Navigation – Plan du site
Littérature et anthropologie

Littérature et anthropologie

Silvia Disegni, Michela Lo Feudo (dir.), « Littérature et anthropologie », Recherches & Travaux, n°82, 2013, Grenoble, ELLUG, ISBN : 9782843102486.
Notice publiée le 07 juin 2013

Présentation de l'éditeur

Au moment où se multiplient les questionnements sur les relations entre littérature et anthropologie, ce numéro réunit des chercheurs italiens et français relevant des deux disciplines. Sans masquer les différences méthodologiques ou culturelles, il s'agit d’interroger en commun un objet complexe qui nécessite différentes approches. C’est pourquoi les contributions proposent aussi bien des réflexions théoriques que des études particulières. De l’ethnographe écrivain (Lévi-Strauss) à l’écrivain ethnologue (Leiris), des romanciers réalistes et naturalistes français à Élie Wiesel et François Le Bon, de Verga à Lampedusa, le discours anthropologique et le discours littéraire dialoguent, se croisent et parfois se rejoignent.

 

Silvia Disegni, « Avant-propos »

Questions générales

Daniel Fabre, « Le dernier des guépards : que partagent l'anthropologie et la littérature ? » ;

Marie Scarpa, « De l'ethnologie de la littérature à l'ethnocritique » ;

Romano Luperini, « Littérature, anthropologie et critique thématique » ;

Le vécu et la narration

Vincent Debaene, « Les deux livres de l'ethnographe. Ethnologie et littérature en France entre 1930 et 1955 » ;

Alberto Sobrero, « Raconter des histoires est une chose sérieuse : L'Afrique fantôme de Michel Leiris » ;

Études de cas

Michela Lo Feudo, « Réalisme et 'autre de l'art’ dans les Contes de Champfleury » ;

Jean-Marie Privat, « Ethnocritique d’une fameuse casquette » ;

Silvia Disegni, « Croyances et superstition chez les Goncourt : romanciers et/ou ethnologues » ;

Gilles Bonnet, « Cet avalement ritualisé des morts ou comment peut-on être chamane ?  Sur L’Enterrement de François Bon »

Thèmes et mythes

Carlo Donà, « La puella venenata entre littérature et anthropologie » ;

Marcello Massenzio, « L’éternelle contemporanéité du passé (à propos d’Elie Wiesel) ».

Haut de page