Navigation – Plan du site

Manuel Boucher, Casquettes contre képis. Enquête sur la police de rue et l'usage de la force dans les quartiers populaires

Pascal Décarpes
Casquettes contre képis
Manuel Boucher, Casquettes contre képis. Enquête sur la police de rue et l'usage de la force dans les quartiers populaires, Paris, L'Harmattan, coll. « Recherche et transformation sociale », 2013, 456 p., ISBN : 978-2-343-00644-4.
Haut de page

Texte intégral

1En écho à un autre ouvrage portant sur une thématique plus large autour de la diversité et des discriminations1, il est fait ici état d’un « fossé d’incompréhension entre une frange importante de la jeunesse des cités et la police nationale » (p. 365). Travaux issus d’une recherche intitulée « le discernement et les actions policières » effectuée pour le compte de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE), le livre de Manuel Boucher et de ses collègues s’inspire d’une approche qui est celle d´une « sociologie des turbulences », s’intéressant à la parole des acteurs pris dans des contextes sociaux où l’on retrouve des actes communément appelés incivilités.

2L’auteur est directeur du Laboratoire d’étude et de recherche sociales (LERS) de l’Institut du développement social et également président de l’Association des chercheurs des organismes de formation et de l’intervention sociales (ACOFIS). De ce positionnement dual, il avait déjà mis en avant certaines caractéristiques du contentieux jeunes/police dans un précédent ouvrage, également nourri d´observation participante et d´entretiens et qui donnait déjà à voir la complexité des interactions qui parcourent un « espace social-sécuritaire », loin des clichés et stéréotypes présents dans les médias et représentations nationales2.

3Le présent livre est organisé en quatre parties recouvrant chacune trois ou quatre chapitres. La première s’intitule « La police. Une approche sociologique ». D´un apport méthodologique et historique certain, ce sont davantage les résultats des enquêtes de terrain entreprises par la suite qui forment le corpus de l´ouvrage et y donnent sa valeur ajoutée. La deuxième partie traite de la « pol’prox’ et prévention des désordres » et démarre par l’analyse du quartier des Halles en mettant en avant de longs extraits de carnet de terrain. Les auteurs décrivent de manière évidente les tensions qui existent entre les différents groupes de jeunes (bandes d’adolescents « blacks », « Antillais » et marginaux) et les services de police. Le rejet de la part des jeunes n’est pas seulement lié aux éventuelles pratiques violentes ou discriminantes, voire racistes des policiers à leur égard, mais tout autant à la représentation institutionnelle opprimante que les forces de l’ordre constituent à leurs yeux. De même, la fréquence des relations entre les deux « camps » amène les relations à évoluer de conflits en groupe à des hostilités personnalisées et dès lors à ressentir la régulation de l’ordre public comme une forme de harcèlement.

4La troisième partie s’intéresse à la « police du ghetto et sécurisation » dans le contexte du quartier du Franc-Moisin (Saint-Denis) qui représente un archétype de la relégation spatiale, sociale et ethnique. L’analyse montre que la dégradation des rapports entre la police et les habitants tient en grande partie à une méconnaissance réciproque qui se focalise sur les intervenants sociaux alors pris entre deux logiques professionnelles et citoyennes. Une des conséquences est alors, selon les auteurs, la « stigmatisation des “habitants de cité” » qui elle-même « produit des formes de “mépris réciproque” » (p. 276). Quant à la quatrième et dernière partie, elle aborde une « police de résolution et pacification » dans le quartier Félix Pyat (Marseille) où il est à nouveau dressé le portrait d’une carence dans la communication entre acteurs, conduisant à une ghettoïsation et des « logiques guerrières » (p. 301).

  • 3  « La voix et le regard », 1978, Editions du Seuil, Paris.

5Un des éléments importants de cette recherche est la méthodologie mise en place pour accomplir les enquêtes de terrain. Ainsi, des méthodes d’observation de type ethnographique ont été combinées avec des entretiens individuels et collectifs approfondis (environ 150 au total) et des séances d’interventions sociologiques, empruntant ici la méthode à Alain Touraine3 afin de confronter les acteurs sociaux de la recherche que sont les jeunes et habitants des quartiers avec les forces de police qui y interviennent. Les entretiens ont été menés entre autres avec des formateurs de la police, des élèves gardiens de la paix, des responsables associatifs, d’institutions publiques ainsi que des intervenants socioculturels. Les observations furent quant à elle effectuées au cours de patrouille de police, dans huit établissements de formation de la police nationale ainsi que dans trois quartiers populaires pendant deux années (2009-2011) sur des périodes de différentes durées, même si les auteurs n´offrent pas davantage de précision sur les dates de leur terrain (certainement dans un souci de préservation de l´anonymat des acteurs impliqués dans cette recherche). Enfin, la plupart des chapitres se terminent en résumant les principaux facteurs détériorant et/ou améliorant les rapports police/population en intégrant le regard des policiers, des jeunes, des intervenants sociaux et des habitants.

6L’un des intérêts de cet ouvrage très didactique est de formuler « des pistes d’action pour améliorer les relations entre la police de sécurité publique et les populations vivant dans les quartiers populaires » (p. 21). Ainsi, les annexes 1 et 2 intègrent chacune six propositions, d’une part celles relatives à l’appareil de formation de la police, d’autre part celles relatives à l’intervention en site « sensible », toutes comportant des éléments de constat, des objectifs et des exemples d’actions à entreprendre. On peut notamment faire état de la proposition n° 3 de l’annexe 1 qui tend à « ajuster le système d’évaluation des compétences à l’exigence d’exemplarité et d’entretien de bonnes relations avec la population » ainsi que la n° 2 de l´annexe 2 qui souhaite « renouveler les pratiques partenariales avec les acteurs sociaux ». Cette initiative de traduction des travaux sociologiques en actions concrètes est à saluer dans un contexte épistémologique, politique voire idéologique fort et contraignant où les champs des savoirs criminologiques sont régulièrement critiqués soit de ne pas s’investir le monde social, soit d’instrumentaliser toute forme de déviance et/ou délinquance à des fins populistes. Manuel Boucher et ses collègues n´hésitent pas à impliquer leurs résultats scientifiques dans un cadre plus global de politiques publiques.

7Dès lors, couvrant à la fois des quartiers aussi divers que ceux des Halles, à Saint-Denis et à Marseille ainsi que différents centres de formation de la police nationale, cette recherche au plus près des acteurs permet d’affirmer que « la toile de fond des rapports d’hostilité que les habitants des cités, plus spécifiquement les jeunes, entretiennent à l’égard de l’institution policière est en fait indissociable des difficultés économiques et sociales grandissantes rencontrées par ces populations » (p. 17).

Haut de page

Notes

1  Compte rendu par Eric Keslassy, http://lectures.revues.org/8767

2  Compte rendu de Lucie Bony, http://lectures.revues.org/1165

3  « La voix et le regard », 1978, Editions du Seuil, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « Manuel Boucher, Casquettes contre képis. Enquête sur la police de rue et l'usage de la force dans les quartiers populaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 juin 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11786

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page