Navigation – Plan du site

Paule Muxel, Bertrand de Solliers, Le monde selon Michelin

Anne Parizot
Le Monde selon Michelin
Paule Muxel, Bertrand de Solliers, Le Monde selon Michelin, Éditions Montparnasse, 2013.
Haut de page

Texte intégral

1Qui de nous, de nos parents ou grands-parents ou même encore de nos enfants n’a jamais croisé ce bonhomme mythique et sympathique, le Bibendum ? Il y a fort à parier que peu se manifesteront. Mais connaît-on véritablement son histoire et surtout l’histoire de la famille Michelin et de l’entreprise éponyme, qui appartient au patrimoine culturel national ?

2C’est précisément ce que propose de découvrir ce documentaire dont l’existence revient à deux réalisateurs, Paule Muxel et Bertrand de Solliers, qui n’en sont pas à leur première expérience. Pourtant cette création trouve son originalité dans la façon dont ils ont découvert l’entreprise Michelin. Réalisant un documentaire sur les héritiers d’une famille de vignerons en Bourgogne1, ils se sont retrouvés plongés dans l’univers Michelin, car de nombreuses personnes travaillaient pour cette entreprise. Ce monde du travail les a particulièrement interpellés d’autant qu’aucun film ou documentaire ne s’y était intéressé.

3Dans le film, d’une durée globale de 140 minutes, les réalisateurs ne se contentent pas de raconter l’histoire d’une entreprise mais ils nous invitent à comprendre le lien particulier qui unit l’entreprise à la région, ce qui lie le Patron à l’ouvrier et l’ouvrier au travail, tout en développant les aspects multiples du concept de mobilité qui s’étend au delà du pneumatique. Ils s’attachent à montrer comment l’entreprise Michelin traverse le siècle, tout comme il est traversé par elle. Talent, esprit visionnaire de la famille Michelin mais aussi drames familiaux, conflits mondiaux et sociaux jalonnent ce film.

4La chronologie de cette aventure se déroule en cinq chapitres renfermant chacun des périodes particulières de la vie de l’entreprise (en lien étroit avec celle de la famille), elle-même aux prises avec l’histoire de la société.

  • 2  Parizot Anne, « Bibendum semper vivat », Actes du colloque Entreprise et sacré : regards transdisc (...)

5Le premier chapitre intitulé « De la sucrerie aux pneumatiques » remonte à la genèse de l’entreprise. Il explique comment la sucrerie créée en 1830 devient l’entreprise de fabrication de pompes pour les machines agricoles, implantée place des Carmes à Clermont-Ferrand et arrive dans les mains d’André Michelin (ingénieur) en 1886. Pourtant c’est Edouard, le frère peintre, qui deviendra gérant de l’usine dès 1889. Ravagée par le phylloxéra, le vignoble se meurt tout comme la région. Michelin embauche les paysans et en fait des ouvriers. À cette époque, Edouard Michelin s’intéresse au vélo, investit dans la fabrication du caoutchouc. La fin du XIXe siècle voit le développement des fiacres sur pneus, de l’automobile et le concept de mobilité cher à l’entreprise jusqu’à nos jours prend racine. La réticence des constructeurs, face à l’utilisation des pneus, pousse Michelin à construire sa propre automobile sur pneus « L’Éclair ». En 1898, Bibendum2 fait son apparition et la publicité alliant mascotte et répétition d’un slogan crée la première forme de marketing. Le Guide Michelin voit le jour en 1900, le concept de sécurité routière émerge avec la signalisation, le numérotage des routes, réalisés par Michelin qui donne lieu à la création des cartes routières. À la pointe de la réussite Michelin réinvestit pour devenir une multinationale (1906/1907). Pendant la guerre, André développe l’aviation, fait construire des avions à prix coûtant soulignant ainsi son patriotisme.

  • 3  Monique Morge, secrétaire polyvalente : « on était formé Michelin pour rentrer à l’usine, on était (...)
  • 4 André Lamy, metteur au point pneu : on a «l’impression d’être dans une famille […] je ne suis pas r (...)
  • 5  Responsabilité sociétale des entreprises.

