Navigation – Plan du site

Pierre France, « Faire des Sciences Sociales du Politique », Politix, n°100, 2013

Pierre France
Faire des sciences sociales du politique
« Faire des sciences sociales du politique », Politix, Revue des sciences sociales du politique, n° 100, 2013, 262 p., Paris, ISBN : 9782804175832.
Haut de page

Texte intégral

1Fêtant 25 ans de publication, la rédaction de Politix a conçu un numéro anniversaire ambitieux qui croise à la fois histoire de la revue, courts articles méthodologiques et débats théoriques. Le numéro se présente ainsi comme un futur point de repère, alternant bilan des vingt-cinq années passées et projection dans l’avenir, et surtout dessinant en creux une tentative d’état des lieux de la Science politique francophone aujourd’hui. C’est à la fois un équilibre entre différentes visions de la Science Politique, celles de Michel Offerlé et de Pierre Favre notamment, et différentes générations (celle de ces deux figures, celle des fondateurs de Politix, à travers l’article de Jean-Louis Briquet et Frédéric Sawicki, et de jeunes chercheurs) et un numéro marqué par une ouverture vers des théories plutôt rares dans ses colonnes, la sociologie pragmatique, et des objets appelés peut-être à y prendre plus de place à l’avenir, l’international (Johanna Siméant) et la philosophie politique (Mathieu Hauchecorne).

2Le cœur du numéro est constitué de notes réflexives, courtes illustrations très complémentaires, montrant plusieurs manières d’utiliser, de croiser et de raffiner des méthodes. Centrés sur le terrain, ces articles rappellent tous à leur manière - selon le mot de Johanna Siméant - que la notion de terrain est parfois à prendre au sens littéral : la sociologie est alors autant un sport de combat qu’un sport de plein air. Chacun de ces articles s’appuie sur les recherches propres à leur auteur et vise à en faire partager plusieurs éléments saillants : souci de montrer la recherche en train de se faire, loin de toute rhétorique, comme un processus qui se construit pas à pas. Souci aussi de montrer les interactions entre les enquêtés, de montrer comment le terrain change les hypothèses de départ ou comment le cours de la recherche change le terrain et le rapport avec les enquêtés. La longueur moyenne de ces articles et leur aspect très concret pourra en faire des éléments très utiles, par exemple pour des cours de méthode, au même titre que les classiques type Beaud/Weber, Becker, ou la rubrique « savoir-faire » de la revue Genèses.

3Camille Hamidi aborde ainsi la question du passage du particulier au général, et de l’ethnographie à la théorie, à partir de sa recherche sur les associations de jeunes issus de l’immigration. Elle montre comment l’on « casse » un cas pour en faire autre chose, et explore la démarche comparatiste qui permet d’étendre la « pensée par cas » (chercher des cas négatifs, des cas similaires, des cas marginaux).

4Céline Braconnier montre pour sa part comment l’ethnographie de cas particuliers permet d’interroger les théories plus générales, basées sur des sondages, qui sont dominants dans le domaine de l’analyse de votes. Elle montre ainsi l’intérêt d’une analyse du caractère collectif de l’acte de vote, et l’importance de l’environnement (familial notamment).

5La démarche de Julian Mischi, de la même manière, consiste à interroger par l’ethnographie un sujet (la socialisation militante) d’habitude étudié avec d’autres méthodes. Son article aborde notamment en détail la question de l’« ethnographie collective » et des hasards du terrain, à partir de trois cas (militants communistes, chasseurs, cheminots).

6Johanna Siméant, en mobilisant plusieurs terrains (terrain sur les ONG, observation d’un Forum Social) pose la question des variations d’échelle, et celle des « points d’entrée » possibles d’un terrain comme l’international (organisations, trajectoires de personnes ou de biens, événements internationaux), démarche similaire à celle de Matthieu Hauchecorne sur la philosophie politique. Ce dernier, en décrivant le cours de sa recherche, montre comment les méthodes peuvent se croiser sur un objet comme le sien, mobilisant à la fois analyse de réseau, observations de sites (réels ou virtuels), archives, entretiens, pour reconstituer l’importation et les usages de John Rawls et des théories de la justice sociale.

7On est souvent loin dans ces articles de la recherche personnelle. Un grand nombre consiste en des « ethnographies collectives », recherches collectives, recherches en binôme, méthodes pour lesquelles ces compte-rendus réflexifs plaident avec force et qu’ils présentent comme étant une nouvelle norme dans la discipline. On est aussi très loin souvent de positions de recherche « pures », et les auteurs laissent apparaitre à dessein leurs positions de « semi-participants » (Siméant), parfois amenés à travailler avec les enquêtés autant que sur eux (Mischi).

8Plus généralement, si l’on considère cette rubrique « faire du terrain, penser par cas » dans sa totalité, elle illustre particulièrement bien une Science politique qui évolue aujourd’hui surtout à travers le terrain et la réflexivité de terrain, où l’ethnographie est devenue la méthode dominante qui permet d’interroger les théories et les autres méthodes.

  • 1 Favre Pierre, « Ce que les science studies font à la science politique », Revue Française de Scienc (...)

