Navigation – Plan du site

Georges Bensoussan, Paul Dietschy, Caroline François, Hubert Strouk (dir.), Sport, corps et sociétés de masse. Le projet d'un homme nouveau

Igor Martinache
Sport, corps et sociétés de masse
Georges Bensoussan, Paul Dietschy, Caroline François, Hubert Strouk (dir.), Sport, corps et sociétés de masse. Le projet d'un homme nouveau, Armand Colin, coll. « Recherches », 2012, 280 p., ISBN : 978-2-200-27733-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Dans Qu’est-ce que la sociologie ?, Paris, Pocket, 1993.
  • 2  Voir son ouvrage co-écrit avec Eric Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, (...)
  • 3  Voir son dyptique paradoxalement publié en...1939 : La Dynamique de l’Occident, Paris, Pocket, 197 (...)
  • 4  Parmi leurs nombreux écrits, on peut renvoyer à la revue Quel corps ? : http://www.quelsport.org
  • 5  Voir notamment Jean-Marie Brohm, Pierre de Coubertin, le seigneur des anneaux. Aux fondements de l (...)
  • 6  Voir Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Po (...)

1En dépit — ou peut-être justement à cause — de sa place sociale grandissante tant comme pratique que comme spectacle, le sport demeure entouré de nombreux mythes. Ce n’est pourtant pas faute pour les sciences sociales de les avoir chassés, pour reprendre l'expression heureuse de Norbert Elias1, qui a justement lui-même entre autres rappelé la relative nouveauté du sport moderne, en tant que système de compétitions étroitement codifié2. Il en faisait ainsi un terrain majeur d'application de sa théorie du procès de civilisation, suivant lequel la construction des États-nations s'était accompagnée d'un refoulement croissant des pulsions violentes3. À l'opposé de ce dernier, les tenants de la critique radicale du sport, se revendiquant d'un double héritage marxiste et freudien, considèrent au contraire le sport moderne comme étant par essence un cheval de Troie de la domination capitaliste et machiste, facteur d'aliénation et de violences4. Ces derniers se sont notamment employés à démystifier la figure encore largement mise en avant du baron Pierre de Coubertin, dont les convictions élitistes, racistes et sexistes sont bien éloignées du slogan « l'important est de participer » que l'on continue à lui associer5, et mettent en avant les instrumentalisations politiques du sport par les régimes totalitaires et dictatoriaux d'hier et d'aujourd'hui. Ces deux positions polaires ont au moins le mérite de rappeler que le sport est bel et bien traversé d'enjeux politiques profonds contrairement à l'aura d'apolitisme qu'entretiennent soigneusement les dirigeants des institutions encadrant ce dernier afin de préserver leur propre influence en la dissimulant6.

  • 7  Voir notamment Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.
  • 8  Et dont le site Internet reste accessible bien que l'exposition soit elle-même achevée depuis plus (...)
  • 9  Au sens où les différents secteurs de la vie sociale sont particulièrement décloisonnés, favorisan (...)

2Les gouvernants ont depuis l'âge classique au moins bien compris l'enjeu de discipliner les corps afin de contrôler les esprits7, et les régimes à prétention totalitaire ont ainsi accordé une attention importante au sport. La chose est connue, mais les amalgames restent cependant nombreux et le travail des historiens en la matière est encore loin d'être achevé. C'est ce que rappelle notamment cet ouvrage, lui-même issu d'un colloque organisé en novembre 2011 par le Mémorial de la Shoah et le Centre d'histoire de Sciences-po, à l'occasion de l'exposition consacrée au « sport européen à l'heure du nazisme »8. Les différentes contributions qui y sont réunies permettent ainsi de rompre avec une vision trop binaire consistant à faire du sport un support intrinsèque d'aliénation ou au contraire d'émancipation, en montrant des formes d'appropriation très contrastées de ce dernier durant ces décennies 1930-1940 marquées par une conjoncture politique particulièrement fluide9.

  • 10  Voir Howard Becker, Outsiders, Paris, Métaillié, 1985 [1ère éd. : 1963].

