Navigation – Plan du site

Philippe Coulangeon, Sociologie des pratiques culturelles

Jean-François Blanchard
Sociologie des pratiques culturelles
Philippe Coulangeon, Sociologie des pratiques culturelles, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2010, 125 p., EAN : 9782707164988.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon l'expression de J. DUMAZEDIER, ce sont des activités qui, tout en ayant un lien avec le trava (...)

1L'ouvrage de Philippe Coulangeon offre, dans le format synthétique de la collection « Repères », un panorama des pratiques culturelles contemporaines. Les pratiques culturelles sont traversées par des courants contradictoires : uniformisation, fragmentation, démocratisation dans l'accès au contenu tout en produisant de la distinction et de la singularité dans les structures sociales. Les pratiques culturelles constituent des éléments structurants de différenciation sociale. Ces pratiques sont constituées des activités de consommation ou de participation liées à la vie intellectuelle et artistique dans la mesure où elles participent à la définition des styles de vie (p.4 ). Appartiennent aux pratiques culturelles la lecture, la fréquentation des équipements culturels tels que le cinéma ou le théâtre, mais aussi l'usage de médias de télédiffusion, ou de diffusion à la demande, sans oublier la lecture et les pratiques amateurs artistiques ou de semi-loisir 1.

  • 2 La dernière étude prise en compte est Les pratiques culturelles des Français -2008 publiée à l'auto (...)
  • 3 Deux textes topiques sont d'une part, le décret du 24 juillet 1959 assigne au Ministère de la Cultu (...)

2Des références aux études de l'Insee et du ministère de la Culture et de la Communication2apportent les éléments quantitatifs indispensables dans ce domaine. Un regret toutefois, la relative ancienneté des chiffres dans le domaine des TIC et de l'équipement informatique (2003). En fin d'ouvrage une bibliographie abondante est proposée au lecteur qui souhaiterait approfondir tel ou tel aspect du sujet. Philippe Coulangeon présente brièvement le cadre théorique et les enjeux de l'analyse du domaine étudié. La gestion politique des pratiques culturelles a évolué. Au départ (1959-1960) le projet d'un service public de la culture facilitant un accès pour tous aux œuvres majeures sur tout le territoire, et ensuite, à partir de 1980, une conception dominante de l'action publique axée davantage sur la valorisation de formes de cultures populaires et la création3.

  • 4 Le culte de l'image in Les pratiques culturelles des Français à l'ère numérique, La Découverte/mini (...)

3Le taux d'équipement des ménages proche de la saturation (96 %) place la télévision au rang incontesté de la pratique dominante, la plus présente dans le quotidien des ménages. Les usages de la télévision sont cependant différenciés : offrir une simple présence, un bruit de fond (usage structurel), être un instrument de lien social en apportant des thèmes de discussion (usage social), enrichir les connaissances (usage cognitif). Média de masse, média populaire, la télévision revêt une connotation péjorative, un déficit de légitimité. La différence d'usage entre les actifs et les non actifs font que la télévision occupe le temps libre parmi les populations les plus défavorisées. Bien que demeurant une pratique majoritaire avec une moyenne de 21 heures d'écoute hebdomadaire, l'usage télévisuel connaît aujourd'hui des évolutions dans le contexte du « culte de l'image »4 où l'on observe des pratiques de diffusion à la demande grâce aux nouvelles technologies de l'information auxquelles sont plus sensibles les nouvelles générations.

4La lecture est de toutes les pratiques celle qui est considérée comme la plus légitime. La production éditée n'a pas diminué, mais le comportement des lecteurs évolue. Comme l'indique Christian Baudelot : « la France lit plus mais les Français lisent moins ». Moins de grands lecteurs et des formes de lectures diversifiées qui se portent vers la presse et d'autres formes d'édition, le livre s'ouvre de plus vers les NTIC avec la lecture en ligne. Les usages utilitaires et désintéressés de la lecture coexistent. Contrairement à certaines attentes, l'allongement de la scolarité et l'élévation du niveau moyen des diplômes n'ont pas produit davantage de lecteurs. La lecture a perdu de son attrait dans un processus d'identification à un modèle social supérieur. On constate à propos de la lecture un phénomène qui vaut aussi pour d'autres medias : la coproduction de sens par le récepteur. En se plaçant du point de vue du lecteur et de ses attentes, le rôle de la lecture en tant qu'activité suppose un processus de participation, de re-création, qui, sur le plan de l'analyse suggère de se distancier d'une compréhension purement fonctionnelle des pratiques culturelles. La lecture, en particulier chez les jeunes, n'entre en concurrence avec d'autres médias que dans des niveaux de contenu identique (la distraction par exemple). Cela ne se traduit pas nécessairement par une désaffection du livre qui reste irremplaçable.

