Navigation – Plan du site

Christian de Montlibert, Enjeux et luttes dans le champ économique 1980 – 2010

Philippe Lorenzo
Enjeux et luttes dans le champ économique (1980-2010)
Christian de Montlibert, Enjeux et luttes dans le champ économique (1980-2010), L'Harmattan, coll. « Questions sociologiques », 2012, 306 p., ISBN : 978-2-336-00161-6.
Haut de page

Texte intégral

1Trois décennies d’analyse sociologique sur l’économie, c’est ce à quoi nous convie Christian de Montlibert dans un ouvrage qui alterne réflexion théorique et enquêtes de terrain.

2Son propos se structure en trois parties principales : un exposé sur l’émergence du néo-libéralisme et les stratégies de domination et de rationalisation des acteurs du champ économique, une analyse des nouvelles formes de contrôle social des salariés et enfin l’étude de la publicité comme investissement de capital social. On l’aura compris, l’analyse est d’une facture très bourdieusienne, car au-delà de la notion de « champ » qui renvoie explicitement à Bourdieu, les nombreuses références à ses écrits comme aux concepts de capital, capital culturel, capital symbolique, habitus, domination et violence symbolique comme réelle, quand ce n’est de reproduction, en font le lit.

  • 1  Bourdieu Pierre, Saint Martin Monique de, « Le Patronat », Actes de la recherche en sciences socia (...)
  • 2  Illiopoulou Catherine, Les cadres en Grèce : la formation d’un groupe social, UMB-Strasbourg 2003, (...)

3Le premier chapitre s’attache à analyser les structurations du champ économique à partir des exemples français et grec. Revenant sur l’opposition qu’avaient décrite Bourdieu et Saint-Martin en 1975 entre les entreprises dans le giron de l’État et les entreprises privées1, caractérisée principalement par des patrons d’État possédant un fort capital social et culturel, pour les premières, versus des patrons descendants de dynasties bourgeoises, pour les secondes, Montlibert montre que cette division était celle de la Grèce en 20012. D’autres contrastes s’y superposaient, comme ceux entre les activités tertiaires et industrielles, le style de management, l’accès au capital symbolique… Mais, en Grèce comme en France, les oppositions se marquent désormais par les parcours des dirigeants. Au clivage traditionnel entre ceux issus de la bourgeoisie d’affaires, de la « bourgeoisie » administrative et intellectuelle ou d’une formation technique - ingénieur -, issus d’une grande école ou de l’université, s’ajoute celui avec les cadres venus d’études de management, que la financiarisation actuelle de l’économie promeut aux plus hauts postes.

4Cette financiarisation induit aussi de nouvelles stratégies dans le champ économique. Le deuxième chapitre montre comment les stratégies des entreprises (pression sur l’État, production, accumulation et appropriation du capital, domination du marché, rationalisation de l’usage du capital technique et du capital humain, valorisation du capital symbolique) participent chacune pour leur part à maintenir le système de relations entre les positions dans le champ, voire à accroître leur domination, quand ce n’est pas à « enrôler » l’État pour servir leurs intérêts.

5Les deux chapitres suivants explorent des domaines particuliers de l’entreprise : l’informatisation et la rationalisation de la gestion du personnel. De la première démonstration, basée sur une enquête de la fin des années soixante-dix, on pourra mettre en exergue que l’entrée de l’informatique dans l’entreprise n’a pas été aussi simple qu’on pourrait l’imaginer aujourd’hui. Elle a connu un parcours erratique à l’intérieur même de l’entreprise, sans être nécessairement assise sur une pure décision de rationalité économique ou de transformations technologiques, cependant que son introduction en faisait un véhicule de domination. De la deuxième illustration, on retiendra que la gestion des ressources humaines se situe lui-aussi dans un rapport de domination, favorisant la « flexibilité » du travail et le versement de dividendes au détriment des salaires et retraites, d’une part, et ayant en projet la transformation de l’organisation sociale du travail en voulant substituer les salariés à une kyrielle « d’entrepreneurs ».

6Dans un cinquième chapitre, court, Montlibert fait de la publicité construite par les entreprises, un vecteur fort de constitution de leur capital symbolique, par des représentations positives d’elles-mêmes. Parmi les quelques cas qu’il présente de l’analyse de 149 publicités parues entre 1980 et 1985, on notera que Tétrapak se présente comme une « entreprise à caractère universel, humaniste, international et écologique » (p. 197) ou que Elf Aquitaine se veut être une « entreprise écologique, à rayonnement international, qui œuvre pour le bien de l’humanité » (p. 202). Là encore, il s’agit pour les entreprises d’une stratégie de domination pour conserver ou acquérir des parts de marché, laissant apparaître tensions et compétitions internes au champ économique. Mais, remarque l’auteur, cette stratégie ressort du registre magique : la publicité tente de nous faire accroire que le « monde concurrentiel, moderniste, « technologisé » » serait finalement le monde réel, réunissant objets de consommation et désirs humains. En cela, conclut-il, elle nous empêche de penser l’existence « d’un autre monde qui ne serait pas seulement fait de consommation ».

7Alors c’est l’objet du dernier chapitre que de détruire l’essence de ce qui n’est finalement qu’une croyance : une société composée d’individus dont l’intérêt détermine les conduites, optimisé par leur rationalité. S’il ne fallait lire que quelques pages sur les fondements de l’économie et de la pensée néo-libérale, c’est dans ce chapitre qu’il faudrait les y trouver. La diatribe est sans appel : «  l’économie, en fin de compte, repose bien peu sur la rationalité et beaucoup sur la croyance » (p. 253), «  (…) les stratégies économiques articulent des moyens (…) qui relèvent de quatre grandes catégories : la violence physique (…), la violence légale (…), la violence du marché (…), la violence symbolique (…). » (p. 257). Car, conclut Montlibert, en quelque trente ans, le champ économique a pris « du pouvoir sur les pouvoirs » (p. 279) et tout se soumet à son « emprise et surtout à son unique critère de fonctionnement : contribuer à la reproduction du capital » (p. 279). On laissera lire pour les détails.

Haut de page

Notes

1  Bourdieu Pierre, Saint Martin Monique de, « Le Patronat », Actes de la recherche en sciences sociales, 1978, n°20-21, pp. 1-82

2  Illiopoulou Catherine, Les cadres en Grèce : la formation d’un groupe social, UMB-Strasbourg 2003, thèse préparée sous la direction de Christian de Montlibert

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lorenzo, « Christian de Montlibert, Enjeux et luttes dans le champ économique 1980 – 2010 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 11 juin 2013, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11709

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page