3Si les entreprises totalitaires se sont notamment caractérisées par leur ambition de bâtir un « homme nouveau » régénéré, on retrouve en fait le même projet au sein du mouvement sioniste dès son origine, comme le montrent les premières contributions de l'ouvrage. Georges Bensoussan montre ainsi le primat accordé au développement du corps porté par divers entrepreneurs de morale10, soucieux de rompre avec l'image du « Juif cérébral », cet intellectuel chétif éloigné de toute activité corporelle, et estimant surtout que le travail manuel et les activités physiques et sportives constituaient un levier essentiel de désaliénation. Jeffrey Rack montre plus particulièrement l'intégration ambiguë des athlètes juifs immigrés aux États-Unis durant l'entre-deux-guerres, rappelant au passage combien cette société était elle aussi imprégnée d'antisémitisme à cette époque. Enfin Jack Jacobs compare pour sa part deux mouvements sportifs ouvriers juifs en Pologne dans les années 1920 et 1930, le Shtern et le Morgnsthern, pour montrer les dilemmes tactiques, entre radicalité et ouverture, se posant plus généralement aux organisations ouvrières dans la construction d'une société socialiste.

4Autre idée reçue tenace que contribue à battre en brèche l'angle sportif : celle d'une discontinuité radicale entre les régimes autoritaires et les périodes précédentes ou ultérieures. Paul Dietschy montre ainsi que si le régime fasciste en Italie a, dès sa prise de pouvoir en 1925, placé sous tutelle les organisations sportives et marqué sa volonté de politiser totalement ces dernières, il s'est en fait largement inscrit dans ce domaine dans la lignée d'une « sportivisation » entamée plus tôt et a notamment échoué dans sa volonté de soustraire les Italiens de leur passion déjà marquée pour les spectacles footballistiques et cyclistes. De même, rappelle-t-il, loin de la valorisation de la force et de la vitesse, l'une des disciplines phares du Dopolavoro était en fait le jeu de bocce, sorte de cousin des boules lyonnaises. Fabien Archambault montre pour sa part que la chute du régime fasciste n'a pas entraîné de réorganisation profonde dans le sport, le comité olympique national — le fameux CONI, après un processus de transition en trompe-l'œil au lendemain de la guerre, conservant notamment une mainmise inchangée sur ce dernier jusqu'à aujourd'hui. Il en est allé de même, toujours dans l'olympisme, avec les trois présidents successifs du Comité International Olympique (CIO) après Coubertin, le Belge Henri Baillet de Latour, le Suédois Sigfrid Edström et l'Étatsunien Avery Brundage, dont Patrick Clastres met bien en évidence à partir notamment de leurs correspondances privées, la sympathie complaisante pour le régime nazi accompagné parfois d'un anticommunisme virulent, derrière la façade de « neutralité » affichée.

5Souvent hâtivement rassemblés derrière la même étiquette de totalitaires, les régimes emmenés par Mussolini, Hitler ou Staline, présentent en réalité de profondes divergences dans leur fonctionnement concret, ce qui s'illustre une fois encore sur le terrain du sport. Le Duce par exemple n'hésite pas à mettre son propre corps en spectacle, comme le montre de son côté Daniele Marchesini, le posant en métaphore vivante du corps des Italiens, ce qui le distingue des autres autocrates européens. Soucieux lui aussi de régénérer la « race » allemande par le sport, Hitler préfère pour sa part exalter un prétendu héritage de la Grèce antique en la matière, que les archéologues étaient sommés de mettre en scène aux côtés d’artistes comme la cinéaste Leni Riefenstahl, ainsi que le montre Johan Chapoutot, rappelant également que dans l'esprit du Führer, le sport avait bien la guerre pour principe comme pour finalité. Sylvain Dufraisse revient ainsi sur les spécificités du modèle d'homme nouveau soviétique et la manière dont celui-ci était incarné par le champion sportif dans l'Union soviétique stalinienne, tandis qu’Yves Léonard montre pour sa part la relative distance de Salazar vis-à-vis du sport, et notamment du football, au Portugal, entendant davantage faire de cet espace un élément de sa politique d’ « éducation » de la société, qu’un instrument de propagande. Enfin, à travers la trajectoire des frères Starostin, fondateurs du club de football du Spartak Moscou, arrêtés en 1942 et envoyés au Goulag au motif de complot contre l’État, mais surtout sans doute pour leurs déviances « capitalistes » et peut-être plus encore pour avoir osé défier Beria, le très puissant chef de la police secrète, le NKVD, et vaincu son équipe fétiche du Dynamo Tblissi, Robert Edelman met en évidence les multiples « zones grises » caractérisant l’exercice du pouvoir stalinien, rompant avec la représentation du totalitarisme comme exécution mécanique d'un projet écrit d'avance.

