Navigation – Plan du site

Vincent Verselle, Faire dire, pour décrire. Caractérisation langagière des personnages et poétique du récit dans la littérature comique et satirique (XVIIe et XVIIIe siècle)

François-Ronan Dubois
Faire dire, pour décrire
Vincent Verselle, Faire dire, pour décrire. Caractérisation langagière des personnages et poétique du récit dans la littérature comique et satirique (XVIIe et XVIIIe siècles), Metz, PUN - Éditions universitaires de Lorraine, coll. « Recherches textuelles », 2013, 376 p., ISBN : 9782909498096.
Haut de page

Texte intégral

1Qu’on ne se laisse pas abuser par le long sous-titre de cet ouvrage : il n’y est pas question de l’étude exhaustive d’un vaste corpus littéraire. La quatrième de couverture le précise : Vincent Verselle est maître-assistant en linguistique française à l’Université de Lausanne, et c’est donc de linguistique qu’il sera question. Linguistique, certes, mais linguistique appliquée à un corpus restreint d’œuvres de Sorel, Scarron, Furetière et Diderot pour l’essentiel et, plus particulièrement, à un problème précis : celui de la caractérisation des personnages par leur discours.

2Les enjeux d’une pareille étude, l’auteur le rappelle tout au long de son ouvrage, sont multiples. Il s’agit tout autant d’affiner la compréhension linguistique de certains phénomènes textuels, comme la description ou le discours rapporté, que de nuancer des approches parfois trop tranchées de la mimétique narrative et de la caractérisation. Le profit que l’auteur espère tirer de son étude est donc autant littéraire que linguistique : éclairer les particularités d’un corpus d’un côté et parfaire des catégories de l’autre.

3Divisé en cinq chapitres, l’ouvrage se compose de deux parties. L’une, qui comprend l’introduction, les quatre premiers chapitres et la conclusion, est une enquête théorique sur la caractérisation des personnages romanesques, mêlant les théories antiques, renaissantes et classiques aux approches de la linguistique contemporaine ; l’autre, concentrée dans le chapitre cinq, est une étude de cas à partir de La Sœur jalouse, une nouvelle de Charles Sorel, dont Vincent Verselle donne par ailleurs le texte en annexe.

4Le premier chapitre, « La construction du personnage », met en avant la centralité du personnage dans la compréhension du récit à l’époque classique. En se consacrant successivement aux fondements aristotéliciens de la poétique classique, puis à cette poétique elle-même, avant d’envisager les développements des théories contemporaines, l’auteur montre en quoi l’action, comme le style, dépendent des personnages pris dans le récit : c’est le personnage non seulement qui assure la continuité de la narration, mais encore qui en détermine les caractéristiques principales. De ce point de vue, une étude de sa caractérisation s’avère primordiale.

5Or, cette caractérisation, Vincent Verselle montre dans le deuxième chapitre, « Le portrait en paroles : enjeux rhétoriques et fondements sémiotiques », qu’elle s’opère tout autant par les discours tenus par les personnages que par les portraits descriptifs qu’en fait le narrateur. En s’appuyant à la fois sur l’interdépendance entre poétique et rhétorique dans une théorie aristotélicienne et sur la préférence accordée par Diderot, dans Jacques le Fataliste aux actes et aux paroles sur les descriptions, le linguiste revient sur la fonction connotative des signifiants, après avoir exploré la distinction de Peirce entre icônes, symboles et indices. La parole des personnages ne fait pas que dénoter, c’est-à-dire désigner des objets ou des concepts, elle connote aussi des ensembles des signifiants, elle marque socio-linguistiquement ceux qui l’utilisent. C’est en ceci qu’elle caractérise.

