Navigation – Plan du site

Catherine Wihtol de Wenden, La question migratoire au XXIe siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales

Kelly Poulet
La question migratoire au XXIe siècle
Catherine Wihtol de Wenden, La question migratoire au XXIe siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Monde et sociétés », 2013, 266 p., ISBN : 978-2-7246-1284-4.
Haut de page

Texte intégral

1Dans un monde de plus en plus interdépendant et contradictoire, les migrations internationales sont devenues l’enjeu mondial du XXIsiècle. Depuis les années 1980, le paysage migratoire s’est transformé. Presque toutes les régions du monde sont concernées par le départ, l’arrivée et/ou le transit contribuant à l’atténuation des grandes lignes historiques de partage du monde. La diversité des profils des migrants et les changements de statut tout au long du parcours migratoire brouillent dorénavant les catégorisations des migrations internationales et des étrangers, restées trop longtemps figées. Si nous assistons à la seconde grande vague des migrations contemporaines, celles-ci, mondialisées, sont parties prenantes de la globalisation et font surgir le « paradoxe libéral » comme nous le décrit remarquablement Catherine Wihtol de Wenden dans cet ouvrage. À l’heure de la libéralisation économique, de la libre circulation des marchandises, de l’urbanisation généralisée des sociétés et des modifications associées des rapports du travail où les mobilités sont de plus en plus diffuses, les migrations font l’objet de mesures restrictives. Deux tiers de la population n’a pas le droit de circuler dans un monde en perpétuel mouvement.

2La thématique des migrations, peu traitée dans les relations internationales, retrouve ici toute sa légitimité à l’être. Catherine Wihtol de Wenden, politologue et sociologue, spécialiste réputée des migrations internationales, ouvre le dialogue entre les disciplines en développant la notion de mobilité internationale dans son rapport aux institutions. Constatant que les migrations internationales érodent et mettent en cause ce qu’elle considère être les deux piliers du système international que sont la souveraineté (l’État) et la nation (la citoyenneté), ce livre interroge la manière dont elles modifient les relations internationales. Il pose au cœur de l’analyse une problématique centrale : « en quoi les flux récents de migrants et réfugiés, les nouvelles formes de citoyenneté, les politiques d’immigration et d’émigration et les acteurs transnationaux interrogent le cadre d’analyse classique, et font émerger de nouveaux acteurs et modes de gestion ? ».

3Si quatre chapitres structurent cet ouvrage de référence, nous reprendrons ici comme fil conducteur les trois grands thèmes développés, à savoir « la nation et son avenir face aux migrations », « la citoyenneté questionnée et revisitée » et enfin, « la gouvernance mondiale des migrations » comme nouvelle perspective diplomatique.

  • 1  François Crépeau, Delphine Nakache, Idil Atak (dir.), Les migrations internationales contemporaine (...)

4Frontières physiques, frontières symboliques, l’auteure insiste sur leur mise en échec par la mondialisation des flux. L’État risque l’immigration pour des raisons économiques et démographiques, mais les frontières restent contrôlées et se ferment afin de « préserver l’ordre politique interne ». Pour autant, nombre de travaux le stipulent, la dimension dissuasive de la répression est loin d’être une certitude puisque, selon ses termes « les facteurs d’appel et les réseaux sont plus puissants que les politiques d’immigration ». Ajoutons également que se déjouer des frontières peut devenir un moyen de défier l’État. L’ordre international des états nations est aujourd’hui bousculé, en premier lieu par les réseaux transnationaux. Avec eux, l’État n’est plus le principal acteur dans les relations internationales. L’individu est réhabilité. Le migrant, le réfugié, les diasporas font évoluer le droit international qui tente à son tour de faire « reculer l’État souverain, oppresseur potentiel au profit de l’individu, isolé et collectif ». Avec l’avènement de la société civile internationale, l’individu peut dorénavant être dissocié de son état d’origine. C’est l’émergence d’un droit de migrer qui vient perturber et défier aujourd’hui la souveraineté nationale, un fait important que François Crépeau, Delphine Nakache et Idil Atak ont souligné également1.

5Mais les frontières et les territoires ne sont pas les seuls à être en proie aux questionnements, pour Catherine Wihtol de Wenden, « la définition même de la citoyenneté est bouleversée – elle devient transnationale, plurielle quant à ses références, avec des appartenances identitaires multiples ».

6La mobilité et les migrants en tant qu’habitants d’un espace transnational, interrogent et rendent possible l’acceptation d’une citoyenneté dynamique et évolutive. Une citoyenneté qui, confrontée à l’immigration et à l’Europe, ne peut plus être associée de facto à la nationalité. Les réfugiés et apatrides deviennent des « anomalies à l’ordre interétatique ». Les doubles nationaux et les migrants, acteurs politiques d’un espace multidimensionnel vécu revisitent le concept classique de la citoyenneté par leur expérience. L’émergence de nouvelles citoyennetés transnationales incontournables dans le paysage politique est dorénavant incontestable. Sous la pression des populations, la « diversité », le « multiculturalisme » sont pris en compte de manière hétérogène, notamment par les politiques publiques. L’évolution du concept de citoyenneté est, selon la chercheure, le changement le plus important apporté par la migration.