6De même qu’il existe ainsi toujours un écart entre les intentions d’un émetteur, le contenu de son message et sa réception par les publics, en dépit des objectifs affichés, le sport est loin d’avoir été totalement inféodé par les dictatures de masse. Revenant sur la querelle des historiens allemands du football éclatée en 2006 et concernant l'implication de la fédération et des clubs dans les politiques du IIIe Reich, notamment vis-à-vis des Juifs, Ulrich Pfeil montre des pratiques contrastées selon les clubs tenant notamment au statut ambigu laissé à ce sport par le régime, entre outil de propagande et espace de divertissement. Le sport a ainsi pu servir d’espace de résistance, et surtout montre combien la notion de sport elle-même nécessite d'être déconstruite, du fait des attitudes et comportements très contrastés qu’elle recouvre. À la suite de Martin Broszat, on peut notamment distinguer la Widerstand, résistance active et organisée au nazisme, et la Resistenz, qui désigne des pratiques de désobéissance quotidiennes manifestant une réticence au régime sans portée politique affichée, et l'on retrouve cette dernière de la part de certains « champions » que le régime nazi souhaitait pourtant instrumentaliser, comme le cycliste Albert Richter et le boxeur Max Schmeling, tous deux allemands, dont Laura Fontana retrace la trajectoire. D’autres figures sont également présentées par Caroline François et Hubert Strouk pour illustrer la palette des attitudes possibles, tandis que Nicols Ksiss revient sur le réseau trop méconnu Sport libre mis en place par les communistes Auguste Delaune et Robert Mension en 1941 face aux errances des travaillistes ayant alors repris la main sur la principale organisation du sport ouvrier, la Fédération Sportive et Gymnique du Travail, alors significativement rebaptisée USSGT, tandis que Jean-François Muracciole traite de la place politique accordée au sport dans les projets de la résistance, à la fois ambitieuse et tiraillée entre volonté d'encadrement étatique et respect d'une autonomie « républicaine ».

7Ouvrant plus de chantiers qu'elles ne viennent en clore, les diverses contributions rassemblées dans cet ouvrage montrent ainsi toute l'ambivalence d'un phénomène social comme le sport moderne, et de ses entreprises d'instrumentalisation politiques, qui sont loin de se cantonner aux régimes totalitaires ou autoritaires. En témoigne la subordination actuelle des activités physiques et sportives aux politiques de santé ou de cohésion sociale en France comme ailleurs. Quoiqu'il en soit, l’ouvrage rappelle que loin de constituer un monde à part coupé du reste de la vie sociale, les activités physiques et sportives sont bel et bien porteuses d'enjeux politiques majeurs.

Haut de page

Notes

1  Dans Qu’est-ce que la sociologie ?, Paris, Pocket, 1993.

2  Voir son ouvrage co-écrit avec Eric Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994 [éd.originale : 1986].

3  Voir son dyptique paradoxalement publié en...1939 : La Dynamique de l’Occident, Paris, Pocket, 1975 et La Civilisation des mœurs, Paris, Pocket, 1974.

4  Parmi leurs nombreux écrits, on peut renvoyer à la revue Quel corps ? : http://www.quelsport.org

5  Voir notamment Jean-Marie Brohm, Pierre de Coubertin, le seigneur des anneaux. Aux fondements de l'olympisme, Paris, éditions Homnisphère, 2008.

6  Voir Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, 50, 2000, pp. 13-27.

7  Voir notamment Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

8  Et dont le site Internet reste accessible bien que l'exposition soit elle-même achevée depuis plus d'un an : http://sport.memorialdelashoah.org

9  Au sens où les différents secteurs de la vie sociale sont particulièrement décloisonnés, favorisant des transformations structurelles importantes, pour reprendre la notion proposée par Michel Dobry dans Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1992.

10  Voir Howard Becker, Outsiders, Paris, Métaillié, 1985 [1ère éd. : 1963].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Georges Bensoussan, Paul Dietschy, Caroline François, Hubert Strouk (dir.), Sport, corps et sociétés de masse. Le projet d'un homme nouveau », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11708

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page