6Pour étudier cette caractérisation, Vincent Verselle entreprend de construire un ensemble de concepts opératoires dans son troisième chapitre, « Catégories pour une caractérisation de la parole ». Ces concepts cherchent à cerner la manière par laquelle les personnages font signe de leur appartenance à une classe ou à un rôle déterminé. Dans ce processus, les dimensions pragmatiques (ce que les discours servent à faire) et topiques (ce dont il y est question) sont primordiales. Ces deux dimensions principales (mais non exclusives) sont prises dans un réseau de variations qui établissent l’identité des personnages par différenciation avec d’autres discours, par exemple le discours narratorial. Ces variations peuvent être diachroniques (l’époque), diatopiques (le lieu), diastratiques (le groupe social) ou diaphasiques (la situation d’énonciation). Si ces outils sont utiles à l’analyse, l’auteur ne manque pas pour autant d’en signaler les limites, notamment lorsqu’il s’agit de cerner non plus le groupe social auquel appartient un personnage mais ce qui fonde son individualité propre.

7Reste à savoir par quels procédés un texte invite son lecteur à accorder son attention à la fonction caractérisante des paroles du personnage : c’est ce qui fait l’objet du dernier chapitre de ce que j’ai identifié comme une première partie, le chapitre IV « Cadrages interprétatifs ». Vincent Verselle remarque que l’interprétation sémiosique de la parole (l’interprétation qui fait de la parole le signe de quelque chose, donc un outil de la caractérisation) est préparée par ce qui l’entoure dans le texte. En revenant sur le portrait de la veuve dans Jacques le Fataliste, l’auteur montre de quelle manière le portrait descriptif conditionne l’interprétation des discours rapportés. Frappantes sont aussi les occasions dans lesquelles le discours rapporté procède à un décalage au regard de l’exigence mimétique, par exemple lorsqu’un événement singulier est raconté sur le mode itératif, comme dans une scène du Paysan parvenu. Ces perturbations antimimétiques du discours rapporté servent paradoxalement la mimésis en accordant aux paroles non plus simplement un rôle informatif, mais aussi un rôle sémiosique.

8Le cinquième chapitre, « La caractérisation langagière dans ‘La Sœur Jalouse’ de Charles Sorel », constitue ainsi un exercice d’illustration de la théorie développée tout au long de l’ouvrage. On peut regretter de ne pas y retrouver le degré de précision conceptuelle qui avait commandé au reste de l’ouvrage, si bien que le concept particulier appliqué en telle ou telle circonstance est souvent implicite ; si des lecteurs familiers de la linguistique n’auront pas de mal à renouer les liens entre l’étude du texte et la théorie qui la précède, les autres pourraient ne pas trouver à ce dernier chapitre la même force de persuasion.

9Quoi qu’il en soit, l’ouvrage de Vincent Verselle est une étude des plus scrupuleuses et rigoureuses de la caractérisation langagière. Si l’auteur, en conclusion, ne manque pas de souligner des directions dans lesquelles le travail pourrait être encore développé, force est de constater que son cadrage théorique se distingue déjà par sa précision et sa pertinence. Les stylisticiens y trouveront des outils précieux pour l’analyse des phénomènes textuels, mais c’est aux linguistes surtout que paraît s’adresser cette étude, soucieuse de se situer dans les débats qui animent le développement des concepts utilisés. Les littéraires, eux, auront sans doute quelques difficultés à se frayer un chemin dans les chapitres les plus techniques de l’ouvrage et ils auront peut-être intérêt, paradoxalement, à commencer par le dernier chapitre, plus proche du texte, qui leur permettra de bien saisir les enjeux du débat. En somme, toutes les disciplines du texte devraient pouvoir profiter de cette étude remarquable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Ronan Dubois, « Vincent Verselle, Faire dire, pour décrire. Caractérisation langagière des personnages et poétique du récit dans la littérature comique et satirique (XVIIe et XVIIIe siècle) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 17 juin 2013, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11764

Haut de page

Rédacteur

François-Ronan Dubois

Agrégé de lettres modernes, doctorant sous contrat avec l'Université Stendhal — Grenoble 3, affilié aux centres RARE (Rhétorique de l'Antiquité à la Révolution) et LIRE (Littératures, Idéologies et Représentations)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page