Navigation – Plan du site

Erving Goffman, Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements

Lilian Mathieu
Comment se conduire dans les lieux publics
Erving Goffman, Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l'organisation sociale des rassemblements, Paris, Economica, coll. « Études sociologiques », 2013, 308 p., Trad. et postf. Daniel Céfaï, ISBN : 9782717864410.
Haut de page

Texte intégral

1Comment se conduire dans les lieux publics est la traduction française de Behavior in Public Places, publié par Erving Goffman en 1963. Seul son troisième chapitre avait jusqu’à présent été traduit (dans La Nouvelle communication, dirigé par Yves Winkin et publié au Seuil en 1981). Il aura donc fallu attendre cinquante ans — et les efforts de Daniel Cefaï qui en a assuré la traduction et rédigé la postface — pour qu’un lectorat francophone puisse enfin y accéder.

2Cette publication opportune permet d’y voir un peu plus clair dans l’œuvre de Goffman, dont les travaux ont fait l’objet d’une entreprise de traduction quelque peu désordonnée et devenue au fil des ans de plus en plus erratique. C’est sous l’égide de Pierre Bourdieu (plus précisément de sa collection « Le Sens commun » aux éditions de Minuit et d’Actes de la recherche en sciences sociales) que l’impulsion décisive a été lancée au tournant des années 1960 et 1970, via les traductions successives d’Asiles (1968), des deux tomes de La Mise en scène de la vie quotidienne (1973), des Rites d’interaction (1974) ou encore de Stigmate (1975), accompagnées par la traduction des articles importants sur la ritualisation de la féminité (1977) et, plus tardivement, sur les comportements linguistiques (repris dans Façons de parler en 1987, Minuit). S’y sont ensuite ajoutées les publications des Moments et leurs hommes (recueil préparé par Yves Winkin paru en 1988, en coédition Seuil-Minuit) et des Cadres de l’expérience (Minuit, 1991, dont la traduction a été dirigée par Isaac Joseph), auxquels s’ajoutent les actes, contenant deux textes de Goffman, du colloque de Cerisy consacré à la réception de son œuvre en France (Le Parler frais d’Erving Goffman, dirigé par Robert Castel, Jacques Cosnier et Isaac Joseph, Minuit, 1989) et, enfin, la publication en volume de l’article de 1977 sur La Ritualisation de la féminité (La Dispute, 2002). La traduction de Comment se conduire dans les lieux publics ne parachève pas la traduction de l’œuvre de Goffman — Strategic Interaction (University of Pennsylvania Press, 1969), pourtant des plus originaux et stimulants, n’est toujours pas disponible en français — mais permet de mieux comprendre son évolution.

3La publication originale de Comment se conduire dans les lieux publics intervient après que Goffman a publié ses principaux ouvrages consacrés à la déviance (Asiles et Stigmates, parus respectivement en 1961 et 1963) et avant que paraissent ses principales contributions à l’étude des interactions sociales (les versions originales des Rites d’interaction et des Relations en public sont publiées en 1967 et 1971). Comment se conduire dans les lieux publics, dont le propos s’appuie tant sur les observations réalisées par Goffman dans l’hôpital psychiatrique qui a constitué le terrain d’Asiles que sur des traités de savoir-vivre ou des anecdotes rapportées dans la presse, pourrait dès lors apparaître comme un ouvrage de transition entre deux domaines de préoccupations, celui de la gestion sociale des comportements ou identités déviants et celui de l’ordre des rencontres de la vie quotidienne.

  • 1 Cette confrontation est particulièrement développée dans le dernier chapitre de l’ouvrage, « Le sen (...)

4Tel n’est pas le cas, en premier lieu parce que l’intérêt pour les rencontres de face à face est présent dès la thèse de doctorat de Goffman (soutenue en 1953), qui consiste comme on sait en une ethnographie de la vie sociale d’un village insulaire écossais. Ensuite et surtout parce que la déviance ou la folie sont ici mobilisées comme des révélateurs de contraintes situationnelles qui vont de soi pour les membres « normaux » de la société. L’ouvrage engage, à ce titre, une confrontation avec la psychiatrie en suggérant que ce n’est pas tant la personnalité du fou qui explique la bizarrerie de sa conduite que l’écart entre celle-ci et les exigences de la situation : « l’étude psychiatrique des impropriétés situationnelles s’est focalisée sur le contrevenant, plutôt que sur les règles qui auraient été transgressées ou les cercles sociaux qui auraient été offensés » (p. 5)1 — or ce sont précisément ces règles, tellement prégnantes qu’elles restent le plus souvent inaperçues dans le flux de la vie quotidienne, que Goffman prend pour objet.

