Navigation – Plan du site

Cécile Carra, Béatrice Mabilon-Bonfils, Violences à l’école. Normes et professionnalités en questions

Ismail Ferhat
Violences à l’école
Cécile Carra, Béatrice Mabilon-Bonfils, Violences à l’école. Normes et professionnalités en questions, Arras, Artois Presses Université, coll. « Education et formation », 2012, 316 p., ISBN : 978-2-84832-166-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Claude Lelièvre, Francis Lech, Histoires vraies des violences à l’école, Paris : Fayard, 2007.

1Le présent ouvrage est le fruit d’un riche colloque international, intitulé « Violences à l’école. Normes et professionnalités en questions », tenu les 14 et 15 décembre 2011 à l’Université d’Artois. Le sujet, les deux directrices des actes le rappellent, est à la fois d’actualité et source de débats. En effet, comme le rappelle la professeure de sociologie Cécile Carra, « la question des violences scolaires est plus que jamais mise à l’agenda » (p. 7). Question anxiogène dans un système éducatif qui peut déjà l’être, les violences à l’école focalisent les tensions qui traversent l’institution scolaire. Evitement et ghettoïsation de certains établissements, thème de la « souffrance à l’école », harcèlement « traditionnel » et « numérique », manque de confiance, elles sont au carrefour de ce qu’il souvent convenu - dans tous les sens du terme - de qualifier de « crise de l’école ». Les trois dernières décennies ont vu l’amplification de la place médiatique des violences scolaires, désormais phénomène spécifique dans le système éducatif1.

2Au moment de la tenue du colloque, l’actualité est d’autant plus brûlante que le Ministère de l’Education nationale avait organisé à la Sorbonne, les 7 et 8 avril, les « Etats généraux de la sécurité à l'école ». La question de la lutte contre l’absentéisme et les intrusions dans les établissements avaient plus particulièrement pesé sur le débat. L’emprise de la violence scolaire ne se limite pas aux politiques publiques. La culture populaire, notamment via le cinéma, s’est saisie de la question de la violence à/et autour de l’école : on peut penser notamment au terrible Después De Lucia, du Mexicain Michel Franco, décrivant la descente aux enfers d’une élève devenue souffre-douleur. La violence scolaire n’est plus présentée sous la forme du chahut potache - alors que le chahut au sens traditionnel n’était pas anodin précisément - ou la bagarre d’écoliers ou de collégiens tel que La Guerre des Boutons ou le Petit Nicolas pouvaient l’illustrer. Elle est présentée comme un fait grave, pouvant aller jusqu’au harcèlement, l’isolement, les blessures physiques voire dans des drames exceptionnels, la mort.

3Cette place accrue des violences scolaires dans le débat public est liée à une triple matrice, qui peut être repérée au travers de différentes contributions de participants au colloque. D’une part, relèvent les chercheurs Olivier Meunier et Sébastien Pesce (p. 95), la définition est par nature extensive, puisqu’elle englobe dans le langage et dans la cognition toute violence qui concerne de près ou de loin l’école. Ainsi, le « cyber-harcèlement », qui par nature est dématérialisé et se pratique majoritairement hors des locaux scolaires, est néanmoins rangé comme une des violences à l’école. Dès lors, le périmètre est bien plus étendu que celui, limité temporellement et physiquement, de la classe scolaire.

4D’autre part, relève Cécile Carra, la pression sans cesse accrue du benchmarking, des évaluations et des systèmes éducatifs favorise la circulation des concepts. L’enquête de Roberto Gonzalz et Adelina Arredondo sur la genèse de l’usage de la violence scolaire au Mexique (pp.51-66) est de ce point de vue passionnant sur la manière dont la notion traverse les frontières et les sociétés les plus diverses. En effet, le cas mexicain, marqué par une violence dramatique depuis les années 2000, montre que la sensibilité aux violences scolaires est indépendante du taux de criminalité en tant que tel et qu’elle traduit les angoisses et les tensions du corps social lui-même dans son rapport à l’école.

