Navigation – Plan du site

Yannick Marec et Daniel Réguer (dir.), De l’hospice au domicile collectif : La vieillesse et ses prises en charge de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

Cécile Campergue
De l'hospice au domicile collectif
Yannick Marec, Daniel Reguer (dir.), De l'hospice au domicile collectif. La vieillesse et ses prises en charge de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, coll. « Histoire & Patrimoines », 2013, 568 p., Préf. G. Laroque, Postf. P. Bourdelais, ISBN : 978-2-87775-564-1.
Haut de page

Texte intégral

1Cette belle publication est le résultat d’une entreprise collective issue d’un colloque multidisciplinaire organisé les 29 et 30 janvier 2010 à Fécamp. Le présent volume prolonge l’ouvrage Accueillir ou soigner ? L’Hôpital et ses alternatives du Moyen Age à nos jours (Rouen, Purh, 2007). À l’heure où l’on vit de plus en plus vieux et où la prise en charge du grand âge pose de nombreuses questions, une trentaine d’auteurs, provenant de différents champs disciplinaires et professionnels (universitaires, médecins, etc.), s’interroge sur les aspects de la vieillesse et sa prise en charge dans des contextes variés, sans aucune prétention à l’exhaustivité. La richesse des contributions provient en partie de la diversité des points de vue exprimés ainsi que des terrains (alternances entre le global et le local, l’échelon national et international avec tout de même une focalisation sur la diversité des dispositifs et des situations observées à Fécamp) sur un sujet vaste et complexe : le lecteur y trouve des analyses historiques, juridiques, littéraires, sociologiques, patrimoniales et ethnologiques de la vieillesse en lien avec sa prise en charge médicale et sociale. La présentation synchronique et diachronique des contributions autour d’une thématique générale peut parfois dérouter mais elle permet de saisir les évolutions, les transformations et la permanence de débats toujours actuels.

2Composé de trois grandes parties, l’ouvrage, dont il faut souligner la densité (568 pages avec de belles illustrations), débute par une introduction générale et un prologue centré sur les représentations du vieillissement par les philosophes et écrivains (il faut noter un problème de double impression de textes sur plusieurs pages, ce qui rend la lecture laborieuse). L’âge, la mémoire, l’oubli, les processus d’apprentissage et de désapprentissage sont traités à partir des nouvelles de Zweig ou de Tchékhov tandis que la transmission, le désir et la grand-parentalité sont traités à partir des textes de Dianne Bates, Charlotte Herman ou Ermanno Detti.

3La première partie s’intéresse à la construction sociale de la vieillesse, notamment son institutionnalisation depuis la période postrévolutionnaire. La question des retraites et ses enjeux, si actuels, sont traités sous l’angle historique et juridique. La mise en place du système des retraites et celle des assurances sociales sont détaillées dans des contextes divers (loi de 1919 sur les retraites ouvrières en Espagne, dépenses sociales et financement du risque vieillesse en Normandie, assurance vieillesse des agriculteurs en France, etc.). Cette première partie présente finalement les modalités d’institutionnalisation de la vieillesse en deux siècles et rappelle que la question des pensions de retraites est une préoccupation depuis le début du XIXe siècle. Du « vieillard indigent » à la figure institutionnelle assistée par l’État et les communes (mêmes si toutes n’appliquent pas la loi), la vieillesse est peu à peu investie par l’État et par les caisses privées. Les questions récurrentes et complexes de la prise en charge financière de la vieillesse sont anciennes : elles concernent le degré d’intervention étatique et celle des assurances privées, du volontariat ou de l’obligation, de l’épargne individuelle ou la prévoyance collective, l’assistance ou l’assurance, la capitalisation ou la répartition, cela dans un contexte de monde du travail très diversifié.

4La deuxième partie se consacre à l’étude de la prise en charge des personnes âgées en hébergement collectif en passant de l’hospice aux hôpitaux du XVIIIe siècle. Auparavant, il existait des monastères, des couvents et des maisons hospitalières et la majorité des personnes âgées étaient dirigées dans les établissements hospitaliers de l’époque : les Hôtel-Dieu, les hôpitaux généraux et des petits hôpitaux polyvalents. Les conditions de vie dans ces institutions qui n’étaient pas conçues à cet usage (les termes de mouroirs, d’hospice, de prison sont couramment employés) sont nuancées car même si les conditions étaient mauvaises et peu enviables, on peut s’interroger sur le sort de nombre de vieux s’ils n’avaient pas été pris en charge dans ces établissements. Les maisons de retraite contemporaines s’offrent au regard de chercheurs travaillant sur les personnes âgées en institution : leur expérience entre mobilité réduite et mémoire longue est finement analysée, tout comme l’est le travail sur la mémoire d’une ethnologue - photographe. Parfois, l’espace de la personne âgée se réduit de la chambre au lit et questionne le rapport à l’environnement, matériel et humain. Les expériences au « pays de la vieillesse » recueillent la parole des « anciens » et se transforment en sauvegarde d’un patrimoine immatériel. L’architecture des lieux collectifs est aussi mise en exergue, notamment à travers l’exemple des « incurables de la maisonnée » à l’aide de plans, de croquis et de photographies, entre fonctionnalité et hygiénisme. La question du maintien à domicile, de la prise en charge familiale (corésidence) est également abordée.

5La troisième partie rend compte des politiques publiques et des représentations de la vieillesse et rappelle que celle-ci est toute relative. Être vieux n’est pas une donnée naturelle et même si l’Europe est un continent vieillissant, il n’en est pas de même partout. Le vieillissement est lié à l’augmentation de l’espérance de vie dont les inégalités témoignent de variations spectaculaires (dans certains pays africains, elle se situe entre 40 et 50 ans). La prise en charge du grand âge est analysée à travers la gériatrie et ses débats internes, la gérontologie et ses moyens pour venir en aide aux besoins de la personne âgée (les avancées technologiques et médicales à travers la robotique et la domotique face aux malades d’Alzheimer sont questionnées) et la prise en charge palliative, relativement récente, alors que 70 % des Français meurent encore à l’hôpital bien qu’ils préfèrent majoritairement mourir à domicile. Les institutions dédiées aux personnes âgées (maison de retraite, EPHAD) restent des dispositifs essentiels de la protection du grand âge malgré une volonté d’une prise en charge à domicile par les professionnels et la famille, pas toujours réaliste.

6Après une conclusion générale, on retrouve des documents complémentaires sur les grandes étapes et les faits marquants des politiques publiques de la vieillesse ainsi qu’un rappel historique que l’association Hôpital de Fécamp, hier et aujourd’hui. Le lecteur trouvera des contributions riches et de qualité sur ce qui est avant tout un « problème de société ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campergue, « Yannick Marec et Daniel Réguer (dir.), De l’hospice au domicile collectif : La vieillesse et ses prises en charge de la fin du XVIIIe siècle à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 juin 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11683

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page