9« Réanimer des controverses », le titre de la deuxième rubrique de ce numéro, est un peu malheureux, et laisserait presque sous-entendre que celles-ci seraient à bout de souffle, mais les articles de cette rubrique mobilisent de fait des références qui font écho aux premiers débats de Politix, où déjà Pierre Bourdieu et la sociologie pragmatique étaient à l’honneur. D’ailleurs, la présence d’articles se réclamant de la sociologie pragmatique et de la sociologie des sciences (à travers les articles de Pierre Lagrange et Cyril Lemieux) n’est peut-être pas fortuite. C’est aussi le signe d’une volonté d’ouverture à ces sociologies (affirmée dès les premiers numéros, un peu moins présente depuis), qui contraste avec la politique de la Revue Française de Science Politique, récent théâtre d’un échange cinglant entre Bruno Latour et Pierre Favre1.

  • 2 L’article de Nicolas Mariot ne peut fait l’objet d’une analyse dans ce compte rendu, l’auteur étant (...)

10La rubrique rassemble trois articles consacrés à une même problématique, celle de l’analyse des croyances2. Pierre Lagrange et Cyril Lemieux plaident pour une réorientation radicale (et peut-être plus largement une réorientation des sciences sociales) vers la sociologie pragmatique. L’article de Cyril Lemieux sur le constructivisme pose une question peut-être essentielle aujourd’hui, « Peut-on ne pas être constructiviste ?», et souligne le risque que le constructivisme (dont Politix est l’une des revues phare) devienne un dogme. S’il plaide pour un constructivisme réflexif, où la notion d’épreuve serait centrale, l’important est avant tout qu’il pose un problème et amorce un futur débat. On notera surtout que le contraste entre cet article et les autres est très marqué (de part justement son absence de référence à un terrain), et semble nous ramener à une époque où les articles théoriques et programmatiques étaient plus habituels dans cette revue.

11De croyance et de construction sociale, enfin, il est aussi question dans l’article de Pierre Lagrange. Celui-ci plaide pour une étude non-exotique de la notion de croyance, où sciences et savoirs profanes seraient étudiés symétriquement. Il exemplifie en partie certaines des idées avancées par Cyril Lemieux, et montre la différence qui sépare la notion de construction sociale chez Bourdieu et Foucault, de celle avancée par la sociologie pragmatique et la sociologie des sciences.

  • 3 « Débat en forme de conclusion et d’ouverture », in Lagroye Jacques, Offerlé Michel (dir.), Sociolo (...)

12Finalement, l’un des grands intérêts de ce numéro anniversaire est d’être traversé par une réflexion sur les conditions sociales de création d’une revue. À travers sa première partie « retours sur l’histoire de Politix » consacrée intégralement à l’histoire de la revue, puis à travers le débat qui clôt l’ouvrage (et rappelle d’ailleurs un autre débat, tout aussi passionnant et très complémentaire, celui paru dans l’ouvrage Sociologie de l’institution3), se dessine un passionnant exercice d’histoire des sciences politiques et de sociologie des sciences. Il est frappant de découvrir par exemple comment la revue Politix a su bénéficier d’une conjoncture (où tous les fondateurs avaient une allocation de recherche), d’une avancée technologique (l’équipe de Politix utilise d’emblée l’informatique, ce qui permet à la revue d’être conçue plus facilement), et de la chance (un premier numéro sur les grèves étudiantes de 1986 qui sera très vite vendu en totalité, acheté... par les ex-grévistes eux-mêmes), conditions dont on doute effectivement, comme beaucoup des auteurs du numéro, qu’elles soient faciles à réitérer. La comparaison (dans le débat final) avec une revue elle aussi jeune, formée autour d’un groupe informel, elle aussi d’abord centrée sur une école (l’ENS Lyon), Tracés, est à ce titre particulièrement éclairante, tant elle fait ressortir les différences à 25 ans d’écart. De même, les comparaisons avec la revue Genèses (dans l’interview de Michel Offerlé) permettent de mieux comprendre le paysage des publications des années 80.

13On notera enfin que les petits traits d’humour et d’humeurs, qui parcourent ce numéro, le rendent d’une lecture très agréable, et font écho justement aux premiers numéros de la revue, très variés et marqués par un esprit quasi-«potache » (Briquet et Sawicki). On en trouve des échos dans la très vivante interview de Michel Offerlé (qui contient en plus une reproduction de la parodie « Pilotox » dont Politix avait été l'objet à ses débuts), ou encore à travers les lettres très sèches échangées dans les années 90 avec Bertrand Badie (manière de rappeler plus globalement les oppositions avec l’IEP de Paris) reproduites dans l’article de Briquet et Sawicki.

Haut de page

Notes

1 Favre Pierre, « Ce que les science studies font à la science politique », Revue Française de Science Politique, Vol. 58, n°5, 2008

2 L’article de Nicolas Mariot ne peut fait l’objet d’une analyse dans ce compte rendu, l’auteur étant membre du comité de rédaction de la revue Lectures.

3 « Débat en forme de conclusion et d’ouverture », in Lagroye Jacques, Offerlé Michel (dir.), Sociologie de l’Institution, Paris, Belin, 2012

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre France, « Pierre France, « Faire des Sciences Sociales du Politique », Politix, n°100, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 06 juin 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11686

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page