fougeyrolas. Cet objet est aujourd'hui un peu oublié alors que la question des « identités régionales » s'affirme avec force en Europe (Catalogne, Ecosse, Flandre, etc.) par delà les États-nations constitués, dans le cadre aussi de la globalisation (par exemple le texte de facture ethnographique sur la cérémonie de Dame Guiraude à Lavaur, 2008, en présence d'Indiens). Le chapitre consacré aux « Étrangers dans l’école et la cité – Carpentras entre différences, violences et paix sociales » (pp. 71-84) éclaire d’une dimension historique et sociologique une mémoire qui n’est pas sans effet sur la situation politique actuelle faite aux étranges étrangers. L’anamnèse collective est fondamentale à la construction du lien social et Terral nous y convie.

  • 2  Philippe Blanchet, Langues, cultures et identités régionales en Provence. La métaphore de l'aïoli, (...)
  • 3  Edouard Glissant, Poétique de la Relation - Poétique III, Paris, Gallimard, 1990.

6Il ne s’agit pas donc d'analyser les identités régionales comme un repli réactionnaire sur soi mais bien comme une diversalité au sens de Glissant (« une inscription dans le passé qui engendre une forme d'universalité née de la diversité ») et Hervé Terral questionne par exemple les Fabulous Trobadors (pp. 221-232), groupe de musique toulousain, fondé en 1987 dont le répertoire articule la déclamation de textes en langue toulousaine, en occitan, le folklore occitan et les rythmes du Nordeste du Brésil. L’identité collective passe par la langue : « la norme du français en Provence, [écrit Philippe Blanchet], est un français régional pratiqué selon des règles communicatives et culturelles provençales »2 et cela s’élargit à l’Occitanie ! En Provence elle passe aussi par la musique comme véhicule d’identités hybrides et des subjectivités. Il s’agit de créolisation, au sens de Glissant3 : un métissage d'arts ou de langages qui produit de l’inattendu, espace où la dispersion permet de se rassembler, où les chocs de culture, la disharmonie, le désordre, l'interférence deviennent créateurs. C'est la création d'une culture ouverte et inextricable, qui bouscule l'uniformisation des industries commerciales et médiatiques qui se manifeste là ; chez les Fabulous Trobadors, à Toulouse comme chez Iam ou Mino à Marseille. Au fond « au XXIe siècle, un provençal peut être (aussi) un musulman d’origine italienne » !! C’est ce qui fait l’unité et la diversité de la culture occitane.

Haut de page

Notes

1  Bruno Etienne, Suzuki Masaaki, Le retour du voyage en Orient, Paris, Entrelacs, 2007

2  Philippe Blanchet, Langues, cultures et identités régionales en Provence. La métaphore de l'aïoli, Paris, L’Harmattan, Espaces discursifs, 2002.

3  Edouard Glissant, Poétique de la Relation - Poétique III, Paris, Gallimard, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Mabilon-Bonfils, « Hervé Terral, Figures(s) de l'Occitanie. XIXe-XXe siècles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11682

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page