6Le chapitre 2 définit « L’esprit Maison »qui marque cette entreprise tout au long de son existence, même si actuellement il a sensiblement évolué. Marcel (fils d’André), en adaptant le taylorisme à son propre fonctionnement, organise l’entreprise dont le système rare de société en commandite par actions depuis les débuts rend le gérant responsable sur ses biens. Il met en place la participation aux bénéfices de l’entreprise mais refusera l’intervention des syndicats dans l’usine où les cadres représentent le personnel. De nombreux avantages sont offerts avant l’heure aux ouvriers : allocations familiales, congés payés, retraite… Les cités Michelin donnent aux ouvriers un confort particulier3 pour l’époque et ceux-ci profitent d’installations sportives, sociales, etc. Progrès, qualité (mais aussi discrétion et rigueur) sont les maîtres mots de cet « esprit Maison » où règne la morale chrétienne et catholique, esprit souvent caractérisé par le terme de paternalisme4, remplacé de nos jours par la RSE5.

7« Les années 1930-1945 » (chapitre 3) sont marquées par la crise qui touche le monde entier, provoquant la perte de nombreux emplois, mais, malgré la période commerciale difficile, la « Micheline » fait son apparition. Les grèves de 1936 font adopter la semaine de 40 heures et les congés payés. Pierre Michelin (président de Citroën) et co-gérant est doublement confronté à ces grèves. André puis Etienne et Pierre décèdent. Robert Puiseux et Pierre Boulanger (à qui on doit la 2CV) entreprennent un important travail de recherche sur le produit et la matière. Alors que la France est occupée, Edouard décède. Refusant l’accord de coopération avec l’Allemagne, plusieurs membres de la famille sont déportés. À la fin de la guerre l’entreprise est félicitée pour son comportement hautement patriotique.

  • 6  Albert Couturier, technicien d’organisation : « le génie de Michelin dans la succession ».
  • 7  Marcel Pierre, dessinateur industriel.

8En 1946, l’invention du pneu radial donne une avance considérable sur la concurrence et permet de développer le marché américain. Des grèves importantes naissent entre 1950 et 1960 portant sur les revendications salariales, Robert Puiseux résiste mais accorde une légère augmentation et des primes. « François Michelin6, l’héritier », prendra les rennes en 1959 en poursuivant la politique menée. Cet homme discret, sans luxe apparent, amplifie l’internationalisation à marche forcée, en développant l’implantation aux États-Unis et en Amérique du Nord. Il intensifie la production et fera de l’entreprise le leader mondial du pneumatique par une réorganisation totale. À l’image de son grand-père Edouard, il est exigeant, économe et aime le travail bien fait. En rentrant chez Michelin, souvent par recommandation et après enquête de moralité, on pouvait faire carrière. « Rentrer chez Michelin était une sorte de référence, une fierté »7. Les manifestations de 1968 donnent un air de liberté au syndicat mais qui s’essoufflera ensuite.

  • 8  Guy Michelin (petit-fils d d’Edouard) : « formidable publicité gratuite ».
  • 9  Albert Couturier : « toutes les secrétaires de service qui s’étaient dévouées corps et âme […] une (...)

9Le film s’achève sur « le développement affirmé sur l’international ». Alors quel’homme marche sur la lune en 1969 (dont la comparaison avec le « Bib » est soulignée par le présentateur8) et que l’économie subit de plein fouet le premier choc pétrolier en 1973, Michelin continue de progresser et devient champion du monde en compétition. Pourtant au deuxième choc pétrolier, Michelin enregistre des pertes sévères et connaît son premier plan social9 en 1982. Les salariés perdent confiance en l’entreprise, soumise, elle aussi, aux lois du marché. Une page se tourne. En 1988, François doit faire face à de nouvelles grèves pour la revalorisation des salaires. L’entreprise réalise des bénéfices mais des suppressions de poste sont annoncées et Edouard (fils de François) doit gérer les négociations. La réorganisation totale par marché et par zone géographique s’inscrit dans le contexte de la mondialisation, Michelin devient leader mondial du pneu en 2003. La mort accidentelle d’Edouard traumatise l’entreprise et Michel Rollier se retrouve seul gérant. Menacée par la concurrence, l’entreprise s’ouvre vers l’Asie, le Brésil, développe le pneu poids lourd et accentue sa politique vers de nouveaux équipements (navette spatiale, Airbus).