5L'accès aux pratiques musicales s'effectue sur différents supports dont l'évolution technique est rapide. Les zones de démarcation entre les pratiques et leur hiérarchie sont fluctuantes. Les attitudes comptent davantage que les pratiques proprement dites. La distinction se construit dans l'éclectisme en s'appropriant les genres mineurs autour desquels est recréé un environnement savant. Les phénomènes générationnels jouent un rôle important, ainsi les radios libres de la bande FM qui connaissent un fort succès dans la tranche des 15-25 ans contribuent à la construction des repères identitaires pour l'adolescence. La radio occupe d'ailleurs une place prégnante en tant que formatrice des goûts musicaux.

6Les pratiques amateurs supposent une participation active des intéressés dans le domaine culturel et artistique, celui des semi-loisirs, ou des TIC. En premier lieu, la photographie qui compte 70 % de pratiquants dans la population, est la plus répandue. Que ce soit en tant que simple capteur de mémoire ou, au contraire en tant que vecteur de création artistique, son usage, souvent peu générateur de sociabilité, s'inscrit dans un large spectre d'activités allant de l'usage instrumental à la création. L'écriture, qui concerne 15 % des Français, est une activité solitaire et autocentrée, majoritairement féminine. Les écrivants sont souvent des lecteurs. Internet a modifié les conditions d'expression écrite, en particulier avec les blogs. Quant à l'art musical, le théâtre ou la danse, ils sont souvent acquis dès l'enfance et l'adolescence après une formation spécifique. Dans ces domaines le clivage entre l'amateur et le professionnel est parfois flou et le passage d'une catégorie à l'autre peut s'effectuer graduellement. Le développement des pratiques amateurs a été encouragé dans l'esprit de la démocratisation de la culture à partir des années 60. Pierre Coulangeon note cette double nature qui peut conduire à qualifier ces pratiques amateurs, selon les cas, comme un repli, ou une forme d'appauvrissement autarcique ou alors au contraire, comme l'expression d'une réelle autonomie face aux pratiques culturelles dominantes. Les semi-loisirs n'obéissent plus à une nécessité mais davantage à un besoin de création. Ils agrègent des pratiques très hétérogènes. Les dernières années ont vu les TIC prendre de l'essor. Les clivages rencontrés sont souvent le fait de l'âge mais aussi des catégories sociales et de niveau de revenus. Ces techniques se développent dans un contexte d'idéologie créative et gratuite qui masque souvent l'ambition économique de ces nouveaux médias.

7Les sorties culturelles et les loisirs d'exception sont également abordés par l'auteur. Le théâtre, les concerts, la visite des salles d'exposition font l'objet de pratiques plus restreintes. Les écomusées sont mentionnés comme une forme d'expression de la tradition populaire. L'ensemble s'inscrit dans des pratiques artistiques qui confinent souvent au tourisme et sont de plus en plus affectées par la recherche d'équilibres économiques dans la gestion des équipements culturels et donc soumis à la rentabilité. Le cinéma occupe, par sa fréquentation plus élevée en milieu urbain, une place particulière. L'âge des spectateurs joue un rôle important. La fréquentation des cinémas et les activités sociales afférentes constituent un moyen d'autonomie culturelle des adolescents.

8En conclusion, l'auteur note, d'une part, un déplacement et une différence de nature dans le clivage entre la culture savante et la culture populaire et, d'autre part l'avancée des impératifs économiques qui tendent à une diffusion élargie. Les propos de l'auteur mettent en exergue un affaiblissement de l'idée d'une « haute culture » qui serait la condition et l'expression d'une progression sociale. La massification scolaire et la désinstitutionalisation conduisent à estomper la frontière entre la culture savante et la culture populaire. Les lois de la distinction se recomposent constamment. Les inégalités culturelles sont toujours présentes mais s'inscrivent aujourd'hui dans un contexte et des modalités dont l'interprétation n'est pas toujours donnée de façon évidente.

Haut de page

Notes

1 Selon l'expression de J. DUMAZEDIER, ce sont des activités qui, tout en ayant un lien avec le travail professionnel ou la production domestique, sont d'abord et avant tout conçues comme des activités d'expression de soi dans le temps libre. (Vers une civilisation du loisir ? Seuil, 1962)

2 La dernière étude prise en compte est Les pratiques culturelles des Français -2008 publiée à l'automne 2009

3 Deux textes topiques sont d'une part, le décret du 24 juillet 1959 assigne au Ministère de la Culture nouvellement crée, l'objectif d'une démocratisation de la culture, et d'autre part le décret du 10 mai 1982 qui oriente une politique de démocratie culturelle (valorisation des cultures populaires, et des capacités de création et d'invention).

4 Le culte de l'image in Les pratiques culturelles des Français à l'ère numérique, La Découverte/ministère de la Culture et de la Communication, Paris 2009

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Philippe Coulangeon, Sociologie des pratiques culturelles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 05 novembre 2010, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1178

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page