  • 2  Bertrand Badie, Rony Brauman, Emmanuel Decaux, Guillaume Devin, Catherine Wihtol de Wenden, Pour u (...)
  • 3  Ronaldo Munck (ed.), Globalisation and migration. New issues, New politics, London, Rountledge, 20 (...)
  • 4  Claire Rodier, Emmanuel Terray, Immigration : fantasmes et réalité. Pour une alternative à la ferm (...)

7Le dernier chapitre de l’ouvrage est un plaidoyer pour une nouvelle diplomatie des migrations internationales instaurant une gouvernance mondiale des migrations, qui s’inscrit dans la continuité des réflexions et prérogatives développées2 par l’ancienne consultante pour divers organismes européens. Selon elle, le forum mondial sur la migration et le développement a permis de dépasser la seule vision du tout sécuritaire associé à la question migratoire pour faire l’objet d’une plateforme mondiale dont le but est d’améliorer l’effet positif de la migration sur le développement et renforcer les liens de coopération. Il n’est toutefois qu’un premier pas dans le processus de dépassement des contradictions actuelles soulignées par l’ensemble des structures œuvrant dans le domaine des migrations. La circulation des personnes et le système institutionnel dominé par les états en est une, comme le paradoxe du droit international qui reconnaît le droit de sortie mais pas celui d’entrée ; le « droit de migrer » en effet, n’existe pas. Ainsi comme d’autres auteurs3, elle s’interroge sur les nouveaux enjeux en matière de gestion des migrations mais surtout la spécialiste apporte ici une perspective importante. La gouvernance globale outre « qu’elle admet que la migration est un fait social ordinaire cherche à réduire la vulnérabilité des migrants, à accompagner l’émergence d’un droit individuel à la mobilité et à permettre à celle-ci d’être un facteur essentiel du développement humain ». Non synonyme de gouvernement, elle serait pour la défenseuse et militante des droits de l’Homme « un cadre de conception, de réflexion et de délibération permettant de réunir des acteurs publics et privés nationaux, internationaux et transnationaux afin de parvenir à une approche et une gestion plus rationnelle des flux […] pour promouvoir une bonne mobilité ». Nous sommes alors en droit de nous questionner sur le sens de cette « bonne mobilité » qui fait l’objet de nombreux débats et questionnements4. Si on suit le plaidoyer, l’objectif serait à terme d’harmoniser à la fois les intérêts des états et les droits des migrants, fussent-ils convergents.

8Cet ouvrage est une référence incontournable pour qui s’intéresse au domaine des migrations internationales. Étudiants, chercheurs et militants trouveront en ce livre les ressources nécessaires pour comprendre le tournant majeur dans les relations internationales. Il est important de souligner et saluer l’importance des références aux travaux de recherche de nombre doctorant-e-s, trop souvent occultés. Ici, les résultats de leurs recherches rendent l’argumentaire encore plus solide, et illustrent au mieux les propos, donnant tout leur poids à l’ouvrage. La conclusion pourrait être un appel, comme le fait l’auteure, à une pluridisciplinarité afin de traiter au mieux et sous tous les angles le phénomène total des migrations internationales. Nous ne pouvons faire abstraction du changement de paradigme auquel nous assistons : de relations internationales aux relations transnationales, ce livre nous pousse à prendre en compte la possibilité d’une nouvelle politique mondiale.

Haut de page

Notes

1  François Crépeau, Delphine Nakache, Idil Atak (dir.), Les migrations internationales contemporaines une dynamique complexe au cœur de la globalisation, les presses de l’université de Montréal, 2009.

2  Bertrand Badie, Rony Brauman, Emmanuel Decaux, Guillaume Devin, Catherine Wihtol de Wenden, Pour un autre regard sur les migrations. Construire une gouvernance mondiale, Paris, La Découverte, 2008.

3  Ronaldo Munck (ed.), Globalisation and migration. New issues, New politics, London, Rountledge, 2009.

4  Claire Rodier, Emmanuel Terray, Immigration : fantasmes et réalité. Pour une alternative à la fermeture des frontières, Paris, La Découverte, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kelly Poulet, « Catherine Wihtol de Wenden, La question migratoire au XXIe siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 24 juin 2013, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11803

Haut de page

Rédacteur

Kelly Poulet

Doctorante contractuelle en sociologie, chargée d’enseignements, UPJV Amiens

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page