  • 10  Guy Michelin (petit-fils d’André), salariés du groupe (co-gérant, cadres, salariés)
  • 11  André Lamy : « L’odeur Michelin du caoutchouc cru ramenée à la maison »
  • 12  Dumond, Lionel, Gueslin, André, Les hommes du pneu : les ouvriers Michelin à Clermont Ferrand 1940 (...)
  • 13  Parizot Anne, « De la terminologie de l’énergie et des transports à l’ethnoterminologie appliquée (...)
  • 14  René Zingraff, ingénieur et co-gérant du Groupe en 1986

10Les archives inédites utilisées confèrent à ce documentaire une dimension particulière. En effet, le travail considérable d’harmonisation des supports (que nous saluons au passage) rend possible ce voyage au fil du siècle et la force du récit est portée par un lien intuitif et émotionnel perceptible, tant dans le discours des personnes citées10 que par les réalisateurs eux-mêmes. Tout au long du film, des archives filmées ou photographiques nous replongent dans l’univers de l’époque. Les témoignages recueillis racontent vécu, anecdotes et souvenirs11 entrecroisées d’analyses historiques12. Il n’en reste cependant pas qu’une succession d’images ou de paroles mais réellement un cheminement qui relie talent, esprit visionnaire et innovation, un modèle particulier, tant sur le plan humain que sur le plan industriel. Une histoire qui dure, pour une mobilité durable, mission que s’est donnée l’entreprise13, entre vision à long terme et constance des valeurs communes14 qui ne laisse pas indifférent.

Haut de page

Notes

1  Dossier spécial sur le documentaire Le monde selon Michelin, Disponible sur : http://www.clermont1ere.com/programme_liste.php?em=dossier2

2  Parizot Anne, « Bibendum semper vivat », Actes du colloque Entreprise et sacré : regards transdisciplinaires, décembre 2011, IGS-Propedia, sous la direction de Lardellier P. & Delaye R., Paris : Hermès-Lavoisier, 2012, p. 443-482.

3  Monique Morge, secrétaire polyvalente : « on était formé Michelin pour rentrer à l’usine, on était embauché […] on avait un salaire qui repartait à la coopé […] mais aussi des petits loyers ».

4 André Lamy, metteur au point pneu : on a «l’impression d’être dans une famille […] je ne suis pas rentré chez Michelin, je suis né chez Michelin ».

5  Responsabilité sociétale des entreprises.

6  Albert Couturier, technicien d’organisation : « le génie de Michelin dans la succession ».

7  Marcel Pierre, dessinateur industriel.

8  Guy Michelin (petit-fils d d’Edouard) : « formidable publicité gratuite ».

9  Albert Couturier : « toutes les secrétaires de service qui s’étaient dévouées corps et âme […] une trahison, premier désamour ».

10  Guy Michelin (petit-fils d’André), salariés du groupe (co-gérant, cadres, salariés)

11  André Lamy : « L’odeur Michelin du caoutchouc cru ramenée à la maison »

12  Dumond, Lionel, Gueslin, André, Les hommes du pneu : les ouvriers Michelin à Clermont Ferrand 1940-1980, Paris, Éditions de l’Atelier ; Dumond, Lionel, L’épopée Bibendum, une entreprise à l’épreuve de l’histoire, Toulouse, Éditions Privat, Coll. « Entre légende et histoire », 2002.

13  Parizot Anne, « De la terminologie de l’énergie et des transports à l’ethnoterminologie appliquée à l’entreprise Michelin » Actes du colloque Terminologie de l’énergie et du transport, Maison de la Recherche, Université de la Sorbonne,2012, à paraître dans la collection Le Savoir des mots, Société française de terminologie, Paris 2013.

14  René Zingraff, ingénieur et co-gérant du Groupe en 1986

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Parizot, « Paule Muxel, Bertrand de Solliers, Le monde selon Michelin », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11802

Haut de page

Rédacteur

Anne Parizot

Maitre de conférences en sciences de l'information et communication à l'IUT de Reims-Châlons-Charleville

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page