5Le livre complète donc l’étude des interactions en face à face qui aura en fait intéressé Goffman tout au long de sa carrière, et il annonce déjà la synthèse qu’il en livrera près de vingt ans plus tard dans l’un de ses tous derniers textes, « L’ordre de l’interaction » (repris dans Les Moments et leurs hommes). Sa spécificité réside dans l’insistance portée au caractère public de ces interactions et sur l’effort définitionnel qui l’anime. C’est en effet la coprésence physique — et donc le fait que le comportement de chacun livre une information aux autres — qui caractérise les interactions immédiates et les soumet à un ordre social spécifique. Les « rassemblements » issus de la réunion de deux personnes ou plus leur imposent en effet de « s’ajuster à la situation et de se fondre en elle » (p. 13). Plus précisément, cette situation induit un contrôle mutuel entre les membres des rassemblements qui, lorsqu’ils sont réunis pour une « occasion sociale » particulière (une affaire ou une entreprise commune qui les amène à interagir en commun), doivent se conformer à son « éthos », autrement dit à « un esprit, une structure émotionnelle, qui doivent être convenablement créés, instaurés et soutenus pour durer — les participants devant se sentir pris par l’occasion, quels que soient leurs sentiments personnels » (p. 19). Chaque interaction est, en d’autres termes, régie par un ensemble de règles opérantes (spécialement en matière de contrôle de soi et de diffusion de l’information) découlant de ses « propriétés situationnelles », et c’est l’incapacité ou le refus manifestes de s’y soumettre qui induisent la déviance ou le diagnostic de folie.

6Tous les manquements aux propriétés situationnelles ne font cependant pas l’objet de diagnostics ou sanctions aussi graves. L’étude des formes de l’engagement dans l’interaction permet à Goffman d’étudier la diversité des signes expressifs qui permettent de mesurer le degré d’intérêt et d’investissement (ou à l’inverse de dédain ou de distance) dans une situation : un « engagement principal » (comme prendre part à une discussion) n’est pas incompatible avec des engagements « secondaires » ou « latéraux » (tels que fumer ou écouter une radio en arrière-fond) mais devient plus délicat dans les cas d’« absences » (comme l’élève qui rêvasse au fond de la classe) voire d’« engagements occultes ». De tels enjeux ont bien évidemment à voir avec les règles de politesse et l’on retrouve ici la notion de face que Goffman développera plus largement dans Les Rites d’interaction. L’ouvrage nous rappelle combien l’adoption d’une conduite appropriée est souvent des plus délicates, et qu’une même attitude (d’« inattention civile », par exemple) peut, dans certaines circonstances, être ressentie comme particulièrement violente (lorsque l’individu a le sentiment d’être traité comme une « non-personne », cf. p. 74). Les marques d’accessibilité, les manières de prendre congé, les signes de reconnaissance accordée ou refusée, la sollicitation des interactions avec des inconnus, les marques de l’inattention et du non-engagement, la régulation de l’interaction et sa clôture, l’adoption d’une conduite stricte ou au contraire relâchée… sont soumis à un examen minutieux et leurs formes ordinaires comme celles qui le sont moins (rencontres dans le milieu homosexuel, racolage discret de ses clients par une prostituée de rue…) sont abordées à l’appui d’une dense matière documentaire.

7La sociologie de Goffman révèle ici tout son potentiel pour une microsociologie des relations de pouvoir : ce sont des rapports d’inégalité, de domination et parfois d’oppression qui se révèlent dans les interactions lorsque certains protagonistes s’autorisent à manifester en situation, et en usant des règles socialement partagées de l’interaction, tout le mépris qu’ils ressentent pour d’autres (spécialement, dans l’ouvrage, les Noirs et les femmes). Ainsi que le remarque Daniel Cefaï dans sa postface, la sociologie de Goffman n’est pas aussi consensuelle qu’on a parfois voulu le dire ; elle est au contraire pleinement politique par sa capacité à faire ressortir comment la domination s’actualise et s’entretient en situation.

8Cette postface a en outre le mérite d’éclairer Comment se conduire dans les lieux publics en le situant dans son contexte intellectuel d’élaboration, et de pointer les rapports qu’il entretient avec les travaux proches (pas tous inscrits dans la tradition interactionniste) élaborés par les sociologues américains du début des années 1960. Il fournit également de très utiles éléments sur la place que l’ouvrage occupe dans l’œuvre de Goffman. On regrettera cependant le choix malencontreux de ne citer en référence que les éditions originales des autres travaux de l’auteur sans mentionner leurs traductions françaises, ce ne peut que perdre encore davantage le lecteur francophone au sein d’un ensemble éditorial dont on a déjà mentionné la désorganisation.

9La raison du retard de la traduction de cet ouvrage tient peut-être à son aspect synthétique, à sa position en quelque sorte à l’entrecroisement des questionnements structurants de l’œuvre de Goffman et auxquels il a consacré des ouvrages spécifiques. On y retrouve en effet les questions de folie et de déviance (traitées plus en profondeur dans Asiles et Stigmate), l’étude des contraintes que fait peser l’ordre de l’interaction sur ses protagonistes (Les Rites d’interaction, La Mise en scène de la vie quotidienne), les enjeux de la communication (Strategic Interaction, Façons de parler) ainsi que, dans une moindre mesure, les rapports entre les sexes (L’Arrangement des sexes) ou la manière de donner une signification pertinente aux situations dans lesquelles on s’engage (Les Cadres de l’expérience). S’il a peut-être découragé les éditeurs, ce caractère synthétique ne réduit en rien l’intérêt de ce livre, tout aussi essentiel que les autres de Goffman, et l’on ne peut que se féliciter qu’il soit — enfin ! — accessible au lectorat francophone.

Haut de page

Notes

1 Cette confrontation est particulièrement développée dans le dernier chapitre de l’ouvrage, « Le sens symptomatique des impropriétés situationnelles ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Erving Goffman, Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 07 juin 2013, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11694

Haut de page

Rédacteur

Lilian Mathieu

Directeur de recherche au CNRS, membre du Centre Max Weber à l’ENS de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page