Navigation – Plan du site

Jean-Paul Salles, Iveta Slavkova, Vincent Chambarlhac, L'art comme résistance. Eveil politique et engagement des artistes dans les années 1930

Lilian Mathieu
L'art comme résistance
« L'art comme résistance. Eveil politique et engagement des artistes dans les années 1930 », Dissidences, n° 9, 2010, 176 p., Le Bord de l'eau, EAN : 9782356870858.
Haut de page

Texte intégral

1Cette nouvelle livraison de la jeune revue Dissidences est toute entière consacrée à la manière dont, dans l'Europe des années 1930, l'art est devenu à la fois un enjeu politique de premier plan et l'un des principaux terrains de résistance à l'autoritarisme politique, et tout spécialement au fascisme et au stalinisme. Deux logiques s'entrecroisent en effet à l'époque, qui tendent et exacerbent considérablement les rapports entre art et politique. La première est l'effervescence créatrice qui marque la période, dont témoignent en particulier l'émergence de courants (les Progressistes de Cologne, par exemple, évoqués par Anastasia Simoniello) et débats (ceux autour du formalisme chez les peintres communistes allemands, traités par Jérôme Bazin) esthétiques ou le développement de nouvelles formes ou techniques artistiques, telles que le cinéma documentaire (abordé pour l'Angleterre par Elizabeth Fritz). Cette effervescence s'inscrit dans la continuité des avant-gardes esthétiques de la décennie précédente, et spécialement de Dada et du mouvement surréaliste, dont on retrouve ici plusieurs des figures majeures comme André Breton et André Masson (dont les dessins consacrés à la guerre d'Espagne sont étudiés par Camille Morando).

2La seconde logique, étroitement liée à la précédente, tient à l'étroite vigilance dont font preuve les pouvoirs à l'égard des expressions artistiques du temps. Les formes les plus explicites de contrôle ou de répression sont tout spécialement abordées au travers de contributions consacrées à l'Union soviétique et à la France. La première, de Gabrielle Chomentowski, s'intéresse à la manière dont les cinéastes Trauberg et Kozintsev ont, en 1931, à la fois suivi et subverti les directives idéologiques du Parti dans la réalisation de leur film Odna (Seule), imprégnant une œuvre de propagande d'une critique acerbe de la bureaucratisation. La seconde, de Léonor Delaunay, étudie au travers des archives policières la surveillance étroite à laquelle était soumis le théâtre militant, communiste et anticolonialiste, de la France des années 1930.

3Le terme de résistance constitue le principe unificateur de ce dossier : les artistes étudiés ont entrepris, par leurs œuvres mais aussi par leurs engagements concrets, de résister aux entreprises autoritaires et répressives de l'époque, non seulement pour sauvegarder leur indépendance de création mais aussi pour la défense d'un monde plus libre et égalitaire. Témoignent spécialement de cette démarche les contributions de Cécile Pichon-Bonin, de Jean-Daniel Olivieri et de Fabrice Flahutez. La première interroge cette notion de résistance dans le cas des peintres soviétiques des années 1920-1930, dont l'avant-gardisme post-révolutionnaire s'est progressivement trouvé confronté à l'imposition de normes esthétiques « prolétariennes », et dont les attitudes ont fluctué entre adaptation, concession, apathie, opportunisme et compromis. Le deuxième aborde la manière dont l'univers des revues esthétiques et intellectuelles a constitué l'un des sites privilégiés de la résistance au fascisme dans l'Italie mussolinienne en essayant de soustraire un ensemble de références culturelles à son entreprise d'asservissement. Le troisième a pour cadre New York, où se sont durant la guerre réfugiés plusieurs intellectuels et artistes français (dont Masson, Breton, Levi-Strauss...) et où différentes initiatives (la revue Renaissance, l'Ecole libre des hautes études, les rencontres de Mount Holyoke) ont exprimé leur volonté de mettre la culture au service de la résistance au nazisme.

4Outre son apport en connaissances sur des artistes et des courants peu ou mal connus, un des intérêts du dossier est de revenir sur certains des présupposés des traitements traditionnels de la politisation de l'art des années 30. La perspective est ainsi élargie de manière à intégrer non seulement les régimes les plus paradigmatiques de l'asservissement de l'art à un projet autoritaire - l'Allemagne nazie et l'Union soviétique stalinienne - mais également d'autres plus rarement traités, telle l'Angleterre ou la Tchécoslovaquie, dont la lutte antifasciste et l'exil français des artistes sont analysés par Anna Pravdova. Le cas de la France, abordée à la fois sous l'angle du contrôle policier des théâtres dans la 3e République finissante et, sous le régime de Vichy, de l'organisation de l'exil des artistes menacés par le Centre américain de secours de Varian Fry (étudié, à partir du cas de l'artiste Wols, par Iveta Slavkova), indique lui aussi combien la catégorie courante de totalitarisme s'avère inadéquate à rendre compte des rapports entre art et politique de l'époque.

5Les problématiques traitées dans ce dossier traversent l'ensemble des pays abordés, et ne sont pas l'apanage exclusif des régimes dits « totalitaires ». L'asservissement de l'art à des fins politiques, la censure d'œuvres invalidées sur critères politiques, le contrôle et la répression des artistes indociles... ne sont ni réservés au « totalitarisme », ni le monopole de la période. C'est à ce titre que l'on s'autorisera une réserve, tant l'intérêt et la richesse documentaire du dossier auraient mérité d'être davantage valorisés par une introduction plus ambitieuse, qui aurait à la fois mieux souligné l'unité des questionnements qui réunissent les différentes contributions et montré l'apport de la situation des artistes des années 1930 pour une intelligibilité plus générale des rapports entre art et politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Jean-Paul Salles, Iveta Slavkova, Vincent Chambarlhac, L'art comme résistance. Eveil politique et engagement des artistes dans les années 1930 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 26 octobre 2010, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1172

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page