5Enfin, et le texte de Rémi Casanova (pp. 228-229) est passionnant sur le sujet, le succès du terme de « violences scolaires » est tel que l’interrogation même sur celui-ci est rendue difficile. Et pourtant, les actes du colloque sont eux-mêmes le lieu d’une polysémie marquée : « violences scolaires » au pluriel ou « violence scolaire » au singulier, « violences à l’école », « violence de l’école », « violence dans l’institution »… La qualification elle-même est un enjeu qui dépasse de loin le simple débat scientifique, tant les enjeux (politique, médiatique, politiques éducatives, social, culturel) sont lourds. Dans le même temps, la pluralité des désignations des violences scolaires reflète la difficulté à fixer une frontière (à supposer qu’il en existe une) entre ce qui relève de celles-ci et ce qui ne relève pas de cette catégorie.

6L’ouvrage fait le pari de l’interdisciplinarité : historiens, sociologues, politistes, philosophes interviennent pour proposer une lecture tout aussi plurielle que l’est le sujet. On prendra le parti de renvoyer, pour « commencer » l’ouvrage, à la réflexion originale et féconde d’Erick Prairat sur la norme, l’institution et la professionnalité (pp. 263-272). En effet, l’école, comme institution, est le lieu d’une continuité (territoriale, professionnelle, légale, égalitaire, savante…), qui est assurée par la norme. Ce caractère régulateur de la norme est fondamental pour l’institution, tant il renvoie à la stabilité mais aussi à la confiance qu’elle inspire. Or, que faire quand cette norme est remise en cause ? Cette analyse originale permet de souligner en quoi les violences scolaires sont précisément perturbatrices. Pour la victime, elle affecte le sentiment de justice, voire de confiance dans l’école. Pour le responsable, elle introduit une situation de rupture. Pour l’institution, elle constitue une crise de légitimité, mais aussi de fonctionnement.

7Dès lors, comment organiser la réflexion sur la violence ? Le colloque propose trois axes de réflexion globaux, tous aussi riches que multidisciplinaires et comparatives. Le premier axe est le passage des violences scolaires comme construction sociale à celui d’objet scientifique. Un second axe s’intéresse au sujet comme le révélateur des tensions entre sociabilités et normes au sein de l’institution scolaire. Enfin, un troisième axe s’intéresse aux présupposées des « politiques de prévention » et des « bonnes pratiques » mobilisées de manière croissante contre les violences scolaires.

8Concluant l’ouvrage (pp. 273-292), Béatrice Mabilon-Bonfils souligne les usages sociaux et politiques de la notion de violences scolaires. En effet, celles-ci peuvent être tout aussi bien mobilisées pour encenser et mythifier « l’école d’antan », que pour expliquer le « malaise enseignant » (autre terme récurent du discours éducatif), au détriment d’ailleurs de la souffrance des élèves eux-mêmes. Les clivages, souligne-t-elle, ne sont pas de nature gauche/droite d’ailleurs, tant les lectures et les enjeux sont complexes et que les positionnements échappent aux lignes politiques traditionnelles. Ainsi, la demande d’une « restauration » de l’école peut exister aussi bien à droite qu’à gauche.

9Il peut être ajouté pour conclure que les violences scolaires ont un effet souvent concret sur le système éducatif. En effet, bon nombre de phénomènes (par exemple la place révélatrice de la « carte scolaire » dans le débat éducatif, les mobilités enseignantes, le déclin démographique de certains établissements, l’absentéisme) sont partiellement liés à l’appréhension par les usagers, les parents et les personnels de « tomber » dans un établissement considéré comme violent. C’est dans de larges secteurs de la société française qu’irradie désormais la peur des violences scolaires, alors même que celles-ci tendent à se concentrer de plus en plus dans une poignée d’établissements depuis les années 2000. Cet ultime paradoxe renforce la réflexion des deux coordinatrices de ce très riche colloque : le sujet des violences scolaires reste décidément tout aussi ouvert que conflictuel.

Haut de page

Notes

1  Claude Lelièvre, Francis Lech, Histoires vraies des violences à l’école, Paris : Fayard, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ismail Ferhat, « Cécile Carra, Béatrice Mabilon-Bonfils, Violences à l’école. Normes et professionnalités en questions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 juin 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11684

Haut de page

Rédacteur

Ismail Ferhat

Enseignant d’histoire-géographie, Académie de Créteil, doctorant au CHSP/Sciences-Po

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page