Navigation – Plan du site

Jean-Michel Carré, Drôle de genre

Sophie Orange
Drôle de genre
Jean-Michel Carré, Drôle de genre, Blaq Out, 2010.
Haut de page

Texte intégral

1Jean-Michel Carré est un documentariste français reconnu notamment pour ses films sur les conditions de travail. Charbons ardents en 1999, retraçait l'histoire de mineurs de charbon du pays de Galles qui prirent le risque de racheter leur outil de travail pour s'assurer un destin ; Sur le fil du refuge en 2000, s'intéressait à l'aide aux chômeurs de travailleurs sociaux. Plus récemment encore, en 2007, son documentaire J'ai (très) mal au travail portait un regard teinté d'ironie sur le mal-être au travail des salariés.

2Réalisé pour Arte en 2002, Drôle de genre est quant à lui un long métrage de fiction. Sorte d'expérimentation sociale, il part d'une idée intéressante : si l'on inversait les rôles et que l'on prêtait aux femmes les attributs du masculin et aux hommes les attributs du féminin ? Dont acte : dans cette fiction portée par les acteurs Agnès Soral et Hippolyte Girardot les femmes sont chefs d'entreprise, fument le cigare, trompent leur mari, ne pleurent pas, se masturbent, lisent le journal, parlent fort dans leur téléphone portable dans le train et aiment le pouvoir. Les hommes font la cuisine, s'occupent des enfants, sont timides, sont exploités au travail comme à la maison, lisent des livres, sont irrationnels et immatures. Les enfants subissent la même inversion : le garçon joue du piano, fait ses devoirs et lit calmement dans le salon ; la jeune fille joue aux jeux vidéos, chahute son frère et traîne des pieds pour mettre la table. On est d'abord surpris, puis amusé, et enfin gêné. Mais par quoi ? Le sentiment de malaise qui nous habite durant tout le film nous pose question.

3Sommes-nous lassés par cette mécanique du contraire, installée dès le début du film et qui le parcourt de part en part sans jamais aucune nuance ? Les femmes sont des hommes. Les hommes sont des femmes. Point. Pas de variation sur le thème. Les gros traits du genre masculin et du genre féminin nous sont tous donnés à voir, sans exception. Famille, travail, politique, tout y passe. Et même, dans la scène finale, lors d'une répétition de la pièce « pour garçons » Roméo et Juliette, jouée par des lycéens, c'est Roméo qui est au balcon. Ou alors sommes-nous dérangés par le fait de voir les femmes dénuées de sentiments et les hommes humiliés ? Notre socialisation ferait que nous ne supportons pas de voir les hommes faibles et les femmes fortes.

  • 1 Prisca Kergoat, « De l'indocilité au travail d'une fraction des jeunesses populaires. Les apprentis (...)

4Mais peut-être plus encore, ce qui nous gêne est de ne pas saisir le message du réalisateur. Le film se termine par l'élection d'un homme au conseil municipal et à qui l'on propose de prendre en charge les questions liées à la petite enfance. Mais que veut nous dire Jean-Michel Carré ? L'échange des rôles permet de montrer que les caractéristiques de genre sont des constructions sociales et que l'on peut tout à fait imaginer que la force, le courage, la violence sont des valeurs positivées pour les femmes, et la réserve, la retenue, la douceur des qualités propres aux hommes. L'inversion à laquelle procède Jean-Michel Carré a certes pour intérêt de séparer les traits de caractère du sexe des individus et de dénaturaliser ainsi les comportements. Mais l'on regrette dans sa proposition que seuls les détenteurs des attributs de pouvoir varient, et non ces attributs eux-mêmes. On aurait en effet aimé trouver dans le film de Jean-Michel Carré une réussite sociale des femmes appuyée sur d'autres valeurs que la force, le courage, la violence. On aurait par exemple voulu voir une société dans laquelle la réserve, la retenue, la douceur seraient des caractères dominants. On pense notamment aux travaux de Prisca Kergoat sur les jeunes femmes apprenties. Leur art de l'adaptation et du jonglage en font d'elles des sortes de « caméléons savants »1. Dans leur travail, leur docilité constitue ainsi une ressource dont elles usent pour faire leur place.

5La femme doit-elle devenir un homme pour s'extraire de sa condition dominée ? La question posée par le film réduit en notre sens la problématique des inégalités hommes-femmes à sa dimension binaire (en avoir ou pas), là où on aurait aimé un éclairage sur la valence différentielle des attributs masculins et féminins.

Haut de page

Notes

1 Prisca Kergoat, « De l'indocilité au travail d'une fraction des jeunesses populaires. Les apprentis et la culture ouvrière », Sociologie du travail, Vol. 48, n°4, Octobre-décembre 2006, p. 556

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Orange, « Jean-Michel Carré, Drôle de genre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 29 octobre 2010, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1174

Haut de page

Rédacteur

Sophie Orange

Doctorante en sociologie, ATER à l'université de Poitiers

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page